En 2020, la Nuit Blanche de Paris fait la part belle à la réalité augmentée et aux installations immersives

Partager :

En 2020, en raison des mesures sanitaires et pour répondre à la demande du public, la Nuit Blanche de Paris mise sur le numérique, in situ et à distance. Des contenus numériques (vidéo et podcast) sont proposés en ligne tandis que des expériences immersives et en réalité augmentée sont offertes dans Paris.

  • L’expérience en réalité augmentée de KAWS, NIGHT HOLIDAY, Via l’application ACUTE ART
A l’aide de l’application Acute Art, KAWS propose une expérience virtuelle à découvrir à travers tout Paris. Ses « companions », à la manière de lucioles qui brillent à la nuit tombée, deviennent des guides qui emmènent le spectateur à travers les parcours de cette nouvelle édition.

Des companions inédits, créés spécialement pour Nuit Blanche, seront accessibles sur les parcours de Nuit Blanche (dans un rayon de 10 mètres autour des bornes installées dans la ville).

Accessible sur smarphone (Apple Store et Google Play) à l’aide de l’application Acute Art.

Les appareils pris en charge sont iPhone 8 ou supérieur, et Samsung Galaxy S9 ou équivalent. L’application nécessite un téléphone avec un minimum de 4 Go de mémoire et Apple iOS 11 ou Android 8.0 Système d’exploitation Oreo (API 24)).

« KAWS est l’un des artistes new-yorkais les plus populaires d’aujourd’hui. Tout au long de sa carrière, cet artiste touche à tout, a créé, des peintures murales, des peintures, des sculptures à grande échelle pour les espaces publics – engageant un public bien au-delà du monde de l’art. L’univers de KAWS est peuplé de personnages récurrents. S’inspirant d’icônes de la culture populaire, ils sont à la fois familiers et étranges, parfois dérangeants. »

L’artiste a souhaité travailler avec la Réalité Augmentée en raison des nouvelles possibilités et de l’opportunité qu’elle offre aux gens d’interagir avec son travail de manière plus personnelle. Avec ses projets en Réalité Augmentée, KAWS innove mais revient également à ses racines.

Comme l’explique l’artiste : « Quand j’ai réalisé la qualité qui pouvait être obtenue et expérimentée en RA, j’ai été immédiatement attiré par son potentiel. J’ai créé des objets et exposé des œuvres dans l’espace public tout au long de ma carrière, et cela me permet de continuer dans une toute autre dimension. Les possibilités d’emplacements et d’échelle sont infinies et je suis ravi d’entamer un nouveau dialogue dans ce média. »

(Lire l’article du Clic France: KAWS & Acute Art lancent des sculptures AR monumentales dans 12 lieux à travers le monde)

kawsone.com/password

  • L’œuvre d’Éléonore Geissler en ligne 

L’opéra visuel déréglé « Marcher avec les dragons », conçu par l’artiste et réalisatrice Eléonore Geissler avec les artistes et designers issus des dix secteurs de l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris, n’ayant pu être projeté sur la façade du bâtiment, en raison des dernières prescriptions sanitaires gouvernementales, l’artiste a souhaité pouvoir proposer au public de découvrir sa vidéo créée pour Nuit Blanche online.

Née en 1992, diplômée de l’École des Arts Décoratifs, Eléonore Geissler est une artiste plasticienne et réalisatrice.

Pour Nuit Blanche, la réalisatrice et artiste Eléonore Geissler met en scène la fabrique du savoir-faire comme art du « care ». On y verra des artistes et designers issus des dix secteurs de l’École des Arts Décoratifs de Paris (du cinéma d’animation à l’architecture d’intérieur en passant par la mode) partager leurs boîtes à outils aussi bien pratiques que conceptuelles dans un opéra visuel déréglé, pour ouvrir à de nouvelles représentations du « décor » politique et esthétique contemporain. Reprenant le titre de l’essai de Tim Ingold paru chez Zones Sensibles, Marcher avec les dragons invite à « être attentif autrement » et à faire une expérience du monde soucieuse de tous les aspects du vivant. Considérant que toute fabrication est d’abord « une manière de tisser » et une « activité rythmique » pour reprendre les termes d’Ingold, cette oeuvre invite à un geste d’entrelacement.

Une production de l’École Nationale des Arts Décoratifs avec le soutien de la Ville de Paris.

Remerciement à primavesi advisory.

eleonoregeissler.com

  • Installation numérique et sonore « Electronica: Treize grands classiques de la musique électronique, de Messiaen à Stockhausen »

Le Collège des Bernardins offre un regard inédit sur les grands classiques de la musique électronique du XXeme siècle, exceptionnellement diffusés sous ses voûtes. Présentés avec une mise en lumière de la grande nef, la poésie avant-gardiste des grands maîtres (Varèse, Messiaen, Xenakis,…) dialogue avec l’encyclique Laudato si’ du Pape François.

Joyau de l’architecture cistercienne et rare témoignage du Paris médiéval, le Collège des Bernardins est un espace de liberté qui invite à croiser les regards sur le monde contemporain dans une société qui évolue plus vite que notre capacité à en percevoir les enjeux. Ouvert à tous, le Collège des Bernardins invite à la rencontre et au dialogue pour bâtir un avenir respectueux de l’homme.

collegedesbernardins.fr

  • Installation numérique Endnote, limb, de Ian Kiaer
Ian Kiaer réalise une forme organique et transparente, celle-ci prend place sur le bassin entre le Musée d’Art Moderne de Paris et le Palais de Tokyo. Cette installation précaire, flotte comme une enveloppe suspendue et mobile. Elle s’impose tout en légèreté dans l’espace, souligne et déstabilise l’aplomb de la masse architecturale des deux palais. Telle une bête endormie, cette matrice rose transparente, géante et délicate, respire, se gonfle et se vide, au rythme de son environnement. Objet hypnotique, elle semble réagir au vent ou à une machinerie invisible.
Né à Londres en 1971, Ian Kiaer réalise des installations fragiles impliquant différentes maquettes d’architecture, des objets trouvés intacts ou légèrement modifiés et des œuvres en deux dimensions pour créer des récits fragmentés. Les installations de Ian Kiaer fonctionnent souvent comme des projets ou des propositions, autant de moyens de remettre en question les notions de totalité et de permanence. En 2017, le Musée d’Art Moderne de Paris l’avait invité pour une exposition dans ses collections.
  • Installation sonore de Dominique Gonzalez-Foerster au Musée Galliera
L’installation sonore de Dominique Gonzalez- Foerster, Promenade, envahit le péristyle du Palais Galliera et propose au spectateur une immersion toute particulière, dans une jungle sonore, sous une pluie tropicale.

Artiste expérimentale, née en 1965 et basée à Paris, Dominique Gonzalez- Foerster explore depuis 1990 les modalités des relations sensorielles et cognitives entre les corps et les lieux, réels ou de fiction, jusqu’à interroger la distance entre la vie organique et l’œuvre. Métabolisant références littéraires et cinématographiques, architecturales et musicales, scientifiques ou pop, elle crée des « chambres » et des « intérieurs », des « jardins », des « attractions » et des « planètes », dans les multiples sens que ces termes prennent dans les textes de Virginia Woolf ou Nathaniel Hawthorne, des sœurs Brontë ou de Thomas Pynchon, de Joanna Russ ou de Philip K. Dick. Chez Dominique Gonzalez-Foerster, cette interrogation des espaces s’étend vers un questionnement de la neutralité implicite des pratiques et des lieux d’exposition. Ses « mises en espace », « anticipations » et « apparitions » envahissent le domaine des sens du spectateur pour opérer des modifications intentionnelles dans sa mémoire et son imagination.

dgf5.com

  • Nuit Blanche en vidéo

Sur le site web de la Nuit Blanche, les artistes dévoilent leurs démarches artistiques et nous montrent leurs ateliers …

Nuit Blanche 2020, « Temple of Love » – Gaëlle Choisne:

2 autres vidéos disponibles sur le site web: « Se laisser pousser les animaux » avec Françoise Pétrovitch et « Locus Amoenus » avec Mélanie Delattre-Vogt.

  • Nuit Blanche en podcast

Les artistes lèvent les secrets de leurs œuvres dans des séquences audio en podcast, accessibles sur apple podcastspotifysoundcloud etc.

  • La Nuit Blanche sur les réseaux Sociaux

Un filtre est disponible sur le compte Instagram de Que Faire à Paris.  Le public peut ainsi intégrer une « parure végétale et électrique » créée spécialement pour l’événement et partager ses photos !

L’événement sur Facebook, Twitter et sur le compte Instagram de Que Faire à Paris.

SOURCES: Vile de Paris, quefaire.paris.fr

PHOTOS: quefaire.paris.fr

Date de première publication: 02/10/2020

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

KAWS & Acute Art lancent des sculptures AR monumentales dans 12 lieux à travers le monde

Les artistes contemporains Nina Chanel Abney et D.S. Bradford choisissent la réalité augmentée comme nouveau terrain d’expression

Partager :

Laisser un commentaire