François Saint Bris (Château du Clos-Lucé): « nous poursuivons le projet de devenir le premier lieu de synthèse sur Léonard de Vinci »

À partir du printemps 2021, le Château du Clos Lucé – Parc Leonardo da Vinci d’Amboise proposera à son public de nouvelles galeries permanentes pour une expérience immersive unique. Ces nouvelles galeries sont entièrement dédiées à faire revivre l’œuvre et le génie de Léonard de Vinci. Quelques mois avant l’ouverture de cette extension, François Saint Bris, président de la société d’exploitation du Clos Lucé revient sur cette nouvelle expérience mais dévoile aussi ses futurs projets dans une interview accordée au Clic France.

Lire également l’article du Clic France: Au printemps 2021, le Château du Clos Lucé plongera ses visiteurs dans une nouvelle expérience immersive permanente consacrée à Léonard de Vinci

  • Pouvez-vous présenter le Château du Clos-Lucé ? 

Le Château du Clos Lucé – Parc Leonardo da Vinci est une résidence de plaisance des rois de France. Charles VIII l’acquiert en 1490 et fait construire une ravissante chapelle gothique en pierre de tuffeaux pour son épouse Anne de Bretagne.

Il est surtout connu pour être la dernière demeure de Léonard de Vinci. Invité par François Ier après sa victoire de Marignan, le maître toscan, après avoir traversé les Alpes à dos de mule, s’y installe en 1516, avant de s’y éteindre en 1519.

Le Clos Lucé est une entreprise familiale culturelle qui œuvre dans le secteur du tourisme et de la culture. Il est constitué d’une SCI et d’une SAS. Le Clos Lucé a reçu 520 000 visiteurs en 2019.

Cette même année, il a accueilli Cette même année, il a accueilli 74 % de visiteurs français et 26 % de visiteurs étrangers. Sa première clientèle étrangère est nord-américaine avec 30 000 visiteurs. Viennent ensuite les clientèles européennes puis les clientèles asiatiques et sud-américaines.

La part des visiteurs individuels est de 80 %, celle des groupes de 20 %.

Dans les groupes, 50 % sont des adultes (tours opérateurs, voyagistes, agences de voyages), 50% sont des scolaires.

La présence des enfants est considérable. Le Clos Lucé reçoit en moyenne 125 000 enfants (70 000 venant avec leurs parents et 55 000 scolaires).

Le Clos Lucé compte 70% de primo-visiteurs. 30% de nos visiteurs reviennent au Clos Lucé pour découvrir chaque année les nouveautés et assister à la saison culturelle, riche de 15 évènements par an parmi lesquels des expositions sur Léonard de Vinci, des représentations théâtrales, des concerts dans le cadre du Festival Européen de Musique Renaissance, des conférences etc.

  • Quand et comment est né ce projet d’extension, de création de nouvelles galeries et leurs nouvelles expériences numériques ?  

Le Château du Clos Lucé est un château pour le futur. Sa mission est de transmettre l’héritage, la mémoire et la connaissance de Léonard de Vinci.

Sa vocation est de donner à tous les publics les clefs de compréhension de l’œuvre du maître toscan.

Depuis plusieurs années, nous utilisons les nouvelles technologies comme moyen de médiation. Les animations 3D, les hologrammes, les projections immersives, les jeux vidéo ludiques et pédagogiques, une plateforme de e-learning nous permettent de capter un public plus jeune et renouvelé.

  • Pourquoi avezvous choisi de consacrer une part si importante aux expériences numériques dans ces nouvelles galeries ? 

Le Clos Lucé est avant tout un lieu de mémoire et de légitimité. Il s’agit de la dernière maison de Léonard de Vinci, le lieu où il vécut les trois dernières années de sa vie, de 1516 à 1519, et où il mourut.

Il a fallu à notre famille 65 ans, soit un investissement sur deux générations, pour restaurer la maison telle qu’elle existait au temps éblouissant de Léonard de Vinci et de la Renaissance. Aujourd’hui, le Clos Lucé poursuit son projet de devenir le premier lieu de synthèse sur Léonard de Vinci et sur le phénomène civilisateur de la Renaissance.

Le Clos Lucé propose dans ce lieu de mémoire les inventions de Léonard de Vinci réalisées par IBM et dans le Parc Leonardo da Vinci de 7 hectares une vingtaine de maquettes géantes, conçues d’après ses dessins, illustrées par des toiles géantes translucides de l’œuvre du Maître toscan.

Mais Léonard de Vinci est avant tout connu comme peintre et il était important pour le Clos Lucé de pouvoir offrir aux visiteurs les clefs de compréhension de sa démarche créatrice du dessin à la peinture, pour compléter l’offre culturelle existante.

Le recours aux expériences numériques permettra un rebond de notre activité en proposant une nouvelle offre adaptée au besoin de la clientèle. Il convient de ré-enchanter le lieu, en redonnant une nouvelle vie à l’ancienne usine transformée en équipement culturel et scientifique à haute valeur ajoutée.

  • Quel a été le budget du projet ?  

Le budget est de l’ordre de 2 millions d’euros. Il est financé sur fonds propre et sur emprunt à hauteur de 50% chacun. Nous avons également bénéficié de subventions de la région Centre – Val de Loire, du Conseil départemental d’Indre et Loire, de la Communauté de communes Val d’Amboise.

  • Combien de visiteurs supplémentaires espérez-vous attirer avec ce nouveau projet ? Quels types de public visezvous en particulier ? 

La nouveauté est toujours facteur de croissance de nos visiteurs. Grâce à ce nouvel équipement culturel, nous espérons revenir dès 2022 au niveau de fréquentation de notre année record en 2019 où nous avons accueilli 520 000 visiteurs.

Le Clos Lucé est l’un des châteaux du Val de Loire préféré des familles. Il souhaite également attirer de nouveaux visiteurs, plus jeunes, comme les étudiants intéressés par l’art, et les jeunes friands de NTIC. 

Par exemple : la nouvelle aile du bâtiment qui se déploie sur deux niveaux est réservée au rez-de-chaussée à des ateliers pédagogiques, « scientifiques et techniques », animés par des médiateurs qui s’adressent aux groupes scolaires.

Au premier étage, un nouvel « espace multimédia expérimental » est consacré à différentes expériences telles qu’aux jeux vidéo qui permettront aux jeunes et moins jeunes de survoler dans les machines volantes de Léonard de Vinci le Palais royal de Romorantin reconstitué en 3D.

  • Ne craignez-vous pas qu’une présence trop forte de la technologie au sein du Château de Clos Lucé puisse éloigner un certain type de public comme les personnes plus âgées ?

Ces nouveaux outils de médiation à fortes composantes technologiques sont au contraire innovants et complémentaires de l’offre existante dans la mesure où ils permettent d’accéder directement au savoir, à la connaissance et à la culture générale de façon ludique, pédagogique et documentée.

Le Clos Lucé travaille avec un comité scientifique international de premier plan qui lui permet d’aller à l’essentiel dans un exercice de synthèse accessible au plus large public. Le Clos Lucé est devenu professionnel de la médiation culturelle.

  • Comment avez-vous choisi les entreprises Arc-En-Scène et Drôle de Trame ?  

Les architectes Chaix & Morel et Associés et les scénographes ont été choisis sur réponse à appel d’offres. Le prestigieux Atelier d’architecture Chaix & Morel et Associés a été retenu pour sa proposition épurée, futuriste et sa compréhension du bâti existant, alliant béton lissé, verre translucide et ligne sobre.

Arc-en-Scène a été sélectionné pour sa grande expérience et sa compréhension des problématiques de la médiation culturelle, des sujets à traiter, et de son sérieux professionnel. 

Drôle de trame est une société de production multimédia audiovisuelle retenue pour sa sensibilité et sa créativité.

Le Clos Lucé travaille en mode projet et a plaisir à conjuguer les talents, fertiliser les connaissances de toutes ses équipes.

  • Quels sont les partenaires institutionnels dans le projet et quels types de relations avezvous établi avec ces institutions ? 

Depuis 15 ans, le Clos Lucé tisse son réseau de partenaires institutionnels en France et à l’étranger, travaille avec les plus grands spécialistes universitaires et scientifiques de l’œuvre de Léonard.

Nous travaillons avec le Louvre, la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de France, la Galerie des Offices, le Musée Gallileo à Florence, les musées du Vatican, les Galeries de l’Académie de Venise, la bibliothèque Ambrosienne, le couvent de Sainte Marie des Grâces, le château Sforzesco, le musée des Sciences et des Techniques à Milan, le Musée et la Bibliothèque Léonard de Vinci à Vinci, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours (par exemple le travail sur Léonard de Vinci architecte et son temps a été co-produit par le Clos Lucé et par le CESR animé par le Professeur Pascal Brioist).

  • A til été facile d’obtenir les reproductions des œuvres  pour l’expérience immersive ? 

Le Clos Lucé a réalisé des expositions d’envergure internationale et entretient par conséquent des relations privilégiées avec les institutions françaises, anglaises, italiennes et américaines de premier plan.

Nous avons donc obtenu sans difficulté les droits de reproduire les œuvres.

  • Qui a développé les expériences de la salle multimédia expérimentale, utilisant les technologies VR, la réalité augmentée, le motion design, le jeu vidéo ? 

Le Clos Lucé assure la direction artistique, la conception et la réalisation des Galeries Léonard de Vinci peintre et architecte.

Cet espace expérimental est appelé à évoluer au fur et à mesure des nouveaux partenariats qu’il nouera, afin de montrer au public de nouvelles expériences immersives et interactives. De nombreux projets sont d’ores et déjà dans les cartons. Ces expériences seront évolutives.

Léonard de Vinci avait cinq siècles d’avance sur son temps et le Clos Lucé se doit d’être en permanence dans l’innovation et d’explorer avec Léonard de Vinci toutes les nouvelles technologies.

  • Quels sont vos projets à court et à long terme à la suite de l’ouverture de ces nouveaux espaces ?

Le projet du Clos Lucé est de devenir le premier lieu de synthèse sur Léonard de Vinci et la Renaissance. Il a acquis une friche industrielle de 3 hectares jouxtant le domaine. Son objectif est de créer un « Centre international d’interprétation Léonard de Vinci et la Renaissance » sur ses trois hectares et 10 000 m2 de bâti.

Ce projet devrait commencer à partir de 2024 sur une période s’étalant jusqu’en 2030. Ce pôle culturel et scientifique international a pour objectif d’apporter au public les clefs de compréhension de toute l’œuvre de Léonard de Vinci et du phénomène civilisateur de la Renaissance.

  • Vous proposez depuis 2016 des maquettes historiques, réalisées par IBM et Dassault Systèmes d’après les dessins originaux de Léonard de Vinci. Quel bilan avezvous tiré de cette expérience très innovante ? 

Depuis 2016, ces maquettes « historiques » ont été complétées par des animations 3D permettant de comprendre instantanément les intuitions de Léonard de Vinci, du dessin à la mise en mouvement. Le partenariat avec IBM remonte à 1952, date à laquelle IBM célébrait Léonard ingénieur à l’occasion du cinq-centième anniversaire de sa naissance. Les salles restaurées des sous-sols du Clos Lucé ont permis d’accueillir de façon permanente une exposition de 40 maquettes historiques réalisées par IBM d’après 80 dessins qui avait parcouru le monde.

Le Château du Clos Lucé est devenu ainsi le premier musée en France sur Léonard de Vinci inventeur et ingénieur.

Le Château du Clos Lucé a aussi construit depuis 2013 un partenariat majeur avec Dassault Systèmes, leader mondial de logiciels de conception 3D assistés par ordinateur pour les industries aéronautiques, automobiles et auto-motives et les sciences de la vie.

Nous avons mis en place avec Dassault Systèmes une base de données dédiée aux inventions de Léonard accessible à tous les ingénieurs du monde entier. L’objectif étant de construire avec le logiciel DS les inventions de Léonard de Vinci en 3D. Les dernières réalisations sont des expériences VR. Les meilleures réalisations ont été primées par des concours en partenariat avec le Clos Lucé et Dassault Systèmes. En 2019 le partenariat avec Dassault Systèmes a donné naissance à des films 3D sur le rêve du vol chez Léonard, présentés ensuite dans le monde entier.

Nous poursuivons ces partenariats de long terme avec IBM et Dassault Systèmes et, dans un futur immédiat, nous avons des perspectives prometteuses avec d’autres acteurs majeurs comme HTC à Taïwan.

  • Combien de personnes ont suivi le premier parcours d’apprentissage gratuit et en ligne sur Léonard de Vinci, lancé en 2019 ?

Depuis son lancement le 2 mai 2019, 31 360 visiteurs ont consulté le microlearning dédié à Léonard de Vinci.

Il constitue le parcours culturel le plus fréquenté parmi tous les parcours de e-learning développés par Artips.

En moyenne, les visiteurs y passent 45 minutes. Plus de 7 000 quiz ont été effectués.

En période de confinement, le microlearning a été un formidable outil qui a permis au Clos Lucé de garder le lien avec les visiteurs et avec les écoles en proposant une expérience digitale pédagogique à vivre chez soi. Chacun a pu se créer un rendez-vous culturel quotidien en accédant gratuitement à des contenus sur Léonard délivrés de manière ludique.

En plus d’occuper le terrain durant la fermeture du château, le microlearning nous a permis de capter l’intérêt des utilisateurs et de les séduire par un storytelling fort.

  • Dans le contexte incertain qui se prolonge, avez-vous / allez-vous proposer des offres de visite et médiation à distance ? 

Le Clos Lucé, acteur du digital, aborde une nouvelle phase de son développement par la production in situ de contenu d’expos et digitaux clefs en main. Il développe une nouvelle offre hors-les-murs.

Il fonctionne comme un laboratoire d’idées et travaille avec un réseau confirmé de professionnels des nouvelles technologies pour toujours conserver une longueur d’avance.

  • Avez-vous encore des envies / rêves ? 

Le Clos Lucé n’est pas au bout de ses rêves pour mieux faire connaitre et partager au plus large public l’universalité du génie de Léonard de Vinci.

Propos recueillis par mail entre le 16 et 18/02/2021

SOURCES: Clic France

PHOTOS: Château du Clos-Lucé

PHOTO du carousel: © Château du Clos-Lucé

Date de première publication: 19/02/2021

. Au printemps 2021, le Château du Clos Lucé plongera ses visiteurs dans une nouvelle expérience immersive permanente consacrée à Léonard de Vinci

La RMN-GP, la Banque des Territoires et Vinci Immobilier créent Grand Palais Immersif, un nouvel acteur dans le monde des expos numériques

Avec une exposition Van Gogh, en juin 2021, l’Indianapolis Museum of Art ouvrira son espace immersif permanent

Le Château du Clos Lucé propose le premier parcours d’apprentissage gratuit et en ligne sur Léonard de Vinci

Dassault Systèmes et le Château du Clos Lucé lancent un concours de reconstitution 3D des inventions de L. de Vinci

Avec le Château du Clos Lucé, Léonard de Vinci prend son envol numérique !

Laisser un commentaire