Fermé pendant trois ans pour rénovation, le Musée d’Ixelles (Bruxelles) expose ses oeuvres chez ses voisins

Un des grands musées de Bruxelles, fermé pour rénovation jusqu’en 2021, a lancé en juin 2018 une opération inédite pour valoriser ses collections pendant les travaux. Il propose à ses voisins d’héberger chez eux une oeuvre pour en devenir « les ambassadeurs » le temps d’un week-end. Après le succès de la première édition, le dimanche 9 décembre 2018, dix nouveaux voisins ont accueilli dix nouvelles œuvres.

Le Musée d’Ixelles, fermé pour rénovation jusqu’en 2021, a imaginé une opération inédite pour valoriser ses collections pendant les travaux. Il propose à ses voisins d’héberger chez eux une oeuvre pour en devenir « les ambassadeurs » le temps d’un week-end. La première édition de l’événement « Musée comme chez soi » a eu lieu le samedi 23 et dimanche 24 juin 2018 à Ixelles.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du contrat de quartier durable Athénée et du « Museum Tour » pensé notamment pour rencontrer de nouveaux publics.

En association avec « patrimoine à roulettes »

© Patrimoine à roulettes

Riche de quelques 13.000 oeuvres, balayant quatre siècles d’art, du 17e à nos jours, mais inaccessible jusqu’en 2021 pour travaux d’agrandissement et de rénovation, le Musée d’Ixelles s’est associé avec l’association « Patrimoine à roulettes » pour faire vivre ses oeuvres hors les murs.

L’idée est venue « dans la tête » de l’association qui dit vouloir « sortir le patrimoine de la poussière » et le mettre en valeur de manière novatrice.

Elle a facilement convaincu la direction du musée qui cherchait une action pouvant s’inscrire dans un projet public de développement urbain.

« On voulait mettre à disposition des oeuvres chez les habitants afin qu’ils se les approprient et deviennent à leur tour des ambassadeurs du musée auprès de leur famille et de leurs amis », explique à l’AFP Yves Hanosset, administrateur de Patrimoine à Roulettes.

Buste en bronze pour les uns, pastel impressionniste ou tableau abstrait …. des oeuvres de la collection quittent ainsi les réserves pour une sortie chez des particuliers, voisins du musée, évidemment soumis à une charte.

L’opération est programmée en juin et décembre 2018 et sera réitérée les deux années suivantes, soit six fois en tout.

Un week-end hors les murs

Les hôtes sélectionnés par le musée après appel à candidatures peuvent choisir leur oeuvre parmi une sélection d’une quarantaine.

Le samedi, l’hôte fait découvrir l’œuvre qu’il aura choisie à son proche entourage ; le dimanche, il ouvre sa maison au public qui pourra ainsi se balader de voisin en voisin et admirer dix œuvres présentées dans un cadre original. Dix oeuvres peuvent être ainsi admirées au fil de ce parcours inédit.

Pour des raisons d’assurance, les oeuvres passent la nuit au musée. Tout le week-end, chacune des œuvres placées chez les particuliers, est surveillée par un membre de l’association.

« Tous les hôtes qui reçoivent un tableau ou une oeuvre d’art dans le cadre du ‘musée comme chez soi’ a signé une charte dans laquelle il s’engage à ne pas cuisiner, à ce que l’oeuvre ne soit pas dans un courant d’air, ne soit pas exposée directement au soleil, qu’il n’y ait pas de chat ou de chien présent ce jour-là, qu’on en fume pas », explique Yves Hanosset.

Street art Outings en complément

Le premier rendez-vous Musée comme chez soi s’est déroulé le samedi 23 et dimanche 24 juin 2018, de 11 à 17 heures, dans le quartier de la Tulipe, avec des oeuvres de Jan Fabre et Félicien Rops, entre autres.

L’accès est libre et la liste des oeuvres et le parcours d’habitations étaient disponibles dans une tente d’information installée rue Jules Bouillon, rue dans laquelle une fresque murale géante a été déployée par l’artiste français Julien de Casabianca (Outings).

Reportage TV (RTL Infos):

 

Une deuxième édition

Après un nouvel appel à candidatures, le Musée d’Ixelles a accroché de nouvelles oeuvres chez dix de ses voisins le samedi 8 et dimanche 9 décembre 2018.

Les 10 familles « d’accueil » habitaient toutes le quartier de la place Fernand Cocq. Les habitants ont accueilli le public de 13h à 18h et expliqué eux mêmes pourquoi ils avaient choisi cette œuvre et pourquoi ils ont décidé de l’exposer dans leur cuisine, leur hall d’entrée, leur chambre ou leur salon.

L’équipe du musée a accueilli le public, dès 13h à la place Fernand Cocq, pour distribuer le plan du parcours et expliquer le projet.

« On sert de déclencheur et les gens s’approprient le tableau et donnent libre cours à leur créativité », souligne Yves Hanosset.

« Faire sortir le musée du musée et créer cette interaction entre les habitants du quartier je trouvais cela sympathique », témoigne Marianne Mesnil, anthropologue, ex-enseignante à l’Université libre de Bruxelles (ULB), et retraitée qui fera découvrir la « Femme épinglant son chapeau » du peintre impressionniste belge George Morren (1901), rappelant le travail d’Auguste Renoir.

Retour en images sur le second week-end:

D’ici 2020, quatre nouvelles éditions du « Musée comme chez soi » se dérouleront dans quatre autres quartiers d’Ixelles.

La prochaine édition se tiendra les 22 et 23 juin 2019 et le Musée d’Ixelles est déjà à la recherche d’habitants prêts à accueillir une œuvre chez eux. Les candidatures sont reçues par mail musee@ixelles.brussels. L’appel est relayé sur le site internet de l’institution.

Museum Tour

Le projet « Musée comme chez soi » s’inscrit dans le cadre du programme MUSEUM TOUR.

Comme l’explique le musée sur son site: « Un musée temporairement inaccessible : quelle opportunité ! Celle de se repenser mais aussi de renouveler ses pratiques et de partir à la rencontre de nouveaux publics. Et il n’est pas toujours utile d’aller chercher bien loin ! ».

S’associant avec les animateurs de l’association « Patrimoine à roulettes » dans le cadre du Contrat de Quartier durable Athénée (2017-2020), le Musée d’Ixelles propose donc de faire vivre ses œuvres hors les murs avec la complicité du voisinage. Le projet se décline de trois façons :

. « Musée comme chez soi », deux week-ends par an.

. Mash up

Quel regard portent les jeunes sur les œuvres du Musée d’Ixelles ? En quoi peuvent-elles les inspirer et donner lieu à des créations originales à partager avec le public ?

Une dizaine de classes de l’enseignement secondaire situées dans le quartier Athénée se voient proposer de développer, à l’école, un projet artistique en lien direct avec les collections du Musée d’Ixelles. Partant des compétences et des envies de découverte des jeunes, ces rencontres donneront lieu à des créations variées.

Les premiers projets qui seront finalisés en 2018 sont menés en collaboration avec deux classes de l’École professionnelle Edmond Peeters – l’école secondaire la plus proche du musée. Ils aboutiront à la réalisation de courts métrages en stop motion, pour les élèves en section Travaux ménagers et d’objets éducatifs, pour les élèves de la section Sérigraphie.

. Jours de fête

Sur toute la durée du Contrat de Quartier, des moments de rencontres festifs seront programmés afin de favoriser les échanges entre voisins au sens large (écoles, associations, habitants…) et ainsi donner une visibilité aux projets et événements réalisés avec leur complicité.

SOURCES: Musée d’Ixelles, Patrimoine à roulettes

Date de première publication: 13/12/2018

Photos: Musée d’Ixelles, Patrimoine à roulettes

a-lire-sur-le-site-du-clic

Virtually Versailles, la première exposition numérique itinérante du château s’installe à Singapour

L’afficheur Outfront Media s’associe au Museum of Modern Art pour diffuser des oeuvres dans le métro de NY

Fabre & the City, la nouvelle web série et application mobile du musée Fabre de Montpellier

La MGEN renforce son mécénat du musée du Louvre pour déployer le programme éducatif « Musée à l’École »

La Tate souhaite numériser, reproduire en 3D et commercialiser certains chefs d’oeuvres de sa collection de peintures

Laisser un commentaire