F.Durand (SmartApps) : « Nous souhaitons exporter notre savoir-faire et voir émerger en France une entreprise avec une véritable ambition internationale »

Au moment où SmartApps finalise –avec succès- une campagne inédite de levée de fonds par crowdfunding, son co-fondateur Frédéric Durand répond à nos questions et appelle la France à mieux soutenir le numérique patrimonial et ses entreprises innovantes..

500x500_FrédéricPourquoi la culture devrait-elle être en France un secteur prioritaire ?

Avec plus de 20 milliards d’euros de revenus générés par le seul secteur culturel, la France se rend enfin compte qu’elle possède un actif économique stratégique, sans égal, et avec un fort potentiel de développement. Il a évidemment l’avantage exceptionnel, contrairement à beaucoup d’autres secteurs, de ne pas être délocalisable. Et il est d’ailleurs rassurant de constater sa (bonne) place dans les discours du Ministre des Affaires Étrangères.

Dans cette révolution digitale à laquelle sont donc confrontés aujourd’hui tous les lieux de culture et de patrimoine (ainsi que ceux de tourisme), la France a l’opportunité de prendre une place majeure grâce à son histoire, sa légitimité incontestable au sein de cette industrie mondiale et la créativité de ses start-ups.

Avez-vous le sentiment que la France se repose sur ses lauriers ?

On reproche souvent à la France de ne pas assez valoriser ou exploiter son incroyable patrimoine (+ de 10.000 lieux recensés), qui est pourtant la première raison de visite de notre pays, bien avant le shopping.

Partout dans le monde (et même en France), des sites moins connus mais très nombreux s’engagent dans une voie moderne et se ré-inventent. Que font-ils ? Ils s’appuient sur le numérique pour mieux accueillir le visiteur et mieux l’engager (c’est désormais le terme consacré), sans y perdre leur identité ni leur objectif de pédagogie et de médiation.

Illustration-Tribune

Bien loin des caricatures de perches à selfies devant la Joconde, il y a aujourd’hui un enjeu majeur pour eux à prendre ce virage digital, avec des mises en œuvres rapides et itératives.

C’est donc tout le musée qui se transforme ?

thumb_IMG_1297_1024
Capture d’écran de l’application La plage de Deauville

Oui, le conservateur ne sera plus le seul au centre du propos de médiation. On peut le déplorer mais c’est une vraie tendance. Le scénographe doit être un scénariste. Le département des publics recrute des « designers d’expérience ».

Les traditionnels audioguides disparaissent inéluctablement au profit de guides de visite sur mobile : plus riches, plus ergonomiques, plus modernes, bref plus « engageants ».

Certains continuent pourtant à opposer technologie et visite de musée ?

Non, il ne s’agit pas que la technologie interfère avec l’œuvre ou le patrimoine. Au contraire, elle accompagne la découverte et propose (sans imposer) aux visiteurs des expériences à la carte : personnalisation des parcours, positionnement et guidage extérieur/intérieur, réalité augmentée ou virtuelle, jeux sérieux, cartels numériques, passerelle avec les réseaux sociaux,…. La technologie accompagne la découverte et propose aux visiteurs des expériences à la carte.

Quelle est aujourd’hui la stratégie de SmartApps ?

Nous souhaitons accélérer pour exporter notre savoir-faire et voir émerger rapidement en France une entreprise avec une véritable ambition internationale, sans quoi la place sera inévitablement prise par un acteur anglo-saxon. C’est pour cette raison que nous avons installé l’un de nos collaborateurs en Espagne.

4.7-inch (iPhone 6) - Screenshot 4
Capture d’écran de l’application officielle du Musée Picasso

smArtapps jouera un rôle majeur dans les années à venir, en s’appuyant sur sa plateforme technologique et son historique déjà fort (50 institutions clientes dont le Musée du Louvre et la Tour Eiffel, 250 guides de visite sur mobiles et plus de 1 000 000 de téléchargements). Et l’entreprise s’insère complètement dans la démarche actuelle de la FrenchTech et le dynamisme de l’éco-système digital en France.

Vous avez lancé une campagne de crowdfunding. Avez-vous atteint votre objectif ?

A l’heure actuelle, nous avons déjà collecté 226 000€. (NDLR: la campagne s’est achevée le 5 février 2016 avec une collecte de 251 500 euros)

Au-delà de l’aspect financier, le succès de notre campagne de crowdfunding, traduit la reconnaissance de nos efforts et de nos choix de développement pour explorer ce potentiel. C’est certes un premier pas mais il est indispensable et il renforcera notre motivation à creuser notre sillon.

Quelles sont les principales nouvelles innovations sur lesquelles vous travaillez actuellement ?

Nous travaillons actuellement sur divers projets de géolocalisation intérieure grâce à la technologie BLE (Bluetooth Low Energy). L’enjeu à présent est d’utiliser cette fonctionnalité comme un véritable GPS intérieur nous guidant via des itinéraires. Il y a également un enjeu crucial pour les institutions à connaître les parcours des visiteurs et les variations d’affluence.

La personnalisation du parcours de visite est un autre sujet de R&D chez smArtapps. Le visiteur peut saisir ses propres paramètres de visite : temps disponible, conditions de visite (handicap, en famille),… L’institution culturelle peut alors proposer un parcours personnalisé en fonction des paramètres du visiteur. Il est également possible de récolter des données (anonymisées ou non) des visiteurs afin d’affiner la connaissance des publics.

Nous travaillons également beaucoup sur la logique d’après-visite. Nous allons apporter de la valeur au visiteur en prolongeant son expérience, pour l’inciter à approfondir ou revivre son expérience, voir même à renouveler sa visite in-situ.

Pouvez-vous annoncer de nouveaux clients ?

Le Louvre a confié à smArtapps la conception et la réalisation de sa nouvelle application mobile. Nous réalisons également le guide de visite de la Maison de la radio, du musée des Beaux-Arts Thomas-Henry de Cherbourg, et du Centre culturel Tjibaou en Nouvelle-Calédonie.

Nous avons enfin été choisi pour produire le guide de visite mobile trilingue (français, anglais, allemand) du Chaplin’s World, qui ouvrira au Printemps 2016,entre Lausanne et Montreux. Au-delà de notre implantation permanente à Madrid, on peut donc constater que le développement international est une réalité chez smArtapps.

Propos recueillis par mail le 04/02/2016

PHOTOS: smArtapps

Date de première publication: 04/02/2016

SmartApps est membre associé du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

SmArtapps équipe la Tour Eiffel de son premier guide mobile avec réalité augmentée

Atelier #28 du Clic France sur le thème «géolocalisation iBeacon premier bilan et nouveaux outils»: Compte-rendus

Paléo muséum : la nouvelle application mobile d’aide à la visite de la galerie de paléontologie

Le nouveau musée Picasso accueille également son public sur les terminaux mobiles

À l’occasion de l’exposition Culture TV, le Musée des arts et métiers et l’INA proposent un catalogue entièrement numérique

Le musée municipal de Creil lance son application mobile audioguide téléchargeable

HeritageApp, une nouvelle application pour améliorer l’expérience des visiteurs dans les musées et lieux de patrimoine flamands

Artips diffuse sur une nouvelle application ses anecdotes originales au sujet d’un artiste ou d’une oeuvre d’art

Le Musée Solomon R. Guggenheim de NYC ajoute la géolocalisation iBeacon à son application mobile guide de visite

Laisser un commentaire