France: plus d’utilisateurs Android mais moins d’acheteurs d’applications mobiles payantes

Selon une double étude réalisée par l’Ifop pour l’agence de marketing mobile Surikate, 51% des Français ne possèdent ni tablette ni smartphone. Autre résultat majeur: un possesseur de smartphone sur deux dispose d’Android comme système d’exploitation. Soit un inversement total de situation, en moins d’un an. Surikate et l’Ifop dressent également le portrait-type de l’utilisateur d’Android

Surikate, le spécialiste de la promotion des applications mobiles, a publié jeudi 15 novembre la deuxième édition de son étude sur le comportement des utilisateurs d’Android, la première en partenariat avec l’Ifop.

Plus d’1 français sur 2 ne possède pas de smartphones

Une première étude Ifop, réalisée auprès de 2 005 personnes représentatives de la population française, relativise la pénétration des smartphones en France et confirme la nouvelle position forte d’Android en France.

. Il ressort de cette enquête que plus d’un Français sur deux (51%) ne possède ni smartphone ni tablette. Cette proportion touche davantage les femmes, les personnes âgées et les personnes vivant en province. Pour Frédéric Micheau, directeur adjoint de l’Ifop, « il y a un vrai clivage générationnel et sociologique » concernant les possesseurs de smartphones. On les retrouve davantage chez les cadres et les professions intermédiaires. 42% déclarent par contre posséder un smartphone et 17% une tablette. A noter, 11% ne savent pas sous quel système fonctionne leur smartphone.

Android et Samsung au Top

Selon la même étude, Android domine le marché français, avec 49% des smartphones et 41% des tablettes. Apple occupe la deuxième place avec 27% et 25% respectivement. Au sein des appareils évoluant sous le système d’exploitation de Google, Samsung se taille la part du lion avec 63% des smartphones et 62% des tablettes.

Parmi les possesseurs d’Android, l’étude montre une surreprésentation masculine (55%) qui s’explique par un goût plus prononcé pour la technologie, et une surreprésentation des jeunes de moins de 35 ans. A noter également que le système d’exploitation de Google a davantage conquis les catégories populaires et les habitants des communes urbaines de province. Frédéric Micheau résume cela en indiquant que « l’utilisateur type d’Android est un homme de moins de 35 ans plutôt employé voire ouvrier et il réside en province dans une commune urbaine ».

Au niveau des usages, Surikate a réalisé un focus sur les usages d’Android, en interrogeant 9 026 utilisateurs d’équipements fonctionnant sous ce système (données pondérées par l’Ifop). Parmi les 9.026 personnes, âgés de 16 ans et plus, qui ont répondu à cette étude sur internet, 88% possèdent un smartphone équipé du système Android de Google, dont 60% un Samsung, 12% un HTC et 9% un Sony. Concernant les possesseurs de tablettes sous Android (28%), ils sont 31% à avoir choisi Samsung, 13% Acer et 12% le fabricant français Archos.

Les utilisateurs d’Android sont satisfaits à 95%, à 91% pour les utilisateurs de tablette Android et à 92,9% chez les répondants ayant déjà possédé un iPhone (Un quart des répondants). Fidèles au système, 67 % des possesseurs d’androphone souhaitent prolonger leur expérience et déclarent qu’ils rachèteront un téléphone sous Android (17 % désirent passer sous iOS et 2 % à Windows Phone). Le constat est le même au niveau des tablettes : 48 % souhaitent rester sous Android, quand 19 % préféreraient finalement passer à l’iPad..

Principales caractéristiques des utilisations Android

• Taux de satisfaction sur Android : 95% (smartphones) et 91% (tablettes)
• 41% des personnes sondées utilisent leur smartphone plus de 4 heures par jour
• 62% des utilisateurs d’Android refusent de prêter leur smartphone tandis que 65% de ceux qui possèdent des tablettes acceptent de les prêter
• 91% des personnes interrogés ont déjà téléchargé sur le Google Play Store, mais 56% ne possèdent aucune application payante

• 58% des répondants utilisent au moins 6 applications par jour

• 55% des utilisateurs d’Android consultent le Google Play Store dans leur lit, principal lieu pour sa consultation !
• Les jeux restent les applications privilégiées des utilisateurs : 71%
• 79% des utilisateurs recommandent un application qui leur plait dont + 80% par le bouche à oreille
• 86% des personnes qui téléchargent des applications ont l’habitude d’en télécharger plusieurs pour les comparer entre elles et ne garder que la meilleure
• La principale raison de suppression d’une application est la présence de bugs (76%)

Les jeux en tête

Au chapitre des catégories les plus consultées, ce sont les jeux qui remportent de loin la palme (71% des réponses). La catégorie « Actualité et magazine » est en troisième position, derrières celles des utilitaires, avec 20%. Le transport (6%), les voyages/informations locales (4%) sont loin du podium.

Faible appétit pour le payant

Les utilisateurs Android sondés sont 91% à avoir déjà téléchargé une application sur le Google Play Store, le magasin d’applications d’Android. Autrement dit, 9% des possesseurs d’appareil Android n’ont jamais téléchargé d’application sur le site officiel, contre seulement 1% des possesseurs d’iPhone d’Apple.

Le Google Play Store est de loin le premier canal de découverte des applications (89%) devant la recommandation des amis (44%). La note donnée à une application demeure l’élément le plus déterminant pour inciter un visiteur à se rendre sur la fiche de ladite appli. 50% des personnes interrogées n’ont pas d’idée précise de ce qu’ils recherchent en se rendant sur le Google Store. En le parcourant, les deux premiers onglets consultés sont le top des applications gratuites et les nouveautés gratuites.

Résultat logique: 56% des personnes sondées n’ont jamais acheté une application, et parmi les 44% à avoir au moins une application payante, 35% en ont moins de 10. Sur cet échantillon, ils sont 42% à consacrer moins de 0,50 euro par mois à l’achat d’application sur le Google Play store. Seuls 4% dépensent plus de 10 euros par mois dans l’achat d’applications, et globalement, un quart des personnes téléchargeant des applications payantes n’ont jamais dépensé plus de 0,99 euro pour l’achat d’une application.

Cette consommation payante, très différente de l’univers Apple, pourrait avoir un impact sur les taux de téléchargement des applications payantes, et notamment celles du secteur culture et patrimoine.

Pour Jules Minvielle, le fondateur de Surikate, interrogé par Challenges, « l’appstore est plus rentable pour les éditeurs d’applications. Si le Play Store est parvenu à rejoindre l’AppStore en nombre d’applications disponibles (700.000), le deuxième combat pour Google, c’est celui de la rentabilité pour les éditeurs. Les applications les plus rentables sont les gratuites avec du contenu payant (freemium) ».

L’enquête Ifop réalisée du 16 au 19 octobre sur un échantillon de 2.005 personnes, représentatif de la population française âgé de 18 ans et plus. L’enquête Surikate, pondérée par l’Ifop a été réalisée sur 9026 utilisateurs d’équipements fonctionnant sous Android.

Les principaux résultats de l’étude sous format powerpoint

Pour rappel, Android représente presque 50% des OS mobiles en France (source Ifop), 100 millions d’appareils vendus dans le monde, et 550 000 activations par jour (selon Google). D’après le cabinet IDC,  le système d’exploitation Android équipe aujourd’hui 75% des smartphones vendus dans le monde et la part de marché d’Apple dans le monde a reculé au troisième trimestre, tant sur le marché des smartphones que des tablettes. Durant cette période, le système d’exploitation développé par Google était présent dans 181,1 millions de terminaux vendus contre 136 millions d’appareils Apple.

Auteur: PY Lochon

Laisser un commentaire