La Pierre de Rosette, objet clé ayant permis de déchiffrer le secret de l’écriture égyptienne en hiéroglyphes, est conservé au British Museum depuis 1802. Ce bloc de granodiorite de 762 kilos daté du IIe siècle av. J.-C. est désormais disponible gratuitement en 3D et même en réalité virtuelle. 

british museum rosetta-stone-in-situ-1

Le 13 août 2017, le British Museum a mis en ligne le scan en 3D de la pierre de Rosette. Mais cette stèle mythique, qui compte parmi ses pièces les plus populaires, n’est pas le premier objet à être scanné par le musée.

En 2015, le musée avait donné un accès en ligne et gratuit à la Pierre de Rosette, accompagné de 4 700 autres objets de sa riche collection. Mais cet accès était seulement en 2D.

228 photographies ont été nécessaires pour modéliser la Pierre de Rosette et en créer son clone virtuel en 3D. Un Nikon D5100, un Sony A6000 et même un smartphone ont été utilisés pour réaliser les différents clichés, sous la responsabilité de Daniel Pett, chargé de la numérisation et du site web du British Museum.

Un objet et 3 textes

Découvert dans le village d’el-Rashid (Fort-Saint-Jullien, le nom donné par Napoléon), en Égypte en 1799, ce fragment de stèle d’une hauteur de 112,3 centimètres date de 196 av J.C, sous le règne de Ptolémée V. Après traductions, il s’avère que la Pierre de Rosette affiche un décret promulgué à Memphis, en Égypte, par le pharaon Ptolémée V en 196 av. J.-C, qui célèbre le culte à sa gloire.

british museum rosetta 2

La Pierre fait en réalité apparaître 3 textes: le premier en grec ancien, facilement traduit, le second en hiéroglyphes, déchiffré par Jean-François Champollion en 1822. Le troisième texte est écrit en égyptien démotique, et demandera quelques années supplémentaires pour être parfaitement compris.

Une pierre pour décrypter la culture de l’Egypte ancienne

La Pierre de Rosette a donc servi à déchiffrer les hiéroglyphes, l’écriture figurative égyptienne qui utilise des représentations d’objets divers en guise de caractères.

Bien que découverte par l’armée de Napoléon, la Pierre est finalement devenue propriété des Britanniques après que les troupes britanniques aient vaincu les Français en Egypte en 1801. Mais c’est le chercheur français Jean-François Champollion qui a compris que les hiéroglyphes avaient enregistré les signes de la langue égyptienne et allaient donc permettre d’étudier plus en profondeur la langue et la culture de l’Egypte ancienne. Le 27 septembre 1822, plus de 20 ans après la découverte initiale de la Pierre, Champollion annonçait sa découverte dans un article à Paris.

La Pierre de Rosette est arrivée en Angleterre en février 1802 et a été offert au British Museum en juillet. À l’époque, les sols du musée n’étaient pas assez solides pour supporter le poids de la stèle, jusqu’à ce que des fonds supplémentaires soient collectés pour aider à construire une nouvelle galerie réservée aux acquis de la campagne d’Egypte.

Rosetta Stone
by The British Museum
on Sketchfab

Le scan en 3D de la pierre de Rosette est proposé sur la plateforme Sketchfab. L’animation est accompagnée d’un commentaire audio expliquant l’histoire de la stèle. Le commentaire se déclenche automatiquement lorsque la page s’affiche. Tous les navigateurs ne sont pas compatibles avec Sketchfab, mais le modèle 3D peut être téléchargé gratuitement. Pour zoomer sur la pierre, il suffit d’appuyer sur Shift ou Ctrl en cliquant sur l’image, puis de déplacer le curseur vers soi.

Une option VR est également disponible. Le vestige archéologique peut être observé par le biais de lunettes VR de type Cardboard ou Oculus; il suffit de sélectionner l’option d’affichage VR en bas de l’interface, et l’affichage se dédouble pour la VR.…

british museum rosetta-stone

200 objets de la collection déjà disponibles en ligne et en 3D

Ce n’est pas la première fois que le British Museum scanne un des objets de sa collection en 3D. Et la pierre n’est pas le seul objet que le British Museum a modélisé pour le public. Le crâne de Jéricho (un crâne humain qui se situe entre 7 000 et 6 000 av. J.-C.), le chien Jennings (une grande sculpture romaine) et une série de figurines netsuke japonaises ont également été scannés et téléchargés en ligne. Ces pièces sont déjà disponibles en 3D sur la page Stetchfab du musée. Selon Daniel Pett, déjà plus de 200 objets du musée ont été scannés sur 8 millions de pièces au total.

La modélisation 3D du crâne de Jericho a déjà fait l’objet de plus de 200 000 visionnages sur Sketchfab

Cette initiative s’explique par la « volonté du British Museum de faire découvrir et de rendre disponible aux yeux du grand public certaines des pièces les plus emblématiques de sa collection ».

« Cette modélisation fait partie de notre tentative plus vaste de numériser autant de pièces emblématiques de la collection – et même les objets invisibles dans les réserves – et les rendre disponibles pour que le public puisse les découvrir en 3D ou sous des formes plus tactiles » explique Daniel Pett. Nous avons environ huit millions d’objets, tous ne seront pas adaptés à la numérisation 3D, mais nous avons réussi à en modéliser plus de 200 jusqu’à présent ».

Les modélisations 3D du British Museum sont présentées sur la page Sketchfab de l’institution britannique.

SOURCES: British Museum, Sketchfab, hyperallergic.com, 3ders.org

Date de première publication: 01/08/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Nouvelles salles, nouveaux accrochages, nouveaux outils numériques … le British Museum lève le voile sur son plan de transformation à 10 ans

.Dans le cadre de sa nouvelle exposition, le Yorkshire Museum propose de visiter un camp Viking en réalité virtuelle

Le British Museum et la NHK racontent la carrière et les œuvres du génie Hokusai sur grand écran et en 8K

En mai 2017, le British Museum lance sa première visite virtuelle de salles avec Oculus

L’un des plus anciens trésors de la collection du British Museum désormais accessible en 3D

Le British Museum permet l’exploration d’une petite partie de sa collection en réalité virtuelle sur Oculus Rift

Alibaba Group va aider le British Museum à vendre ses produits dérivés en Chine, sur le web et dans des boutiques propres

Accord British Museum-Google: plus de 4 500 objets en ligne, des visites virtuelles et un site sur l’histoire mondiale de l’art

Durant un week-end, Samsung et le British Museum ont proposé un voyage à l’âge du bronze en réalité virtuelle