A VOIR OU REVOIR ! La sélection des programmes TV du CLIC France (5/12/2018)

L’enfer de Dantes, les musées du Prado et d’Orsay, Mapplethorpe, les fresques, Egon Schiele et Basquiat, l’île aux musée de Berlin, l’art primitif, le nouveau Nausicaa, Art et scandales, de nouveaux petits secrets des grands tableaux … le CLIC France sélectionne et vous conseille des programmes TV à voir ou à revoir !

  • DOCUMENTAIRES

. Science grand format: le Temple de Karnak, joyau des Pharaons (jusqu’au 15/12/2018)

de : Martin Gorst 92min 2018 tous publics

Lien vers le replay

Dans la ville de Thèbes se trouve le temple de Karnak, le plus grand centre religieux de l’Egypte ancienne qui, il y a 3400 ans, revêtait une dimension sacrée pour les pharaons. La construction du complexe s’est étalée sur plus de deux millénaires. Ici, les obélisques rappellent l’immense puissance des pharaons. Ces monolithes, taillés dans la pierre la plus dure, dominent toujours le site de Karnak. Mais comment étaient-ils façonnés puis dressés ? Pour en percer les mystères, l’archéologue Adel Kelany et son équipe tentent de reproduire la méthode des anciens carriers pour extraire et ériger ces gigantesques blocs de granit.

. Expédition « Modernes » Sur les traces de l’art oublié (ARTE, 53 min, jusqu’au 17/12/2018)

Comme Picasso, de nombreux artistes du XXe siècle ont été influencés par l’art dit primitif. Quelle place lui donner dans nos institutions culturelles ? Pour répondre à cette question, Nicola Graef et Susanne Brand entreprennent un voyage à la rencontre d’artistes et de chercheurs qui envisagent d’autres manières de transmettre l’histoire de l’art.

Jeune peintre, Pablo Picasso visitait régulièrement à Paris le palais du Trocadéro, qui abritait alors le Muséum ethnographique des missions scientifiques. Fasciné par les sculptures africaines, il a puisé dans leur langage formel abstrait le moyen d’exprimer sa propre notion du temps. L’Espagnol, devenu par la suite l’un des artistes majeurs du XXe siècle, doit ainsi beaucoup à ses devanciers africains, dont il ne connaissait ni les noms ni les trajectoires. À son image, de nombreux autres créateurs ont été influencés par l’art dit primitif. Dans quelle mesure avons-nous pu accepter l’impact positif de ces œuvres sur le développement de l’art moderne tout en les conservant dans des collections ethnographiques dédiées ? Pour répondre à cette question, Nicola Graef et Susanne Brand entreprennent un voyage à la rencontre d’artistes et de chercheurs qui envisagent d’autres manières de transmettre l’histoire de l’art.

Réalisation : Nicola Graef, Susanne Brand

Pays : Allemagne

Année : 2018

. L’Enfer de Dante (ARTE, 52 min, jusqu’au 20/12/2018)

Grande source d’inspiration en art et monument incontestable de la littérature classique, « la Divine Comédie » serait au fondement même de la langue italienne. Ce documentaire offre une relecture de cette oeuvre en osant un rapprochement saisissant avec l’enfer vécu actuellement par les migrants ainsi qu’un portrait fascinant de Dante.

Élu au Conseil des Cent de Florence, Dante Alighieri (1265-1321) eut la mauvaise idée de choisir le camp des gibelins, favorables au pouvoir du Saint Empire romain germanique, contre celui des guelfes, partisans du pape. Condamné au bûcher, il réussit à y échapper et vécut ensuite en banni. Errant dans une Italie en guerre, il y connut toutes les horreurs et turpitudes dont l’être humain est capable. C’est au cours de ses pérégrinations qu’il écrivit La divine comédie. Aujourd’hui encore, ses descriptions de l’enfer, du purgatoire et du paradis sont si plastiques et évocatrices qu’elles continuent d’inspirer peintres, écrivains et cinéastes. L’œuvre de Dante est par ailleurs fondatrice de la langue italienne et de son parler populaire – contrairement au latin, apanage des clercs et des érudits.

Enfer contemporain
En partant d’une édition rarissime de La divine comédie conservée à Hambourg et émaillée de citations, le film met en exergue ce qui peut représenter l’enfer aujourd’hui : les bateaux de migrants surchargés et les cadavres sur les plages de Lampedusa.

Réalisation : Christiane Schwarz

Pays : Allemagne

Année : 2015

. La magie des grands musées, Le Musée du Prado, Madrid (ARTE, 53 min, jusqu’au 24/12/2018)

Depuis deux siècles, le Musée du Prado rend accessibles les chefs-d’oeuvre collectionnés par les Habsbourg et les Bourbons, parmi lesquels des tableaux signés Titien, Rubens, Vélasquez, Bosch ou Goya. En compagnie de la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato, une découverte passionnante de ces toiles emblématiques.

Avec ses trois millions de visiteurs annuels, le Prado est l’un des monuments phares de la capitale espagnole, et l’une des plus importantes pinacothèques au monde. L’institution, qui fêtera son bicentenaire en 2019, est devenue dès son ouverture l’archétype du grand musée national en rendant accessibles au public des chefs-d’œuvre de l’art européen collectionnés par les Habsbourg et les Bourbons, parmi lesquels des tableaux signés Titien, Rubens, Vélasquez, Bosch ou Goya. En compagnie de la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato, une découverte passionnante des toiles emblématiques et des petits secrets de ce grand musée.

Réalisation : Ralf Pleger

Pays : Allemagne

Année : 2018

. Art Stories, l’âme des monuments; le monde du théâtre (jusqu’au 24/12/2018)

En cinq épisodes thématiques, cette série propose de (re)découvrir l’art européen au fil d’une exploration de grands lieux du patrimoine architectural. Ce volet explore les lieux théâtraux, avec le Théâtre antique grec à Delphes et Athènes, le Théâtre du Globe de Shakespeare à Londres et l’Opéra de Wagner à Bayreuth.

Réalisation : Philipp Mayrhofer

Auteur : Nadja Dumouchel, Clément Cogitore

Pays : France

Année : 2018

Site web ARTE  Site web de la série art stories l’âme des monuments

. Art Stories, l’âme des monuments; Chapelles de pouvoir ((jusqu’au 26/12/2018)

Redécouvrir l’art européen au fil d’une exploration de grands lieux du patrimoine architectural. Au nom de leur foi, l’empereur Charlemagne et Roger II, premier roi normand de Sicile, ont fait ériger deux majestueux édifices cultuels : la cathédrale d’Aix-la-Chapelle pour le premier et la chapelle palatine à Palerme pour le second.

En s’appuyant sur la vision de leurs créateurs et sur l’éclairage de spécialistes, cette série offre une immersion inédite au cœur des monuments et sites européens les plus prestigieux. Aujourd’hui : au nom de leur foi, l’empereur Charlemagne et Roger II, premier roi normand de Sicile, ont fait ériger deux majestueux édifices cultuels : la cathédrale d’Aix-la-Chapelle pour le premier et la chapelle palatine à Palerme pour le second. Pour bâtir ces deux monuments, qui affirment les pouvoirs temporel et spirituel des souverains, les matériaux les plus nobles et les techniques les plus complexes de leur époque ont été utilisés.Réalisation : Philipp Mayrhofer

Auteur : Nadja Dumouchel, Clément Cogitore

Pays : France

Année : 2018

Site web ARTE  Site web de la série art stories l’âme des monuments

. Art Stories, l’âme des monuments; L’aventure des fresques (jusqu’au 25/12/2018)

En cinq épisodes thématiques, cette série propose de (re)découvrir l’histoire de l’art européen au fil d’une exploration cinématographique de grands lieux du patrimoine architectural. Aujourd’hui : des œuvres pariétales de la grotte Chauvet aux audaces de Giotto dans la basilique Saint-François à Assise, en passant par les fresques antiques de Pompéi.

En s’appuyant sur la vision de leurs créateurs et sur l’éclairage de spécialistes, cette série offre une immersion inédite au cœur des monuments et sites européens les plus prestigieux.

Aujourd’hui : des œuvres pariétales de la grotte Chauvet aux audaces de Giotto dans la basilique Saint-François à Assise, qui préfigurent l’art de la Renaissance, en passant par les fresques antiques de Pompéi, les chefs-d’œuvre de la peinture murale nous invitent à remonter le temps pour découvrir la vie et les récits mythologiques de nos ancêtres.

Réalisation : Philipp Mayrhofer

Auteur : Nadja Dumouchel, Clément Cogitore

Pays : France

Année : 2018

La magie des grands musées, Le Musée d’Orsay, Paris (ARTE, 53 min, jusqu’au 31/12/2018)

Visite guidée du musée d’Orsay, à Paris, en compagnie de la chorégraphe Sasha Waltz qui commente avec sensibilité des oeuvres emblématiques : l' »Olympia » de Manet, « Les nénuphars » de Monet ou « L’origine du monde » de Courbet.

Ouvert en 1986 dans la gare désaffectée du même nom, une innovation architecturale en soi, le musée d’Orsay, spécialisé dans l’art du XIXe siècle, abrite la plus importante collection impressionniste au monde. Au travers de la peinture et de la sculpture, mais aussi du mobilier, il offre un extraordinaire voyage au cœur d’une période charnière, celle de l’irruption de la modernité et des bouleversements sociaux qu’elle entraîne. La chorégraphe Sasha Waltz, guide des lieux, commente avec sensibilité des œuvres emblématiques : l’Olympia de Manet, Les nénuphars de Monet ou L’origine du monde de Courbet. Les interventions de nombreux experts, parmi lesquels Laurence des Cars, la directrice de l’établissement, complètent cette captivante visite.

Extrait: « L’origine du monde » de Gustave Courbet présenté par Sasha Waltz – Musée d’Orsay, Paris (3 min)

Extrait: « Les Nymphéas » de Claude Monet présenté par Sasha Waltz – Musée d’Orsay, Paris (3 min)

Réalisation : Julie Kirchhoff

Pays : Allemagne

Année : 2018

Page du site web d’Arte

. La magie des grands musées, Le musée d’Histoire de l’art, Vienne (ARTE, 53 min, jusqu’au 07/01/2019)

La styliste Vivienne Westwood nous fait découvrir le musée d’Histoire de l’art de Vienne qui a été conçu pour abriter la collection d’art impérial des Habsbourg, parmi laquelle figurent les  tableaux inestimables de Vermeer, Bruegel l’Ancien, Rembrandt, Vélásquez, Raphaël, ou encore Le Caravage.

Inauguré en 1891 par l’empereur François-Joseph, le musée d’Histoire de l’art de Vienne a été conçu pour accueillir la collection d’art impérial. Au cours de leur règne, les Habsbourg ont en effet collectionné plus de 700 000 œuvres d’art, soigneusement sélectionnées selon les goûts de la maison souveraine, mais aussi selon les exigences des relations familiales dynastiques et de la politique européenne de l’époque. On retrouve parmi ces trésors de l’identité européenne des tableaux inestimables de Vermeer, Bruegel l’Ancien, Rembrandt, Vélásquez, Raphaël, ou encore Le Caravage. Au cours de son histoire mouvementée, le musée a traversé des crises et des guerres – les dommages causés au bâtiment durant l’ère nationale-socialiste ont nécessité l’évacuation de nombreuses toiles. En compagnie de Vivienne Westwood.

Extrait: « La Tour de Babel » de Bruegel l’Ancien présenté par Vivienne Westwood – Musée d’histoire de l’art, Vienne (3 min)

Réalisation TV : Kurt Mayer

Pays : Allemagne

Année : 2018

Page web ARTE

. Les petits secrets des grands tableaux: La vie mélangée, Vassily Kandinsky, 1907 (ARTE, 27 min, jusqu’au 23/01/2019)

L’histoire de l’art comme vous ne l’avez jamais vue, entre innovation numérique et décryptage ludique. Feu d’artifice de touches colorées, hymne à une culture populaire que Kandinsky a découverte lors d’un voyage dans la Russie profonde, le tableau « La vie mélangée » (1907) contient en germe tous les éléments de l’invention picturale majeure dont l’artiste sera l’auteur : l’abstraction.

Le dernier épisode de la série Les petits secrets des grands tableaux est consacré au tableau La vie mélangée (1907), de Wassily Kandinsky. Sur la toile, une foule dense mêle gens du peuple, figures légendaires, saints protecteurs et madones russes. Feu d’artifice de touches colorées, hymne à une culture populaire que le peintre a découverte lors d’un voyage dans la Russie profonde, le tableau contient en germe tous les éléments de l’invention picturale majeure dont Kandinsky sera l’auteur : l’abstraction.

Réalisation : Carlos Franklin

Pays : France

Année : 2013

  • « Venise l’insolente » (ARTE, 52 min, jusqu’au 26/01/2019)

En écho à l’exposition du Grand Palais « Éblouissante Venise !« , une traversée de la Sérénissime au XVIIIe siècle, cité d’audaces et de plaisirs à la foisonnante scène artistique : Vivaldi, Farinelli, Tiepolo père et fils, Canaletto, Longhi, Guardi ou encore Goldoni et Casanova !

De tout temps, Venise a fasciné. Aucune cité n’a suscité autant de rêves, de désirs et de fantasmes. Merveille d’architecture, empire commercial et reine des mers, elle a concentré en son sein les plus grands artistes, lesquels ont contribué à son rayonnement à travers le monde. Au XVIIIe siècle, au crépuscule de sa puissance et de sa splendeur, la Sérénissime, qui affirme fièrement son statut de république, déborde de vitalité. Vivaldi, Farinelli, Tiepolo père et fils, Canaletto, Longhi, Guardi ou encore Goldoni et Casanova participent au bouillonnement fiévreux qui s’est emparé de la ville. Libertine et insolente, transgressive et créative, Venise s’enivre de fêtes et de carnavals, jusqu’à ce que Bonaparte conquière la ville en 1797.

Extrait du documentaire:

Pleins feux
Au travers de ses arts foisonnants, ce documentaire captivant restitue les plus grands moments de l’histoire de la Sérénissime alors qu’elle danse sur un volcan, avant son inexorable déclin. Un hommage éblouissant à la prodigieuse beauté de la cité italienne, à laquelle le Grand Palais consacre une exposition jusqu’au 21 janvier 2019.

Réalisation : Laurence Thiriat

Pays : France

Année : 2018

Page web d’ARTE

. Mapplethorpe, look at the pictures ! (ARTE, 104 min, jusqu’au 13/02/2019)

Disponible du 16/11/2018 au 13/02/2019

Qu’il s’agisse de fleurs, de bondage, d’éphèbes noirs ou de portraits de célébrités, l’esthétique de Robert Mapplethorpe est restée inchangée : des compositions rigoureuses, léchées, le plus souvent dans un noir et blanc sacralisé. De son enfance protégée à sa mort précoce en 1989, emporté par le sida à 42 ans, ce documentaire suit la trajectoire du sulfureux photographe.

Élevé dans une banlieue cossue de l’État de New York, qu’il quittera dès que possible, Robert Mapplethorpe entre, à 17 ans, dans une école d’art. S’il dédaigne encore la photographie, le hobby d’un père avec qui il ne s’entendra jamais, il cherche à révolutionner l’art, par des collages ou des actes subversifs, immolant son singe domestique sur l’autel de son travail de fin d’études. Il rencontre Patti Smith et le couple s’installe au mythique Chelsea Hotel. S’ensuit une période d’effervescence créative pour ce duo anticonformiste et sexy. Fasciné par les revues sous cellophane, Robert inaugure ses collages pornographiques, puis se met au Polaroid, photographiant ses premiers modèles. La découverte de son homosexualité fait voler en éclats son histoire d’amour avec Patti, pour qui il réalisera néanmoins le superbe portrait ornant l’album Horses.


Compositions rigoureuses
Inexplorée par l’art contemporain des années 1960-1970, la pornographie offre à Robert Mapplethorpe un extraordinaire champ d’expression. Il abolit les frontières entre l’intime et l’art, faisant de ses amants et de ses pratiques SM le sujet de ses photos. Mais qu’il s’agisse de fleurs raffinées, de bondage, d’éphèbes noirs ou de portraits de célébrités, son esthétique demeure inchangée : des compositions rigoureuses, léchées, le plus souvent dans un noir et blanc sacralisé. De son enfance protégée à sa mort précoce en 1989, lorsqu’il est emporté par le Sida à 42 ans, ce documentaire suit la trajectoire du sulfureux photographe, puisant dans un généreux fonds d’archives (photos, dessins, vidéos, entretiens) et recueillant les témoignages de ses proches – frère et sœur, amis, amants, historiens d’art ou galeristes. Sans occulter le cynisme du personnage et son ambition dévorante, ce film montre aussi son charisme et l’acuité de son regard, dévoilant les multiples facettes d’un artiste diabolisé par l’Amérique conservatrice, qui a tenté de le cantonner à la pornographie.

Réalisation : Randy Barbato et Fenton Bailey

Pays : Royaume-Uni

Année : 2016

Voir aussi le dossier ARTE sur la photographie « Capturer le Monde »

. Berlin Les trésors de l’île aux musées (ARTE, 53 min, 01/02/2019)

À Berlin, l’île aux musées foisonne d’objets précieux venus du monde entier. Dans ce quartier historique donnant sur la Spree, dix-neuf musées nationaux, bibliothèques, archives et centres de recherche offrent un panorama unique sur l’histoire de l’humanité, de l’âge de pierre à l’époque contemporaine.

Le réalisateur Dag Freyer dévoile les secrets d’œuvres emblématiques et présente l’immense travail des muséologues.

Réalisation : Dag Freyer

Pays : Allemagne

Année : 2017

. Egon Schiele Arte (55 min, jusqu’au 19/11/2018)

Jugé dérangeant, voire obscène, par ses contemporains, son travail est considéré aujourd’hui comme l’une des oeuvres majeures de la Sécession viennoise. Ce documentaire revisite la vie du peintre Egon Schiele (1890-1918).

Emporté par la grippe espagnole en 1918, Egon Schiele eut une vie tourmentée. Sorti révolté et sans diplôme en 1909 de l’Académie des beaux-arts de Vienne, dont il avait, trois ans plus tôt, réussi brillamment le concours, le jeune peintre s’émancipe en fondant la Neukunstgruppe, un « groupe pour le nouvel art » qui annonce l’expressionnisme. Doté d’un sens aigu de l’observation et d’une maîtrise parfaite du dessin des corps, surtout féminins, il bouscule les conventions en tordant les silhouettes et les visages de ses modèles. Jugé dérangeant, voire obscène, par ses contemporains, son travail, considéré aujourd’hui comme l’une des œuvres majeures de la Sécession viennoise, ne sera tiré de l’oubli que dans les années 1950, grâce au collectionneur Rudolf Leopold.

Le documentaire en replay: 


Portrait captivant
À l’occasion de l’exposition que lui consacre la Fondation Louis Vuitton, ce documentaire se penche sur l’œuvre d’Egon Schiele au travers de ses relations avec ses proches, de ses rencontres amicales et amoureuses, et de ses découvertes artistiques (dont celle de Rimbaud). Arpentant les lieux où vécut le peintre, de Tulln an der Donau, où il naquit en 1890, à la capitale autrichienne où son atelier jouxtait celui de Klimt, en passant par la prison tchèque de Cesky Krumlov, où il fut brièvement incarcéré en 1912 pour « diffusion de dessins offensant la pudeur« , des historiens de l’art, comme Jean Clair, et des spécialistes éclairent ses toiles et ses dessins à l’aune des événements méconnus de sa fulgurante existence.

Réalisation : Herbert Eisenschenk

Pays : Allemagne

Année : 2017

. Jean-Michel Basquiat La rage créative Arte (54 min, jusqu’au 17/11/2018)

L’oeuvre du peintre Jean-Michel Basquiat, mort d’une overdose en 1988 à seulement 27 ans, bat aujourd’hui des records dans les salles de vente. Retour sur le parcours atypique d’un gosse de Brooklyn devenu superstar.

Le documentaire en replay: 

Étoile filante de la scène artistique new-yorkaise, Jean-Michel Basquiat, mort d’une overdose en 1988 à seulement 27 ans, est considéré comme l’un des artistes américains les plus influents et les plus prolixes de la fin du XXe siècle. Il a, notamment, fait entrer le graff et la culture de la rue dans les musées. Parmi les milliers de toiles et de dessins qu’il a réalisés, certains se vendent aujourd’hui, trente ans après sa disparition, pour des dizaines de millions de dollars. Attiré par la culture underground post-punk de Basquiat, Andy Warhol a offert au jeune artiste un accès privilégié à la célébrité. Ce documentaire explore son amitié ambivalente avec son mentor, et tente de percer les mystères qui entourent encore son personnage. Basquiat était-il un génie torturé et autodestructeur, à l’instar d’un Van Gogh, ou fut-il entraîné malgré lui dans la spirale mortifère de la gloire et de ses excès ?

L’exposition « Basquiat. Boom for Real » est à voir à la Schirn-Kunsthalle de Francfort jusqu’au 27 mai 2018. La Fondation Louis Vuitton à Paris proposera également une rétrospective Basquiat du 3 octobre 2018 au 19 janvier 2019.

Réalisation : David Shulman

Pays : Royaume-Uni

Année : 2017

. Les petits secrets des grands tableaux La tentation de saint Antoine, Jérôme Bosch, 1501 Arte (27 min, jusqu’au 12/12/2018)

L’imagerie foisonnante du peintre néerlandais Jérôme Bosch (1450-1516) atteint son apogée dans le triptyque allégorique de « La tentation de saint Antoine », démarré en 1501 et présentant trois moments de la vie de l’ermite, qui passe pour avoir résisté pendant plus d’un siècle aux tentations, pièges et violences du diable.

Le documentaire en replay: 

Au crépuscule du Moyen Âge, la population des Pays-Bas subit de terribles famines, épidémies et inondations. La peur du châtiment martelé par une Église corrompue la hante. Pour guérir ce monde défiguré par la souffrance et la fièvre, Bosch déploie dans cette toile un spectaculaire univers symbolique peuplé de centaines de créatures fantastiques. Armé de son pinceau, il tente de dompter ses funestes démons.

Réalisation : Carlos Franklin

Pays : France

Année : 2015

. Les petits secrets des grands tableaux Les noces de Cana, Paul Véronèse, 1563 Arte (27 min, jusqu’au 07/12/2018)

L’histoire de l’art comme vous ne l’avez jamais vue. « Les noces de Cana », célèbre tableau avec lequel Paul Véronèse transpose le récit biblique du premier miracle du Christ (la transformation de l’eau en vin) sur la scène d’un fastueux banquet vénitien. Un trompe-l’oeil aux couleurs chatoyantes, avec quelque 133 personnages.

Le documentaire en replay: 

Le tableau de Véronèse chante la gloire de la Sérénissime, cosmopolite et libre, terre d’accueil des plus grands artistes, affichant une insolente indépendance vis-à-vis de Rome et du pape. Ce mélange entre sacré et profane, typique de l’art de Véronèse, constitue l’une des dernières images triomphantes du peintre. Car l’Inquisition interdira bientôt le déploiement débridé de son art.

Réalisation :Carlos Franklin

Pays :France

Année :2013

. Série L’Art scandale Arte (9 épisodes de 7 minutes, jusqu’au 15/06/2019)

Sapin démesuré ou plug anal géant, machine à déféquer, icône plongée dans l’urine… Quand la renommée d’une œuvre dépasse celle d’un artiste, les réactions déferlent: le public est enthousiaste, choqué ou révolté mais rarement indifférent. Les médias s’engouffrent dans la brèche et le marché de l’art convertit cet engouement en or…

Une série réalisée par Thierry Berrod.

Série complète

L’Art scandale (épisode 3/9) Sex art

Paul McCarthy érige un énorme sapin gonflable sur une place publique et les passions s’embrasent. Plug anal, phallus, sex toy, tout y passe ! Surtout quand l’œuvre trône sur la plus chère et luxueuse place de Paris.

. Nausicaa, le plus grand aquarium d’europe / RMC Découvertes 

Le plus grand aquarium de France, deviendra en mai 2018 le plus grand d’Europe ! Plongez au cœur de ce chantier titanesque. Situé à Boulogne-sur-Mer et avec 36 000 animaux marins, répartis sur 5 000 m2, il a fallu déployer les grands moyens : le domaine abrite une jungle humide, un marécage et une forêt immergée. 150 personnes travaillent quotidiennement dans ce gigantesque complexe : aquariologistes, vétérinaires, soigneurs, animateurs ou encore entraîneurs.

Vidéo du documentaire :

En 2018, 27 ans après sa première inauguration, le Nausicaa s’est fixé comme objectif d’atteindre 1 million de visiteurs par an. Pour cela l’aquarium a vu les choses en grand, un projet estimé à 85 millions d’euros : Il va multiplier par deux sa superficie, un aquarium géant de 9 500 m3 et d’une profondeur de 9m sera installé, l’aquarium offrira également de nouvelles sensations, avec l’utilisation des technologies de l’image et des dispositifs interactifs. Un chantier de tous les défis qui rassemble prouesses techniques et logistiques.

(Lire l’article du CLIC France: Nausicaa, le Centre de la Mer de Boulogne, devient le quatrième aquarium du Monde et vise 1 million de visiteurs)

. Tokyo Paranormal / Arte (jusqu’au 21/03/2021)

Au Japon, l’écran de télévision, le PC ou le smartphone sont devenus des lieux de passage entre le monde des vivants et celui d’entités inhumaines. Tokyo Paranormal dresse un inventaire fantastique composé de figures emblématiques du surnaturel japonais, et de quelques lieux hantés qui continuent de terrifier le Japon contemporain.

Réalisation: Yves Montmayeur

Auteur: Yves Montmayeur & Stéphane du Mesnildot

Pays: France  Année: 2018

Voir les vidéos de la série

  • REPORTAGES

. Bruxelles, Hergé dans sa bulle Invitation au voyage / Arte (13 min, jusqu’au 04/03/2020)

Elle apparaît, de manière fugace, dans chacun de ses albums. À la manière d’un jeu de piste, qui nous baladerait entre ses maisons art nouveau, son palais royal, ses musées et même son parlé, Bruxelles s’invite dans les aventures de Tintin. La capitale belge est la ville natale d’Hergé, qui lui a témoigné tout au long de son œuvre son profond attachement.

www.arte.tv/fr/videos/081428-001-A/bruxelles-herge-dans-sa-bulle/

. Artistes et robots / Arte (3 minutes, jusqu’au 11/04/2038)

Les artistes ont toujours su jouer de leur milieu technique. Avec le développement de l’art numérique, leur travail aujourd’hui est d’autant plus surprenant qu’ils ont recours à des logiciels de plus en plus puissants, qui donnent à l’œuvre une autonomie de plus en plus grande, une capacité de générer des formes à l’infini et une interactivité qui modifie le jeu en permanence.

www.arte.tv/fr/videos/082139-000-A/artistes-et-robots/

  • MAGAZINES

– D’art d’art / France 2 (hebdomadaire, chaque dimanche à 20.40)

Disponible en replay pendant 30 jours sur le site web de France TV

– Stupéfiant! / France 2 (hebdomadaire, chaque lundi à 22.40)

Disponible en replay pendant 30 jours sur le site web de France TV

 

SOURCES: Arte, France Télévisions

 

Laisser un commentaire