Avec son nouveau film documentaire « National Gallery », Frédérick Wiseman dévoile les coulisses du célèbre musée de Londres

Le 8 octobre sort dans les salles de cinéma française le film documentaire « National Gallery » réalisé par l’américain Frédérick Wiseman et coproduit par la société française Idéale Audience.

national_gallery london film_cannes-2014_1

« National Gallery » s’immerge dans le musée londonien et propose un voyage au cœur de cette institution peuplée de chefs d’œuvre de la peinture occidentale du Moyen-âge au XIXe siècle.

Comme l’écrit le dossier de presse: « C’est le portrait d’un lieu, de son fonctionnement, de son rapport au monde, de ses agents, son public, et ses tableaux. Dans un perpétuel et vertigineux jeu de miroirs, le cinéma regarde la peinture, et la peinture regarde le cinéma. »

On y découvre notamment le travail des conférenciers britanniques qui font partager leur passion des œuvres auprès des publics, les coulisses d’un conseil d’administration ou encore les gestes de restauration des collections…

Après des films sur la boxe, la conscription, le chomage, les singes, le marché de la viande, l’hôpital, l’Opéra de Paris, la prestigieuse université américaine de Berkeley ou plus récemment le Crazy Horse (en 2011), le réalisateur américain -l’un des plus grands documentaristes de l’histoire du cinéma selon le Monde- a donc choisi de se plonger et de nous dans les entrailles d’un grand musée.

«Il y a trente ans, déjà, j’avais pensé poser ma caméra au Metropolitan Museum de New York, explique le cinéaste, mais ils voulaient de l’argent ! Finalement, j’ai bien fait d’attendre : la National Gallery est un musée à taille humaine, et ses collections sont magnifiques.» a expliqué le réalisateur.

national gallery london film posterSon nouveau film documentaire de 2h54 min a été salué par la critique, inscrit à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2014 et a été sélectionné par de nombreux festivals internationaux comme Toronto, New York et Londres.

En mai 2014, on pouvait lire dans Telerama: « le nouveau documentaire passionnant de Frederick Wiseman, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, est une exploration de la National Gallery de Londres. Une magnifique visite au musée, dont même la critique de cinéma pourrait tirer quelques leçons. La première (grande) qualité du documentaire National Gallery, le nouveau film de Frederick Wiseman (Quinzaine des Réalisateurs), monumentale immersion (trois heures !) dans le musée londonien, c’est de faire découvrir le travail passionnant des conférenciers britanniques ».

«En filmant les tableaux de manière à les dégager de leur cadre, en les montrant dynamiquement avec la parole, souvent brillante et passionnée, des guides du musée, en les rapportant à la grande Histoire dont ils témoignent, à l’histoire de l’art dont ils relèvent et à l’histoire de la conservation dont ils procèdent, Frederick Wiseman parvient à rendre ces toiles incroyablement vivantes, à les restituer à leur propre profondeur. Il surimpressionne, pour ainsi dire, le regard ubiquitaire du cinéma à celui du visiteur devant l’objet d’art, démarche, au fond, la plus honnête possible à l’égard d’un sujet rendu, ipso facto, passionnant.» écrivait de son côté Jacques Mandelbaum, dans Le Monde, daté du 19 mai 2014

«Je voudrais que vous imaginiez que vous êtes à l’intérieur de cette église, celle-là même où ce triptyque était placé. Vous n’êtes plus à la National Gallery, mais dans l’église, vous regardez ce tableau à la lueur des cierges. Vous ne savez ni lire ni écrire. C’est l’an 1377. Vos maisons sont brûlantes en été, glaciales en hiver. La mort fait partie du quotidien… A la lueur vacillante des cierges, vous pourriez croire que ces figures bougent. Et donc, qu’elles sont réelles, qu’elles entendent vos prières et intercèdent pour vous auprès du Christ et de la Vierge. Le tableau serait donc un canal sacramentel entre la terre et le Ciel.» (Frederick Wiseman)

2 mois de tournage et 170 heures de rush

Âgé de 84 ans, le cinéaste -roi du docu d’observation comme le surnomme Telerama- a tourné quotidiennement pendant deux mois, début 2012, pour arriver à 170 heures de rushes qu’il a patiemment classés par ordre d’intérêt – finissant par éliminer… 167 heures. Le film est long mais il est passionnant par le regard qu’il porte sur les conférenciers mais également sur le dialogue entre les visiteurs et les peintures.

Le film évoque également la stratégie du grand musée notamment dans la séquence du conseil d’administration lors duquel deux administrateurs s’affrontent sur le caractère pointu ou populaire des futures expositions. Les portraits des permanents du musée, de l’administrateur aux restaurateurs et une merveilleuse séquence sur la restauration d’un Rembrandt permettent enfin de dévoiler les coulisses du musée.

Un beau film à découvrir en salle dès le 8 octobre 2014 !

Trailer du film:

Extrait du film:

Extrait : « National Gallery », de de Frederick… par Telerama_BA

Quelques articles sur le film:

“National Gallery”, l’art de faire aimer l’art selon Frederick Wiseman (Telerama, 18/05/2014)

Frederick Wiseman fait le tour de la « National Gallery » (Le Monde, 19/5/2014)

. Cannes Film Review: National Gallery » (Variety)

Cannes 2014: National Gallery, review: ‘a great, great film’ (Daily Telegraph)

Frederick Wiseman’s National Gallery: Inside the museum (BBC, 09/09/2014)

national gallery london film pic 3

National Gallery

Scénario Frederick Wiseman

Image John Davey

Montage Frederick Wiseman

Son Frederick Wiseman, Emmanuel Croset

Production Frederick Wiseman, Pierre-Olivier Bardet

Distribution Sophie Dulac Distribution

Enregistrement d’une table ronde avec le réalisateur pendant le Festival de Cannes 2015:

Discussion avec le réalisateur pendant la Quinzaine des réalisateurs 2014:

Q&A National gallery wiseman from Quinzaine des Réalisateurs on Vimeo.

SOURCES: Télérama, Le Monde, Sophie Dulac Distribution

Date de première publication: 2

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Deux expositions majeures du British Museum sur les grands écrans américains

Shirley, visions of reality, le long-métrage qui donne vie aux tableaux d’Edward Hopper

Laisser un commentaire