30 jours après son ouverture, la boutique en ligne chinoise du British Museum fait un tabac sur Tmall / Alibaba

30 jours après son ouverture le 1er juillet 2018, les souvenirs et produits dérivés du British Museum font un tabac en Chine sur Tmall, le principal marché en ligne du groupe Alibaba. De nombreux articles sont déjà en rupture de stock et plus de 150 000 acheteurs ont déjà fréquenté la boutique. 

Quelques jours après l’ouverture du magasin en ligne, le 1er juillet 2018, la boutique a été inondée de commandes et le premier assortiment d’une vingtaine d’articles a été rapidement épuisé.

Le 20 juillet 2018, le magasin en ligne chinois du musée londonien avait attiré plus de 150 000 internautes sur la plateforme de commerce électronique tmall, avec un pic de 30 000 internautes qui regardaient les articles au cours d’une seule journée.

Les souvenirs historiques ont remporté un franc succès en Chine. Le magasin chinois du British Museum vend une gamme de produits allant des coques de téléphones portables aux tasses à thé, basés sur les collections du musée, notamment des momies égyptiennes et la pierre de Rosette.

Le partenariat de merchandising entre le British Museum et Alibaba avait été annoncé en 2016. Le titulaire de licence partenaire du British Museum pour cette entreprise est Alfilo Brands.

« C’est une perspective passionnante pour le British Museum de travailler avec une société de la stature d’Alibaba dans le cadre de la campagne de licence de produits du musée », a déclaré Craig Bendle, directeur du merchandising et des licences du musée. « Le British Museum est un musée du monde, pour le monde entier. ce programme offre une occasion unique de partager le musée par le biais d’activités en ligne et physiques. »

Hong Ying, directeur général d’Alifish, société de Licensing et Entertainment du groupe Alibaba, a ajouté: « Alibaba est fier d’être un partenaire du British Museum avec une plate-forme en ligne permettant de toucher directement de nouveaux publics et de faire connaitre l’histoire universelle au public chinois par le British Museum. Nous allons tirer parti de nos données sophistiquées pour mettre en relation les fabricants et le portefeuille IP du British Museum afin de développer des produits dérivés adaptés. »

Le magasin Tmall n’est pas la première incursion du British Museum sur le marché chinois. En 2017, l’exposition intitulée «Le British Museum: Une histoire du monde en 100 objets» a été présentée au public lde Pékin et Shanghai. Au Musée de Shanghai, l’exposition était gratuite mais les ventes de souvenirs ont totalisé trois millions de yuans (391 000 euros).

Le lucratif marché des produits dérivés des musées chinois

Plus de 10 musées chinois, y compris le Musée du Palais à Pékin et le Musée du site du mausolée de l’empereur Qinshihuang à Xi’an, dans la province du Shaanxi, ont développé des produits similaires, et de nombreux musées ont déjà ouvert des boutiques en ligne.

Le musée du palais de Pékin compte deux magasins, sur Taobao et Tmall, avec plus de 3,71 millions de fans. Selon le China Daily, le plus grand musée de Chine (par le nombre de visiteurs) a vendu en ligne en un an pour plus d’un milliard de yuans (130 millions d’euros) de souvenirs culturels.

Il faut dire que les produits dérivés rapportent des revenus exponentiels aux musées. Selon Qianzhan.com, une plateforme de recherche technologique, les produits culturels et créatifs du Musée du Palais (Cité Interdite) ont rapporté 1,5 milliard de yuans (200 millions d’euros) au musée en 2017.

« Pour les musées, le développement de tels produits est également un moyen de soutenir les opérations quotidiennes des musées et d’atténuer le fardeau financier du pays. Le modèle d’entreprise permet aux musées de créer et de gérer des entreprises connexes pour obtenir des ressources complémentaires », a déclaré Hou Ningbin, directeur du Musée du site du mausolée de l’empereur Qinshihuang.

Le développement des ventes de produits dérivés est d’autant plus nécessaires que de nombreux musées en Chine sont incapables de subvenir à leurs besoins par les seules recettes de billetterie, et que le gouvernement et les collectivités territoriales de tutelle demandent de plus en plus la gratuité d’accès aux collections permanentes dans un plus grand nombre de musées. 

SOURCES: China Daily, french.china.org.cn

Photos: Tmall

Date de première publication: 30/07/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le musée Van Gogh et Vans créent une collection de chaussures et vêtements haut de gamme, inspirés par Van Gogh

Mardi 5 juin 2018 : Atelier #38 du CLIC France sur le thème : « Boutiques, e-commerce et produits dérivés dans un contexte patrimonial » / compte-rendu

Préservatif, lentille de contact et robe … le Rijksmuseum révèle les 10 finalistes de son Prix Rijksstudio 2017

Alibaba Group va aider le British Museum à vendre ses produits dérivés en Chine, sur le web et dans des boutiques propres

Focus juridique #2: Les boutiques en ligne des musées et lieux de patrimoine

La boutique du Walker Museum vend des objets artistiques numériques et éphémères

Laisser un commentaire