L’application mobile « Shazam de l’Art », Smartify, lève 1 million £ auprès d’un fond d’investissement

L’application mobile Smartify, le Shazam de l’Art capable d’identifier deux millions d’œuvres d’art numérisées dans 160 musées du monde entier, vient de lever 1 million de livres sterling d’investissement. Ce premier tour de table, annoncé le 15 novembre 2020, conforte la start-up anglaise, qui a déjà établi des partenariats avec des institutions telles que la National Gallery de Londres, le Smithsonian et le Palais du Belvédère à Vienne. Après avoir conclu des accords avec Le Louvre, Orsay et Paris Musées, des discussions avec des institutions françaises sont en cours. 

Fondé en 2015 par 4 amis, Anna Lowe, Thanos Kokkiniotis, Nick Mueller et Ron Rijmoet, Smartify a annoncé une croissance de 300% au cours de l’année écoulée, « après s’être adapté avec succès, pour offrir une éducation artistique en ligne pendant la pandémie, et fournir un soutien numérique aux musées du monde entier lors de leur fermeture puis réouverture ».

En partenariat avec plus de 160 musées dans le monde, l’application identifie instantanément deux millions d’œuvres d’art numérisées et a atteint le statut d’application de musée la plus téléchargée au monde, avec plus d’un million de téléchargements.

Anna Lowe, cofondatrice de Smartify, a déclaré: « C’est un énorme pas en avant pour Smartify et nous sommes ravis de voir le travail acharné de notre équipe aboutir à la réalisation de cette étape. Cette première collecte de fonds institutionnelle facilitera l’expansion dans le monde entier et sera cruciale pour nous permettre d’offrir une éducation artistique riche et une narration en ligne ».

  • Premier tour de table financier extérieur

Le financement de l’investisseur Pembroke VCT, qui permet ainsi le premier tour de table hors co-fondateurs et premier cercle, sera utilisé pour soutenir l’expansion internationale, en particulier aux États-Unis, et « l’évolution de la plate-forme d’une première expérience d’application à une offre multicanal qui prend en charge l’éducation artistique en ligne et le commerce électronique ».

Plus que jamais, la start-up doit maintenant trouver son modèle économique, gage de rentabilité et donc de pérennité.

Andrew Wolfson, PDG de Pembroke Investment Managers LLP, a commenté: « L’application Smartify est un produit vraiment unique permettant à des millions de personnes dans le monde de se connecter de manière significative à l’art, que ce soit dans une galerie ou depuis chez eux pendant la pandémie. Depuis son lancement il y a cinq ans, Smartify s’est imposé comme l’application leader pour les galeries et les amateurs d’art et nous sommes très heureux de voir le lancement de la nouvelle plate-forme Web et de soutenir Smartify dans sa prochaine étape de croissance ».

Quels contenus ?

Smartify permet aux amateurs de musées de parcourir l’art d’institutions en Europe, aux États-Unis, en Iran, en Égypte ou à Singapour.

Les utilisateurs peuvent faire des visites audio d‘une heure dans des lieux tels que le Metropolitan Museum of Art, le Kimbell Art Museum de Fort Worth et la London National Portrait Gallery, ou simplement des audioguides sur des œuvres spécifiques. Les visites peuvent être animées par des conservateurs, des historiens et des artistes eux-mêmes.

La collection Smartify de la National Portrait Gallery du Smithsonian comprend par exemple une galerie numérique de plus de 1 000 œuvres d’art, ainsi qu’une «visite en description visuelle» d’une heure de certains portraits présidentiels. Le Musée national d’art asiatique du Smithsonian, propose une sélection numérique intégrée de plus de 650 œuvres.

D’autres contenus Smartify incluent une visite guidée de la National Gallery of Art, une promenade descriptive dans le parc de sculptures de la Scottish National Gallery of Modern Art, racontée par l’artiste Juliana Capes ou une visite en langue des signes américaine du musée d’art Nelson-Atkins à Kansas City, Missouri.

 

  • Et les musées français ?

National Gallery de Londres, plusieurs des musées gérés par la Smithsonian Institution, Palais du Belvédère de Vienne, British Library, the J. Paul Getty Museum, Hermitage St Petersbourg, Metropolitan Museum of Art, Kimbell Art Museum Fort Worth … Smartify a conclu des accords avec plus de 120 institutions muséales mondiales afin de pouvoir intégrer les images de leur collection dans sa base de données. Celle-ci constitue le cœur du service et la start-up doit donc rapidement enrichir sa bibliothèque afin de pouvoir répondre au maximum de requêtes de la part de ses utilisateurs.

« Smartify travaille avec des institutions de différentes tailles et notamment des châteaux en Angleterre, des musées universitaires aux Etats-Unis, ou encore Fluctuart, le centre d’art urbain de Paris. La base de donnée de Smartify, qui contient plus de 2 millions d’oeuvres d’art, inclut par ailleurs des collections d’institutions non partenaires mais dont le contenu est disponible en open data, comme notamment les collections de Paris Musées ou du Rijksmuseum, et d’autres oeuvres disponibles sur des plateformes telles que Wikipedia, auxquelles Smartify contribue aussi afin de rendre l’art accessible au plus grand nombre. Nous avons focalisé notre développement sur le Royaume-Uni et les États-Unis jusqu’à présent. Cette levée de fonds nous donne maintenant la capacité de nous tourner vers le reste de l’Europe, et notamment la France, avec plus d’attention » explique Gwendoline Knybühler, responsable partenariats chez Smartify.

En France, Smartify diffuse des contenus relatifs au musée du Louvre, Orsay, Petit Palais, musée Carnavalet mais également Fluctuart ou l’Hotel du Cap Eden Roc. Une liste encore limitée qui devrait s’allonger si les discussions encours avec plusieurs collections aboutissent.   

Au sujet de Smartify est une application gratuite qui « aide les gens à établir des liens significatifs avec l’art et la culture ». Baptisée par New Scientist comme «  Shazam et Spotify pour l’art  », l’application Smartify permet aux utilisateurs d’identifier instantanément les œuvres d’art en les scannant sur leur smartphone et d’accéder à des contenus d’éducation artistique en ligne. L’application a remporté de nombreux prix, notamment le prix du Sommet mondial des Nations Unies pour la culture et le tourisme 2019 , le GLOMO de l’application la  plus innovante  au Mobile World Congress 2018, trois Webby Awards (meilleure application artistique, meilleure utilisation de la caméra mobile et  choix du public), Innovation numérique de l’année d u magazine Apollo Art Magazine. Smartify est également régulièrement présenté par Apple comme « l’une des meilleures applications d’apprentissage automatique de l’App Store ».

Au sujet de Pembroke VCT plc , gérée par Pembroke Investment Managers LLP, est une société de capital-risque qui se concentre sur les entreprises en phase de croissance dans les secteurs de la conception, de l’éducation, de l’alimentation, des boissons et de l’hôtellerie, du bien-être, des services numériques et des médias. « L’équipe d’investissement vise à trouver des fondateurs exceptionnels et innovants, ainsi qu’à utiliser leur réseau et leur expérience pour développer les marques grand public de demain, en donnant aux investisseurs la possibilité de partager la croissance de certaines des plus petites entreprises britanniques les plus passionnantes et les plus entreprenantes »

Au sujet d’Anna Lowe, cofondatrice, Smartify

Anna est cofondatrice et directrice des partenariats chez Smartify. « Croyant fermement que la culture a besoin d’intendance et non de perturbation, Anna travaille en étroite collaboration avec les musées pour adopter les nouvelles technologies qui soutiennent leur croissance et leur résilience ». Anna est administratrice de la Tate, la plus jeune administratrice d’un musée national. Anna siège également au groupe de travail UK5G Creative Industries et au Creative Industries Policy and Evidence Center (PEC)

Smartify es téléchargeable gratuitement sur Googleplay et l’Apppstore.

SOURCES: Smartify, Pembroke Investment Managers LLP

PHOTOS: Smartify

Date de première publication: 23/11/2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC133

Grace à la reconnaissance visuelle, l’art et les musées ont (enfin) leur application « shazam »

La start-up Affluences lève 4 millions d’euros pour développer l’analyse des flux de visiteurs dans les lieux culturels

. La société française Emissive lève près de 3 millions d’euros pour virtualiser la visite des lieux de patrimoine et de culture

DOSSIER / Culture et innovation: les start-up françaises à l’assaut du monde 

Frédéric Jousset lance un fonds de 100 millions d’euros pour investir dans des start-ups européennes de la culture

Une conférence explore le potentiel de la 5G pour les musées, les galeries et le patrimoine britanniques

La Tate accueille Anna Lowe administratrice de la Jeunesse et plus jeune membre de son conseil d’administration

Investissements d’Avenir : La Banque des Territoires entre au capital de la société Expéditions Spectacles pour son projet d’expositions immersives

Le gouvernement britannique lance un nouveau fonds d’investissement culturel de 250 millions de livres sterling

Laisser un commentaire