Du 20 au 30 août 2017, Aha School, une start up chinoise spécialisée dans l’e-education, propose aux enfants de près de 200 000 foyers de découvrir 10 musées célèbres du monde en visite virtuelle interactive.

Une animatrice d'Aha School devant l'un des chefs d'oeuvres d'Orsay

Une animatrice d’Aha School devant l’un des chefs d’oeuvres d’Orsay

Ce grand voyage culturel a démarré le week-end du 19 et 20 août 2017 avec la Galerie Uffizi à Florence et le Musée d’Orsay à Paris. Du lundi 21 au mercredi 23 août 2017, la visite était consacrée au musée national de l’air et de l’espace de Washington, au musée d’art moderne de New York et au musée historique allemand de Berlin. 5 nouveaux musées dont le Louvre Paris seront visités du 26 au 31 août 2017.

Chaque visite de deux heures combine des animations interactives, des clips des voyages récents des présentateurs chinois dans les musées et des commentaires en direct des universitaires chinois depuis un studio de Shanghai.

Plus de 450 000 euros de recettes

Les enfants de plus de 180 000 foyers chinois font pouvoir effecteur cette visite virtuelle des 10 musées célèbres. Chaque famille s’est acquitté de 19.9 Yuan, soit l’équivalent de 2,51 euros pour pouvoir effectuer les 10 visites.

Aha School, une start-up spécialisée dans l’e-éducation basée à Shanghai, a pu ainsi générer plus de 451 800 euros de recettes pour produire l’événement. La société annonce avoir offert gratuitement la visite à 174 salles de classe rurales « en tant que service public ».

« Les enfants ici n’ont pas accès à des musées, et encore moins à des personnes célèbres », a déclaré au NY Times Ma Xiaoyan, professeur à l’école Akeli Center dans un coin rural de la province sud-ouest du Sichuan, par téléphone. « Pour beaucoup d’entre eux, même aller à la ville la plus proche est difficile car leurs familles n’ont pas d’argent pour voyager ».

Les experts en éducation disent que le projet « 100 000 enfants visitant les 10 meilleurs musées du monde » illustre la manière dont la diffusion en direct, une technologie déjà largement répandue sur les plateformes chinoises de médias sociaux, pourrait contribuer à améliorer l’enseignement à distance en Chine.

« C’est vraiment un excellent modèle », a déclaré au NY Times Lingxin Hao, professeur de sociologie à l’Université Johns Hopkins qui étudie l’éducation en milieu rural en Chine. « Mais toutes les ONG et autres organismes de bienfaisance ne peuvent pas résoudre les problèmes parce que les problèmes doivent être traités par les décideurs du gouvernement central. Ils doivent faire face aux problèmes et redistribuer les ressources. »

Essor de l’e-education en Chine

Le gouvernement chinois a d’ailleurs investi massivement dans l’éducation rurale au cours de la dernière décennie.  Par exemple, de nombreuses écoles ont reçu de nouvelles bibliothèques, des connexions Internet, des projecteurs numériques et des tableaux blancs électroniques. Mais en même temps de nombreux enseignants ruraux ont également déménagé dans les zones urbaines, et les incitations gouvernementales pour inciter les enseignants à se déplacer vers des régions éloignées ne sont souvent pas assez généreuses.

L’e-education pourrait donc venir résoudre en partie ce problème.

. La Ligue de la jeunesse communiste a, par exemple, récemment lancé un compte gratuit sur WeChat, qui diffuse des cours en chinois, en anglais et en mathématiques vers les élèves des écoles primaires et secondaires.

. Quelques écoles urbaines en Chine ont également commencé à partager leurs cours avec les écoles rurales grâce à des flux Internet.

Le projet « 100 000 enfants visitant les 10 meilleurs musées du monde » pourrait contribuer à réduire cette fracture éducative.

aha chuangshirenshuo

Aha School y croit ferment et a constitué une équipe de près de 50 personnes pour concevoir des animations graphiques, voyager dans les 10 musées, rédiger les commentaires sur les œuvres d’art, et concevoir et agréger l’ensemble des contenus diffusés dans chaque tranche de deux heures.

Aha School a été créé en 2016. Cette « académie virtuelle » offre 400 cours thématiques, compte 15 formateurs et a déjà fourni des services d’éducation à la demande à plus de 10 000 familles de Shanghai.

La visite virtuelle a été distribuée via CCtalk, une application chinoise gérée par Hujiang, une autre société spécialisée dans l’éducation en direct, qui avait déjà proposé une visite live du musée du château de Frederiksborg à Copenhague, au Danemark. (Lire l’article du CLIC France: Des milliers d’élèves chinois expérimentent une visite virtuelle du Musée du Château de Frederiksborg au Danemark)

SOURCES: Hujiang, Aha School, NY Times

Date de première publication: 28/08/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Des milliers d’élèves chinois expérimentent une visite virtuelle du Musée du Château de Frederiksborg au Danemark

Avec sa Gallery 10, en Réalité Augmentée utilisant Tango, le National Museum de Singapour propose une visite virtuelle et historique

En mai 2017, le British Museum lance sa première visite virtuelle de salles avec Oculus

La ville de Rome offre désormais une visite virtuelle du Palais de Néron

Avec le MACM 4D, la visite virtuelle du Musée d’Art classique de Mougins devient accessible à tous les publics

Le Gardner Museum de Boston commémore les 25 ans de son cambriolage massif avec une visite virtuelle

En Chine, le Musée archéologique de Jinsha choisit également la réalité augmentée et virtuelle