« Aventure et flibuste en mer des Antilles »: 5 millionième document mis en ligne dans Gallica

Le 7 février 2019, Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, a annoncé avoir franchi le cap des 5 millions de documents en ligne avec un nouveau trésor manuscrit : le plus ancien témoignage connu d’un flibustier français, membre d’une expédition en mer des Antilles au XVIIe siècle. Parfois désigné comme la « véritable Île au trésor », ce journal manuscrit exceptionnel est conservé à la bibliothèque municipale de Carpentras, qui a confié à la BnF le soin de le numériser.

Ce document unique est désormais mis gratuitement à la disposition de tous dans l’une des plus grandes bibliothèques numériques au monde : gallica.bnf.fr.

Voyage de flibuste

Conservé à la bibliothèque Inguimbertine (bibliothèque municipale classée de Carpentras), ce journal manuscrit constitue la plus ancienne description d’un voyage complet de flibuste. Il nous emmène de Dieppe aux îles du Cap-Vert, du Brésil à la Martinique, des Grandes Antilles aux côtes de Campeche et à la Floride…

Comme l’explique la BNF: « de ce récit haut en couleurs, le lecteur gardera certes quelques faits d’armes, mais il retiendra surtout que contrairement aux idées reçues, l’aventure de la flibuste s’achevait souvent dans le dénuement, et que la faim était une bien plus grosse menace que le combat ».

Ce manuscrit présente également un intérêt anthropologique de premier ordre. Il est la plus ancienne source sur les Indiens Caraïbes qui peuplaient alors les Petites Antilles, et la plus ancienne description connue de la Martinique, quinze ans avant la colonisation officielle de 1635.

Numérisé par la BnF et accessible gratuitement dans Gallica

Afin d’assurer la préservation et l’accessibilité de ce manuscrit d’exception, la Bibliothèque Inguimbertine
de Carpentras a choisi d’en confier la numérisation à la BnF. La réalisation a été effectuée au Centre
technique de conservation Joël-le-Theule, à Sablé-sur-Sarthe.

Numérisé en haute définition, le manuscrit est désormais consultable par tous, dans Gallica, ainsi que dans le portail Manioc, bibliothèque numérique mise en place par l’Université des Antilles et co-pilotée par l’Université de Guyane, spécialisée sur la Caraïbe, l’Amazonie, le plateau des Guyanes et sur les régions et centres d’intérêt liés à ces espaces et territoires.

Le fruit d’une ambitieuse politique de coopération numérique

La BnF mène depuis près de 25 ans une intense politique de coopération avec des partenaires situés sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin. La numérisation et la mise à disposition dans la bibliothèque numérique Gallica en sont les axes forts.

La numérisation du journal de flibustier, ce fleuron de l’histoire des Caraïbes conservé par la bibliothèque Inguimbertine, a ainsi été réalisée en 2018 dans le cadre d’un programme de numérisation concertée Caraïbe-Amazonie. Piloté par la BnF et son pôle associé interrégional des Antilles-Guyane, ce programme qui regroupe 13 partenaires permet aujourd’hui de rendre accessible à tous ce manuscrit exceptionnel.

Intitulé « Relation d’un voyage infortuné fait aux Indes occidentales par le capitaine Fleury avec la description des îles qu’on y rencontre par l’un de ceux qui fit le voyage, 1618-1620 » (1), ce texte a été publié en 1987 par (Jean-Pierre Moreau, sous le titre « Un flibustier français dans la mer des Antilles en 1618-1620 ».

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires

Avec à ce jour 5 millions de documents en ligne, Gallica est l’une des plus importantes bibliothèques numériques au monde. Elle est au cœur de la politique numérique de la BnF et l’une des matérialisations de la politique de préservation et de diffusion de l’établissement. Livres, presse et revues, mais aussi manuscrits, images, cartes, partitions, enregistrements sonores, vidéos et objets – certains numérisés en 3D – y sont librement consultables. Près de 4,2 millions de documents en ligne proviennent des fonds de la BnF tandis que 800 000 documents sont issus des collections de plus de 380 partenaires (bibliothèques et archives de collectivités territoriales, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, sociétés savantes…).

Afin de favoriser l’accessibilité et les usages de ses collections, la BnF développe les dispositifs de médiation au sein même de Gallica. Via la rubrique « Gallica vous conseille », le blog ou les réseaux sociaux, ce sont des milliers d’articles, qui permettent d’éclairer, de classer et de mieux comprendre les documents mis en ligne. Chercheurs, étudiants, enseignants, créateurs, journalistes, geeks, bibliophiles, amateurs d’arts, de littérature ou de généalogie, viennent ainsi pour leurs recherches comme pour leurs loisirs. Ce sont tous ces utilisateurs, en France comme à l’étranger qui animent la collection de Gallica. Car « la bibliothèque numérique n’est jamais aussi vivante que lorsque les publics s’en emparent et lui inventent de nouveaux usages ».

Diffusion et de médiation numérique du patrimoine 

Gallica s’inscrit dans une politique ambitieuse et plurielle de diffusion et de médiation numérique. La numérisation est un levier essentiel de l’accessibilité aux documents patrimoniaux.

Expositions virtuelles (expositions.bnf.fr), dossiers pédagogiques (classes.bnf.fr), applications, notamment à destination du jeune public (Fabricabrac, Gallicadabra), ou encore portails et bibliothèques numériques thématiques développés dans le cadre d’action de coopération sont autant d’outils que développe la BnF au service de la diffusion de son patrimoine.

Gallica est également au service des projets de ses partenaires à travers une offre de bibliothèque numérique en marque blanche qui permet de faire bénéficier ses partenaires de son savoir-faire. Ce sont ainsi six bibliothèques numériques en marque blanche réalisées par la BnF et ses partenaires qui ont vu le jour : Numistral, pour la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg ; le site de la Grande Collecte, en partenariat avec le Service Interministériel des Archives de France ; Rotomagus, pour la ville de Rouen, la bibliothèque numérique francophone, avec le Réseau Francophone Numérique et la bibliothèque diplomatique numérique pour le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ; France-Angleterre Manuscrits médiévaux, avec la British Library. Quatre autres bibliothèques en marque blanche seront prochainement créées. 

« Le rôle premier d’une bibliothèque, c’est de mettre à disposition, donc d’organiser une collection pour la rendre réellement accessible. La BnF est une énorme raffinerie numérique : nous numérisons, indexons, cataloguons, enrichissons des données et des métadonnées… afin que le public le plus large possible puisse accéder aux inestimables trésors de nos collections» explique Laurence Engel, présidente de la BnF.

Gallica en chiffres:

. 5 millions de documents

. 382 partenaires

. 16 millions de visites en 2018 dont 41% de l’étranger

. 1 338 vidéos

. plus d’1,2 millions d’images

. 157 012 cartes, 51 967 partitions, 2,3 millions de numéros de presse et revues, 134 514 manuscrits, 642 442 livres, 50 969 enregistrements sonores

. 3 833 EPUB.

SOURCE: BNF

Photos: BNF

Date de première publication: 08/02/2019

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. La plateforme Art UK lance son projet de numérisation et de valorisation de la collection publique britannique de sculptures

. Le museum d’histoire naturelle de Londres accélère la numérisation des 80 millions d’objets de sa collection

. Grâce à la numérisation et impression 3D, des artistes « restituent » à l’Egypte le buste de Néfertiti

. Deux partenariats d’envergure conclus pour la numérisation et la diffusion des collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Laisser un commentaire