A Londres, le Barbican Art Center et The Trampery lancent un nouvel accélérateur à l’intersection de l’art et de la technologie

Le 25 mai 2017, le Barbican Art Center et le Trampery ont lancé alt.barbican et révélé la première sélection de cinq artistes qui rejoindront le nouvel accélérateur destiné à favoriser l’intersection de l’art et de la technologie.

barbican trampery arts

© « This Floating World » parTim Murray-Browne et Jan Lee (Photographe: Tadeo Sendon)

Plus de 230 artistes ont postulé à ce nouveau programme initié par le Barbican (centre multi-artistique de Londres) et le Trampery (institution à but non lucratif spécialisée dans le coworking).

Les artistes sélectionnés, Dries Depoorter, Henry Driver, Jasmine Johnson, Ling Tan et Magz Hall ont tous été invités à répondre au thème «la subversion de la réalité».

Leurs propositions incluaient une large gamme de projets, et notamment des applications mobiles, du vidéo mapping, la manipulation de la voix et objets connectés. Les projets exploraient des sujets aussi divers que la vie privée et la surveillance, l’image corporelle, les représentations de genre et la mondialisation.

Dries Depoorter's Seattle Crime Cams @ Data Broker Exhibition. (c) Kristof Vrancken.
Dries Depoorter’s Seattle Crime Cams @ Data Broker Exhibition. (c) Kristof Vrancken.

Conçu et financé en partenariat avec le groupe montréalais MUTEK, le British Council et le studio de narration immersive du National Theatre, alt.barbican est selon ses créateurs « une réponse à un paysage créatif de plus en plus fluide ».

Comme expliqué sur le site web: « à mesure que les nouvelles technologies ouvrent des possibilités expressives inimaginables, le programme de six mois d’alt.barbican présente un nouveau modèle de soutien artistique, tiré de la culture de démarrage entrepreneuriale, pour aider les artistes émergents à développer leurs carrières ».

Sidd Khajuria, producteur principal chez Barbican, a déclaré: « Le lancement de alt.barbican a attiré un grand nombre de candidatures passionnantes d’artistes dont le travail met en avant de multiples disciplines, dans le monde de la technologie, des affaires et des arts. La qualité de ces candidats témoigne de l’ampleur et de la diversité des travaux qui se déroulent dans cette région en pleine croissance. La vision du Barbican est «arts sans frontières» et il est essentiel que nous – en tant que centre inter-arts – continuons de soutenir ces nouveaux domaines de la pratique artistique. Le choix limité à seulement cinq candidats a été un défi, mais je suis ravi de la première série d’artistes et j’ai hâte de voir comment ils progressent au cours des six prochains mois et comment ils font passer leur carrière au niveau supérieur. » 

Charles Armstrong, fondateur de The Trampery, a déclaré: « Nous sommes extrêmement heureux de lancer le programme inaugural alt.barbican avec cinq artistes talentueux. Ils ont non seulement des pratiques incroyablement dynamiques et diversifiées, mais sont également les pionniers de l’utilisation de nouvelles technologies en dehors des applications habituelles au sein de la pratique artistique. Nous allons emprunter des compétences et des idées du monde des start ups pour offrir un programme qui encourage une démarche entrepreneuriale et qui donne accès à des outils pour rendre plus durables leurs pratiques. Nous attendons avec impatience de voir ce que la magie va apporter alors que nos artistes rejoignent la communauté créative de The Trampery Republic « .

barbican foyer

5ers artistes

Les artistes sélectionnés sont:

  • Dries Depoorter est un artiste dont le background est l’électronique et dont le travail explore la place de l’internet dans la société et son impact sur les domaines de la vie privée, de l’identité et de la surveillance.
  • Henry Driver : Utilisant la photographie, le cinéma, l’imagerie numérique, la conception de jeux et la sculpture, le travail de Henry s’inquiète de la rapidité avec laquelle la technologie développe, forme et domine de plus en plus nos vies. Il a exposé à la fois au Channels Video Art Festival de Melbourne, au Festival Ikono on Air de Berlin et à la Tate Liverpool et Tate Britain.
  • Magz Hall explore le potentiel artistique de la radio et son utilisation en dehors des paramètres conventionnels. Son projet « Gendered Voice » est un travail sonore et une installation, abordant les problèmes de ce qui est une voix féminine. Le travail utilise des enregistrements binauraux d’exercices vocaux utilisés pour changer le ton de la voix.
  • Jasmine Johnson travaille principalement avec la vidéo ainsi que l’image numérique, l’audio binaural et l’installation pour créer des portraits de plus en plus ambitieux d’individus dispersés à l’échelle mondiale.
  • Ling Tan est un concepteur, maker et codeur qui s’est formé en tant qu’architecte et s’intéresse à la façon dont les gens interagissent avec l’environnement bâti et la technologie des objets connectés. Elle faisait partie de l’équipe de l’Umbrellium, connue pour ses événements participatifs à grande échelle, qui ont présenté leur travail au Barbican en 2014 dans le cadre de Digital Revolution, une exposition majeure qui a célébré la transformation des arts par la technologie numérique.

Training et networking

Au cours du programme alt.barbican, les cinq artistes seront présentés à des experts en coaching et management qui dirigeront des ateliers sur le réseautage, le pitching et la présentation. D’autres séances couvriront la collecte de fonds, la coopération internationale et le développement du public, dirigé par le British Council, le Arts Council England.

En août 2017, les cinq artistes présenteront leur travail à MUTEK, le festival de musique électronique et de créativité numérique basé à Montréal.

Les artistes auront également la possibilité de postuler à une aide financière mise en service par alt.barbican pour un montant de £ 7,500 afin de réaliser une pièce artistique qui sera installée dans les espaces publics de Barbican.

Un partenariat prolongé entre Barbican et Trampery

Alt.barbican marque la dernière étape du partenariat en cours entre le Barbican et The Trampery.

. La première collaboration, Hack the Barbican en août 2013, a vu les espaces publics du Barbican investis par une communauté de 300 personnes, dont des artistes, des scientifiques, des hackers informatiques et des enseignants. L’expérience a généré 100 installations interdisciplinaires, ateliers, événements et spectacles.

Fish Island Labs
Fish Island Labs

. Barbican et ont collaboré à nouveau en 2014 et 2015 pour créer Fish Island Labs, un centre unique pour lancer la carrière des talents émergents en utilisant la technologie et en définissants de nouveaux champs de créativité. Établi comme un espace artistique, le centre abritait une communauté diversifiée de praticiens émergents et a conduit à l’événement Interfaces en août 2015, une vitrine dynamique des travaux expérimentaux créés par des artistes résidents, présentés dans les espaces publics du Barbican.

barbican interfaces monthly 600_453210263

Depuis 2016, Interfaces Monthly est l’événement mensuel co-organisé par le Barbican et The Trampery durant lequel les artistes et les designers présentent un travail de pointe, offrent un aperçu des stratégies de production et des techniques numériques et favorisent le dialogue avec le public. L’objectif de ces entretiens est d’explorer de nouvelles façons de travailler et d’intégrer ceux qui embrassent la créativité multidisciplinaire et numérique dans les univers des beaux-arts, du commerce et du design. L’événement Interfaces mensuelles est hébergé en rotation au Barbican, à The Trampery Old Street et à The Trampery Republic.

SOURCES: Barbican, The Trampery

Date de première publication: 29/05/2017

Photos: Barbican, The Trampery

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le programme d’incubation technologique du NEW Museum reçoit un financement de 230 000 euros de la Fondation Knight

Lyon : la maison du Chamarier va devenir un fab lab et un incubateur dédiés au patrimoine

Le Musée de la Science et de l’Industrie de l’Oregon créé un incubateur qui accueille déjà quatre start-up

Le New Museum de NYC ouvre le NEWINC: incubateur pour l’art, la technologie et le design

Google et le Barbican Centre lancent Devart, un nouveau concours d’art numérique

Après le robot, la Tate mise sur l’expérience sonore et immersive pour son IK Prize 2015

Laisser un commentaire