Les 7, 8 et 9 décembre 2018, les Archives nationales organisent leur premier hackathon et une fête du numérique

Les 7, 8 et 9 décembre 2018, les Archives nationales invitent le public à une grande Fête du numérique et organisent leur premier hackaton. Ces rendez-vous constitue un jalon important dans la stratégie de transformation numérique de l’institution en charge de la mémoire de la France.

Résultat de recherche d'images pour "archives nationales"

Une nouvelle plate-forme d’archivage numérique

Le vendredi 7 décembre 2018 à partir de 18 h, à l’hôtel de Soubise, les Archives nationales fêtent la mise en ligne de la première version de leur nouvelle plate-forme d’archivage numérique, conçue dans le cadre du projet Adamant (Administration Des Archives et de leurs Métadonnées aux Archives nationales dans le Temps).

La production d’informations numériques de l’administration est devenue plus complexe à gérer et à rendre accessible dans le temps. Le projet ADAMANT doit permettre d’assurer la continuité du service public porté par les Archives nationales, en améliorant la conservation et l’accès aux données versées par les administrations et opérateurs de l’État ainsi qu’aux archives produites par des organismes de la société civile.

Un premier hackaton

Le samedi et le dimanche 8 et 9 décembre 2018, les visiteurs sont invités au Liberty Living Lab pour un hackathon sur le thème de la citoyenneté. Huit jeux de données attendent les équipes mises au défi à partir de certains fonds d’archives en lien avec les problématiques de la Cité et du citoyen. C’est, pour les amateurs et les développeurs, une occasion unique de se confronter avec des fonds extraordinaires tout en contribuant à l’intérêt commun en favorisant la diffusion de 14 siècles d’archives de l’État.

L’équipe gagnante se verra remettre un prix de 4 000 euros dotés par les Archives nationales et bénéficiera d’une résidence de six mois offerte par le Liberty Living Lab, lieu d’innovation technologique engagé sur les enjeux de société et les initiatives en faveur du bien commun, qui accueillera l’événement.

Le hackathon des Archives nationales bénéficie des labels de l’Année européenne du patrimoine culturel et de la Semaine de l’innovation publique.

Résultat de recherche d'images pour "archives nationales hackathon"

Pourquoi un hackathon des Archives nationales ?

Afin de concevoir avec les usagers des projets de développement de solutions innovantes pour :
identifier des services numériques correspondant à de nouveaux usages pour les publics
améliorer l’exploitabilité des données pour les rendre interopérables (dans la perspective d’alignement de données avec d’autres institutions) ;
faciliter l’accès aux ressources (amélioration de l’expérience utilisateur, datavisualisation, géolocalisation, etc.).

L’une des principales préoccupations des Archives nationales est de mettre l’usager au centre de leurs politiques, et de favoriser l’accès à leurs ressources par tous les moyens possibles. L’organisation d’un hackathon est pour les Archives nationales une occasion privilégiée de rencontrer les usagers pour inventer avec eux les services numériques de demain.

8 thématiques et jeux de données

Huit jeux de données attendent les équipes participantes au hackathon des archives nationales: 

1 – Le citoyen à l’honneur:  le défi est d’optimiser la base de la Légion d’honneur et faciliter son accès aux citoyens

2 – Actes du citoyen, citoyen en actes: le défi pour les participants est d’analyser et visualiser les archives des notaires de Paris (17ème-20ème siècle)

3 – Le politique parle au citoyen: le défi est de déchiffrer et analyser les discours politiques

4 – RTFM ! Read The French Mountain ! Le défi pour les participants est de comprendre l’évolution du paysage de montagne à travers la photographie

5 – Ils sont devenus citoyens français:  les participants doivent simplifier l’accès aux décrets de naturalisation

6 – Les clés d’accès à quatorze siècles d’histoire : l’objectif est d’optimiser l’utilisation de l’ensemble des inventaires des Archives nationales

7 – Les archives dans le web de données : les participants doivent essayer d’améliorer l’utilisation des référentiels des Archives nationales, favoriser leur interopérabilité

8 – Observatoire des entrées d’archives: le dernier défi consiste à optimiser le suivi et la visualisation du registre des entrées annuelles

Résultat de recherche d'images pour "Hackathon"

Des partenaires

Pour leur premier hackaton, les Archives nationales ont reçu le soutien de plusieurs partenaires. Deux formations de l’Université de Paris 8, avec lesquelles les Archives Nationales ont signé une convention cadre de partenariat, vont utiliser le hackathon comme outil pédagogique innovant et instrument de découverte des données archivistiques. Les étudiants du Master 2 « Technologies de l’hypermédia » et du « Master Archives » participeront activement à l’événement et bénéficieront par exemple d’ateliers de formation dédiés, soutenus par l’Idéfi CréAtic,.

Le hackaton s’associe également à l’Association des diplômés et des étudiants de master de l’École nationale des chartes (ADEMEC). Ces experts en «Technologies numériques appliquées à l’histoire (TNAH)» et aux « Humanités numériques » (HN) entreront dans la compétition et contribueront aussi à l’analyse de cette expérience.

Le projet ADAMANT

Porté par les Archives nationales et la Sous-direction des systèmes d’information du ministère de la culture et de la communication (SDSI), le projet ADAMANT s’inscrit dans une démarche interministérielle innovante pour la pérennisation et la diffusion des données numériques de l’État : le programme VITAM.

Le programme VITAM a trois objectifs : l’édition d’une solution logicielle pour l’archivage numérique, l’implémentation de cette solution dans les trois ministères chargés des archives définitives de l’État (Culture, Affaires étrangères et Armées) et au-delà sa diffusion et sa réutilisation la plus large possible.

Le programme VITAM s’inscrit dans les 50 projets informatiques prioritaires suivis à haut niveau par la DINSIC, Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État. Basé sur le logiciel VITAM, le projet ADAMANT a pour vocation de développer des fonctionnalités d’archivage numérique intégrées au système d’information archivistique des Archives nationales, reposant sur des infrastructures d’hébergement de données hautement sécurisées.

Depuis que l’administration française produit des données numériques, les Archives nationales se sont dotées de moyens pour les gérer dans le temps. Face à l’essor du numérique, le projet ADAMANT permettra de démultiplier les capacités d’action des Archives nationales en matière de conservation et d’accès aux données numériques versées par les administrations centrales et les opérateurs de l’État, à hauteur de la transition numérique en cours. Les services administratifs susceptibles de verser des données aux Archives nationales représentent une quinzaine de ministères et près de 700 opérateurs nationaux. D’ores et déjà, les Archives nationales conservent 50  téraoctets de données numériques soit près de 200 millions de fichiers.

SOURCE: Archives Nationales (CP)

Date de première publication: 23/11/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

DOSSIER / Appels à projets, résidence et hackathons art, patrimoine et tourisme en 2018 (05/11/2018)

La BNF organise son 3ème hackaton et un week-end pour explorer le numérique

Le musée et la communauté tech de l’agglomération lancent le « HackaNiort Musées 3.0 », pour imaginer de nouvelles expériences visiteurs

Les Archives Nationales ouvrent une plateforme collaborative pour l’édition numérique des testaments de guerre des Poilus

Laisser un commentaire