Le Paul Getty Museum décide de partager en ligne plus de 30 000 de ses oeuvres en HD avec la norme IIIF

Le 1er juin 2017, l’institution américaine The J. Paul Getty Trust a annoncé la mise à disposition plus de 30 000 reproductions HD des oeuvres de la collection du Musée J. Paul Getty en utilisant le Cadre international d’interopérabilité des images (IIIF). Cette norme internationale permet de regrouper des images de différents sites institutionnels pour la comparaison, la manipulation, l’annotation et surtout le partage simplifié. 

IIIIFF

Le 1er juin 2017, le Paul Getty Museum a publié plus de 30 000 images de la collection du Getty Museum sur Getty.edu en utilisant l’IIIF. Il est  désormais possible de parcourir les chefs-d’oeuvre du musée, telles que les Iris de Van Gogh, via un visualiseur compatible IIIF.

Les images d’ores et déjà disponibles via l’IIIF proviennent de l’Open Content Program. C’est la première vague d’images sélectionnées disponibles via l’IIIF car les droits avaient déjà été débloqués pour le programme en question. Les prochaines images qui rejoindront l’Open Content Program seront automatiquement disponibles via IIIF. Les images des collections du Getty Research Institute devraient quant à elles être disponibles avant la fin de l’année 2017.

« Avec l’IIIF, les chercheurs peuvent déplacer des images au-delà des limites des sites institutionnels distincts et les rassembler pour étudier. Il permet également un engagement numérique du public avec nos collections plus profond que jamais auparavant » a déclaré James Cuno, président de J. Paul Getty Trust.

« La sortie de ces images n’est que la première étape pour Getty alors que nous nous dirigeons vers l’adoption universelle de l’IIIF pour les images du Musée Getty et des collections Getty Research Institute » a précisé Rich Fagen, vice-président et chef de l’administration numérique du Getty.

Le Paul Getty Museum n’est pas le premier musée à prendre ce tournant : le Centre Yale pour l’art britannique diffuse également ses oeuvres en utilisant l’IIIF et était venu présenter cette initiative lors des RNCI17. Vidéo de l’intervention aux RNCI17annonce du Yale et collection en ligne du Yale.

Le 1er juin 2017, The Yale Center for British Art a également annoncé la disponibilité de près de 70 000 images dans sa collection en IIIF.

L’initiative de l’IIIF

IIIF (International Image Interoperability Framework) désigne à la fois une communauté et un ensemble de spécifications techniques dont l’objectif est de définir un cadre d’interopérabilité pour la diffusion d’images haute résolution sur le Web.

irirs

L’initiative IIIF a été lancée et est aujourd’hui coordonnée par l‘université de Stanford autour d’un noyau constitué d’une large communauté d’organisations principalement du patrimoine culturel, dont la Bibliothèque nationale de France, la British Library, la National Library of Norway, Cornell University ou encore Oxford University. La communauté s’est ensuite étendue aux bibliothèques nationales européennes et aux universités américaines dont Harvard et Yale, ainsi qu’à plusieurs gros agrégateurs comme Artstor, DPLA ou encore Europeana.

La raison d’être du projet ? Les bibliothèques en ligne fleurissent depuis quelques années, sans réelle cohésion ou pouvoir structurant. L’utilisateur doit se familiariser avec chacune des interfaces et il est difficile de comparer des images/oeuvres/livres qui se retrouvent dans deux interfaces différentes. L’objectif de l’IIIF est donc de parvenir à un consensus pratique sur un interface commun à destination de la publication d’images sur le Web. IIIF cherche à favoriser l’interopérabilité des bibliothèques numériques et, en plus, à proposer une expérience utilisateur enrichie en ce qui concerne la visualisation et la manipulation des images.

Une visionneuse technique et puissante

Avec la visionneuse de l’IIIF, il est possible de zoomer en profondeur sur les œuvres, de les comparer et d’annoter les images. Toutes les informations sur les œuvres (dimensions, matériaux, métadonnées, droits d’auteur, etc.) sont disponibles également. La visionneuse d’étude et d’analyse des images est très complète, il est possible de s’attarder sur des détails précis des tableaux et de les comparer avec les œuvres des autres musées utilisant l’IIIF.

En cliquant sur le logo IIIF à côté d’une image, les utilisateurs peuvent rassembler des images de différentes collections, faire glisser et déposer des millions d’images et des métadonnées associées d’institutions à travers le monde pour une analyse comparée. Les utilisateurs peuvent ainsi examiner numériquement des œuvres d’art dans des collections distinctes du monde entier et partager facilement leurs résultats.

iiif_how_to_480_slower

Sources: Paul Getty Museum, Iris, IIIF

Mise en ligne le 06/06/17

À-lire-sur-le-site-du-CLIC12

Ph.Rivière (Paris Musées): « Nous allons développer la personnalisation, la réalité virtuelle, l’open content, les visites scénarisées et le participatif »

.Le musée Albert Kahn offre ses « archives de la Planète » en open content sur la toile

.Emmanuelle Delmas-Glass (Yale Center for British Art) « Si les musées ne choisissent pas l’Open Content, ils deviendront invisibles et inutiles »

.Le J. Paul Getty Trust ajoute 77 000 images à son programme Open Content

.Lionel Maurel (S.I.Lex): « Le choix Open Access du Metropolitan Museum et les pathologies du domaine public »

Laisser un commentaire