Le British Museum révèle l’impact du Covid-19 sur ses revenus et le succès massif de ses activités numériques

Partager :

Dans son rapport annuel 2020/21, publié début septembre, le British Museum revient largement sur les dommages économiques engendrés par la pandémie du Covid-19 de mars 2020 à mars 2021. Mais l’institution muséale britannique souligne également la très forte progression de son audience en ligne et de ses activités numériques qui ont permis au musée de maintenir une relation très forte avec les visiteurs du monde entier.

L’impact du COVID sur les revenus du British Museum est évidemment majeur avec une baisse de 97% du nombre de visiteurs annuels. Le musée a été ouvert pendant 78 jours, avec une capacité limitée.

  • Chute de 93% des revenus de billetterie 

Le rapport annuel et les comptes du musée à la fin de l’année (clôture le 31 mars 2021) révèlent que les revenus d’admission pour la période ont chuté de 93 % à 0,3 million de livres sterling, contre 4,3 millions de livres sterling l’année précédente.

En parallèle, les revenus commerciaux nets ont chuté de 97 % à -0,3 million de livres sterling, contre 8,7 millions de livres sterling l’année précédente.

La forte baisse des revenus n’est pas surprenante, le British Museum étant fermé pendant la majeure partie de l’année dernière. Ses brèves ouvertures, avec des consignes de sécurité en place, ont eu lieu du 27 août au 4 novembre et du 3 au 15 décembre 2020, les visiteurs étant tenus de réserver un créneau et de suivre un itinéraire à sens unique distancié. En octobre de l’année dernière, certains visiteurs ont pu obtenir des billets sans rendez-vous.

Le jour de la réouverture, 20 000 billets avaient été réservés, et au cours des douze semaines suivantes de 2020/21 pour lesquelles le musée a pu ouvrir, il comptait 160 000 visiteurs, une petite fraction des 5,9 millions qui avaient visité la période précédente. 

  • Une fructueuse collecte de fonds

C’est en matière de collecte de fonds que le musée a connu sa seule performance positive. L’institution a reçu 40,4 millions de livres sterling en 2020/21, contre 23,7 millions de livres sterling en 2019/20. Deux dons individuels importants expliquent l’essentiel de l’augmentation des dons au cours de l’année. 

Des dons et legs de 39 millions de livres sterling ont été reçus au cours de l’année, y compris ceux reçus de particuliers, de fiducies et de fondations ainsi que les dons en nature.

Un montant supplémentaire de 3,1 millions de livres sterling a été reçu d’autres activités commerciales et 15,8 millions de livres sterling d’activités caritatives.

Le rapport annuel 2020/21 du British Museum indique que « la nature et l’ampleur de l’activité du musée au cours de la prochaine année restent incertaines et soumises à la feuille de route du gouvernement et à la vitesse à laquelle le nombre de visites – en particulier en provenance de l’étranger – se redresse ».

  • Le succès de sa nouvelle collection en ligne
Au cours de cette période si compliquée, le musée a été particulièrement actif sur le plan numérique. Le lancement de sa nouvelle collection d’objets en ligne BM Collection Online a notamment rencontré un vif succès. 

« Que faire quand un musée est fermé ? Des années de développement d’un BM virtuel, en ligne, diversifié ont abouties en 2020/21. De cette plateforme aux médias sociaux, la vie numérique du BM a prospéré tout au long du année. Partageant ses ressources à travers le monde, le BM a touché beaucoup plus de personnes dans ses activités en ligne que jamais il l’avait avant » se réjouit le British Museum.

Le plus grand changement numérique a été le lancement en avril 2020 de la BM Collection Online « transformée et grandement améliorée ». Il s’agissait de « la mise à jour de la plateforme la plus importante depuis son lancement en 2017 ». « Le lancement de cette nouvelle version de la base de données en ligne des objets BM a été accélérée, afin que les personnes en confinement pourrait bénéficier de l’une des plus grandes collections muséales du monde » explique le BM.

La plateforme offre désormais un meilleur accès sur mobile et tablette, un moteur de recherche « plus intuitif et puissant, à la fois plus simple d’utilisation et plus précis ainsi qu’un design et une ergonomie repensés. (ARTICLE CLIC: . Le British Museum enrichit sa collection en ligne avec plus d’images, une fonction zoom et un accès libre, hors usage commercial)

Le portail propose 4,5 millions d’objets, avec 1,9 millions d’images, qui peuvent être téléchargées gratuitement pour un usage non commercial.

« Avec environ la moitié de la collection BM désormais accessible via le site Internet, la BM Collection Online est l’une des plus importantes, collections de musées en ligne les plus diverses au monde » précise le BM.

Et cela a séduit le monde entier. En 2020/21, 3,75 millions d’utilisateurs ont consulté la collection en ligne, une augmentation de 60% par rapport à 2019/20. Il s’agit d’une audience véritablement mondiale avec seulement 50 % des utilisateurs originaires du Royaume-Uni ou des États-Unis.

Le rapport annuel du musée souligne le rôle joué par le portail collection pour garder le contact avec le public international qui a été si mal « desservi » pendant le confinement. 3 000 visiteurs étrangers sont venus au musée en 20/21, contre 3,8 millions en 2019/20 !

« La base de données d’objets est à la fois une source savante et populaire d’informations culturelles et de connaissances historiques. Elle permet aussi de nouvelles manières d’interagir avec un très large public. Les retours de certains des utilisateurs fournissent des détails pertinents sur les objets et d’autres informations. Ces données crowdsourcées, une fois vérifiées, sont ensuite incorporées dans la fiche de l’objet » explique le BM.

  •  Des contenus numériques étoffés pour les 2 expositions en cours

Pour ses 2 expositions interrompues en raison du confinement, le BM a rapidement proposé une gamme de contenus et d’activités numériques.

« Avec un accès limité au musée en raison de la pandémie de COVID, les conservateurs et l’équipe des événements ont imaginé et proposé de nouvelles manières en ligne de découvrir l’exposition. Tout en limitant le nombre de visiteurs sur place, la fermeture a également donné la possibilité d’élargir l’accès à l’exposition à des publics du monde entier » explique le BM.

. Exposition « Arctic: culture and climate »

Une vidéo des commissaires, tournée dans l’exposition, décrivant la vie dans l’Arctique et abordant les enjeux de l’environnement a attiré plus d’un million de téléspectateurs.

Lors d’un événement BM Youth Collective en janvier 2021, les conférenciers ont discuté franchement de ce que signifie pour les jeunes d’hériter du changement climatique. Des contenus vidéos et d’autres événements ont été diffusé gratuitement sur les chaines Facebook et YouTube du BM. Une visite en ligne à 360 degrés de l’exposition, enrichie par des contenus multimédias, a ensuite été créée pour « permettre à encore plus de personnes de faire l’expérience depuis le monde entier ».

www.britishmuseum.org/exhibitions/arctic-culture-and-climate

. Exposition « Tantra: enlightenment to revolution »

Inaccessible physiquement en raison du confinement, l’exposition a trouvé « une vie supplémentaire en version imprimée et en ligne ».

Le catalogue s’est vendu à 3 000 copies et la visite en ligne avec un commissaire de l’exposition a été regardée par plus de 800 000 personnes à travers le monde.

D’autres vidéos, courtes ou longues, diffusées sur la chaîne Youtube du BM ont examiné la présence plus large des idées tantriques, le lien avec le Yoga tibétain, le pouvoir féminin divin et les mouvements contre-culturels des années 1960. Un panel d’artistes de L’Asie du Sud, les États-Unis et le Royaume-Uni a parlé des interprétations contemporaines du Tantra et répondu aux questions des téléspectateurs en ligne et en direct.

Grace à un partenariat avec le Centre d’études du Bhoutan à Thimphu, un film enregistré dans les montagnes du Bhoutan, incluant la création et la dissolution d’un mandala de sable, une danse dakini, des cérémonies et des prières a été diffusé gratuitement sur le site du BM.

https://www.britishmuseum.org/exhibitions/tantra-enlightenment-revolution

  • Un marketing en ligne innovant

Malgré la fermeture de ses galeries, l’accès numérique au BM est resté très actif tout au long de l’année. Les recherches Google ont conduit de nombreux internautes vers le site Web du BM, notamment autour d’événements clés.

Ce fut ainsi le cas pour le lancement du film The Dig, avec Ralph Fiennes et Carey Mulligan, en janvier 2021. L’histoire de la propriétaire terrienne Edith Pretty et de l’archéologue Basil Brown et la découverte du navire enterré de Sutton Hoo a incité le public à en savoir plus sur les découvertes anglo-saxonnes dans le musée. Un article du blog du British Museum sur l’exactitude historique du film s’est avéré très populaire, tout comme une vidéo Curator’s Corner sur Sutton Hoo, qui a attiré 2,1 millions de vues sur YouTube et Facebook.

Les médias ont largement sollicité le BM pour raconter la découverte célèbre dans le Suffolk à la radio et à la télévision, tant au niveau national qu’international.

Sur YouTube, le BM a attiré 14,1 millions de vues en 2020/21, avec 3,3 millions d’heures de contenu regardées, soit 280% d’augmentation par rapport à 2019/20.

Le comportement du public en ligne pendant le confinement était différent : ceux qui regardait une seule vidéo dans le passé ont été remplacés par des téléspectateurs accédant au site pour regarder un certain nombre de vidéos dans une séance.

La fermeture a également permis au BM d’expérimenter de nouveaux formats de vidéos.

. Dans la série « Decoded » (4 épisodes), les conservateurs ont choisi un seul objet et en ont révélé son symbolisme historique et son iconographie cachée.

. Pour la série en dix volets « Objects of Crisis », le réalisateur Hartwig Fischer a discuté avec un conservateur ou un universitaire différent chaque semaine. Ensemble, ils ont exploré des objets de la collection BM qui reflétait une réponse humaine résiliente aux crises du passé. Ces vidéos ont attiré plus plus de 125 000 vues.

Les autres contenus vidéos comprenaient le populaire « Curator’s Corner », qui en est maintenant à sa sixième série.

Les contenus podcast mensuels du BM britishmuseum.org/the-british-museum-podcast se sont également poursuivis, avec des épisodes supplémentaires marquant des événements spéciaux, tels que la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition.

La fréquentation du blog du BM blog.britishmuseum.org/ a plus que doublé pour atteindre 3,1 millions de pages vues en 2020/21. Sur les soixante nouveaux articles de ce blog, il n’est pas surprenant de découvrir que le plus populaire était de loin « Comment explorer le British Museum depuis chez soi », consulté par plus d’un demi-million de personnes.

Cet article était une introduction utile aux nombreuses façons d’entrer dans le BM en numérique : visites virtuelles autoguidées des galeries à l’aide de Google Street View, podcasts, visites audio, YouTube des entretiens avec des conservateurs, des événements sur le Web et, bien sûr, les 4,5 millions d’objets de la BM Collection Online.

  • 550 000 abonnés sociaux conquis

Sur tous les réseaux sociaux du BM, les chiffres ont également augmenté. Fin 2020/21, le BM comptait 5,8 millions de followers, une augmentation de plus de 550 000 par rapport à l’année précédente.

Les augmentations les plus importantes ont été enregistrées sur Instagram instagram.com/britishmuseum (25 % d’augmentation) et les plateformes chinoises Weibo (augmentation de 48 %) et WeChat (augmentation de 26 %).

Le BM a également été très visible au cinéma, à la télévision et à la radio.

Le BM a rediffusé deux de ses films d’exposition sur YouTube et Facebook. Pompeii Live et Vikings Live ont emmené les téléspectateurs à travers ces 2 expositions passées les plus populaires avec une équipe d’experts discutant des expositions.

Chaque émission en direct a attiré plus de 100 000 téléspectateurs. Toujours accessibles en ligne, les deux films ont depuis été vus par plus de 4 millions de personnes.

Sur BBC4 en avril 2020, Culture in Quarantine a consacré un épisode au BM, avec 400 000 téléspectateurs devant le diffusion initiale.

En octobre 2020, l’artiste classique Mary Beard a été filmée au BM pour la série Inside Culture de la BBC2. Sur BBC Radio 4, le BM a revisité sa très populaire série « Une histoire du monde en 100 objets ». Dix ans après sa première diffusion, l’ancien réalisateur Neil MacGregor a invité David Attenborough, Hartwig Fischer, les conservateurs de BM et d’autres experts pour l’aider à choisir un objet qui résumait la décennie écoulée.

  • Un vaste programme numérique d’éducation

Les activités muséales ont cessé en mars 2020, mais à l’automne, de nouvelles plateformes sont apparues en ligne pour continuer à attirer les jeunes et les visiteurs adultes. En 2020/21, les téléchargements de ressources pédagogiques dans les écoles ont augmenté de 39 %.

Le programme « Ecoles sur site », si central dans la vie du BM, a dû être suspendu. Le Samsung Digital du BM Discovery Center (SDDC) est depuis des années un pionnier de l’apprentissage interactif et, plus récemment, à distance. Avec le programme des écoles entièrement en ligne, le SDDC a pris tout son sens.

De nouveaux ateliers interactifs en direct ont été proposé sur l’Egypte et la Grèce, s’ajoutant aux trois existants sur la Préhistoire, la Grande Bretagne romaine et la vallée de l’Indus.

A partir de septembre 2020, le nombre de visites virtuelles a été largement augmenté. Le BM a ainsi touché 8 000 élèves et enseignants à travers l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse et L’Irlande du Nord en 2020/21. (ARTICLE CLIC: Covid-19 / Le British Museum élargit son programme de visites scolaires virtuelles pour répondre à une « demande énorme »)

Le Greengross Young People’s Programme, soutenu par la Fondation de la famille Greengross, est entré dans sa deuxième année. Avec le confinement, le Collectif Jeunesse s’est rapidement révélé polyvalent dans la production de contenus et activités en ligne.

Les 15 participants, âgés de 16 à 24, ont produit une série de conversations vidéo et de conférences sur le thème du « changement ».

Ces vidéos étaient très facilement accessibles via leur page Instagram (@bmyoungpeople) ou sur la chaîne BM Events sur YouTube.

Malgré les défis de la fermeture, le BM a organisé plus de 30 événements et cours en direct en ligne, de septembre 2020 à mars 2021, pour le grand public. Ces événements ont attiré plus de 273 000 personnes de plus de 50 pays. Plus de la moitié avaient entre 25 et 44 ans et provenaient de régions hors du Royaume-Uni. Presque tous les événements comprenaient des sous-titres en direct pour un public sourd ou malentendant.

Une grande partie de la programmation en ligne était centrée sur les deux expositions majeures en cours du BM. Une conférence sur la grande bibliothèque de Ninive, datant du 7ème siècle BC, a attiré 165 000 vues.

L’écrivain Bonnie Greer a organisé une série de discussions sous la bannière « Ère de récupération » sur des sujets aussi variés que le rôle des musées, les relations entre états Africains et Européens et la mode comme résistance et pouvoir.

Des cours de langues en ligne, proposés en partenariat avec la CityLit, ont utilisé des objets de la collection comme points de départ pour enseigner l’arabe, le mandarin, le russe, le sanskrit et le norvégien.

  • Des ventes de livres qui explosent

Avec les parents confrontés au confinement et l’apprentissage à la maison obligatoire, les ventes des livres pour enfants du BM, publiés notamment en association avec Nosy Crow, ont augmenté de 300 %.

La série Find Tom in Time est restée populaire, avec l’ajour d’un nouveau titre Tom dans la Chine de la dynastie Ming, et un livre d’autocollants sur la Grèce antique.

Le livre le plus vendu durant la période a été de loin « British Museum: Around the World Coloring », qui s’est écoulée à plus de 11 000 exemplaires.

Les livres pour enfants du BM sont désormais publié dans plus de 15 pays, dont l’Espagne, le Portugal, le Danemark, les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, la Pologne, la Roumanie, la Turquie, la Corée, le Japon et la Chine.

Entre mars 2020 et 2021, malgré la fermeture du musée, les revenus des ventes de la boutique en ligne ont fortement augmenté.

« Le BM entre aujourd’hui dans l’une des phases les plus passionnantes de sa longue histoire. Il s’est déjà considérablement transformé avec le développement de son offre numérique depuis 18 mois, la relance de la Collection Online avec plus de 4 millions d’objets rendu accessible a été l’un des grands succès de l’année dernière, mais il reste encore beaucoup à faire » écrit Sir Richard Lambert, président du conseil d’administration du musée, en préface du rapport annuel du British Museum 2020-21.

Le rapport et les comptes du British Museum 2020-21 

SOURCE: British Museum (rapport annuel), presse

PHOTOS: British Museum

Date de première publication: 20/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France