Covid-19 / Les musées de Bruxelles ont créé le #Museumathome et font preuve d’imagination

Le hashtag #Museumathome a été lancé dès le 16 mars par l’association Brussels Museums qui réunit plus d’une centaine de musée Bruxellois. Pas étonnant que ces musées de la Capitale Belge soient particulièrement imaginatifs et parfois décalée dans leurs contenus et activités numériques, en période de confinement.

  • Brussels Museums à l’origine du hashtag #Museumathome

C’est à l’association Brussels Museums qui réunit plus d’une centaine de musée Bruxellois, que l’on doit le hashtag #Museumathome.

Sur son site internet, l’association présente ainsi l’idée le 16 mars 2020:

« Pour le public des musées et les travailleurs culturels, la vie se doit de continuer. C’est pourquoi Brussels Museums lance la campagne #MuseumAtHome via ses réseaux sociaux durant les prochaines semaines. Cette campagne souhaite encourager les musées à Bruxelles, en Belgique et pourquoi pas, à travers le monde à résister et continuer à partager leurs trésors en ligne.”



Sur une page dédiée de son site, Brussels Museums a recensé les initiatives majeures des musées de Bruxelles, réunies sous ce hashtag. Nous vous en présentons une sélection dans la suite de cet article.

(Source : Brussels Museum, Bruxelles, 16/03/20)

  • Centrale for contemporary art – Bruxelles

Forcée à la fermeture comme la plupart des musées européens, la Centrale de Bruxelles rejoint le mouvement #MuseumAtHome, initié par Brussels Museums.

Les expositions de la centrale, ses conférences et ateliers ainsi que des rencontres avec des artistes font l’objet de vidéos diffusées sur la plateforme vimeo.

La Centrale donne « des nouvelles de vos artistes favoris depuis leurs ateliers » sur son compte instagram. Régulièrement, à travers de courtes vidéos, des artistes proches de la centrale partagent leurs confinements. Parmi eux: Stéphane, Ronny Delrue, Leen Van Dommelen, Xavier Noiret-Thomé (programmé prochainement à la Centrale), ou encore Roger Ballen !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Hello everyone, Stéphane Roy here live from my studio in Brussels where, like each of you, I remain locked down to be able to contribute, like everyone else, to counter this pandemic which is currently raging on the globe. Although we, artists, are used to this state of confinement, this short message from the heart is shared with you in order to send you lots of good vibes during this situation. There are millions of us currently ignoring when we will get our freedom of movement again. Let’s be millions of people taking this time and the freedom to dream of another world, to think about what really matters, about what makes us happy, while respecting those around us and the planet we share. Let’s rediscover the preciousness of time and the richness of what is really important, and to really find ourselves. Until then, I invite you to share your thoughts, your feelings, your angry outbursts and frustrations, your dreams and your passions on The Mental Network. Indeed, although all museums in the world are now closed, the installation continues to be fueled every day with your thoughts. So do not hesitate to share and to express yourself on www.thementalnetwork.com (link in bio) Thank you, wish you all the best and see you very soon motherfuckers ♥ #centralebrussels #centraleforcontemporaryart #stephaneroy #thementalnetwork #artvideo #artconversation #artiststudio #behindthescene #museumathome @brusselsmuseums #keepingbrusselsalive @keepingbrusselsalive #MuseumsAndChill @icom_wb

Une publication partagée par CENTRALE for contemporary art (@centralebrussels) le

« Participez à une oeuvre d’art contemporaine depuis chez vous ! »

Si la Centrale for contemporary art est actuellement fermée, l’installation The Mental Network de Stéphane Roy reste active. Sur son site web l’oeuvre est présentée ainsi : « The Mental Network est un projet interactif créé par Stéphane Roy, combinant un site Web accessible à tous et une installation physique directement connectée à ce site. A quoi pensez-vous? Cette question simple peut être répondue de nombreuses manières, des plus légères aux pensées les plus intimes. Les réponses saisies via le site Web, alimentent l’installation artistique en temps réel. Chaque réponse est imprimée par l’installation et assure ainsi une extension progressive de celle-ci. Le site Web restera accessible jusqu’à la fin de l’exposition. L’œuvre interactive créée sera en constante évolution, invitant les visiteurs à jeter un coup d’œil dans les nombreuses pensées imprimées. Ici, vos pensées deviennent une oeuvre d’art universelle.”

Quand le confinement inspire les artistes. Prochainement programmé à la Centrale, l’artiste Xavier Noiret-Thomé propose sur le instagram du lieu des vidéos où on peut le voir créer depuis son atelier.

Autre proposition de l’artiste, une série de carte postale peinte, où ce dernier revisite des oeuvres classiques façon “pandémie”. Les personnages des oeuvres de Rembrandt ou Franz Halz, à l’instar de nous tous, se voient contraints à porter des masques. Une façon originale sans doute de rappeler que l’art n’échappe pas à la pandémie.

(Source : Brussels Museum, Bruxelles, 16/03/20; Centrale for contemporary art, 20/03/2020)

  • Art et marges musée – Bruxelles

Les artistes aussi restent chez eux. Egalement fermé, le Art et marges musée a rejoint le mouvement #MuseumAtHome. En cette période de confinement, le musée insiste sur le côté créatif du confinement et l’importance des « oeuvres à imaginer chez nous ».

Pour guider les amateurs, le musée publie des rencontres filmées avec des artistes à leurs domiciles.

Et parfois, avec certains artistes rester chez soi … peut prendre un sens particulier.

(Source : Art et marges musée, Bruxelles, 17/03/20)

  • Créahm  – Bruxelles

Le Créahm-Bruxelles Asbl (Créativité et handicap mental) a pour objet de promouvoir toute activité artistique et culturelle avec des personnes handicapées mentales adultes. Depuis le début du confinement le Créahm poste chaque jour des oeuvres issus de leurs ateliers.

 

(Source : Créahm, Bruxelles, 19/03/20)

  • MIMA Museum – Bruxelles

Le pré-achat de billets peut sauver le MIMA !

Afin de survivre à la crise du Coronavirus, le musée a lancé une campagne de crowdfunding sur KissKissBankBank. Cette campagne permet à ceux qui le souhaite de pré-acheter des tickets d’exposition.

Sur la plateforme le musée explique: « Ce soutien, via le préachat, va permettre au MIMA de tenir le coup et d’éviter la fermeture! Il permettra de relancer au plus vite l’activité du musée après le « lockdown » et d’amortir, également, le manque de tourismes prévu pour cette période estivale. En gros les 6 prochains mois vont être, une fois encore, très rock and roll et on craint pour le MIMA.”

Sur la plateforme de financement participatif, kisskissbankbank.com/fr/projects/mima-museum, la campagne de financement propose des paliers de 15 euros pour un ticket et un catalogue à 250 euros le prix de l’abonnement annuel MIMA Friend. Le musée précise qu’habituellement, la billetterie et les abonnements MIMA Friend représente respectivement 50% et 20% de son chiffres d’affaires.

Les 15 000 euros demandés ont été réunis en seulement quelques jours grâce à presque 250 contributeurs.  Au total plus de 250 billets ont été pré-achetés ainsi que 6 abonnements annuels MIMA Friend.

Pour en savoir plus sur cette levée de fond exceptionnelle, Michel De Launoit, co-fondateur et directeur financier du MIMA Museum, répond aux questions de la radio La Première RTBF.

Pour la phase 2 de la campagne, de MIMA promet de reverser une partie de la collecte à l’achat de respirateurs pour le CHU de Bruxelles.

Le MIMA propose également un retour sur ses moments forts, à travers des archives numériques. Au programme: films, interviews, visites virtuelles, photos des montages d’exposition et des coulisses de celles ci.

(Source : MIMA Museum, Bruxelles, 17/03/20)

  • Bozar – Bruxelles

Dans la continuité du mouvement #Museumathome, Bozar lance Bozar at Home, une page web qui recense ses offres culturelles numériques autour de la musique, du théâtre, de la danse, des expositions, de la lecture, du débat et plus encore.

Le musée prolonge notamment l’exposition Keith Haring avec la publication d’un aftermovie précoce sous forme de visite guidée virtuelle et deux interviews des curateurs de l’exposition.

La chaine Youtube de Bozar offre également des lives sessions en direct de musiciens reconnus depuis chez eux et pas moins de 5 nouveaux spectacles récemment ajoutés.

(Source : Bozar, 30/03/20)

  • Musée d’Ixelles

Pendant le confinement, le musée d’Ixelles se montre particulièrement créatif sur ses réseaux sociaux. Chaque semaine le musée explore une nouvelle idée sur son compte instagram.

Et pour commencer, au moment de sa fermeture, le musée rappelait les consignes d’hygiène à travers des oeuvres de sa collection.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

DO’S AND DON’TS – Cette semaine, les œuvres de nos collections se la jouent consignes sanitaires et vous suggèrent ce qu’il faut faire et ne pas faire ! On commence aujourd’hui avec ces gentlemans qui n’ont apparemment pas compris la consigne « zéro contact » … Heureusement que l’entreprise Starlight est là pour nous remettre dans le droit chemin avec sa publicité pour des savons. MEUNIER Marc-Henri, « Savon Starlight », 1899. ROUCHON Jean-Alexis, « Aux fabriques de France », s.d. – DO’S AND DON’TS – Van de week laten de werken uit de museumcollectie zich met hygiënevoorschriften in: ze raden u aan wat u wel en niet mag doen! We richten ons vandaag tot de categorie heren die kennelijk niet hebben begrepen wat het voorschrift ‘geen enkel contact’ betekent. Met haar reclame voor zeep brengt de firma Starlight ons gelukkig weer op het rechte pad. MUNIER Marc-Henri, ‘Zeep Starlight’, 1899. ROUCHON Jean-Alexis, ‘Aux fabriques de France’, s.d. #MuseumAtHome #closedbutveryclose #museedixelles #dosanddonts

Une publication partagée par Musée d’Ixelles (@museedixellesofficiel) le

Le 23 mars, le musée a lancé un défi. Il invitait à « partager nos recettes détox, photographier notre vaisselle ou la vue à notre fenêtre, inviter une chorégraphie, imaginer les pensées derrière le visages des personnages d’une oeuvre de Bernaert De Rijckere, interpréter un air de musique ou encore réaliser une coupe de cheveux. De quoi réveiller le créatif qui sommeil en nous ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

DÉ-con-FI – Cette semaine, les oeuvres du Musée d’Ixelles vous mettent au défi ! À réaliser chez vous, en solo, en famille ou entre colocs, ces défis vont être l’occasion de libérer votre créativité. Aujourd’hui, créez votre panacée miracle pour une cure détox : jus maison, tisane aux plantes du jardin… Garantissez-nous un “teint frais & rose”, même à la maison, en nous livrant vos recettes favorites en commentaire (vidéo, photo, texte, tout est bon !), ou bien en rajoutant #defimuseedixelles dans vos publications 😉 #defimuseedixelles #MuseumAtHome #MuseumsAndChill – Jules CHERET, Purgatif Géraudel, 1891. — DÉ-con-FI – Van de week stellen de werken van het Museum van Elsene u op de proef. U kunt de uitdaging in uw eentje aangaan of met uw huisgenoten. Het komt erop aan uw creativiteit bot te vieren. Creëer vandaag uw eigen magische detoxkuur: versgeperst vruchtensap, kruidenthee op basis van planten uit de moestuin… Zorg voor een ‘frisse roze teint’, ook als u thuis moet blijven en gelieve uw favoriete recepten met ons te delen (als video, foto, tekst – naar keuze)! – #defimuseedixelles #MuseumAtHome #MuseumsAndChill – Jules CHERET, Purgatif Géraudel, 1891.

Une publication partagée par Musée d’Ixelles (@museedixellesofficiel) le

Lundi 30 mars, c’est au tour de l’équipe du musée de présenter leurs oeuvres coup de coeur. Pour commencer la semaine, la conservatrice du musée Claire Leblanc a dévoilé l’oeuvre préférée de Débora, la doyenne du musée, secrétaire dans l’institution depuis plus de quarante ans. Il ‘agit d’un portrait du peintre Jehan Frison peint par Auguste Oleffe en 1910.

(Source : Musée d’Ixelles, 17/03/20)

  • Musée d’Art et d’Histoire – Bruxelles

Confiné chez eux, les employés du musée d’Art et d’Histoire de Bruxelles ont décidé de partager sur les réseaux sociaux des images de leurs compagnons de confinement à poils. On parle évidemment de leurs animaux de compagnie !

Il y a une semaine c’est Mitsu, le chat du directeur général du musée qui montrer le bout de son museau sur le compte instagram du musée ! Une initiative amusante et décalée !

(Source : Musée d’Art et d’Histoire, Bruxelles, 18/03/20)

  • CIVA – Bruxelles

Pour amuser les enfants en leurs faisant découvrir des oeuvres d’art, le CIVA propose sur sa page facebook des jeux des 7 erreurs et des coloriages.

(Source : CIVA, ville de Bruxelles, 23/03/20)

  • Fondation Maurice Carême – Bruxelles

Pour occuper les enfants et les sensibiliser à la poésie, sur sa page Facebook, la fondation Maurice Carême propose des activités ludiques accompagnées d’un poème lié à celles ci.

Décorer un ballon, créer un marque page fusée, créer une fleur en épluchure de pomme, confection de cerf-volant, écrire un poème … Il y en a pas tous les goûts et les sensibilités.

(Source : Fondation Maurice Carême, Bruxelles, 25/03/20)

  • Migratie Museum Migration – Bruxelles

Pendant la campagne #MuseumAtHome, le MigratieMuseumMigration s’intéresse particuluièrement aux jeunes.

Les étudiants en journalisme de la Haute École PXL disposent ainsi d’un forum sur les réseaux du musée pour partager leurs articles sur et avec les migrants.

Le lundi 23 mars, on pouvait découvrir un article de Giel Lehouck sur Basheer, un Syrien bruxellois.



Le musée propose également des contenus en rapport avec l’immigration, alerte sur la situation des migrants face au Coronavirus, et propose des portraits de migrants liés à l’actualité comme Karl un autrichien séparé de sa copine par la fermeture des frontières, ou l’histoire du père d’une employée surnommé le “Zorro Chilien” et sa situation de confinement en maison de retraite.

(Source : Migratie Museum Migration, Molenbeek-Saint-Jean, 25/03/20)

 

  • Musée de la banque nationale – Bruxelles

Pendant le confinement, l’équipe du musée de la banque nationale partage ses coups de coeur sur les réseaux sociaux et offre des activités pour occuper les enfants, comme par exemple créer un portefeuille à partir d’une brique de lait ou un bouquet de fleur en papier crépon.

(Source : Musée de la banque nationale, Bruxelles, 18/03/20)

  • MIM – Musical Instruments Museum – Bruxelles

L’équipe du Musical Instruments Museum (MIM) interprète pour son public quelques notes sur ses instruments. Accordéon, piano, didgeridoo, cornemuse, contrebasse et même guimbarde … il y en a pour tous les goûts.

(Source : MIM, Bruxelles, 25/03/20)

  • La maison d’Erasme et Béguinage

« Vous avez toujours eu cette envie secrète d’apprendre le latin et peut-être qu’il ne vous manquait que du temps à investir dans cette mission ? Ou un bon professeur ? Et bien … plus d’excuse ! »

Sur sa page Facebook, la maison d’Erasme et Béguinage propose les cours de latin d’un professeur local.

(Source : Maison d’Erasme et Béguinage, Bruxelles, 27/03/20)

  • Musée des enfants – Bruxelles

Pour occuper les plus jeunes durant le confinement, le musée des enfants propose chaque jour une activité sur sa page facebook.

Une lecture du livre “La tablette infernale”, un bingo du confinement, un jeu de construction, de la méditation ou encore des recettes de cuisine. De quoi occuper les enfants durant les semaines à venir.

(Source : Musée des enfants, Bruxelles, 18/03/20)

SOURCES: Brussels Museum, musées, presse

PHOTOS: musées

Date de première publication: 01/04/2020

Covid-19 / Tour du Monde des initiatives musées & monuments dans un contexte de confinement 

Covid-19 / La Tate encourage la créativité à la maison avec des conseils d’activités, des quiz, des films et des albums à colorier

Covid-19 / Le Museo Picasso Málaga propose de « regarder, penser et créer avec #Picassoencasa »

Covid-19 / Pour garder le contact avec le public, les institutions muséales allemandes étoffent leurs offres numériques

[Covid-19] Les initiatives numériques des musées et monuments d’Espagne

Week-end du 15 et 16 février 2020 : Bruxelles capitale européenne des expositions numériques et/ou immersives ?

Laisser un commentaire