A Giverny, Lyon, Rouen ou Paris, 5 institutions muséales françaises lancent des campagnes de financement participatif

En septembre et octobre 2019, le musée Carnavalet, le musée des Beaux-Arts de Rouen, le musée de Giverny, le MNHN et le musée des Beaux Arts de Lyon ont lancé des campagnes de financement participatif destiner à restaurer ou acquérir de nouvelles oeuvres. Tour de France de ces initiatives.

  • « Restaurez les enseignes du musée Carnavalet ! »
Du 21 septembre au 17 novembre 2019, le public est invité à participer à la restauration des enseignes du musée Carnavalet pour leur redonner tout leur éclat avant sa réouverture début 2020.

« A la Sirène », « Au Bœuf normand », « La Gerbe d’or »… La célèbre Salle des Enseignes du musée Carnavalet – Histoire de Paris (actuellement en travaux et dont la réouverture est prévue début 2020) évoque une rue de Paris avec ses enseignes de commerce : boucher, bijoutier, marchand de vin, aubergiste…

Comme l’explique Paris Musées: « Longtemps, les rues de Paris étaient ornées d’enseignes renseignant les passants sur les activités commerciales de la capitale. En un coup d’œil, tout passant pouvait identifier l’activité du commerçant. Les prémisses du marketing publicitaire ! Aujourd’hui, ces enseignes évoquent la vie quotidienne et populaire de Paris et appartiennent au patrimoine de la capitale… ».

Avant d’entrer dans les collections du musée, les enseignes étaient présentées en extérieur et ont été longuement exposées aux intempéries. Plusieurs restaurations ont donc été nécessaires au fil des années. Aujourd’hui, 20 enseignes nécessitent une intervention prioritaire au vu de leur état de conservation : consolidation structurelle, retrait des produits de corrosion, refixage des couches, dépoussiérage…

Le musée lance donc un appel au don pour restaurer un ensemble de 20 enseignes, dont l’état de conservation nécessite une intervention prioritaire. Grâce à ces dons, les enseignes Au Chat qui dort, Au Bœuf normand, Au Soleil d’or et tant d’autres retrouveront leur place au sein de la Salle des Enseignes aux côtés du célèbre Chat Noir, pour la réouverture du musée Carnavalet.

Au 11/10/2019: 13 060 euros collectés sur un objectif de 40 000, soit 33%. 90 donateurs. 36 jours restants.

Campagne crowdfunding pour la restauration des enseignes du musée Carnavalet sur la plateforme Commeon

  • « Restaurons la frise « The skeleton in armor » ! » du musée de Rouen

Depuis le 9 octobre 2019, la Réunion des Musées Métropolitains, qui regroupe 8 musées du territoire de la Métropole Rouen Normandie, invite son public à contribuer à la restauration d’une œuvre très singulière de l’illustrateur anglais Walter Crane «The skeleton in armor » inspiré du poème éponyme d’Henry Wadsworth Longfellow.

La Métropole Rouen Normandie lance ainsi son premier crowdfunding (financement participatif) en partenariat avec Kisskissbankbank, pour espérer lever des fonds à hauteur de 20 000 euros.

Appartenant à la collection du musée des Beaux-Arts de Rouen, la frise « The skeleton in armor », évoque sur un mode épique (à travers une histoire d’amour entre un guerrier viking et une princesse de Norvège) l’établissement des vikings en Amérique du Nord, près de cinq siècles avant l’expédition de Christophe Colomb. Elle constitue ainsi une illustration picturale particulière du mythe de ces explorateurs nordiques qui ont donné son nom à la Normandie (pays des hommes du nord). « The skeleton in armor » d’Henry Wadsworth Longfellow (poète américain, 1807-1882), est inspiré de la découverte du squelette d’un homme en armure à River Fall dans le Massachusetts, qu’on supposait être celui d’un des premiers colons vikings vers les Xe et XIe siècles.
Si les hommes du Nord ont bien colonisé l’Amérique du nord à partir de l’an 1000, le squelette de Monsieur Longfellow était sans doute plus tardif et pas forcément viking… Mais la légende était lancée !
L’œuvre conçue en 1883 pour répondre à la commande d’une riche philanthrope américaine Catharine Lorillard Wolfe, est formée de sept toiles qui se déploient pour composer une magnifique frise narrative de plus de 30 mètres qui ornait son salon (et oui, le poème de Longfellow est assez long !).
Rarissime décor américain de Walter Crane, ces sept grandes toiles sont bordées chacune d’extraits du poème de Longfellow tracés dans une calligraphie d’inspiration médiévale. 

Parce qu’elle est unique! Par ailleurs, l’importance des liens historiques entre la Normandie et la Grande-Bretagne a amené depuis plusieurs années le Musée des Beaux-arts de Rouen à identifier l’art anglais comme un axe d’acquisition à privilégier. C’est pourquoi, la Réunion des Musées Métropolitains a acquis cette œuvre au printemps 2019.

Toutefois, l’œuvre présente un état de conservation très variable (nombreux signes d’usures, manques dans certaines parties du décor…) nécessitant une restauration complète, en vue d’une exposition dans les collections permanentes au Musée des Beaux-arts, dont l’accès est gratuit.

Une fois restaurée, cette oeuvre constituera une des rares pièces visibles à Rouen, faisant référence aux Vikings.
Avant sa restauration, « The Skeleton in Armor » sera présentée au Musée des Beaux-Arts du 2 octobre 2019 au 6 janvier 2020 en accès gratuit aux collections permanentes de la Réunion des Musées Métropolitains.

Le Musée des Beaux-Arts de Rouen abrite l’une des plus prestigieuses collections publiques de France qui réunit peintures, sculptures, dessins et objets d’art de toutes écoles, de la fin du Moyen Âge à nos jours. Il se situe à l’Esplanade Marcel Duchamp, entre le quartier des musées et la gare, en plein centre historique de Rouen.

Au 11/10/2019: 805 euros collectés sur un objectif de 15 000, soit 5%. 11 donateurs. 42 jours restants.

Campagne crowdfunding pour la restauration de la frise «The skeleton in armor » du musée des Beaux-Arts de Rouen sur la plateforme KissKissBankBank

  • Le musée des Beaux-Arts de Lyon à portée de main !

Depuis le 2 septembre 2019, le musée des Beaux-Arts de Lyon invite son public à participer à l’acquisition d’une reproduction 3D tactile du musée.

Après l’exposition L’art et la matière, prière de toucher, le musée souhaite aller plus loin dans sa démarche d’inclusion, avec l’installation d’une maquette tactile en libre accès.

« Outil indispensable de compréhension du bâtiment pour tous les visiteurs, basé sur l’expérience tactile des personnes déficientes visuelles la maquette est un moyen de mieux appréhender la visite et d’aller plus sereinement à la rencontre des œuvres. Elle permet aussi de mieux comprendre l’histoire du musée à travers ses bâtiments, son architecture et le parcours des collections ».

Plan en relief, effets de texture, « écorché », éléments démontables : les choix à faire sont nombreux, pour lesquels le musée sera accompagné par des personnes déficientes visuelles.

Pour mener à bien ce projet, le musée sollicite donc la participation de l’ensemble des visiteurs souhaitant s’associer à cette démarche citoyenne, par le biais d’une souscription publique. Plus la somme réunie sera importante, plus le dispositif sera complet et pertinent !

Au 11/10/2019: 4 285 euros collectés sur un objectif de 10 000, soit 42%. 76 donateurs. 57 jours restants.

Campagne crowdfunding pour l’acquisition de la maquette 3D tactile du musée des Beaux-Arts de Lyon sur la plateforme Dartagnans

  • Adoptez une statue du Jardin des Plantes

La Fondation du patrimoine et le Muséum national d’Histoire naturelle s’associent pour le lancement d’un appel aux dons visant à financer la restauration de 24 de ces statues dont l’altération met en péril leur conservation.

« Vous êtes des millions de visiteurs du Jardin des Plantes à côtoyer quotidiennement un précieux patrimoine de bronze, de marbre et de pierre. Une trentaine de statues réalisées aux XIXe et XXe siècles ornent les 26 hectares de cet ancien jardin royal. Contribuez à la restauration de 24 sculptures du Jardin des Plantes ! »

Ce précieux patrimoine de bronze, de marbre et de pierre est composé d’une trentaine de statues réalisées aux XIXe et XXe siècles qui se nichent ici et là sur les 26 hectares de cet ancien jardin royal.

En charge des objets d’art, la Direction des Bibliothèques du Muséum a fait réaliser une étude préalable pour la restauration et l’entretien de la statuaire du Jardin. Le constat est clair : bien qu’ayant connues de ponctuelles restaurations par le passé, les œuvres s’altèrent en raison de multiples facteurs environnementaux ou liés à la fréquentation des lieux. Ces désordres évolutifs nuisent parfois grandement à la lisibilité des sculptures. Ils conduisent également à une lente mais sûre disparition des surfaces originales.

À cette occasion, des cartels, qui n’existent pas à ce jour, seront créés pour chacune de ces statues permettant ainsi au public de connaître le nom de l’œuvre et de son auteur.

Au 11/10/2019: 7 834 euros collectés sur un objectif de 150 000, soit 5%. 

Campagne crowdfunding pour l’adoption d’une statue du jardin des plantes sur la plateforme de la Fondation du Patrimoine

  • Giverny souhaite acquérir une toile de Pierre Bonnard

Début septembre 2019, le musée des Impressionnismes de Giverny a lancé un financement participatif pour acquérir une toile de Pierre Bonnard. Le musée des Impressionnismes de Giverny souhaite acheter un tableau de Pierre Bonnard, peint lorsque l’artiste vivait à Vernon dans sa maison, dans le hameau de Vernon.

Ce serait donc un retour aux sources pour l’œuvre et un enrichissement du fonds du musée qui compte déjà quelque 200 œuvres.

Le tableau intitulé Seine à Vernon (1915) est une vue crépusculaire de la Seine à dominante rose, orange et verte. Aucune activité humaine n’est visible, la toile envahie par la végétation apparaît comme une ode à la nature. La toile est actuellement présentée dans la salle d’exposition permanente au sous-sol du musée.

Le prix de vente de l’œuvre est fixé à 350 000 euros, elle appartient pour le moment à un collectionneur privé. La campagne de financement participatif lancée par le musée des Impressionnismes sur la plateforme Kisskissbankbank vise à collecter un montant minimum de 30 000 euros. Le musée a 45 jours pour rassembler les fonds et acquérir le tableau, soit jusq’au 21 octobre 2019.

En 2016, à l’issue de la rétrospective sur Gustave Caillebotte, le musée avait déjà lancé une souscription participative qui lui avait permis d’acquérir le Parterre de marguerites.

Au 11/10/2019: 27 342 euros collectés sur un objectif de 30 000, soit 91%. 188 donateurs. 8 jours restants.

Campagne crowdfunding pour l’acquisition d’un tableau de Bonnard par le musée Giverny sur la plateforme kisskissbankbank.

SOURCES: Réunion des Musées Métropolitains de Rouen, Paris Musées, Musée des Beaux Arts de Lyon, Musée de Giverny

PHOTOS: Réunion des Musées Métropolitains de Rouen, Paris Musées, Musée des Beaux Arts de Lyon, Musée de Giverny

Date de première publication: 11/10/2019

La Réunion des Musées Métropolitains de Rouen, Paris Musées et le Musée des Beaux Arts de Lyon sont membres du CLIC France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Le samedi 8 juin 2019, le château de Chantilly propose un cours de yoga dans la Galerie de Peinture associée à une opération de financement participatif

DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine, en 2019 

Campagnes de crowdfunding dans les lieux français de patrimoine historique, artistique et scientifique: 223 000€ en cours de collecte 

Campagnes de crowdfunding dans les lieux de patrimoine français achevées en 2019 : 524 261€ collectés et 33 campagnes réussies 

Le public « donne » 50 000 euros pour le retour du « Nu orange » au musée Bonnard du Cannet 

Laisser un commentaire