Inspiré par Montréal, un Printemps Numérique s’est installé à Bruxelles du 22 au 24 mars 2019

Inspirée par Montréal qui parraine le projet, la première édition bruxelloise du Printemps numérique s’est déroulée du 22 au 24 mars 2019. L’événement, totalement gratuit et ouvert à tous, avait pour but de mettre en valeur les acteurs bruxellois investis dans le développement de la créativité numérique. Qu’elle soit académique, entrepreneuriale ou artistique, la création numérique a été célébrée au Kanal-Centre Pompidou et Hôtel de la Poste, sur le site de Tour & Taxi.

Créé à l’initiative du Ministre-Président bruxellois, en collaboration avec bedigital.brussels (CIRB, Hub et Innoviris), et en écho à la visite du Roi et la Reine des Belges au Québec, le premier week end consacré à la création numérique a réuni un public nombreux et enthousiaste composé de « Bruxellois et touristes, jeunes et moins jeunes, néophytes et connaisseurs ».

Cette initiative était largement soutenue par Montréal qui parraine le projet bruxellois et organise son propre festival Printemps Numérique depuis 2014.

Inspiré du Printemps Numérique de Montréal, cet événement a exploré la créativité digitale sous ses diverses facettes et proposé aux visiteurs des expositions, installations, conférences, mais aussi des ateliers interactifs comme apprendre à coder ou créer son propre jeu vidéo.

Ce week-end du 22, 23 et 24 mars 2019, le Kanal-Centre Pompidou et Hôtel de la Poste, sur le site de Tour & Taxi de Bruxelles ont donc accueilli la première édition du Printemps Numérique de Bruxelles.

Musique classique et IA

La soirée inaugurale a eu lieu le vendredi 22 mars 2019, à l’Hôtel de la Poste, sur le site de Tour & Taxi. Cette soirée a consisté en une performance mélangeant intelligence artificielle et musique classique. Plus de 40 musiciens du Brussels Philharmonic ont interprété plusieurs compositions générées par l’outil d’intelligence artificielle AIVA, inspirée de grands compositeurs classiques comme Beethoven, Stravinsky, John Williams ou Hans Zimmer, ainsi qu’une surprise spécialement préparée pour la soirée.

Le système de composition électronique de l’entreprise luxembourgeoise AIVA (Artificial Intelligence Virtual Artist), associé à l’événement, a « propulsé la technologie au service de la culture ». Pionnière de cette nouvelle industrie, AIVA a sorti en 2016 un premier album de musique symphonique fondé sur des algorithmes, baptisé « Genesis ».

A l’issue de ce concert d’un genre très particulier, que n’aurait pas renié Pierre Boulez, a succédé une séance de questions – réponses avec les musiciens et les techniciens à laquelle a pris part le public. Ce concert était gratuit sur inscription et s’est déroulé à guichets fermés.

Animations multiples au Kanal-Centre Pompidou

Le week-end s’est poursuivi au Kanal-Centre Pompidou, avec une série d’animations:

. les immersions en réalité virtuelle, qu’elles soient poétiques et militantes (“14.12.2017 : † Neutralité du Net aux États-Unis †”, cinématographique (“Cinéma VR”) ou encore de science-fiction (“UNLTD Experience VR Trinity”),

. l’installation holographique “Abscisse” produite par les Garages Numériques qui visualise l’évolution des ondes cérébrales de membres du public,

Dive in Music / DEMUTE. Le public est immergé à l’intérieur d’un concert sans musicien, équipé du 1er casque de réalité virtuelle audio pour « vivre une expérience de réalité augmentée sonore unique au monde où il peut vivre un concert, simplement avec ses oreilles et son imagination ».

. les ateliers d’initiation au code et à la programmation (“Be Code” et “The Coding Club”),

. focus sur la websérie de la RTBF  » La théorie du Y « . Composée de 11 épisodes de 6 à 7 minutes, cette websérie diffusée en 2017 sur RTBF Auvio, Facebook et YouTube à connu une large diffusion à travers le monde, comptant plus de 2.000.000 de vues. Elle a été primée à plusieurs reprises en Belgique et à l’international. La deuxième saison de la websérie est prévue à l’automne 2019,

. Projection du film Human Archives L’Année du Robot. Au croisement de l’art et de la science, L’année du robot traite de l’être humain et de son double artificiel, le robot. Telle une série d’archives détaillant les premiers contacts et dialogues entre un robot et des êtres humains, il étudie le phénomène de la dissonance cognitive, infime et mystérieux espace relationnel qui se déploie entre ces deux acteurs. Il fait intervenir des personnes âgées, parfois atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence et de jeunes adultes autistes ou souffrant de troubles neurologiques. Auteur Réalisateur : Yves Gellie Assistant collaborateur : Maxime Jacobs Producteurs : Alexandre Brachet et Camille Lacharmoise Avec le soutien de Malakoff Mederic Humanis et Zora Bot,

. Exposition Don’t Be Evil GLUON LABS EXPO. Au travers des œuvres de 6 artistes, l’exposition « Don’t Be Evil » aborde l’influence de l’intelligence artificielle (I.A.) sur notre société et sur nos expériences quotidiennes. L’I.A. trouve aujourd’hui des applications dans tous les secteurs. Demain, elle jouera un rôle dans des décisions sensibles, comme l’octroi de crédits bancaires, la pose de diagnostics médicaux et la conduite de voitures autonomes. Si l’I.A. fait rêver, elle pose également de nombreuses questions. Que faire face à l’impossibilité d’expliquer par quels raisonnements ces algorithmes prennent leurs décisions ?  Que dire face au pouvoir grandissant des entreprises multinationales à influencer notre vision du monde par la personnalisation de tout ce que nous voyons sur internet ? « Sans minimiser le potentiel réel de l’I.A. à créer un monde meilleur, ces œuvres lèvent une partie du voile sur le fonctionnement de cette technologie. Elles nous invitent à réfléchir à la confiance que nous plaçons dans ces algorithmes et à la manière dont nous voulons que se développe l’I.A. dans le futur »,

. et une Table ronde « Un monde digitalisé : pour le meilleur et pour le pire » (Samedi 23.03 de 16h à 18h). La digitalisation à outrance qui envahit notre quotidien. Smartphones, utilisation du web, réseaux sociaux, GPS, assistants domotiques sont désormais des partenaires voire des auxiliaires de nos vies. Les différents intervenants (Hughes Bersini, Ségolène Martin, Philippe Beaudouin, Nadine Khouzam, Alain Heureux, Léa Rogliano) tenteront de sensibiliser le public aux bénéfices et aux dérives de cette nouvelle donne, avant de lui donner la parole et d’échanger lors d’une séance de questions-réponses.

Ces activités variées ont permis au grand public de se familiariser avec les différentes technologies et créations numériques. 

Ouvert en 2018 dans les anciens bâtiments Citroën sur le quai des péniches, le musée d’art moderne et contemporain est une collaboration entre CIVA, le Centre Pompidou et la Fondation Kanal. Les locaux de près de 16.000 mètres carré constituent une surface exceptionnelle. Le bâtiment qui date des années 30 est classé. Les espaces intérieurs devraient subir des rénovations majeures à partir de juin 2019 et l’ouverture définitive est prévue en 2023.

Le parrainage de Montréal

Montréal est aujourd’hui présentée comme la capitale mondiale de la créativité numérique. Son expertise dans la création et le développement de jeux vidéo, d’effets visuels et d’intelligence artificielle est unanimement reconnue. La création de son Printemps Numérique s’est inscrite dans la dynamisation du secteur à travers toutes les initiatives pertinentes et concertées.

Qui pouvait donc être plus légitime que le Printemps Numérique de Montréal pour parrainer la première édition du Printemps Numérique à Bruxelles ?

« Au-delà du partage d’expériences qu’il va susciter, ce partenariat entre les deux Régions illustre également la richesse et la qualité des liens qui unissent nos deux pays » expliquent les organisateurs du Printemps Numérique de Bruxelles.

Le 15 mars 2019, l’édition 2019 du Printemps numérique de Montréal s’est ouverte sous le signe de l’IA. C’est au Centre Canadien d’Architecture que s’est donnée cette année la soirée d’ouverture du Printemps numérique à l’occasion de la dixième itération d’Intersections. Au programme, une conférence du professeur bruxellois Hugues Bersini sur l’intelligence artificielle.

Originellement consacré à la créativité numérique, l’événement a en effet décidé d’élargir son champ d’action à l’intelligence numérique dans son ensemble pour son édition 2019. 

Depuis 2014, le Printemps numérique accompagne les transformations numériques de Montréal sous la forme de spectacles, expositions, tables rondes, classes de maître et rencontres professionnelles organisées dans divers lieux de Montréal, du 21 mars au 21 juin. Si l’édition 2019 du Printemps numérique n’y fait pas exception, elle renouvelle cependant l’événement en introduisant une nouvelle perspective sur la thématique du numérique.

« La transformation numérique se fait à une vitesse incroyable. Nous suivons de près cette transformation en changeant aussi nos façons d’intervenir. Nous souhaitons en effet être créatifs dans notre manière d’aborder les choses. Nous sommes pour cela constamment en réflexion-action », commente Mehdi Benboubakeur, Directeur général du Printemps numérique de Montréal.

Dernière nouveauté de l’édition 2019 du Printemps numérique, le lancement de la semaine numérique de Montréal : MTL connect. « Cette idée est venue de notre expérience avec Intersections dont nous célébrons aujourd’hui la dixième itération », précise Mehdi Benboubakeur.

Du 25 mai au 2 juin 2019, Montréal accueillera donc une série d’événements en deux volets, un volet grand public et un volet professionnel. Concernant le volet professionnel, l’idée est d’aborder les transformations numériques lors de conférences, keynotes, panels de discussions, ateliers collaboratifs, zones technologiques, rencontres d’affaires et visites d’entreprises. Une thématique différente sera chaque jour abordée : santé, intelligence artificielle, transports, architecture et industrie culturelle.

La belle idée de Montréal de consacrer un festival à la création numérique, maintenant reprise par Bruxelles, pourrait trouver sa place en France et notamment à Paris !  

Plus d’infos : https://printempsnumerique.brussels/

Informations pratiques sur le Printemps Numérique de Bruxelles

Les 23 et 24 mars 2019

Au Kanal – Centre Pompidou (Quai des Péniches – 1000 Bruxelles)

Entrée gratuite

L’évènement sur Facebook

SOURCES: Printemps numérique de Bruxelles, Printemps numérique de Bruxelles

Photos: Printemps numérique de Bruxelles,

Date de première publication: 25/03/2019

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Mucem et Aix Marseille FrenchTech signent une convention pour soutenir l’industrie créative sur le territoire

A Tokyo et Paris, les 2 nouveaux lieux dédiés à l’art numérique ont franchi le cap du million de visiteurs et préparent leur expansion

La Saatchi Gallery de Londres propose une installation de réalité virtuelle multisensorielle et révolutionnaire

Le M + Museum de Hong Kong achète toutes les créations existantes et futures d’un collectif numérique

En octobre 2018, Christie’s New York va vendre aux enchères une première œuvre créée par un algorithme

Laisser un commentaire