Les deux principaux museums d’histoires naturelles du monde s’associent pour créer le «musée numérique mondial» des fossiles

Le Natural History Museum de Londres et le National Museum of Natural History Smithsonian de Washington viennent de confirmer qu’ils travaillaient ensemble à la création d’un «musée numérique mondial» destiné à numériser et rassembler les fossiles de leurs collections.

Les deux musées ont démarré cet ambitieux projet de numérisation de millions de fossiles depuis 5 ans. Mais il faudra déjà environ 50 ans pour numériser la collection complète de 40 millions de fossiles du Smithsonian.

Les musées Natural History Museum de Londres et le National Museum of Natural History Smithsonian de Washington DC ont chacun établi des plans ambitieux pour numériser des millions de spécimens. Mais l’objectif de leur coopération est de poursuivre cette tache de manière beaucoup plus coordonnée.

Le Natural History Museum de Londres annonce ainsi :« nous nous embarquons dans une aventure épique pour numériser 80 millions de spécimens de l’une des plus importantes collections d’histoire naturelle au monde. La numérisation de la collection du musée donnera à la communauté scientifique mondiale un accès à des données inégalées sur les spécimens historiques, géographiques et taxonomiques, rassemblées au cours des 250 dernières années ».

La proposition de créer ce « musée numérique mondial » a été bien accueillie par les scientifiques des autres institutions. La communauté scientifique affirme que cela leur permettra d’étudier des spécimens précieux actuellement « cachés » dans les tiroirs des musées.

Cinq ans après le début du projet, l’équipe a déclaré qu’elle « mettait en lumière des données sombres » très utiles pour des recherches cruciales.

Kathy Hollis, du Musée d’histoire naturelle du Smithsonian, a déclaré à la BBC : « Nous essayons de rendre l’ensemble de notre collection disponible sous forme numérique pour que les chercheurs puissent l’utiliser en ligne, où que ce soit dans le monde. Et nous sommes à peu près certains qu’il s’agit de la plus grande collection de fossiles au monde. Nous avons plus de 40 millions de spécimens dans la collection qui enregistre toute l’histoire de la vie, donc si un fossile existe sur terre, il est probablement dans notre collection. »

Lors du processus de numérisation, les musées produisent des images haute résolution de chaque fossile et lui associent les informations telles que l’âge, les espèces et le lieu où le spécimen a été découvert. 

Ces données sont ensuite mises à la disposition des chercheurs en ligne.

Etudier le passé pour préparer l’avenir

Dans un article paru le 1er septembre 2018 dans la revue de la Royal Society, Biology Letters, des scientifiques ont décrit le processus de numérisation des collections de musée comme une « mobilisation de données sombres »

Les auteurs considèrent notamment que ce vaste programme de numérisation « renforcera la capacité des chercheurs à comprendre comment notre environnement a changé par le passé et donc à brosser un tableau de l’impact des futurs changements environnementaux ».

Le professeur Philip Donoghue, professeur à l’Université de Bristol, a déclaré à BBC News qu’un « fossile numérique transformait la capacité des scientifiques à étudier la vie sur Terre ».

Le scientifique anglais explique cependant que :« nous devons nous assurer qu’un musée numérique soit systématiquement organisé et les fossiles parfaitement numérisés, afin que les données soient de la plus haute qualité possible ».

Kathy Hollis, du Musée d’histoire naturelle du Smithsonian affirmaient récemment que « certains des tiroirs du museum n’ont pas été ouverts depuis des décennies. Nous devons mettre toutes ces données à la lumière de la recherche! ».

Un des specimen collecté par Charles Darwin en Uruguay durant son voyage entre 1832 et 1836 (c) National History Museum London

Telle est l’ambition de ce projet collectif pharaonique, auquel devraient se rallier les autres grands museums d’histoire naturelle de la planète.

Article « ‘Digital museum’ brings millions of fossils out of the dark » (BBC, 10/12/2018)

SOURCES: BBC, Natural History Museum

Photos: Natural History Museum

Date de première publication: 11/12/2018

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Le museum d’histoire naturelle de Londres accélère la numérisation des 80 millions d’objets de sa collection

Le site web MorphoSource permet de télécharger gratuitement et d’imprimer en 3D plus de 8 000 fossiles découverts dans le monde entier

Au Museum d’histoires naturelles de Washington, une application fait renaître les fossiles et squelettes

Les fossiles britanniques « ressuscités » par le web et la 3D

Avec le soutien d’Amazon et Intel, les Musées nationaux du Kenya numérisent en 3D l’une des plus grandes collections d’archéologie et paléontologie

La galerie des Offices et l’Université d’Indiana dévoilent la première série d’oeuvres numérisées en 3D sur un site web dédié

Laisser un commentaire