Marion Carré, étudiante en master de communication au CELSA, auteure du site « Il était Paris » et Valentin Schmite, diplômé de Science Po Paris ont lancé début mars « Ask Mona », un chatbot culturel ayant pour but de cultiver la curiosité de ses utilisateurs. Il suffit désormais d’aller sur Facebook messenger pour communiquer avec « Ask Mona », une intelligence artificielle qui renseigne, conseil et donne des offres personnalisés en matière culturelle.

Promouvoir l’offre culturelle grâce à l’intelligence artificielle

L’objectif est de rendre l’offre culturelle plus accessible et de la promouvoir auprès du jeune public. Ask Mona, c’est un assistant personnel disponible gratuitement 7J/7 sur Facebook Messenger. Il conseille en quelques secondes des expos, musées ou monuments à ses utilisateurs en fonction de leurs préférences (géolocalisation, budget, envies…). Concrètement, Ask Mona est un chatbot c’est-à-dire un agent conversationnel qui grâce à de l’intelligence artificielle est en mesure de répondre, de conseiller ses utilisateurs et de se souvenir d’eux. Grâce à cet outil, la bonne information est communiquée au bon moment aux utilisateurs de messenger dont 78% ont entre 18 et 34 ans.

ask mona 5

Plusieurs moyens ont été développés pour faire découvrir des événements aux utilisateurs: conseil d’une offre dès que celle-ci correspond à leurs préférences, envoi d’une offre ciblée communiquée par message Facebook aux personnes susceptibles d’être intéressés, affichage de l’offre dans la sélection d’Ask Mona.

« Contrairement aux applis un peu lourdes et aux sites où l’on se perd souvent, un chatbot permet d’entretenir une vraie conversation, c’est un conseiller. Le chabot permet aussi de qualifier simplement un besoin, d’abord avec des questions puis de plus en plus, avec un traitement automatisé du langage. Ask Mona évolue vers cette deuxième étape, mais l’objectif est avant tout de faire des propositions claires à chacune et à chacun. » explique Marion Carré au site Mais où va le Web

Une plateforme de médiation culturelle in situ

ask mona 1Ce service a été créé avec plusieurs finalités:

- Gamifier l’expérience des visiteurs in situ

Nous concevons des expériences sur-mesure avec les lieux culturels pour rendre plus ludique la visite in situ. Ils pourront ainsi, en utilisant Ask Mona au cours de leur visite, participer à une expérience unique qui les encourage à approfondir leurs connaissances tout en se divertissant.

- Prolonger la médiation par des contenus interactifs

Ask Mona peut fournir des renseignements complémentaires sur les oeuvres exposées aux utilisateurs. Ils sont libres de solliciter Ask Mona pour recevoir différents types de contenus (vidéo, texte, images, quizz…) sur ce qu’ils découvrent lors de leur visite.

- Interagir avec les publics et mieux les connaître

Un service conversationnel comme Ask Mona permet également de renforcer la proximité avec les utilisateurs. Il permet par exemple de leur poser quelques questions à la fin de la visite pour savoir ce qu’ils ont pensé de leur expérience sur place et ce qu’il est possible d’améliorer.

Un projet soutenu par le ministère de la culture et de la communication :

Ask Mona fait partie des lauréats de l’appel à projets Services numériques innovants 2016 du Ministère de la Culture et de la Communication. Le projet a été retenu par le comité de sélection qui a considéré Ask Mona comme « un projet innovant répondant aux attentes des acteurs culturels, ils lui ont accordé une subvention de 30 000 euros afin de financer son développement dans une logique de co-construction avec ses partenaires culturels ».

Pour ce qui est du développement de son projet, Marion Carré expliquait en mars 2017 au Figaro Madame: « Je suis à la recherche d’une autre personne pour travailler avec nous sur le projet, le perfectionner et le développer encore plus. Notamment aux autres villes de France mais aussi à l’international. Tout cela n’est pas inné, il y a un an je n’aurais jamais imaginé me trouver là, j’apprends au jour le jour mais c’est extrêmement gratifiant. »

7 QUESTIONS A … MARION CARRE, CO-CREATRICE DE ASK MONA

Le CLIC France a souhaité en savoir plus sur ce projet culturel français basé sur la technologie Chatbot en donnant la parole à Marion Carré, la co-créatrice de Ask Mona.

marion-carre_0. Comment est né ce projet ?

J’ai lancé en 2015 Il était Paris, un blog sur la valorisation du patrimoine culturel parisien dont l’objectif était de travailler sur des formats innovants pour sensibiliser le jeune public. A partir de cette expérience, je me suis aperçue de la richesse du patrimoine culturel et de sa méconnaissance par ma cible. J’ai aussi pu constater l’éparpillement des informations relatives aux sorties culturelles et le manque de visibilité de certains lieux culturels. C’est pourquoi j’ai voulu créer un service qui facilite l’accès des jeunes à la culture et permette aux lieux culturels d’être plus visibles auprès de cette cible.

 . Comment a été constituée la liste de lieux que vous proposez à vos utilisateurs ? 

Nous avons notre propre base de données que nous sommes progressivement en train de constituer. L’aspect curation nous semble être une forte valeur ajoutée, c’est pourquoi nous visitons les lieux dont nous parlons et rencontrons leurs équipes afin de pouvoir en parler au mieux à nos utilisateurs. Nous avons également beaucoup travaillé sur les contenus envoyés aux utilisateurs (informations, anecdotes, images…) afin d’éveiller leur curiosité et de les inciter à aller découvrir par eux-mêmes les lieux et évènements que nous leur suggérons.

 . Avez-vous un partenariat avec ces lieux choisis ? 

Nous sommes lauréats de l’appel à projets « Service numérique innovant 2016″ du Ministère de la Culture et de la Communication et dans ce cadre nous avons un partenariat avec le Centre des monuments nationaux ainsi que Paris Musées avec qui nous co-construisons cette solution.

 . Enisabgez vous d’adapter cet outil sur une application Ios et Android pour toucher plus de public ?  

Nous avons décidé de créer un chatbot après avoir constaté un certain nombre de freins à l’utilisation d’applications comme le téléchargement systématique ou le manque de place dans le téléphone. De plus, nous trouvons l’aspect conversationnel du chatbot très intéressant en raison du degré de personnalisation qu’il permet. Ask Mona prend en compte les contraintes et envies des utilisateurs pour leur proposer des sorties adaptées. C’est pourquoi nous ne pensons pas passer à l’application mais plutôt à nous déployer sur d’autres plateformes de messagerie instantanée pour les utilisateurs n’ayant pas Facebook.

 . En choisissant Facebook messenger, votre cible est intentionnellement un public relativement jeune. 

Oui, notre cible était celle des 18-34 ans qui sont effectivement les principaux utilisateurs de notre service (à 78%). Nous avons constaté que cette cible était à la recherche de services comme celui d’Ask Mona pour leur permettre d’y voir un peu plus clair dans l’offre culturelle. Et du côté des lieux culturels, nous nous sommes aperçus que le renouvellement des publics et l’attraction d’une cible jeune était également un enjeu très important. C’est pourquoi nous espérons les mettre en relation plus facilement grâce à notre service.

 . Quelles sont les prochaines étapes prévues pour Ask Mona ?

Nous allons développer une version en anglais d’ici le mois de juin afin que notre service puisse également servir aux touristes de passage en Ile-de-France. Nous allons également continuer à enrichir notre base de données avec de nouveaux lieux culturels et perfectionner notre technologie en travaillant notamment sur l’intelligence artificielle pour qu’Ask Mona soit en mesure de comprendre et de répondre directement aux requêtes de ses utilisateurs.

 . Comment financez-vous ce projet ? et ses développements ?

Pour l’instant nous sommes financés par le Ministère de la Culture et de la Communication ainsi que par d’autres financements prévus pour les startups innovantes. Nous allons ensuite monétiser progressivement notre plateforme mais elle restera toujours gratuite pour les utilisateurs à qui nous voulons rendre un service d’intérêt général.

Propos recueilli par mail le 25/04/2017

Sources: DP Ask Mona, Le Figaro Madame, We need caféine, Mais où va le web

Sources photos: J’ai un pote dans la com, DP Ask Mona, Le Figaro Madame, We need caféine, Mais où va le web

Date de publication: 25/04/2017

a-lire-sur-le-site-du-clic

Le Musée d’Art Moderne de Buenos Aires (MAMBA) propose à ses visiteurs de « chatboter » avec une oeuvre d’art

Avec le soutien de Facebook, la maison d’Anne Frank lance un « chat bot » sur Messenger

Le Musée de la Pinacothèque de São Paulo et IBM proposent de dialoguer en direct avec des oeuvres d’art

Une nouvelle application multitouch permet de personnaliser sa visite du Musée d’Histoire de Nantes