A Avignon, l’exposition Hortus 2.O, repense la thématique des jardins à travers le prisme des nouvelles technologies

Du 2 juin au 10 octobre 2017, l’exposition Hortus 2.0 repense les jardins à travers le prisme des nouvelles technologies. Du musée Vouland à la Chapelle Saint-Charles et au musée Angladon, des artistes spécialisés dans l’art numérique s’interrogent sur la thématique du jardins, ses merveilles et ses infinies métamorphoses

numerique

Un exposition sensorielle

Immortalisés par les plus grands peintres de l’histoire de l’art, les jardins ont toujours constitués une source d’inspiration inépuisable pour les artistes. Ces derniers ont su innover et trouver des nouveaux moyens pour restituer cet espace. Aujourd’hui les artistes du 21ème siècle se servent des nouvelles technologies pour proposer leur propre interprétation. 

Composée d’une trentaine d’œuvres dont certaines sont spécifiquement créées pour les espaces du Musée Louis Vouland qui les accueillent, l’exposition Hortus 2.0 donne ainsi au public l’occasion d’une rencontre entre les richesses patrimoniales de la ville d’Avignon, l’imaginaire des jardins et la créativité des artistes.

Sont exposées aux visiteurs des œuvres matérielles ou immatérielles, spatiales, lumineuses, interactives ou qui se développent devant les yeux des visiteurs. C’est une déambulation qui éveille les sens : les œuvres s’écoutent, se se sentent, se touchent et questionnent le public. Comme les installations de France Cadet, situées entre végétal, animal et robot, qui interrogent l’impact de l’humain sur le vivant et ses rapports avec la nature.

Reportage de Ghislaine Milliet Bouquet et Fredéric Renard:


PLANTES ET ART NUMERIQUE

Un parcours au cœur de la ville d’Avignon

Si la majeure partie de l’exposition a lieu dans le Musée Voulant, deux autres lieux de la ville d’Avignon accueille des installations : la chapelle Saint-Charles et le Musée Angladon. Dans ce cadre, une performance sera également présentée à la Collection Lambert lors des journées du patrimoine.

. Dans le chœur de la Chapelle Saint-Charles est présentée l’oeuvre « Pleasant places », une installation vidéo monumentale de l’artiste italien Davide Quayola, qui transforme une parcelle de nature en une pure abstraction mouvante, spectaculaire et immersive.

. Au musée Angladon, Vincent Broquaire déroule son univers graphique, drôle et surprenant, en révélant les Micro-mondes technologiques qui peuvent se cacher derrière de simples plantes.

. Pour accompagner ce parcours, une performance de Vincent Broquaire sera présentée à la Collection Lambert en septembre 2017 durant les Journées du Patrimoine.

pleasant-places-quayola

Sources : France 3, Culturebox, Musée Voulant, Avignon Tourisme 

Date de mise en ligne: 13/06/2017

 À-lire-sur-le-site-du-CLIC12

Le Cnap réalise avec le Louvre « partcours », une application pour découvrir les oeuvres des Jardins des Tuileries et du Carrousel

Avec sa nouvelle application mobile « Communauté des Jardins », la Smithsonian veut partager ses histoires et archives avec le public

Le château de versailles lance une nouvelle application mobile consacrée aux châteaux et jardins de Trianon

Grace à des artistes numériques suisses, le Musée d’Orsay redonne une vie très décalée à certains de ses chefs d’oeuvres

« Un été au Havre » : le Festival des 500 ans du Havre invite plus de 60 artistes et mise sur l’innovation numérique

Une première exposition d’oeuvres numériques du musée virtuel Dimoda ouvre dans un musée américain

Laisser un commentaire