Artmyn et ESI inaugurent un centre de scanning à Paris pour faciliter la numérisation des oeuvres d’art

Partager :

Artmyn, l’entreprise technologique suisse qui a développé un scanner révolutionnant la façon de voir et d’interagir avec les œuvres d’art depuis un écran, ouvre un centre de scanning à Paris, chez le transporteur d’art ESI. Les deux sociétés rapprochent leurs services au sein d’un « hub », afin d’accompagner les galeries, les maisons de vente aux enchères mais également les musées dans la numérisation de leurs activités et de leurs oeuvres. La création de ce lieu survient opportunément, alors que les acteurs du secteur de l’art doivent faire face à la crise actuelle et aux nouveaux enjeux du numérique.

Challenge Artmyn – ESI – Clic France: « Donnez une nouvelle vie numérique à un tableau de votre collection ! »

A l’occasion de l’ouverture du centre de scanning Artmyn à Paris chez le transporteur d’art ESI, le Clic France s’associe à ces 2 entreprises pour lancer un challenge. Artmyn et ESI offriront à 5 institutions culturelles et muséales la numérisation d’un tableau de leur collection et la création de plusieurs contenus enrichis autour de cette œuvre. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au lundi 1er février 2021,18.00. (Article CLIC France: Challenge Artmyn – ESI – Clic France: « Donnez une nouvelle vie numérique à un tableau de votre collection ! »)

  • Une technologie unique au monde

Des galeries traditionnelles comme Bailly Gallery, des Pure Players « online only » comme Artistics, des maisons de vente comme Christie’s, Artcurial ou Versailles Enchères, ont déjà commencé à utiliser le scanner qui a été installé à Paris, en décembre 2020.

Grâce à cette technologie unique au monde, Artmyn numérise les œuvres d’art graphique et les objets de faible relief d’une superficie maximum de 2 x 2m.

Pour moins de 100 euros, les acteurs du marché de l’art obtiennent une image 5D – le « jumeau numérique » de l’œuvre originale – avec laquelle on peut interagir depuis n’importe quel écran. Où qu’ils se trouvent dans le monde, des acheteurs potentiels peuvent ainsi zoomer dans l’œuvre, mais aussi la déplacer, la faire pivoter et la manipuler comme s’ils la tenaient entre les mains. La qualité est telle que l’on s’approche des sensations du réel, y compris en terme de luminosité, de texture et de relief.

« Même si elle ne remplacera jamais la relation physique avec les œuvres, la digitalisation devient un outil incontournable qui apporte aux différents acteurs – des galeries de quartier aux multinationales, en passant par les experts, les restaurateurs, les institutions culturelles et les collectionneurs – une aide formidable pour s’adapter aux nouveaux usages du monde de l’art » explique Artmyn

« Artmyn, et sa technologie innovante, nous invite au cœur des tableaux, nous parcourons l’œuvre de l’artiste tel le pinceau lors de l’exécution sur le chevalet. Au regard de notre expérience de spécialistes en tableaux anciens, il s’agit d’une formidable occasion de mieux comprendre mais aussi de mieux savourer la complexité des chefs-d’œuvre qui passent entre nos mains »

Matthieu Fournier, Directeur Associé, Artcurial Paris

  • Une vidéo immersive pour comprendre les gestes et la technique de l’artiste

Pour chaque œuvre numérisée, Artmyn permet également de générer une vidéo immersive. Une façon de faire découvrir les œuvres aux amateurs, de saisir les gestes et la technique de l’artiste et de partager l’émotion.

Lors de la première vente scannée par Artmyn, Romain Monteaux, Directeur communication et marketing de Tajan se souvient : « l’acheteur d’un tableau de Marquet nous a demandé de lui adresser la vidéo immersive réalisée avec Artmyn, car c’est elle qui avait déclenchée son achat. Nous avons été heureux de pouvoir lui offrir ».

Signe de la transformation du marché de l’art, la vidéo tend de plus en plus à supplanter l’image et l’écrit ; il fallait donc une solution permettant aux professionnels de créer des films de qualité professionnelle à partir de quelques dizaines d’euros. 

  • Différents types de lumières possibles

Les œuvres numérisées peuvent systématiquement être vues sous différents types de lumière -frontale, oblique, rasante- ainsi que sous rayonnement ultra-violet et sous infrarouges (si toutefois leur propriétaire choisit d’activer cette fonction).

Un outil précieux pour les expertises –Artmyn travaille par exemple avec la Fondation Chu Teh Chun pour les authentifications- mais également une façon de rassurer les acquéreurs potentiels sur l’état de conservation.

« Les amateurs d’art ont besoin de bien percevoir l’œuvre qu’ils pensent acquérir. La perception de la matière et des reliefs est fondamentale pour apprécier certaines œuvres d’art. Nous proposons déjà des vues 360° pour les sculptures et des mises en situation pour toutes les œuvres. Pour la peinture, la perception de la matière et des reliefs est fondamentale. C’est ce qui nous a conduit à la solution développée par Artmyn : la technologie 5D répond parfaitement à cette exigence. Le futur acheteur voit tout de l’œuvre, la patte de l’artiste, son coup de pinceau, son énergie, et même ses défauts. Cette nouvelle expérience est un outil complémentaire pour aider les collectionneurs à prendre leur décision »,

Sonia Rameau, Fondatrice de la galerie d’art en ligne Artistics, qui numérise tout type d’œuvres contemporaines pour sa plate-forme de vente. 

  • L’importance donnée au transport de l’œuvre d’art

En s’installant chez ESI, qui bénéficie d’une expérience de 100 ans dans le transport d’art, Artmyn vient compléter « le hub » qui est en train de se constituer dans les espaces du transporteur à Saint-Denis.

L’objectif est d’aider les professionnels à chaque étape de leur travail, tout en leur faisant bénéficier des nouveaux outils et des prix bas que permettent les nouvelles technologies.

L’application The Packengers permet par exemple d’obtenir une cotation instantanée et sur mesure pour l’emballage, l’entreposage et le transport d’objets fragiles. 

« Notre ambition n’est pas de restreindre l’usage de ces nouvelles technologies au segment le plus prestigieux du marché, mais plutôt de permettre à tous les acteurs de traiter l’ensemble de leurs œuvres comme des chefs d’œuvres«  déclarent de concert Amaury Chaumet et Alexandre Catsicas, respectivement présidents de The Packengers et d’Artmyn. 

SOURCES: Artmyn, ESI

PHOTOS: Artmyn

Date de première publication: 20/12/2020

Artmyn est membre du Clic France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Challenge Artmyn – ESI – Clic France: « Donnez une nouvelle vie numérique à un tableau de votre collection ! »

. La start-up suisse Artmyn lève 3.6 millions d’euros pour déployer ses scanners d’œuvres d’art en Europe et en Amérique

. Avec MadPixel, le Mauritshuis (La Haye) devient le premier musée virtuel et gigapixel dans le monde

Pour ses ventes du 27 et 28 novembre 2018, la maison Tajan présente le premier catalogue d’enchères en « 5D »

DOSSIER / Avec la photographie en gigapixels, le public peut explorer les oeuvres dans leurs moindres détails

Partager :

Laisser un commentaire