Le musée Mendelssohn-Bartholdy de Leipzig présente un dispositif permettant de contrôler virtuellement une symphonie, comme un chef d’orchestre.

mendelssohn museum .jpg__615x341_q85_crop_subsampling-2_upscale

Le dispositif s’appelle Mendelssohn Effektorium. Installé au sein du musée Mendelssohn-Bartholdy de Leipzig, il permet pour la première fois au public non initié de diriger un orchestre…virtuel.

mendelssohn museum 5.jpg__615x410_q85_crop_subsampling-2_upscaleCet orchestre est composé en réalité de 13 enceintes, dédiées chacune à un instrument (cordes, cuivres, percussions…) ou des chœurs.

Un écran de contrôle permet de choisir une œuvre du compositeur Félix Mendelssohn-Bartholdy et de régler quelques paramètres. Le visiteur n’a plus qu’à lever la main pour que la musique commence à jouer. Selon les mouvements qu’il fait, le tempo est plus ou moins rapide. Le visiteur peut écouter une version dirigée par un chef d’orchestre professionnel pour vérifier s’il donne le bon tempo.

Grâce à l’écran, l’apprenti chef d’orchestre choisit plusieurs options, telles que l’endroit de la partition où il souhaite commencer ; il règle le volume des chœurs ou de l’orchestre seul ; il peut également choisir d’écouter un seul instrument ou d’en placer certains en mode « muet ». Pour l’ambiance, il peut varier l’éclairage, sélectionner un type d’acoustique (salon de musique, salle de concert, église…) et décider si ses instruments sont d’époque ou modernes.

Démonstration en vidéo :

Mendelssohn Effektorium – Virtual orchestra for Mendelssohn-Bartholdy Museum Leipzig from WHITEvoid on Vimeo.

Une technologie attractive, mais perfectible

Effektorium se veut une nouvelle manière de présenter les classiques, tout en conservant la qualité de la musique. Les visiteurs peuvent même déambuler au milieu des enceintes en pleine symphonie, pour s’approcher et écouter plus spécifiquement tel ou tel instrument. Cette liberté est impossible dans le cas d’un orchestre réel. C’est aussi un moyen d’approcher un compositeur de manière ludique et respectueuse de l’œuvre.

Le dispositif est un projet tripartite, qui rassemble Aconica (créations audio), WHITEvoid (art et design interactifs) et Berton Schwarz Frey (communication visuelle et muséographie). Le système fonctionne grâce à deux ordinateurs. Le premier est équipé du logiciel de réalité virtuelle Leap Motion qui perçoit les mouvements du corps, et les transmet au second ordinateur au moyen de messages OSC via un câble Ethernet. Celui-ci utilise un logiciel de musique Ableton Live qui permet de gérer la musique et la synchronise avec les mouvements du chef d’orchestre.

Le public s’est révélé réceptif et surpris par la technologie en temps réel du dispositif, qui permet d’avoir un retour immédiat de l’orchestre selon les gestes effectués. En revanche, cette technologie a encore des limites. L’apprenti chef d’orchestre doit par exemple rester dans un rayon de 60 cm autour de l’écran de contrôle pour que les mouvements de sa baguette soient reconnus.

L’installation reste cependant un des outils les plus originaux de médiation numérique dans un musée de la musique.

SOURCE: Mendelssohn-Bartholdy Museum, www.ableton.com

Auteur: Carole Heulin

Date de première publication: 12/09/2014

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

La Sonothèque de Haute-Normandie lance une appli mobile qui met en valeur le patrimoine musical régional

L’Orchestre Philarmonique de Bruxelles remplace les partitions par une tablette