Brieuc Segalen (Sycomore) : « Nous allons connaître une phase de transition avec l’apparition de nouvelles fonctionnalités « 

Partager :

Brieuc Segalen, directeur développement et nouvelles technologies, présente au CLIC France la société Sycomore et les innovations récentes de sa filiale Briq.

Pouvez vous nous présenter Briq et Sycomore ?

Sycomore est née en 1986. Nous sommes un des leaders de l’audioguidage en France et en Europe. Notre offre est articulée autour de trois activités :

. production-réalisation : conception de parcours d’audioguidage et de commentaires adaptés à la fois au site, au contenu et à l’attente des publics.
. technique : développement de systèmes novateurs, mais aussi capacité d’installation et de maintenance des équipements.
. services : organisation et gestion de structures autonomes pour l’exploitation déléguée du service d’audioguidage, mais aussi conseil en étude de projets, analyse de données, recherche de financements, méthodologie commerciale.

Sycomore a racheté Briq en 2008. Cette société a été pionnière dans le domaine de la production multimédia adaptée à la création de supports de communication innovants, et a développé deux pôles de compétences :

. la production multimédia : avec des outils de création graphique, de création 2D et 3D, de développement d’applications multimédia. Briq est spécialisée en vidéo et animations interactives, avec la création et l’utilisation de panoramas 360°, la réalisation d’objets virtuels, exploités sur tous supports. Nos audio-vidéo guides iPod ou smartphones utilisent pleinement ce savoir-faire.

. le développement Internet : avec les services à valeur ajoutée, comme la publication de contenus (texte, audio, image et vidéo), la gestion de back-office, la création et le suivi de catalogues, la vente en ligne sécurisée.

Notre site internet podibus.com propose le téléchargement de contenus culturels et touristiques, gratuits et payants, en utilisant ces technologies.

Quels sont les principaux lieux culturels pour lesquels vous travaillez actuellement ?

Le château de Versailles, le château de Chenonceau, le château de Chambord, le château médiéval du Haut-Kœnigsbourg, le musée Rodin, et de nombreux autres sites en France et en Europe.

Votre activité historique, l’audioguide, est au cœur des mutations technologiques (mobilité, personnalisation, téléchargement de contenus), comment voyez-vous son avenir ? 

Il y a une tendance très forte, alimentée par la presse et les médias, pour le passage aux contenus téléchargés, et aux applications smartphone. Cela dit, les véritables besoins des musées et des lieux touristiques restent modestes, et les solutions simples privilégiant l’accès aux contenus de qualité, ont encore leur place. Par ailleurs les usages du public liés à ces mutations, telles que le téléchargement par exemple, ne représentent encore aujourd’hui qu’une part infime de l’activité réelle des musées.

Ne fau(drai)t il pas séparer les activités de gestion d’équipements/matériels et de personnel et les activités de production de contenus ?

C’est effectivement une question, que se posent surtout les grands lieux, à très forte fréquentation. L’inconvénient de cette approche est simple : le matériel est une chose, le logiciel qui permet l’accès au contenu en est une autre, et les deux sont étroitement liés. Le rôle de l’intégrateur, qui maîtrise à la fois le matériel, le logiciel et le contenu, permet de résoudre les problèmes de compatibilité ou d’adaptation au support.

Cela dit, notre point de vue est différent : comme nous proposons plusieurs types de matériel, nous concevons les contenus de façon indépendante de celui-ci, ce qui nous permet de proposer des évolutions du support, sans avoir à changer ou adapter le contenu.

Pour certains de vos clients traditionnels avez-vous déjà lancé des audioguides multimédia ou des applications audioguides téléchargeables ? Si oui, pour quels lieux ?

Nous avons développé plusieurs applications pour Chenonceau, avec mise à disposition des visites, en 11 langues, sur l’App Store. Pour les visiteurs individuels, le taux de prise est de 25 % pour les iPods touch en 2011 à Chenonceau. Nous travaillons actuellement sur d’autres applications (visite de Paris, visite du château de Versailles).

Par ailleurs, nous avons développé des visites adaptées aux sourds et mal-entendants, pour plusieurs lieux, en France (Musée Victor Hugo) et en Italie (La Venaria).

En matière d’audioguide nouvelle génération, vous lancez l’Audiopen. Pouvez vous présenter cet outil, ses avantages ? quels sont les premiers utilisateurs en France ?

L’Audiopen est un lecteur audio doté d’un capteur optique, qui permet de coupler des commentaires audios à n’importe quel document papier (livret d’exposition, fiche de visite, plan de parcours, cartel,…).  Les premiers utilisateurs de l’Audiopen ont été le Musée Rodin, la Cathédrale de Metz, et le musée du Canal de Berry. Nous avons actuellement plusieurs dizaines de lieux qui sont en train de s’équiper, en France et en Europe.

Ce concept, totalement innovant, reçoit un excellent accueil de la part des utilisateurs et des musées : son faible coût, et sa grande simplicité d’utilisation, en font une solution parfaitement adaptée à des visites multilingues, et son côté ludique permet de proposer des visites en famille, avec des commentaires de visite adaptés pour adultes et pour enfants. Tous les détails sur l’Audiopen sont consultables sur notre site.

Briq a été l’un des premiers utilisateurs d’iPod en tant qu’audioguides à Chenonceau, quels sont vos projets et développements en matière de mobilité et d’applications ? travaillez vous sur l’environnement Apple et Android ?

Oui, nous travaillons sur les deux environnements, que ce soit sur support smartphones ou support tablettes tactiles. Nous proposons nos solutions à l’ensemble de nos clients, et nous innovons en incluant des capacités de géolocalisation indoor et outdoor, ainsi que des capacités de paiement en ligne intégré, avec des technologies de type NFC. Un exemple de ce type d’application sera mis en place cette année.

Vous avez également une activité de production de visites panoramiques. Pouvez vous nous donner des exemples d’utilisation ? Comment gérer vous la compatibilité sur les outils mobiles apple et android ?

Les panoramas 360° créés pour nos clients sont aisément transposables sur ces supports. Nous avons plusieurs exemples de réalisations (non commercialisées à l’heure actuelle), par exemple pour Versailles ou Chenonceau. Les panoramas peuvent être visualisés sur notre site.

Pouvez vous nous parler de vos projets en matière de jeux ou d’activités numériques pour les enfants ?

Sycomore est notamment spécialisé dans la réalisation de parcours de visite ludique pour les enfants et plus particulièrement pour les familles. L’objectif du parcours famille étant de proposer une visite ludique et conviviale dans laquelle les enfants sont les meneurs de jeu sans négliger l’aspect pédagogique de la visite, avec l’intervention des adultes.

Pour les parcours enfant nous avons plutôt recours aux Quiz ou à la chasse au trésor qui permettent de capter au maximum l’attention de l’enfant tout en abordant les éléments clés de la visite. L’Audiopen se prête admirablement, par son côté ludique et « magique », à ce type de réalisations : le Musée Rodin en donne un exemple, avec un parcours enfants proposant un Quiz interactif.

La crise économique et les contraintes budgétaires des musées et lieux culturels ne vont-elles pas ralentir le déploiement des outils numériques culturels ? comment peut on l’éviter ? Existe-t-il un modèle économique propre des outils et services numériques ?

La tendance liée à l’utilisation des smartphones va certainement continuer malgré la crise, au vu des prévisions de la croissance de parts de marché de ces équipement, et les modèles économiques vont s’adapter : cela dit, le changement ne va pas être immédiat, et nous allons connaître une phase de transition, avec l’apparition de nouvelles fonctionnalités, liées au paiement virtuel, aux technologies de géolocalisation et de réalité augmentée, à la reconnaissance vocale, et il faudra un certain temps avant que le grand public adopte ces nouveaux comportements.

Quels sont pour vous les autres chantiers numériques importants et les enjeux principaux dans les prochains mois ?

Nous travaillons activement sur les points cités ci-dessus. L’objectif de l’intégration de briq au sein de Sycomore a été justement de mettre en place une structure de recherche et développement, sur les technologies émergentes.

Fiche technique
Briq / Sycomore

Année de création : 1986
Nombre de collaborateurs : 40
Activités / métiers : Production/ Conception et Fourniture de matériels/ Services, autour de l’audioguidage
Principaux clients : voir http://syomore.eu
Site web

Adresse : 2 rue Louis Armand
95600 Eaubonne
Tél : 01 34 06 18 70

Partager :

Laisser un commentaire