Les musées chinois cherchent également à présenter de nouvelles façons de « donner vie » au passé, grace à des dispositifs innovants intégrés à parcours permanent. C’est le cas pour le Musée archéologique de Jinsha, dans le Sichuan, qui a choisi la réalité augmentée et virtuelle pour donner vie à ses trésors.

b28c5128-3c2a-4198-a64e-d2b010957d2b

Après six ans de construction, en 2006, le Musée archéologique de Jinsha a vu le jour. C’est un musée archéologique rare puisqu’il a la particularité de combiner l’exposition de la civilisation moderne du Sichuan et de la civilisation ancienne du Shu State (ancien nom de la province du Sichuan).

Etudier les anciennes civilisations chinoises

Le musée a été créé pour protéger, étudier et exposer les trouvailles archéologiques du site de Jinsha, site découvert en février 2001 par des archéologues chinois. Le site daterait, selon les experts, de plus de 4000 ans, et remonterait à l’époque de la dynastie des Shang et des Zhou (entre -1700 et -200).

A l’occasion de longues fouilles, 63 zones dédiées aux sacrifices, 6.000 pièces précieuses de reliques, plus de 70 endroits témoignant de traces d’habitation et 3 cimetières centralisés, ont été exhumés.

e40c2d37-c252-4dc5-8f03-985f117a1062

Parmi ces découvertes, un totem mystérieux en or représentant le soleil et des oiseaux avait été déterré en 2001.

« travers des études archéologiques, nous en avions déduit que c’était un totem pour adorer le soleil« , avait alors expliqué Zheng Manli, le directeur adjoint du département de recherche de Jinsha.

Cet objet en or est une pièce parmi plus de 5 000 objets trouvés en or, en jade et en ivoire. Selon les archéologues, ledit totem destiné à adorer le soleil, appartiendrait à une ancienne civilisation nommée Shu à Chengdu.

Utiliser la technologie pour (re)donner vie aux anciennes civilisations

Ces découvertes permettent d’en apprendre beaucoup sur sur l’histoire des Shu. Mais, le problème pour le Musée, réside dans le fait que les visiteurs peuvent avoir du mal à comprendre ce que signifient ces artefacts et ces reliques, sans un soucis réel d’immersion.

Grâce à la réalité virtuelle et augmentée, les objets et mystères des temps anciens peuvent maintenant être mieux compris par les visiteurs mais aussi mieux analysés et étudiés d’une nouvelle manière par les archéologues.

f85501bc-d123-4de1-9be7-923cee35f083

« Cela nous aide à mieux reconstruire le passé, les modes de vie et la façon dont les personnes ont construit les structures et les artefacts du site de Jinsha » a déclaré Ramsi Shoocongdej, professeur agrégé à l’Université de Sipakorn en Thaïlande, partenaire de ce développement technologique.

Le Musée a déclaré qu’il essayait d’intégrer la technologie pour améliorer l’expérience des visiteurs et rendre la visite plus immersive en « donnant vie » au passé. Résoudre le mystère du totem ancien est attrayant, mais faire en sorte que plus de visiteurs, s’y intéressent et le comprennent est plus important.

Parmi les outils récemment déployés, une application en réalité augmentée permet de voir sous un autre jour les reliques anciennes, et des lunettes de réalité virtuelle sont à la disposition des visiteurs, dans le musée, pour tenter de matérialiser ce que devait être le site au moment de sa gloire.

03508f57-65d6-46d4-a060-d7375323b958

Reportage de CGTN:

En parallèle, le Musée archéologique de Jinsha a rejoint la base de données des musées du Google Arts & Culture. Sur cette plateforme, il est possible de faire une visite virtuelle du musée mais aussi de découvrir plus de 80 objets et reliques de sa collection, numérisés en 3D, et rendus accessibles par l’institut culturel de Google.

jinsha jinshaaa

Site web du musée archéologique de Jinsha

Sources: News CGTN, America CGTN, Google Art Institute

Photos: Jinsha Museum, CGTN

Mise en ligne: 31/05/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Après Cannes, le film en réalité virtuelle «chair et sable» sera présenté dans des musées du monde

Dans le cadre de sa nouvelle exposition, le Yorkshire Museum propose de visiter un camp Viking en réalité virtuelle

«The Enemy» à l’Institut du Monde Arabe: quand la guerre se raconte en réalité virtuelle

Née au Québec, l’exposition en réalité virtuelle « La Bibliothèque la nuit » s’installe à Paris, à la BNF

Le Musée d’Histoire Naturelle de Londres prépare une visite en réalité virtuelle avec David Attenborough