L’Ecossaise Charlotte Prodger remporte le Turner Prize 2018 pour son oeuvre vidéo produite sur iPhone

Le Turner Prize, une des récompenses d’art contemporain les plus prestigieuses au monde, a été remis, le 4 décembre 2018 à la Tate de Londres, à Charlotte Prodger. Elle a été récompensée pour son court-métrage d’une trentaine de minutes, traitant des questions d’homosexualité et réalisée grâce à un iPhone.

Écossaise de 44 ans, Charlotte Prodger s’est vue décerner, le 4 décembre 2018, le Turner Prize 2018 pour son court-métrage d’une trentaine de minutes, intitulé BRIDGIT, traitant des questions d’homosexualité, de bisexualité et d’identité transgenre, un court métrage de 30 minutes filmé avec un iPhone.

Charlotte Prodger | Turner Prize Nominee 2018 | TateShots from Tate on Vimeo.

Charlotte Prodger, homosexuelle déclarée, a été récompensée lors d’une cérémonie au musée Tate de Londres. 

Le jury de 2018 était composé d’Oliver Basciano, critique d’art et rédacteur international chez ArtReview; Elena Filipovic, directrice de la Kunsthalle Basel; Lisa Le Feuvre, directrice générale, Fondation Holt-Smithson; et Tom McCarthy, romancier et écrivain. Le gagnant du prix sera annoncé lors d’une cérémonie de remise des prix en décembre 2018.

Charlotte Prodger a affirmé à la BBC que « les histoires qu’ [elle] raconte, bien qu’elles [la] concernent et qu’elles soient personnelles, sont des histoires que beaucoup de gens […] ont vécues ».

Charlotte Prodger (c) Emile Holba

Une artiste engagée

Son travail « explore des questions sur l’identité des personnes queer, le paysage, la technologie et le temps », a déclaré le jury de ce prix créé en 1984 pour récompenser le travail d’un artiste de moins de 50 ans né, travaillant ou résidant au Royaume-Uni.

Pour Will Gompertz, rédacteur artistique de la BBC « le film Bridgit de Charlotte Prodger reprend de nombreux thèmes de la vie contemporaine. Dans sa méditation réfléchie et poétique, elle explore l’identité, le genre, la nationalité et comment nos vues subjectives peuvent changer. Tout cela est encapsulé dans un seul film, filmé sur un iPhone. Cela aurait été impossible à faire lorsque le prix Turner a été attribué pour la première fois en 1984. Mais il est maintenant à la portée de quiconque ayant un smartphone et une histoire à raconter ».

L’artiste a reçu la somme de £25 000, soit environ 28 000 €.

Installée à Glasgow, Charlotte Prodger a également été choisie pour représenter l’Écosse à la Biennale de Venise de mai prochain.

Portrait vidéo de Charlotte Prodger (Tate Shots):

Sa création vidéo, comme les œuvres des trois autres finalistes, ont toutes adopté un ton résolument politique.

Bande annonce du Turner Prize 2018:

Un prix Tate 2018 dominé par la technologie et l’histoire

Cette année, les 3 finalistes du Tate Prize avaient comme point commun l’usage ou l’analyse des nouvelles technologies.

Les 3 autres finalistes étaient:

. l’agence londonienne Forensic Architecture, mandatée par Amnesty International, qui a utilisé la technologie de modélisation 3D pour évoquer la mort, en 2017, de deux personnes dans un village de Bédouins du désert du Néguev lors d’un raid de la police israélienne.

FORENSIC ARCHITECTURE, The Long Duration of a Split Second

« Forensic Architecture est une équipe interdisciplinaire composée d’architectes, de cinéastes, de juristes et de scientifiques. Le travail de Forensic Architecture utilise l’environnement bâti comme point de départ pour une exploration des violations des droits de l’homme ».

. le Néo-Zélandais Luke Willis Thompson a choisi de réaliser un portrait vidéo, muet et en noir et blanc, d’une femme qui avait diffusé en direct les instants suivants la mort de son compagnon afro-américain, à la suite d’un contrôle de police aux États-Unis.

LUKE WILLIS THOMPSON, Autoportrait 2017 (8 min 50 sec)

« Travaillant entre film, performance, installation et sculpture, les œuvres de Luke Willis Thompson abordent des histoires traumatisantes d’inégalités de classe, d’inégalités raciales et sociales, de violences institutionnelles, de colonialisme et de migrations forcées. »

. Enfin, Naeem Mohaiemen, artiste anglo-bangladais, a également été nommé pour ses films et installations questionnant les héritages du colonialisme après la Seconde Guerre mondiale.

NAEEM MOHAIEMEN, Tripoli Cancelled 2017 (93 min)

« Englobant films, installations et essais, Naeem Mohaiemen étudie la politique de la gauche transnationale après la Seconde Guerre mondiale, les séquelles de la décolonisation ainsi que l’effacement et la réécriture des souvenirs des utopies politiques. »

Comme chaque année, les créations des 4 finalistes sont présentées à la Tate Modern dans le cadre de l’exposition annuelle Tate Prize du 26 septembre 2018 au 8 janvier 2019.

Turner Prize 2018, installation de Forensic Architecture (c) Tate

SOURCES: Tate Prize, BBC, Tate

Photos: Tate Modern, Turner Prize 

Date de première publication: 07/12/2018

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Le directeur du musée d’Art moderne de Stockholm rejoint une startup associant art et réalité virtuelle / augmentée

Le M + Museum de Hong Kong achète toutes les créations existantes et futures d’un collectif numérique

En octobre 2018, Christie’s New York va vendre aux enchères une première œuvre créée par un algorithme

Pour la deuxième édition « d’un été au Havre », le Tetris mise sur les arts numériques avec son festival EXHIBIT!

Laisser un commentaire