Une expérience de réalité mixte terrifiante et fantomatique à découvrir au Musée du Quai Branly

Le musée du Quai Branly Jacques Chirac organise le samedi 23 et le dimanche 24 juin 2018 un week-end exceptionnel autour de l’exposition « Enfers et fantômes d’Asie ». À cette occasion, le musée ouvre en continu du samedi soir au dimanche matin, soit plus de 30 heures non-stop. De nombreuses activités sont proposés aux visiteurs, parmi lesquelles une expérience inédite de réalité mixte, s’appuyant sur la technologie Hololens. 

Anupong CHANTORN, Rival, 2017, Acrylique sur toile (robe de moine), 180 x 250 cm © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Claude Germai

Imaginée comme un point d’orgue de l’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie » (du 10/04/2018 au 15/07/2018), le musée du Quai Branly Jacques Chirac organise un week-end d’activités et de médiations autour de l’exposition. Un événement festif, ludique et pédagogique pour rassembler le public et lui faire découvrir les terribles légendes des fantômes, créatures fantastiques et monstres issues d’Asie Orientale et du Sud-Est, mais aussi leurs adaptations modernes.

Au programme de ce « Week-end d’Enfers » : une session de Silent Disco et un Warm Up, des visites nocturnes, un parcours enquête sur la trace des spectres, des ateliers et des animations pour les plus jeunes, des performances d’artistes, des conférences en continu données par des chercheurs et des ethnologues, sans oublier la projection de films d’horreur toute la nuit sur le toit-terrasse.

De jour ou de nuit, puisque le musée ouvrira ses portes pendant plus de 30 sans interruption, le visiteur partira à la chasse des fantômes et découvrira la culture asiatique en famille ou avec des amis.

Crédit vidéo : Musée du Quai Branly Jacques Chirac

La réalité mixte pour chasser les fantômes

Parmi les activités proposées une expérience inédite de médiation in situ utilisant la réalité mixte (sur Hololens) est présentée au public dans la médiathèque.

Le musée a conçu ce projet avec la startup française Realcast, spécialisée dans la création de contenu créatif et interactif à destination des musées et lieux de tourisme. L’entreprise souhaite favoriser l’apprentissage par une médiation ludique, en faisant appel aux dernières technologies en matière de réalité augmentée. Cette startup a été créée par des professionnels du jeu vidéo (Ubisoft) et de la robotique (Aldebaran).

Utagawa KUNIYOSHI, La Princesse Takiyasha et le spectre-squelette, 1844, Estampe © Victoria & Albert Museum, London

Un dispositif original

Le public pourra tester gratuitement le dispositif dans la nuit du 23 juin (à partir de 22 h) et le 24 juin toute la journée.

Le scénario de l’expérience proposée sur les casques Hololens est ainsi expliqué par le musée : « une brèche entre le monde des morts et celui des vivants s’est formée. Les célèbres fantômes de l’exposition en sortent pour hanter le musée ».

Les participants doivent chercher, puis chasser ces fantômes, cachés au sein de la médiathèque. Dans un temps imparti, ils doivent réussir à chasser ces fantômes en les poussant dans la brèche par laquelle ils étaient entrés.

Une dispositif numérique original qui s’inscrit dans la volonté de proposer une expérience globale autour d’une exposition déjà richement mise en scène.

Source : Musée du Quai Branly Jacques Chirac

Date de première publication : 19/06/2018

Le musée du Quai Branly est membre du CLIC France 

. Pour financer des projets de restauration, le Quai Branly, Notre Dame et la maison de Victor Hugo misent sur le financement participatif

. Dans un des trains du RER E, le Musée des Arts et des Civilisations du Quai Branly invite à un voyage à la découverte des peuples et des continents

. Avec le web et des tablettes, la nouvelle expo du Quai Branly se « déplace » à Abidjan

. Avec l’histopad, l’Airborne Museum offre une nouvelle expérience de visite en réalité augmentée

. Grâce au logiciel de réalité augmentée ARKit, le Gardner Museum peut raccrocher ses chefs d’oeuvres volés

. Justine Emard (projet AURA): « avec l’application en réalité augmentée, Je souhaitais faire parler les murs de la ville de Bayeux »

Laisser un commentaire