Cyber Archive (CyArk), organisation américaine à but non lucratif, entend scanner et numériser plus de 500 monuments majeurs mondiaux et les conserver ainsi pour les générations futures.

Lors d’une conférence de presse à la Tour de Londres, CyArk a annoncé son souhait de scanner 500 édifices au moyen de la technologie laser 3D, d’ici 5 ans.

De cette façon, expliquent les porteurs du projet, « des sites culturels monumentaux seront préservés numériquement pour les générations futures, au cas où des guerres ou des catastrophes naturelles viendraient à les détériorer, voire à les détruire complètement. Ces trésors sont aujourd’hui menacés par les inondations, les pluies acides, les tremblements de terre, les conflits et actes de terrorisme. Nous perdons ces sites patrimoniaux plus vite que nous ne pouvons les préserver physiquement. La préservation numérique est donc la meilleure option ».

Cyber Archive (CyArk) a déjà réalisé des copies 3D de plus de cent monuments, dont la Tour de Pise et Pompei en Italie, le Mont Rushmore au Dakota du Sud (USA) ou le site archéologique Tikal au Guatemala. En Ouganda, des copies 3D ont permis de redonner leur forme originale à des tombes Kasubi détruites.

La numérisation d’un édifice génère 10.000 Go de données et l’ensemble des sources sera conservé dans les sous-sols d’un centre de stockage en Pennsylvanie, dans lequel est également conservé la copie originale des films dents de la mer et ET.

Le résultat de ces numérisations 3D seront proposées gratuitement en ligne sur le site web CyArk. Les internautes pourront accéder à des informations sur chaque monument, via des photos, vidéos, animations et visites virtuelles.

 

Ce projet a été initié par le millionnaire Ben Kacyra et de son épouse, après la destruction des 2 Bouddhas géants de Bamiyan par les Talibans en Afghanistan en 2001.

Kacyra, diplomé en ingéniérie de l’Université de l’Illinois, créa la société CyArk 3D pour apporter la technologie 3D laser aux secteurs de l’architecture et de la construction, avant de réaliser le potentiel de cette technologie en matière de préservation et d’éducation patrimoniale.

Appel à candidatures

Lors de sa conférence de presse de Londres, Kacyra a lancé un appel aux gouvernements et entreprises pour participer au financement de cette campagne mondiale de numérisation.

L’Ecosse a été l’une des premières institutions publiques à répondre. Le pays s’est déjà engagé à financé la numérisation de 5 sites écossais et de 5 autres mondiaux, dont le Mont Rushmore.

« Si nous voulons travailler avec d’autres pays, nous devons les comprendre et donc comprendre leur histoire. Ce projet est un moyen simple de le faire » a déclaré Fiona Hyso, membre du Parlement Ecossais. « Cette numérisation patrimoniale de remplace pas la visite réelle, elle l’encourage. Plus de visites, c’est bon pour le tourisme et pour l’économie. »

Site web CyArk

Sources: nation.com.pk, usatoday.com, slashgear.com, datanews.levif.be

Date de première publication: 28/10/2013