Le British Museum et Google proposent une exploration en ligne des sites et des trésors de la civilisation Maya

Le 30 novembre 2017, le British Museum et Google Arts and Culture ont annoncé leur nouvelle coopération visant à numériser et partager l’ancienne collection maya d’Alfred Maudslay, un explorateur du XIXe siècle qui a apporté au monde entier l’histoire et le patrimoine des Mayas. Cette importante collection, composée de photographies, de moulages et d’autres documents scientifiques rassemblés lors de fouilles archéologiques et de recherches sur les sites mayas à la fin des années 1800, est maintenant disponible en ligne pour la première fois.

british museum google maya hp

La plateforme Google Arts et Culture propose dorénavant un nouveau contenu interactif consacré aux sites mayas du Guatemala, composé notamment d’une série d’expositions en ligne présentant plus largement le projet, les activités et les collections Maya du British Museum.

En complément de ces documents, de nouvelles visites immersives Google Street View sont disponibles, transportant les internautes au Guatemala pour visiter Quiriguá et Tikal, sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et deux des villes les plus emblématiques de l’ancienne civilisation Maya. Cette visite est proposée en réalité virtuelle, grâce aux lunettes cardboard. La prise de vue Street View de l’ensemble de la zone accessible au public de ces sites archéologiques est également lancée aujourd’hui dans le cadre de la collaboration.

Une expédition Google dédiée aux écoles est également disponible via l’application Google Expedition, emmenant les enfants en voyage virtuel du British Museum à Quiriguá.

Alfred Maudslay, un pionnier technologique 

Les objets qui ont été numérisés ont été rassemblés par Alfred Maudslay, un pionnier technologique qui a utilisé la photographie pour mieux sensibiliser le public au patrimoine culturel maya. Il a beaucoup voyagé en Amérique centrale dans les années 1880 et 90, devenant souvent le premier visiteur à documenter scientifiquement les sites mayas anciens célèbres comme Tikal et Quiriguá, en utilisant des techniques d’enregistrement très en pointe.

. La collection comprend plus de 250 négatifs de plaques de verre provenant du Guatemala et plus de 1 000 pages d’archives, y compris les journaux personnels de Maudslay. Tous ont été récemment numérisés selon des normes exceptionnelles afin de révéler des détails jamais observés auparavant.

Un gestionnaire des collections scanne une  plaque en verre (c) British Museum
Un gestionnaire des collections scanne une plaque en verre (c) British Museum

. Plus de cent moulages ont également été scannés en 3D, ce qui a permis de réassembler les monuments sous forme numérique. Ceux-ci vont devenir une ressource exceptionnelle pour les chercheurs qui seront capables d’incliner, zoomer et manipuler l’éclairage de ces modèles afin d’obtenir les meilleures conditions pour lire les inscriptions hiéroglyphiques.

Beaucoup de ces moulages ont, selon les propres termes de Maudslay, « survécu aux originaux qui ont souffert de dommages environnementaux et anthropiques dans le siècle et demi qui a suivi ma visite. Ils sont donc une ressource inestimable pour apprendre sur cette civilisation importante ».

Des exemples de moulages peuvent être vus au British Museum, et les moulages restants font partie de la collection d’étude conservé à la Blythe House.

Ce dépôt de moulages, de photographies, de journaux intimes et de dessins est d’une importance mondiale pour l’étude des anciens Mayas, une civilisation qui a émergé dans une zone géographique englobant le Guatemala, le sud du Mexique, le Honduras, le Belize et El Salvador. 

Son apogée, connue sous le nom de période maya classique, a commencé vers 250 après JC et a duré jusqu’à ce que c. 900AD. Les villes les plus emblématiques de la culture, comme Tikal et Palenque, datent de cette période.

Grâce à ce nouveau partenariat entre Google et le British Museum, et aux nouvelles technologies qui l’accompagnent, « un public plus large que jamais aura l’occasion de découvrir les paysages et les monuments de cette civilisation et culture fascinante ».

Hartwig Fischer, directeur du British Museum, a déclaré: « La collection du British Museum s’étend sur toute la planète et je suis ravi que notre partenariat avec Google Arts and Culture nous permette de présenter l’histoire des anciens Mayas une audience plus large que jamais. Non seulement il est maintenant plus facile de profiter de ces objets fascinants de notre collection, mais ils peuvent être manipulés dans de nouvelles modalités passionnantes ».

Amit Sood, directeur de Google Arts et culture a ajouté: « Nous sommes ravis de travailler à nouveau avec le British Museum pour soutenir la recherche archéologique sur les anciens Maya. Trouver de nouvelles façons de partager la recherche académique en ligne, comme la conservation numérique et le partage d’histoires perdues, est essentielle pour nous aider à relier le passé au présent Nous sommes ravis d’offrir cette vision unique du patrimoine maya sur Google Arts & Culture.« 

Collections mayas au British Museum

Le British Museum abrite une collection unique au monde d’objets anciens mayas, dont un certain nombre sont exposés dans la galerie 27 consacrée au Mexique. En outre, une vaste collection du XXe siècle a doté le musée de plusieurs milliers d’objets mayas contemporains, dont des textiles, des masques, des articles de vannerie et des céramiques. Ces collections appartiennent aux 70 000 objets composant la collection encyclopédique des Amériques du British Museum.

Casa Frederick Catherwood

Le projet et le processus de numérisations sont présentés en détail sur le blog du British Museum et de Google Arts & Culture.

Ce projet complète une série d’autres coopérations entre le British Museum et Google. (Lire les articles du CLIC France: Le British Museum présente son nouveau guide multimédia avec des contenus enrichis et la géolocalisation Google Maps et Accord British Museum-Google: plus de 4 500 objets en ligne, des visites virtuelles et un site sur l’histoire mondiale de l’art)

SOURCES: British Museum, Google

Date de première publication: 02/12/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Le British Museum présente son nouveau guide multimédia avec des contenus enrichis et la géolocalisation Google Maps

. Accord British Museum-Google: plus de 4 500 objets en ligne, des visites virtuelles et un site sur l’histoire mondiale de l’art

. Le British Museum propose un « pélerinage numérique » autour d’une stèle bouddhiste indienne sculptée il y a 2 000 ans

.Le British Museum publie en accès libre la modélisation 3D et VR de la pierre de Rosette

. Nouvelles salles, nouveaux accrochages, nouveaux outils numériques … le British Museum lève le voile sur son plan de transformation à 10 ans

Laisser un commentaire