Un musée vient d’ouvrir ses portes. Il n’a pas d’adresse physique mais il propose à ses visiteurs depuis n’importe quel endroit du monde de déambuler dans des galeries grâce à un casque de réalité virtuelle et de découvrir des œuvres d’art volées ou disparues.

museum of stolen art image

Dans le musée de l’art volé (Museum of Stolen Art) créé par Ziv Schneider, une artiste israélienne installée à New York, la visite se fait à l’aide d’un casque de réalité virtuelle 3D Oculus Rift qui donne l’impression de parcourir les galeries d’un musée réel. Comme l’explique l’artiste, les visiteurs peuvent ainsi « découvrir la collection la plus recherchée du monde », comprenant des œuvres et des sculptures disparues et répertoriées dans les archives du FBI et d’Interpol. Au fil des galeries, le visiteur peut ainsi admirer des œuvres de Rembrandt, de Van Gogh ou de Degas.

Comme dans un vrai musée, les tableaux sont accrochés sur un  mur blanc et un commentaire audioguide enrichit la visite.

The virtual space was designed to look like a traditional museum.

« J’ai décidé de jouer avec l’idée de créer un espace virtuel pour des objets ayant uniquement une existence virtuelle »,explique l’artiste sur le site PSFK. « Ces nouvelles plateformes immersives sont un excellent moyen d’engager les gens dans le contenu et les amener à l’expérience d’une manière beaucoup plus vives. Beaucoup de grandes expériences peuvent être créés dans la réalité virtuelle et je ai hâte de voir ce que l’avenir nous réserve. Les principales étapes dans le processus ont été la création des expositions, l’enregistrement d’une visite audio et la conception d’une galerie virtuelle en Unity3D. L’un des principaux défis a été de trouver des informations et des reproductions haute qualité des œuvres d’art volées en provenance d’Afghanistan et d’Irak. »

Trois expositions sont déjà proposées dans le musée virtuel: « Célèbres peintures volées », « Le pillage de l’Afghanistan », et « Le pillage de l’Irak ». Après l’invasion américaine de l’Irak en 2003, près de 14 000 objets ont en effet été pillés du musée d’Irak, un des plus grands vols de l’art dans l’histoire.

Pour créer ses galeries virtuelles, Ziv Schneider a utilisé des reproductions en haute définition des œuvres disparues, y compris pour les œuvres dérobées en Irak et en Afghanistan.

Présentation vidéo:

The Museum of Stolen Art from ziv schneider on Vimeo.

Parmi les projets de l’artiste: présenter les treize œuvres d’art d’une valeur de 300 millions $ dérobées le 18 Mars 1990 par deux voleurs déguisés en policiers à Boston dans le Musée Isabella Stewart Gardner. Le butin comprenait des œuvres de Rembrandt, Vermeer, et Degas. Cette histoire fera l’objet d’une prochaine exposition du musée néanmoins. L’artiste prévoit également de développer une version plus classique de son musée virtuel sur Internet afin de le rendre accessible aux visiteurs non équipés d’un casque de réalité virtuelle.

En 2012, la tate avait mis en ligne un site web rassemblant des œuvres d’art disparues. Le site Gallery of Lost Art aujourd’hui désactivé a fait l’objet de plus de 100 000 visites et plus de 600 000 pages vues, issues de 163 pays et 6 700 villes différentes.

SOURCES: PSFK, Wired.com, Courrier International

Date de première publication: 26/01/2015

Clic-separateur EVENEMENT CLIC

Le mardi 22 septembre 2015 (matin), l’atelier #29 du Clic France sera consacré aux lunettes immersives dans le patrimoine artistique, scientifique et historique en France. L’occasion de présenter des retours sur des projets déjà proposés au public, d’en tester certains et d’échanger sur les applications futures de cette technologie au domaine de la culture.

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Les oeuvres disparues reprennent vie dans la nouvelle galerie virtuelle de la Tate (exponaute)