Après l’Italie, 4 départements français vont expérimenter le Pass culture dès l’automne 2018

A l’automne 2018, le Bas-Rhin, l’Hérault, la Seine-Saint-Denis et la Guyane vont tester le Pass culture, promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Destiné aux jeunes de 18 ans, ce pass leur permettra de bénéficier de 500 euros de dépenses culturelles. L’initiative s’inspire de l’expérience en demi-teinte de l’Italie.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen s’est rendue en Guyane le 6 mars 2018 pour le lancement du Pass culture, destiné à faciliter l’accès à la culture aux jeunes de 18 ans. Le projet sera effectif en septembre 2018 en Hérault, en Seine-Saint-Denis, en Guyane et dans le Bas-Rhin, avant d’être étendu au reste du pays.

© pxhere

Cette mesure, promise par Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle, a pour mission de dévolopper une politique d’accès aux arts en combattant les inégalités dans l’accès à la culture.

Application mobile et propositions culturelles géolocalisées

500 euros seront débitables par le biais d’une application mobile, offrant aux jeunes la possibilité de s’acheter des places de concert, de cinéma, de musée ou encore de participer à des activités sportives.

« Il ne s’agira ni d’une carte ni d’un chèque-cadeau  mais d’une application géolocalisée avec un catalogue, un agenda et un portefeuille associé qui permettra de connaitre et d’accéder à toute l’offre culturelle à proximité » a rappelé la ministre

(c) Louvre / Florence Brochoire

Le budget alloué pour ce projet avoisinerait les 400 millions d’euros. La ministre a laissé entendre que les distributeurs, les éditeurs et les diffuseurs participeraient à son financement. Des banques pourraient aussi être associées au dispositif. Pour l’heure, seuls 5 millions d’euros ont été inscrits au budget 2018.

Un bilan mitigé en Italie

Un dispositif équivalent a été mis en place par l’ancien ministre italien Matteo Renzi en septembre 2016. Le « bonus cultura » offrait aux jeunes italiens de 18 ans un chèque de 500 euros. Seuls 60% des concernés ont fait la demande pour l’obtention du pass et 78% des achats effectués ont concerné des livres. En effet, de nombreux étudiants ont utilisé ce chèque pour financer l’achat de leurs manuels scolaires. Le pass culture a donc en partie échoué à résorber les inégalités qu’il entendait combattre.

© Wikimedia Communs

Parallèlement, un véritable marché noir s’est développé. Le pass a été revendu à moitié prix sur internet. Certains commerçants ont également fourni des fausses factures ou encore 500 euros en cash en échange du pass. Après ces deux années d’expérimentation, il n’est pas certain que le bonus cultura soit renouvellé en 2018.

SOURCES:  Ministère de la Culture, Figaro, France Inter

Date de première publication: 16/03/2018

Le département du Bas-Rhin est membres du CLIC France

Laisser un commentaire