La boutique du Walker Museum vend des objets artistiques numériques et éphémères

Depuis le jeudi 19 mars 2015, les visiteurs de la boutique du Walker Art Center de Minneapolis et les internautes peuvent acheter des souvenirs aussi originaux qu’éphémères. La boutique Intangible propose notamment des sonneries originales, une propriété de vacances sur le réseau virtuel Second Life ou une série d’images envoyée par Snapchat et donc destinée à disparaître quelques instants plus tard.

walker shop intangible

Ces créations éphémères font partie d’un magasin pop-up art conceptuel installé au sein du Walker Art Center et sur internet. Imaginé par Michele Tobin, la directrice de sa boutique de cadeaux, et Emmet Byrne, directeur du design du musée, le projet Intangibles est à la fois un bazar numérique et une exposition, constitués d’œuvres originales d’artistes. Par cette initiative, le Walker Art Center entend « renverser la logique d’un magasin régulier ».   

Michèle Tobin a expliqué au New York Times « la priorité devient l’intention de l’artiste et ce que nous pensons être la valeur de cette création ».

walker art shop disappear_large_nobackground_square_6c6304be-15f0-4d53-bc3b-21f642a7a8d6_grandewalker art shop Muhly_Canonical_Tones_grande

Les œuvres éphémères proposées par Intangible sont notamment les suivantes:

. une performance vidéo hybride composée par Sam Green, documentariste innovant, qui sera facturée 2 500 $

. des sonneries originales créées par Nico Muhly, arrangeur et musicien classique et moderne, facturées 150 $ chacune

. un message vocal imaginé par artiste de Los Angeles Martine Syms, vendu 10 $ chacun

. une maison construite sur une parcelle de terrain du monde virtuel Second Life par Andreas Angelidakis, et vendue un million de tilleul (monnaie virtuelle de Second Life), soit environ 4 000 $, selon le musée

. des photos originales en format Snapchat conçues par Alec Soth, bénéficiaire de la bourse Guggenheim 2013, vendues 100 $ pour 25 clichés à la durée de vie très courte.

Suburban Seastead par Andreas Angelidakis
Suburban Seastead par Andreas Angelidakis

Tous les profits de l’opération viendront soutenir des programmes artistiques et éducatifs du Walker.

Dans la tradition de l’art conceptuel, l’exposition est aussi importante que la vente.

« Beaucoup de gens n’achèteront pas ces produits, explique Emmet Byrne, « nous voulons donc que la représentation en ligne soit tout aussi convaincante que les objets eux-mêmes. »

Dans le sillage de Keith Haring

redbull studio shop
Red Bull Studio The Gift Shop

Avec le projet Intangible, le Walker se positionne au carrefour de l’art, du commerce et des médias. l’institution culturelle de Mineapolis suit le chemin tracé par Keith Haring et sa Pop Shop, la boutique de SoHo qui a vendu des vêtements et d’autres articles inspirés de son travail de 1986 à 2005 et qui existe encore en ligne.

En mars 2015, Red Bull Studios, un espace de galerie et de performance ouvert dans le quartier Chelsea pour accueillir des artistes indépendants, a également ouvert une boutique de cadeaux en partenariat avec la plateforme e commerce alldayeveryday.com.

Ce rapprochement des artistes et du commerce ne surprend pas Christine Kuan, conservateur en chef Artsy, la plate-forme d’art en ligne. Elle a expliqué au New York Times que « les gens veulent des expériences de vie et des souvenirs qui ne sont pas produits en masse pour la consommation, ils leur préfèrent des produits spéciaux créés par un artiste. C’est une sorte de consommation qui s’apparente à de l’anti-consumérisme ».

Le Walker Art Center, spécialisée dans l’art moderne et contemporain, n’en est pas à sa première expérimentation numérique. Le musée est ainsi le créateur du festival de vidéo sur les chats, dont la troisième édition s’est déroulé en 2014 et a lancé un nouveau site de collection en 2014.

SOURCES: Walker Art Center, nytimes.com, bizjournals.com, time.com, 

Date de première publication: 21/03/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Walker Art Center lance une plateforme et une collection de publications scientifiques numériques

Nouveau site et stratégie éditoriale web pour le Walker Art Center

L’exposition 50/50 du Walker invite le public à choisir la moitié des oeuvres exposées

Laisser un commentaire