Fidèle à sa tradition, la région parisienne démarre sa rentrée culturelle sur les chapeaux de roues.

Parmi les nombreuses expositions de l’automne 2010, nous en avons choisi 3 (Monet au Grand Palais,  Murakami à Versailles et l’Age d’Or des Incas à la Pinacothèque) pour en analyser les dispositifs numériques.

  • Monet au Grand Palais

Nous avons choisi de placer sur la première marches de notre podium numérique, l’exposition Monet, organisée par la RMN (et le Musée d’Orsay) aux galeries Nationales du Grand Palais. A l’occasion de cette exposition majeure, la RMN a déployé la panoplie la plus complète d’outils d’accompagnement numérique.

monet-site-web-home

L’exposition bénéficie d’abord d’un site évènementiel avec une adresse et un habillage (très soigné) spécifiques (www.monet2010.com). Ce site -très complet- propose un accès direct au service de réservation et d’achat en ligne de billet dématérialisé (à imprimer ou à envoyer sur son téléphone mobile) et des informations biographiques sur Monet et une vraie visite virtuelle de l’exposition et de l’univers de l’artiste.

. La galerie interactive présente tous les tableaux de l’expo par thème ou par date.

. La rubrique Voyage propose une ballade onirique, en musique et en dessins, dans l’univers de Monet.

Le site offre également des contenus vidéos diffusés sur la nouvelle WebTV de la RMN. Celle-ci propose déjà 3 séquences vidéo sur l’expo Monet : deux entretiens avec les commissaires et une rencontre avec le jardinier en chef des jardins de Giverny.

L’expo bénéficie également d’une présence ad hoc sur les réseaux sociaux avec son fil twitter expomonet et sa page facebook monet2010. La page facebook relaie déjà deux des séquences vidéos évoquées précédemment.

appli-iphone-expo-monet-rmn-1

Comme annoncé lors de l’atelier N°10 du CLIC, une application audioguide payante, sur iPhone, est proposée. L’i-exposition « monet la visite » est commercialisée en 9 langues sur iTunes au prix de 3,99 euros. L’application vient compléter le téléchargement de l’audioguide (4-5 euros) également produit par Espro.

Dernière innovation de la RMN : une version iPad du catalogue de l’exposition en français et anglais pour 4,99 euros. 40 chefs d’oeuvres sont présentés en HD (avec zoom) et commentés par les commissaires. L’application propose également une version téléchargée de la rubrique interactive voyage du site web.

A noter l’application iPhone « Une ville pour l’impressionnisme : Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen »
par le Musée des Beaux-Arts de Rouen et Digivisite.

  • L’Age d’Or des Incas à la Pinacothèque de Paris

La Pinacothèque continue à creuser son sillon numérique et le prouve avec sa nouvelle expo consacrée à l’or des Incas. L’exposition ne dispose pas d’un site événementiel mais d’une simple page sur le site de la Pinacothèque.

Celle page :

. propose un accès direct vers la billetterie en ligne permettant la réservation et l’impression des billets,

. relaie les reportages des chaines TV (et notamment Culturebox de France TV)

. promeut le téléchargement des audioguides.

Comme pour Munch, la nouvelle exposition dispose de deux services audioguides téléchargeables :

. le guide audio de l’exposition « L’Or des Incas »,  portant sur 45 œuvres et  d’une durée de 45 minutes, est téléchargeable en MP3 au prix de 2 euros.

. L’iExposition, téléchargeable sur iPhone, iPod Touch et iPad. Ce guide de visite intégral de l’exposition contient une introduction vidéo par Marc Restellini, directeur de la Pinacothèque de Paris et une sélection de 46 œuvres accompagnées de leur commentaire audio en français. Ces outils mobiles sont vendus 2,99 euros (iPhone/iPod Touch) et 4,99 euros (iPad). La navigation fluide et intuitive parmi les œuvres est facilitée par la présentation de type « cover flow », identique à celle utilisée pour parcourir les albums de musique. La Pinacothèque de Paris a renouvelé sa confiance à la société SmartApps qui avait déjà réalisé les applications de l’expo Munch. L’application « L’Or des Incas » reprend les fonctionnalités qui ont fait le succès de l’application « Edvard Munch ou l’anti-Cri ». Les visiteurs de la Pinacothèque peuvent télécharger le guide sur l’App Store, y compris pendant leur visite, grâce à un accès wi-fi spécifique et sécurisé, exclusivement dédié au téléchargement du guide sur l’App Store, sans nécessiter de connexion 3G. La nouveauté majeure est la mise en œuvre de l’ « in-app purchase » ou « achat intégré » : le visiteur peut expérimenter gratuitement l’application à travers quatre objets commentés, avec la possibilité d’acheter ensuite, s’il le souhaite, l’intégralité du guide au prix habituel de 2,99€. L’application iPhone est accompagnée d’une version spécifique iPad en très haute définition qui proposera une profondeur de zoom exceptionnelle permettant d’explorer les objets Incas dans les moindres détails.

  • Murakami à Versailles

Si l’expo Murakami à Versailles fait beaucoup de buzz, c’est plus par effet polémique que par ricochet numérique. Malgré une incursion des fleurs colorées de l’artiste japonais sur la page d’accueil du site du Château de Versailles, l’exposition ne dispose pas d’un site spécifique mais de quelques pages illustrées par les images de 6 œuvres exposées, une biographie de l’artiste en texte et des éditos en texte du président de Versailles et du commissaire de l’expo. Ni vidéo ni téléchargement de contenus audioguide pour Murakami. A noter un chat sur le site web de Liberation le 16 septembre avec Jean Jacques Aillagon. Un dispositif somme toute minimal qui laisse un peu sur sa faim !