Google Art & Culture commande et publie quatre expériences interactives sur le changement climatique

Partager :

Google Arts & culture, en partenariat avec la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), propose quatre nouvelles expériences innovantes et inclusives réalisées par des artistes permettant de mettre en lumière, au travers de l’art, l’impact de l’Homme sur son écosystème. Le 22 avril 2021, à l’occasion de la journée de la Terre, quatre créations des artistes Giorgia Lupi, Felicity Hammond, Cristina Tarquini et Sey Min ont été mises en ligne. Ils invitent à découvrir les défis auxquels notre planète est confrontée grâce à des visualisations de données créatives et des scénarios interactifs qui nous aident à en savoir plus sur ces sujets.

  • Les quatre œuvres proposées 

– « Plastic Air » de Giorgia Lupi

Le plastique se dégrade en morceaux de plus en plus petits appelés microplastiques qui se retrouvent ensuite dans l’air que nous respirons. L’artiste de données Giorgia Lupi (Pentagram) et son équipe visualisent ces particules, donnant ainsi une lentille à travers laquelle «voir» et explorer les particules de plastique qui sont toujours présentes dans l’atmosphère qui nous entoure. Cette animation permet d’explorer l’impact de «Plastic Air» sur l’environnement et notre propre santé.

https://artsexperiments.withgoogle.com/plasticair/

– « Climate Change Impact Filter » de Sey Min 

L’artiste Sey Min a créé un filtre d’impact pour permettre d’explorer et de découvrir ce que nous pourrions perdre à mesure que les températures augmentent. Sey Min a formé un modèle d’apprentissage automatique sur des milliers d’images de recherche Google, en les regroupant par type d’espèce. Au fur et à mesure que l’internaute augmente la température, il peut découvrir ce qui arrive à 62 espèces animales différentes – et révéler les nouvelles espèces anthropocènes, ou déchets, que chacun laisse derrière lui.

https://artsexperiments.withgoogle.com/impactfilter/

– « The Lagoon » de Felicity Hammond 

Dans ce collage vidéo de huit minutes, l’artiste Felicity Hammond dépeint une ville côtière imaginaire qui plonge lentement dans l’eau pendant 80 ans. Le paysage, créé avec environ 50 photographies d’endroits dans le monde qui sont les plus menacés d’inondations en raison du changement climatique, est effacé par l’eau jusqu’à ce qu’il soit complètement submergé.

https://artsexperiments.withgoogle.com/thelagoon/

– « Medusae » de Cristina Tarquini 

La plasticienne numérique Cristina Tarquini utilise la visualisation en nuage de points pour emmener l’internaute dans l’océan méditerranéen. Cette animation permet de comprendre pourquoi les méduses fleurissent et de connaître les indices que leur population accrue révèle sur le climat changeant.

https://artsexperiments.withgoogle.com/medusae/

  • Des données scientifiques précises

Ces projets d’artistes traduisent des données complexes de la science du climat et permettent d’expérimenter des données dures à travers les sens.

« Ces projets seront présentés lors d’événements des Nations Unies sur les changements climatiques tout au long de l’année 2021 et ajouteront une nouvelle dimension à l’expérience de la conférence » annonce Google Arts and Culture.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur g.co/heartbeatoftheearth ou sur l’application gratuite Google Arts and Culture pour iOS et Android.

SOURCES: Google Arts and Culture

PHOTOS: Google Arts and Culture, artistes

PHOTO du carousel: (c) Felicity Hammond

Date de première publication: 27/04/2021

Partager :

Laisser un commentaire