Comment la 5G aide le Musée national de Chine à sécuriser ses œuvres et améliorer l’expérience visiteur

Avec plus de 6 000 œuvres exposées, le Musée national de Chine veut devenir plus intelligent. Le musée le plus grand et le plus populaire de Chine a déjà largement misé sur le numérique mais se dit impatient de se lancer dans la révolution de la G. Selon ses dirigeants, la nouvelle norme de la téléphonie mobile devrait contribuer à créer des environnements personnalisés pour protéger les objets, améliorer l’expérience des visiteurs et assurer la sécurité du musée.

« Le musée produit d’énormes quantités de données chaque jour », a déclaré Li Huabiao, directeur du centre de gestion et d’analyse des données du musée, lors de la journée d’innovation de Huawei en Asie-Pacifique, le 3 septembre 2019. « La quantité de données collectées en un mois dépasse désormais la valeur d’un an de données dans le passé. Le Musée national de Chine est un palais d’objets et de reliques qui offre une fenêtre sur la culture chinoise qui remonte à quelques milliers d’années. En utilisant la technologie, nous espérons offrir une meilleure expérience aux visiteurs. Le musée est déterminé à tirer le meilleur parti de la 5G pour mieux préserver notre culture ».

La présentation de Li Huabiao à la conférence Huawei portait sur la création d’un musée intelligent, un concept sur lequel il travaille avec Huawei depuis le début de l’année 2018.

Le 28 juin 2019, Shan Wei, secrétaire du Parti et directeur adjoint du National Museum of China et Zhang Haoqiang, vice-président de Huawei, ont signé l’accord de coopération stratégique

Le Musée national de Chine utilise déjà la technologie 5G pour améliorer ses services, dans plusieurs directions.

  • Environnements «personnalisés» pour conserver les reliques culturelles

Le Musée national de Chine compte environ 1,4 million d’artefacts et moins de 100 employés pour gérer cette vaste collection. Ces deux chiffres indiquent clairement « le rôle de la technologie dans la préservation des artefacts et des reliques pour les visiteurs d’aujourd’hui et les générations futures ».

Le musée surveille désormais les objets (dans les salles et les réserves) en temps réel à l’aide de la technologie IoT (internet des objets). Les entrepôts où sont stockées les reliques sont ainsi constamment surveillés pour leur humidité, leur température et la présence de substances dangereuses dans l’air.

Le système intelligent est capable de réguler ces paramètres pour « créer le meilleur environnement afin de préserver chacune des reliques ». Le musée utilise également la technologie RFID pour collecter automatiquement des données sur les environnements des objets. L’IoT envoie ensuite des alertes au personnel s’il y a des anomalies qui doivent être corrigées en personne. Les nouveaux réseaux 5G permettent la transmission très rapide et fluide de grands volumes de ces données.

« La technologie joue un rôle majeur dans la gestion en temps réel des artefacts. Les capteurs surveillent les entrepôts d’artefacts pour la température, la pression, l’humidité et d’autres conditions qui nous permettent d’optimiser les conditions environnementales pour chaque artefact ou ensemble d’artefacts » Li Huabiao.

  • Amélioration de l’expérience des visiteurs

Le musée a fait appel à la technologie 5G de Huawei pour mettre en œuvre l’infrastructure réseau et déployer les appareils intelligents, afin que le musée puisse « identifier de manière proactive les besoins des clients », a déclaré Li au site GovInsider.

Ascenseurs, parkings, éclairage, température, humidité, qualité de l’air et musique de fond sont aujourd’hui « des composantes de la visite auxquelles le musée prête une attention nouvelle pour créer une expérience confortable pour les visiteurs ». Le musée surveille également les volumes et flux de visiteurs et recommande l’itinéraire optimal pour les visiteurs « afin qu’ils profitent au maximum de leur temps passé dans ses salles ».

« Créer une expérience visiteur confortable et transparente doit être une priorité pour un musée qui attire des centaines de milliers de visiteurs par an, de Chine et du monde entier » Li Huabiao.

  • Expériences immersives dans le musée et hors de ses murs

Le musée national de Chine n’est plus limité par l’espace physique et il lance davantage d’expositions virtuelles. Il peut ainsi proposer plus d’expositions et afficher chaque exposition pendant une période plus longue.

L’institution explore également la mise en place d’expositions à 360 degrés et en 4D à l’aide des technologies AR / VR, et grâce à la diffusion en 5G, pour offrir aux visiteurs une expérience plus immersive et interactive.

En outre, les salles du musée et ses collections peuvent de plus en plus être découvertes hors de ses murs avec des visites virtuelles préprogrammées, voire en direct.

  • Sécurité du musée renforcée

La RFID et les capteurs de l’Internet des objets (IoT) jouent déjà un rôle important dans la manière dont le musée gère également la sécurité de ses objets et de ses visiteurs.

La diffusion en direct, la gestion des flux des caméras de vidéosurveillance et la reconnaissance faciale, via la 5G permettent au personnel de surveiller le musée et d’identifier « les personnes suspectes ».

Les équipements numériques sont également de plus en plus présents dans les installations de sécurité, telles que les salles d’équipement de lutte contre l’incendie et les voies d’évacuation, afin que les équipes d’intervention soient en mesure d’intervenir rapidement en cas d’urgence.

Le musée intelligent est enfin capable de réduire ou du moins d’optimiser sa consommation d’énergie. Il utilise ainsi les données pour « surveiller la demande d’électricité et réguler l’approvisionnement en électricité dans l’ensemble des espaces ».

.

« La collecte et l’analyse de données diffusées par la 5G aident donc le Musée national de Chine à mieux préserver et protéger les reliques culturelles, à créer une meilleure expérience des visiteurs et à assurer la sécurité de ses objets » explique Li Huabiao.

Prochaine étape: afin d’accroître l’efficacité des taches administratives, le musée cherche à construire des bureaux mobiles et à utiliser l’IA pour simplifier par exemple les processus d’impression et de signature des rapports.

Dans les mois à venir, Li Huabiao prévoit de « travailler sur davantage d’innovations au Musée national de Chine, en utilisant l’intelligence artificielle (IA), l’IoT et la 5G pour fluidifier la diffusion des données ». Le musée finalise actuellement des projets de gestion, d’intégration et d’automatisation des Big Data dans plusieurs activités du musée.

Autant d’innovations, gourmandes en données et qui s’appuieront donc sur une infrastructure 5G de plus en plus robuste.

« Le musée, gardien important de la riche histoire de la Chine, doit se tourne vers l’avenir pour préserver le patrimoine culturel du pays, et son héritage patrimonial de plus de 5 000 ans » conclut Li Huabiao.

SOURCES: techwireasia.com, govinsider.asia, Huawei

PHOTOS: wikimedia commons

Date de première publication: 10/09/2019

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

A Wuhan, dans la province de Hubei, la Chine dévoile son premier «musée intelligent» 5G

La 5G et l’intelligence artificielle vont permettre de transformer la visite et la gestion de la collection de la Cité interdite

En Chine, à Shenzen, un nouveau musée des sciences révolutionnaire ouvre ses portes

Le Musée du Palais de la Cité Interdite présente une exposition numérique de 9 chefs d’oeuvres historiques de la Chine

En Chine, le Musée archéologique de Jinsha choisit également la réalité augmentée et virtuelle

Laisser un commentaire

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France