Reflétant la philosophie originelle d’accrochage des galeries de la collection Barnes, le nouvel outil Web d’exploration de la collection permet aux visiteurs de parcourir des œuvres d’art en fonction de leurs caractéristiques visuelles. Dans le cadre de ce projet, les images de plus de 1400 œuvres entrées dans le domaine public sont maintenant disponibles au téléchargement en haute résolution.

Barnes new collection website 1

Le 7 novembre 2017, pour célébrer son cinquième anniversaire à Philadelphie, la Fondation Barnes a lancé un nouveau site Web qui permet aux visiteurs d’explorer des milliers d’œuvres de la collection Barnes et de télécharger des images haute résolution de plus de 1 400 œuvres tombées dans le domaine public.

Conçu par Shelley Bernstein, directrice adjointe de la Fondation Barnes pour l’engagement des publics et directrice de l’expérience visiteurs, le nouveau site a été financé par une subvention de 155 000 $ de la Fondation John S. et James L. Knight. (Voir article du CLIC France: La Knight Foundation verse 1,87 millions de dollars pour financer de nouveaux outils innovants dans 12 musées américains)

Ce nouvel outil en ligne est le premier parmi les musées américains à axer l’exploration de la collection sur les propriétés visuelles des oeuvres, telles que la lumière, la ligne, la couleur et l’espace, en plus des recherches plus traditionnelles par nom d’artiste, médias, ou mouvement historique. Basé sur les mêmes critères que le Dr Albert C. Barnes avait choisi pour afficher sa collection dans les salles, le site Web poursuit ainsi « l’engagement de la Fondation à promouvoir l’alphabétisation visuelle et la découverte de l’art par tous les publics par les moyens numériques ».

« Dr. Albert C. Barnes a utilisé sa collection pour permettre aux étudiants de comprendre et de s’apprécier l’art sans avoir de formation artistique. En regroupant les œuvres en fonction de leurs éléments formels, plutôt que des liens historiques, il a souligné le caractère universel de l’expression humaine, en les rendant plus accessibles, peu importe le niveau de familiarité avec les arts » explique Shelley Bernstein« Ce projet est l’occasion d’appliquer cette approche pionnière dans le contexte de la pratique numérique contemporaine. Notre objectif a été de créer un site Web de collection de nouvelle génération, conçu pour tous les utilisateurs en ligne, sans entraves qui empêchent une connexion et une découverte plus approfondies ».

« Nous nous sommes engagés à étendre notre mission d’engagement du public avec les arts au-delà des murs de Barnes, c’est pourquoi nous sommes ravis d’élargir nos ressources en ligne alors que nous fêtons nos cinq ans au coeur de Philadelphie » explique Thom Collins. directeur et président de la Fondation Barnes« Nous sommes impatients de partager nos collections exceptionnelles avec de nouveaux publics et de leur fournir des outils pour susciter de nouvelles découvertes. »  

Une manière plus visuelle et esthétique d’explorer la collection

Plutôt que de demander aux utilisateurs de se familiariser avec les noms des artistes ou les mouvements historiques de l’art, le nouveau site de collection de Barnes, conçu par l’agence Area 17, prend donc en compte avant tout l’image de l’œuvre. Les visiteurs en ligne peuvent ainsi rechercher des oeuvres dans la collection selon les caractéristiques visuelles et filtrer les images en fonction des similitudes esthétiques.

Une oeuvre de Modigliani et d’autres oeuvres visuellement proches:

Barnes new collection website modigliani autres

Le projet a été développé en utilisant une nouvelle technologie largement utilisée sur internet et dans des projets numériques mais encore rarement dans le secteur culturel. L’apprentissage automatique (« machine learning ») et la reconnaissance d’images (« computer vision ») ont ainsi été utilisés pour analyser l’information visuelle sur les images de collection afin d’établir un système de relations visuelles entre les œuvres d’art. Elasticsearch, un outil qui soutient l’utilisation de ces technologies sur certains des sites Web les plus populaires d’Internet, a été utilisé pour concevoir la recherche et l’indexation d’informations liées à chaque œuvre de la collection.

« La technologie a changé notre façon de vivre et les visiteurs ont de nouvelles attentes pour leur expérience à l’intérieur et à l’extérieur du musée », a déclaré Victoria Rogers, vice-présidente des arts à la Knight Foundation. « Des institutions comme les Barnes continuent de jouer un rôle intégral dans les communautés, mais elles auront encore plus de succès si elles saisissent les opportunités de la technologie et trouvent de nouvelles voies d’émerveillement ».

Favoriser une recherche plus intuitive

Ce nouveau site Web offre une présentation et un mode d’exploration entièrement nouveau et une approche originale qui offre aux utilisateurs un moyen d’interagir avec la collection en ligne de manière accessible, intuitive et autodidacte en utilisant les éléments formels – lumière, ligne, couleur et espace – comme critères et modes de recherche.

Recherche par couleur dans le moteur collection:

Barnes new collection website blue

Barnes new collection website yellow curve 55

Une oeuvre de Cézanne rapprochée d’autres oeuvres visuellement proches:

Barnes new collection website ginger cezanne1

L’oeuvre de Cézanne recontextualisée sur son mur dans la galerie du musée:

Barnes new collection website cezanne ginger room

L’oeuvre de Cézanne en détail grace à la fonction zoom:

Barnes new collection website cezanne ginger zoom

« Le partage cohérent des résultats et de la méthodologie avec des collègues d’autres musées a été essentiel au développement du projet » explique la Fondation.

En publiant une partie du code et en bloguant régulièrement sur le processus, la Fondation Barnes a cherché à « encourager la discussion et le partage d’informations à la fois pour identifier les solutions possibles pour le site Barnes et pour soutenir le travail des collègues sur le terrain ».

Dans les mois et années à venir, cette démarche collaborative aidera l’équipe de la Fondation à améliorer son site collection, et à l’adapter aux nouvelles techniques et formes de la présentation en ligne des collections des musées.

2 000 oeuvres de la collection déjà publiées en ligne

Parmi les plus de 3 000 œuvres de la collection Barnes, plus de 2 000 ont déjà été publiées en ligne dans le cadre de ce projet.

La Fondation Barnes s’est également lancé dans une stratégie d’accès libre qui permet de télécharger les images de la collection sans droits d’auteur. Les images d’œuvres appartenant au domaine public en vertu de la loi américaine et de la loi sur la nationalité de l’artiste sont maintenant téléchargeables en haute résolution, ce qui garantit un meilleur accès aux étudiants, aux universitaires et au public en général. Cela comprend plus de 1 400 œuvres d’art de la collection Barnes, qui sont maintenant disponibles au public pour téléchargement en cliquant sur l’ onglet «détails» de la peinture ou du dossier de l’objet, et après renseignement d’un formulaire sur l’usage fait du téléchargement.

Le module téléchargement pour l’oeuvre de Cézanne:

Barnes new collection website download page

Barnes new collection website download info

La Fondation Barnes a également ajouté des informations contextuelles sur chaque œuvre d’art pour accompagner les images. Au fil du temps, des informations contextuelles supplémentaires seront ajoutées – telles que la provenance – avec des descriptions visuelles des mêmes œuvres d’art pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

De plus, pour la première fois, l’historique de publication d’un objet est inclus dans le dossier de chaque œuvre, ce qui permet de mettre en lumière les travaux de recherche sur les œuvres de la collection. Ces ressources continueront de croître, contribuant ainsi à rendre l’information la plus ouverte et accessible à tous les publics, aux experts et amateurs.

Barnes new collection website 2

Le soutien de la Fondation Knight

Le nouveau site Web de la Fondation Barnes est rendu possible grâce à l’appui généreux de la Fondation John S. et James L. Knight qui a apporté 150 000 $ dans le cadre ed son appel à projet annuel.

Design:  AREA 17 est une agence de création numériques, fondée en 2003, avec des studios à Paris et à New York.

Ingénierie et développement:  Aaron Straup Cope (architecture); Micah Walter (ingénieur en chef) avec Rachel Nackman, Eric Chaves et Jonathan Dahan; et Girlfriend Labs (Cassie Tarakajian, Sam Tarakajian et Ana Giraldo-Wingler).

Reconnaissance d’images:  les caractéristiques visuelles des objets de collection sont alimentées par ArtPI, l’API d’art créée par Artrendex. Le développement technique additionnel utilisant la reconnaissance d’image pour analyser des mots-clés d’objet a été fourni par Sam Hains.

À PROPOS DE LA FONDATION BARNES  

La Fondation Barnes est une institution culturelle et éducative à but non lucratif, créée par le Dr Albert C. Barnes en 1922 pour «promouvoir l’amélioration de l’éducation et l’appréciation des beaux-arts». Abritant l’une des plus belles collections de peintures impressionnistes, postimpressionnistes et modernes du monde – y compris les plus grands groupes de peintures de Pierre-Auguste Renoir et de Paul Cézanne – les galeries de la Fondation Barnes réunissent des chefs-d’œuvre de renom d’artistes tels qu’Henri Matisse, Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, et Vincent van Gogh, aux côtés de l’antique, médiévale, Renaissance. Depuis son déménagement au cœur de Philadelphie en 2012, Barnes a élargi son engagement pour l’éducation à l’art, de façon novatrice, en investissant dans la recherche originale liée à sa collection et en améliorant l’accessibilité dans toutes les facettes de son programme. Alors que Barnes célèbre ses cinq ans sur la Benjamin Franklin Parkway en 2017, la Fondation continue d’accroître sa programmation publique et ses initiatives au service de la communauté de Philadelphie, de la région et des visiteurs de partout au pays et dans le monde.

SOURCE: Fondation Barnes (communiqué de presse)

Date de première publication: 08/11/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Six mois après le lancement de sa politique Open Access, le Met Museum renforce sa visibilité sur Wikipedia et conclu un nouvel accord avec Google

Lionel Maurel (S.I.Lex): « Le choix Open Access du Metropolitan Museum et les pathologies du domaine public »

Le Met diffuse en accès libre 375 000 reproductions des oeuvres de sa collection tombées dans le domaine public

Bibliothèques d’Orient, des patrimoines partagés en ligne à partir du 12 septembre 2017

La Bibliothèque juive Ets Haim d’Amsterdam numérise et diffuse sa collection gratuitement

Le musée Albert Kahn offre ses « archives de la Planète » en open content sur la toile

La Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis offre plus de 25 millions de documents téléchargeables gratuitement

 

La Fondation Barnes habille les vélos de Philadelphie aux couleurs de certains de ses chefs d’oeuvres

La Knight Foundation verse 1,87 millions de dollars pour financer de nouveaux outils innovants dans 12 musées américains