A VOIR OU REVOIR ! La sélection des programmes TV du CLIC France (07/02/2019)

Vasarely et Caravage, , de nouveaux petits secrets des grands tableaux, le musée des Offices, la face cachée de l’art américain, le nouveau Nausicaa, Art et scandales … le CLIC France sélectionne et vous conseille des programmes TV à voir ou à revoir !

Dossier voir et revoir (archives)

  • DOCUMENTAIRES

. La Villa Médicis, pour l’amour des arts (ARTE, 53 min, jusqu’au 03/04/2019)

La Villa Médicis hébergea des artistes français de renom, parmi lesquels François Boucher, Jean-Honoré Fragonard, ou Jacques-Louis David. Plongée au coeur de l’Académie de France à Rome, une institution unique créée en 1666 par Louis XIV.

C’est à Rome qu’il faut chercher l’un des plus beaux trésors de notre patrimoine national. Du haut de la colline du Pincio, la Villa Médicis, lieu de résidence pour des artistes français, domine la cité éternelle. Créée en 1666 par Louis XIV, l’Académie de France à Rome est à l’origine un lieu d’enseignement des beaux-arts dont les pensionnaires ont pour mission d’égaler les grandes œuvres de l’Antiquité. Au début du XVIIIe siècle, devenue une référence pour toute l’Europe, elle héberge des artistes français de renom : François Boucher, Jean-Honoré Fragonard, Jacques-Louis David, etc. En 1803, Napoléon fait l’acquisition de la Villa Médicis pour y installer l’Académie, à laquelle il donne un nouveau souffle.

Extrait:

Filiations
La Villa Médicis accueille chaque année une douzaine d’heureux élus représentant différentes disciplines artistiques. Ils s’y consacrent en toute liberté à leurs travaux, tout en tissant une filiation avec leurs illustres prédécesseurs, dont la mémoire est partout présente. La caméra pénètre dans les pièces les plus étonnantes de ce palais, telle la « chambre turque », perchée dans les étages, où résida Ingres et qui inspira à Balthus, directeur de l’institution pendant dix-sept ans, le célèbre tableau éponyme. Entre déambulations dans les appartements ou les jardins et conversations avec des pensionnaires, des historiens de l’art, des restaurateurs et des conservateurs, l’une des plus prestigieuses institutions culturelles de l’Europe livre quelques-uns de ses secrets les mieux gardés.

Réalisation : Laurence Thiriat

Pays : France

Année : 2015

page web ARTE

. La magie des grands musées Le musée des Offices, Florence (ARTE, 52 min, jusqu’au 04/03/2019)

Une promenade dans la galerie des Offices, joyau de Florence, en compagnie du styliste allemand Wolfgang Joop. Entre les innombrables chefs-d’oeuvre de la renaissance italienne ou du baroque européen (Michel-Ange, le Caravage, Rembrandt, Goya ou Gentileschi) trône le clou de la galerie : l’envoûtante « Naissance de Vénus » de Botticelli.

De longues files de visiteurs se pressent quotidiennement devant les grilles du musée des Offices, édifié au XVIe siècle par la puissante famille Médicis, pour admirer une collection de tableaux et de sculptures d’une richesse inégalée. Entre les innombrables chefs-d’œuvre de la renaissance italienne ou du baroque européen – Michel-Ange, le Caravage, Rembrandt, Goya ou Gentileschi – trône le clou de la galerie : l’envoûtante Naissance de Vénus de Botticelli. Le temps d’une visite en compagnie du styliste allemand Wolfgang Joop, ce documentaire retrace l’histoire mouvementée d’un musée mythique, en s’attardant sur les dramatiques inondations de 1966 qui endommagèrent des milliers de toiles, l’attentat à la bombe de 1993 ou la sur-fréquentation que connaît actuellement l’institution florentine.

Un extrait:

Réalisation : Sylvie KürstenPays : AllemagneAnnée : 2018

Page web ARTE

Site web ARTE « art of museums »

. La magie des grands musées La Alte Nationalgalerie, Berlin (ARTE, 53 min, jusqu’au 11/03/2019)

Lieu mythique de l’art allemand, la Alte Nationalgalerie, inaugurée en 1876, située sur l’île aux musées de Berlin, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, fut construite dans un style néoclassique à la manière d’un temple grec. On y trouve, entre autres, des chefs-d’oeuvre signés Caspar David Friedrich, Adolf von Menzel, Édouard Manet…

La Alte Nationalgalerie abrite une importante collection de peinture allemande du XIXe siècle et beaucoup d’œuvres datant de la Révolution française et jusqu’à la Première Guerre mondiale. On y trouve, entre autres, des chefs-d’œuvre signés Caspar David Friedrich, Adolf von Menzel, Édouard Manet… Le temps d’une visite en compagnie de l’artiste allemande Katharina Grosse, ce documentaire retrace l’histoire mouvementée de ce musée dont de nombreuses œuvres ont été taxées d’ »art dégénéré » par les nazis.

2 extraits:

Réalisation : Ralf Pleger

Pays : Allemagne

. Vasarely : l’illusion pour tous (France 5, 53 min, 2018, jusqu’au 17/02/2019)

Retour sur les sources d’inspiration et les étapes du cheminement singulier de Vasarely, plasticien hongrois émigré à Paris et chef de file de l’Optical art.Extrait du documentaire:
Lien vers le programme en replay

. Du pain et des jeux Les courses de chars à Rome (ARTE, 92 min, jusqu’au 04/03/2019)

Aux alentours de 90 avant J.-C., le jeune Flavius Scorpus, esclave ambitieux, parvient à force de talent et d’entraînement au statut convoité d’aurige (conducteur de char). En participant aux célèbres courses du cirque Maxime de Rome et en accumulant les victoires, il deviendra une superstar. À travers sa biographie, un passionnant panorama de ce divertissement populaire.

Acclamés par plus de 150 000 spectateurs survoltés, provenant de toutes les classes sociales, et adoubés par l’empereur lui-même, ces rois de la piste jouent leur vie à chaque course.

Culture populaire
À travers cette biographie glorieuse, attestée par plusieurs documents historiques et littéraires, ce documentaire offre une reconstitution vivante et soignée des spectacles de la Rome antique sous l’empereur Domitien. Archéologues et historiens prennent la parole pour offrir un passionnant aperçu de la société romaine sous l’angle d’un divertissement moins anodin qu’il ne le paraît. Les découvertes archéologiques – pierres tombales, mosaïques, mais aussi jouets – révèlent ainsi le rôle des courses de chars dans la vie des Romains, véritable ciment social et élément majeur de la culture populaire de l’époque.

Réalisation : Jens Monath

Pays : Royaume-Uni

Année : 2018

. La face cachée de l’art américain (France 3, 52 min, jusqu’au 15/02/2019)

Durant la Seconde Guerre mondiale, fuyant le nazisme, des centaines d’artistes européens se sont réfugiés à New York, qui prend en quelques années la place de Paris comme capitale de l’art moderne. Dans ce contexte émerge une nouvelle génération d’artistes américains, réunis sous la bannière de l’expressionnisme abstrait. Dans la guerre idéologique qui les oppose à l’URSS, les Etats-Unis s’emparent de l’arme culturelle : aidés par la CIA, qui finance secrètement leurs expositions à l’étranger, les peintres américains vont représenter les valeurs du monde libre, ce qui les place en position dominante sur le marché de l’art.

Lien vers le programme en replay

. Les petits secrets des grands tableaux Bal du moulin de la Galette, Renoir, 1876 (ARTE, 26 min, jusqu’au 27/03/2019)

À 35 ans, Pierre-Auguste Renoir partage à Montmartre avec ses amis la misère des ouvriers exploités, des artistes désargentés et des prostituées dénigrées, qui se retrouvent le dimanche au bal du moulin de la Galette. Sur la grande toile où il les représente, le peintre met la modernité au service d’une convivialité rayonnante.

Sur les hauteurs d’une ville Lumière bientôt capitale du monde, Renoir affirme dans les reflets des étoffes, la douceur des sourires et l’éclat d’un après-midi la force vivante du peuple des invisibles.

Réalisation : Carlos Franklin

Pays : France

Année : 2017

. Mapplethorpe, look at the pictures ! (ARTE, 104 min, jusqu’au 13/02/2019)

Disponible du 16/11/2018 au 13/02/2019

Qu’il s’agisse de fleurs, de bondage, d’éphèbes noirs ou de portraits de célébrités, l’esthétique de Robert Mapplethorpe est restée inchangée : des compositions rigoureuses, léchées, le plus souvent dans un noir et blanc sacralisé. De son enfance protégée à sa mort précoce en 1989, emporté par le sida à 42 ans, ce documentaire suit la trajectoire du sulfureux photographe.

Élevé dans une banlieue cossue de l’État de New York, qu’il quittera dès que possible, Robert Mapplethorpe entre, à 17 ans, dans une école d’art. S’il dédaigne encore la photographie, le hobby d’un père avec qui il ne s’entendra jamais, il cherche à révolutionner l’art, par des collages ou des actes subversifs, immolant son singe domestique sur l’autel de son travail de fin d’études. Il rencontre Patti Smith et le couple s’installe au mythique Chelsea Hotel. S’ensuit une période d’effervescence créative pour ce duo anticonformiste et sexy. Fasciné par les revues sous cellophane, Robert inaugure ses collages pornographiques, puis se met au Polaroid, photographiant ses premiers modèles. La découverte de son homosexualité fait voler en éclats son histoire d’amour avec Patti, pour qui il réalisera néanmoins le superbe portrait ornant l’album Horses.


Compositions rigoureuses
Inexplorée par l’art contemporain des années 1960-1970, la pornographie offre à Robert Mapplethorpe un extraordinaire champ d’expression. Il abolit les frontières entre l’intime et l’art, faisant de ses amants et de ses pratiques SM le sujet de ses photos. Mais qu’il s’agisse de fleurs raffinées, de bondage, d’éphèbes noirs ou de portraits de célébrités, son esthétique demeure inchangée : des compositions rigoureuses, léchées, le plus souvent dans un noir et blanc sacralisé. De son enfance protégée à sa mort précoce en 1989, lorsqu’il est emporté par le Sida à 42 ans, ce documentaire suit la trajectoire du sulfureux photographe, puisant dans un généreux fonds d’archives (photos, dessins, vidéos, entretiens) et recueillant les témoignages de ses proches – frère et sœur, amis, amants, historiens d’art ou galeristes. Sans occulter le cynisme du personnage et son ambition dévorante, ce film montre aussi son charisme et l’acuité de son regard, dévoilant les multiples facettes d’un artiste diabolisé par l’Amérique conservatrice, qui a tenté de le cantonner à la pornographie.

Réalisation : Randy Barbato et Fenton Bailey

. Série L’Art scandale Arte (9 épisodes de 7 minutes, jusqu’au 15/06/2019)

Sapin démesuré ou plug anal géant, machine à déféquer, icône plongée dans l’urine… Quand la renommée d’une œuvre dépasse celle d’un artiste, les réactions déferlent: le public est enthousiaste, choqué ou révolté mais rarement indifférent. Les médias s’engouffrent dans la brèche et le marché de l’art convertit cet engouement en or…

Une série réalisée par Thierry Berrod.

Série complète

L’Art scandale (épisode 3/9) Sex art

Paul McCarthy érige un énorme sapin gonflable sur une place publique et les passions s’embrasent. Plug anal, phallus, sex toy, tout y passe ! Surtout quand l’œuvre trône sur la plus chère et luxueuse place de Paris.

. Nausicaa, le plus grand aquarium d’europe / RMC Découvertes 

Le plus grand aquarium de France, deviendra en mai 2018 le plus grand d’Europe ! Plongez au cœur de ce chantier titanesque. Situé à Boulogne-sur-Mer et avec 36 000 animaux marins, répartis sur 5 000 m2, il a fallu déployer les grands moyens : le domaine abrite une jungle humide, un marécage et une forêt immergée. 150 personnes travaillent quotidiennement dans ce gigantesque complexe : aquariologistes, vétérinaires, soigneurs, animateurs ou encore entraîneurs.

Vidéo du documentaire :

En 2018, 27 ans après sa première inauguration, le Nausicaa s’est fixé comme objectif d’atteindre 1 million de visiteurs par an. Pour cela l’aquarium a vu les choses en grand, un projet estimé à 85 millions d’euros : Il va multiplier par deux sa superficie, un aquarium géant de 9 500 m3 et d’une profondeur de 9m sera installé, l’aquarium offrira également de nouvelles sensations, avec l’utilisation des technologies de l’image et des dispositifs interactifs. Un chantier de tous les défis qui rassemble prouesses techniques et logistiques.

(Lire l’article du CLIC France: Nausicaa, le Centre de la Mer de Boulogne, devient le quatrième aquarium du Monde et vise 1 million de visiteurs)

. Tokyo Paranormal / Arte (jusqu’au 21/03/2021)

Au Japon, l’écran de télévision, le PC ou le smartphone sont devenus des lieux de passage entre le monde des vivants et celui d’entités inhumaines. Tokyo Paranormal dresse un inventaire fantastique composé de figures emblématiques du surnaturel japonais, et de quelques lieux hantés qui continuent de terrifier le Japon contemporain.

Réalisation: Yves Montmayeur

Auteur: Yves Montmayeur & Stéphane du Mesnildot

Pays: France  Année: 2018

Voir les vidéos de la série

  • REPORTAGES

Victor Vasarely : lumière sur le maître de l’illusion (France 2, 2 min 30, février 2019)

Regarder un tableau de Victor Vasarely, c’est une expérience sensorielle à elle toute seule. Il y a des creux, des bosses, des gouffres infinis qui nous aspirent, et même si la surface est plane, c’est comme si on mettait des lunettes 3D. Victor Vasarely c’est l’inventeur de l’art optique. Au départ, c’était un graphiste de publicité déjà très doué pour les effets visuels.

. 10 infos insolites – Gustav Klimt 5France TV, 6/02/2019, 2 min, jusqu’au 05/02/2022)

. Jackson Pollock – 10 infos insolites (France TV, 30/01/2019, 2 min, jusqu’au 29/01/2022)

. Edvard Munch – 10 infos insolites (France TV, 23/01/2019, 2 min, jusq’au 22/01/2022)

. Caravage, le bad boy de la peinture – Histoires d’art (France TV, 22/01/2019, 6 min, jusqu’au 21/01/2022)

Bruxelles, Hergé dans sa bulle Invitation au voyage / Arte (13 min, jusqu’au 04/03/2020)

Elle apparaît, de manière fugace, dans chacun de ses albums. À la manière d’un jeu de piste, qui nous baladerait entre ses maisons art nouveau, son palais royal, ses musées et même son parlé, Bruxelles s’invite dans les aventures de Tintin. La capitale belge est la ville natale d’Hergé, qui lui a témoigné tout au long de son œuvre son profond attachement.

www.arte.tv/fr/videos/081428-001-A/bruxelles-herge-dans-sa-bulle/

Artistes et robots / Arte (3 minutes, jusqu’au 11/04/2038)

Les artistes ont toujours su jouer de leur milieu technique. Avec le développement de l’art numérique, leur travail aujourd’hui est d’autant plus surprenant qu’ils ont recours à des logiciels de plus en plus puissants, qui donnent à l’œuvre une autonomie de plus en plus grande, une capacité de générer des formes à l’infini et une interactivité qui modifie le jeu en permanence.

www.arte.tv/fr/videos/082139-000-A/artistes-et-robots/

  • MAGAZINES

– D’art d’art / France 2 (hebdomadaire, chaque dimanche à 20.40)

Disponible en replay pendant 30 jours sur le site web de France TV

– Stupéfiant! / France 2 (hebdomadaire, chaque lundi à 22.40)

Disponible en replay pendant 30 jours sur le site web de France TV

. La galerie France 5 (hebdomadaire, dimanche matin à 9.25)

Documentaire disponible en replay une semaine sur le site web de France TV

SOURCES: Arte, France Télévisions

 

Laisser un commentaire