Une installation numérique aléatoire proposant des portraits imaginaires créées par l’intelligence artificielle vendue chez Sotheby’s le 6 mars 2019

Illustration des derniers développements dans le domaine émergent de l’Intelligence Artificielle (AI) et de l’art, Sotheby’s a annoncé le 8 février 2019 qu’il offrira à ses clients une œuvre autonome et générée par l’Intelligence Artificielle jamais apparue sur le marché, dans le cadre de la vente aux enchères de la Journée de l’art contemporain à Londres le 6 mars 2019. Ce sera la seconde oeuvre AI vendue aux enchères.

Intitulée Memories of Passersby I, l’installation novatrice de Mario Klingemann comprend une console en bois qui héberge un « cerveau » d’ordinateur IA et deux écrans encadrés sur lesquels des portraits inquiétants de visages masculins et féminins imaginaires s’estompent hypnotiquement.

Comme l’explique Sotheby’s sur son site web: « exploit technologique remarquable, l’interminable flux d’images présentées ne suit pas une chorégraphie prédéfinie, mais résulte plutôt de l’interprétation par l’intelligence artificielle de sa propre sortie en temps réel; la machine contient tous les algorithmes qui lui permettent de générer une nouvelle combinaison de portraits, qui ne se répète jamais, tant qu’elle est en cours d’exécution ».

Les visages créés ont été influencés par des portraits des XVIIe au XIXe siècles, mais également des créations de Francis Bacon, ainsi que par le penchant de Mario Klingemann pour les œuvres surréalistes, notamment de Max Ernst.

Mario Klingemann décrit son oeuvre de cette manière: « Memories of Passersby I abrite une machine très puissante qui crée des peintures tandis que vous les regardez, ce qui est, je pense, assez magique. Les réseaux de neurones sont impliqués et vous pouvez dire qu’ils sont les pinceaux que j’ai appris à utiliser. La machine est dans un cycle où elle crée en permanence de nouveaux visages qui commencent à changer et à disparaître progressivement – elle s’observe et crée une boucle de rétroaction. Bien sûr, il m’est difficile de le laisser entrer dans le monde sans moi à ses côtés, mais je suis convaincu qu’il est prêt à continuer à créer de nouveaux portraits pour toujours, comme je l’avais toujours espéré. J’espère que lorsque les gens s’assoiront et regarderont passer ces visages éphémères, ils auront le même sentiment que moi ».

Marina Ruiz Colomer, spécialiste en art contemporain et responsable de la vente aux enchères de la journée d’art contemporain de Sotheby’s, a déclaré: « En cherchant à subvertir des processus de création plus traditionnels, le travail de Klingemann offre une opportunité vraiment incroyable de voir une intelligence artificielle penser en temps réel, alors que la machine crée de nouveaux portraits pixel par pixel. Offrir une technologie de pointe comme celle-ci, qui a le pouvoir de générer des portraits obsédants rappelant les maîtres précédents, est vraiment sans précédent. C’est la nature de l’art contemporain de repousser les limites – limites qui ont été et continueront d’être redéfinies depuis des siècles. Art AI est la dernière innovation gagner sa place dans les livres d’histoire de l’ art et le travail de Klingemann se dresse sur le précipice d’une nouvelle ère passionnante dans notre domaine. »

« Memories of Passersby 1 » sera mis aux enchères chez Sotheby’s à Londres le 6 mars 2019, pour une valeur estimée entre 30 000 et 40 000 £.

Reportage 1 du Daily Mail:

Explorer le ‘cerveau’ de l’intelligence artificielle 

Mario Klingemann explore depuis de nombreuses années le potentiel de ce qu’il appelle la «neurographie». Plusieurs de ses créations récentes ont été réalisées avec une technique appelée réseaux accusatifs génératifs (GAN), qui met en concurrence deux algorithmes.

Un des côtés de l’algorithme est le générateur, qui crée une nouvelle image à partir de photographies de portraits du XVIIe au XIXe siècles. De l’autre côté se trouve The Discriminator, qui tente de repérer la différence entre une image créée par l’homme et les images créées par le générateur. Le but est de tromper le discriminateur en lui faisant croire que les nouvelles images sont réelles. L’œuvre comporte trois éditions et deux épreuves d’artiste, mais chaque édition s’efforçant sans cesse de prévoir des portraits uniques, aucune ne sera jamais la même.

La synergie entre art et technologie exposée dans les travaux de Klingemann, qui est souvent considérée comme occupant des extrémités opposées du spectre, rappelle que l’art est inextricablement lié à la science et à la technologie depuis des siècles – peut-être même plus poignant à noter dans la période qui a précédé la 500ème anniversaire de la mort de Leonardo Da Vinci, maître de la Renaissance.

« Memories of Passersby I » présente ses propres interprétations du visage humain – des exemples générés par l’IA qui illustrent presque parfaitement la célèbre phrase d’André Breton: « La beauté sera convulsive ou ne sera pas du tout ».

Au sujet de Mario Klingemann

Récent lauréat du Prix Lumen pour l’art et la technologie, Mario Klingemann est considéré comme un pionnier dans le domaine des réseaux de neurones, de l’apprentissage sur ordinateur et de l’art de l’IA. L’artiste a travaillé avec des institutions prestigieuses telles que la British Library, l’Université de Cardiff et la bibliothèque publique de New York, et est artiste en résidence chez Google Arts and Culture. Ses œuvres ont été exposées au MoMA New York, au Metropolitan Museum of Art de New York, à la Photographers ‘Gallery London, au ZKM Karlsruhe et au Centre Pompidou Paris.

En mai 2019, le travail de Klingemann sera présenté dans la nouvelle exposition de The Barbican, « AI: More Than Human ». L’exposition cherche à raconter l’histoire de l’intelligence artificielle, qui se développe rapidement, avec une sélection de commandes d’artistes, de scientifiques et de chercheurs, et demandera: «Comment les hommes et les machines peuvent-ils travailler en collaboration?

Reportage 2 du Daily Mail:

Une seconde oeuvre AI vendue aux enchères

En octobre 2018, pour la première fois dans l’histoire de l’art, Christie’s mettait en vente un tableau « peint » par un programme d’intelligence artificielle. Le portait d’un personnage fictif, Edmond de Belamy, issu d’une série produite par le collectif français Obvious. Sa vente, le jeudi 25 octobre 2018 a été un grand succès : estimé 7000 dollars, il a été adjugé pour 432.500 dollars. Le nom de l’acheteur n’est pas encore connu.

C’est la première fois que l’œuvre d’un programme informatique intègre les salles de vente. Une opération qui a propulsé le collectif Obvious sur le devant de la scène.

Une symphonie de Schubert achevée par l’IA

Dans un autre domaine, le lundi 4 février 2019, l’entreprise chinoise Huawei a organisé un concert à Londres au cours duquel a été présentée une fin pour le moins déstabilisante de la symphonie inachevée de Schubert. L’oeuvre a été « finalisée » au moyen d’un logiciel d’apprentissage automatique (« machine learning »). Durant environ 9 mois, la machine a digéré 90 morceaux de Schubert et quelques autres de ceux qui ont influencé le compositeur viennois. Le logiciel a ensuite produit des passages qui ont été sélectionnés et orchestrés par le compositeur américain Lucas Cantor.

Extrait du concert du 4 février 2019:

Vente aux enchères de art contemporain de Sotheby’s du 6 mars 2019

SOURCES: Sotheby’s, artdaily.com

Photos: Sotheby’s

Date de première publication: 11/02/2019

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Met Museum, Microsoft et le MIT explorent l’impact et le potentiel de l’intelligence artificielle sur la connexion des publics mondiaux avec l’art

Dali Lives: le musée très audacieux de Floride utilise l’intelligence artificielle pour ressusciter l’artiste surréaliste

En octobre 2018, Christie’s New York va vendre aux enchères une première œuvre créée par un algorithme

Laisser un commentaire