La cinquième édition de Museomix, rencontre annuelle des passionnés de nouvelles technologies et de musées aura lieu du 6 au 15 novembre 2015. Le concept suscite aujourd’hui des déclinaisons voire des copies. De nouvelles communautés se constituent pour repenser les lieux de culture et leurs façons d’accueillir leur public. Ces hachkatons muséaux se distinguent peu à peu de Muséomix. Ils sont plus petits, moins coûteux, et parfois décalés… En voici des exemples en France.

museosprint_m

Museosprint, le petit frère normand.

La communauté Museomix bas-normande a fait le constat que l’événement était « inaccessible aux structures de taille réduite, notamment faute d’espace, de moyens ou de personnel suffisants ». Alors ils ont choisi de créer Museosprint, leur propre version de Museomix adaptée aux petits musées territoriaux, avec le soutien de la Fabrique des patrimoines, EPCC chargé de l’animation du réseau des 70 musées bas-normands. Une journée au lieu de quatre, 15 personnes au lieu de 40 à 80 participants, un investissement financier jugé nul, peu d’infrastructure technique.

CH8FIWMWIAAzHyf

Photo @lalieredhair

C’est le musée-Villa Montebello de Trouville qui a accueilli cette première édition le 20 juin 2015. Les équipes du musée ont pleinement contribué à l’évènement tandis qu’un partenariat avec Novimage procurait le matériel technologique (imprimantes 3D, Google Glass…). Après dix heures de réflexion, les projets sont variés: installer une cabine de bain mobile sur la plage pour promouvoir le musée, mettre en place une signalétique ludique qui mène à la villa et une application mobile de visite du musée.

artemix

Artemix, le petit frère breton

Le musée des Beaux-arts de Brest, en partenariat avec le service patrimoine de la ville, les Fabriques du Ponant et les Petits débrouillards, propose à sa communauté de détourner l’institution pour mieux se l’approprier. Prenant place dans le musée des Beaux-arts pendant les journées européennes du patrimoine, du vendredi 18 au dimanche 20 septembre 2015, l’événement souhaite réunir des équipes de 6 à 8 personnes. Le fablab les Fabriques du Ponant mettra à disposition du matériel plus technique pour concevoir un prototype pour le public du musée afin qu’il comprenne mieux une oeuvre, une idée ou un espace.

logo-gare-remix-GL_vf (1)hackmychurch_logo

Hack my church et Gare-remix, les cousins germains.

En dehors de l’univers des musées, Muséomix a inspiré Hack my church, un marathon de trois jours pour proposer des dispositifs innovants dans une église. Cet événement revendique ouvertement sa proximité et parenté avec Muséomix. Equipes pluridisciplinaires (et ouvertes à toutes les confessions), réflexion, quelques jours pour aboutir à un prototype…l’unique différence entre les deux processus est que les docteurs de la foi ont remplacé les spécialistes de l’histoire de l’art.  Les trois jours se sont tenus du 23 au 25 mai 2015 à Lyon avec l’appui d’une dizaine de partenaires. Sept projets sont nés, de la chapelle portative à l’application de prière en passant par la plateforme web d’échanges entre paroissiens.

17996126010_cfe2f8c0ee_z

Encore une fois à Lyon, c’est une gare qui a été remixée en avril 2015. La gare saint-Paul a accueilli les 150 participants de Gare-remix du 24 au 26 avril 2015 dans le but de la rendre « plus pratique, plus ludique, plus belle ou plus agréable… » L’événement est, cette fois dans un contexte plus large, le premier organisé par City remix, une initiative qui désire transposer la méthodologie de Museomix à tous les espaces publics d’une ville en partenariat avec le Grand Lyon. Gare-remix associait le Grand Lyon, la Ville de Lyon, la Région Rhône-Alpes, le Sytral et SNCF Gare&Connexions.

resize (1)

Avec ou sans le label Museomix, la démarche de l’hackaton muséal est plus que jamais nécessaire. Elle permet d’ouvrir le musée vers d’autres communautés et contribue également à transformer son management.

Sources: Clicmuse, a-brest, Hack my church, Gare-remix, City remix

Date de première publication: 09/09/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Walters Art Museum lance une api pour mieux diffuser ses collections numériques et organise son 2nd hackaton