Candice Chenu, Fondation Louis Vuitton: « La force de ce projet réside dans l’interaction humaine en temps réel, dans l’échange live »

Partager :

La Fondation Louis Vuitton a proposé du 3 décembre 2020 au 31 janvier 2021 des « Micro-visites LIVE » de l’exposition Cindy Sherman, pour maintenir le lien avec le public malgré la fermeture de la fondation. Un peu plus d’un mois après, le Clic France a interrogé Candice Chenu, responsable des Projets numériques de médiation culturelle et de la Privatisation à la Fondation Louis Vuitton, pour dresser un bilan de ces visites live et présenter les projets à venir, notamment autour de la prochaine exposition »La Collection Morozov, Icônes de l’Art moderne ».

LA GENESE

  • Pouvez-vous nous parler de la naissance du projet ?

Le projet de visite à distance commentée en direct est né dans le contexte de la crise sanitaire et est construit dans une perspective post-crise.

Les micro-visites LIVE Cindy Sherman ont été conçues comme un pilote en vue d’une réédition pour d’autres expositions ou parcours de visite et d’un élargissement à d’autres publics.

Nous pensons en effet que ce nouveau service peut s’adresser sur le long terme aux publics empêchés ou éloignés géographiquement mais aussi à notre public habituel en complément de visite, qu’il s’agisse de particuliers ou de groupes (scolaires ou autres).

Cette expérience pilote adressée aux particuliers nous a permis de recueillir de nombreux verbatim en ce sens et nous avons eu plusieurs demandes de visites de groupes préconstitués pour une offre qui n’existe pas encore pour ce public.

Dans le cadre du pilote, nous avons souhaité expérimenter l’utilisation de la technologie 360 afin de tenter de nous rapprocher au plus près d’une visite in-situ de la Fondation.

De même, toujours dans cette optique, nous sommes partis d’un format existant sur place : les micro-visites. Le but était de retranscrire la convivialité de celles-ci en mettant à chaque fois le médiateur culturel et l’humain au centre.

La technologie devait s’effacer pour favoriser l’échange avec le médiateur sur l’exposition et la possibilité pour le visiteur de regarder librement autour de la salle comme s’il était sur place.

  • Comment avez vous choisi la solution technique MyTourLive ? 

Sur une suggestion de notre partenaire Réciproque qui travaille sur un projet de recherche avec la start-up marseillaise My Tour Live, nous avons expérimenté la plateforme My Visit Live de My Tour Live. Constatant qu’elle répondait à nos contraintes et comprenant qu’elle serait progressivement améliorée, nous avons décidé de monter un pilote autour de Cindy Sherman avec cette plateforme.

Nous aimons expérimenter et nous le faisons régulièrement, notamment dans le cadre du FLV Lab que nous organisons chaque année pour réfléchir aux outils de médiation culturelle de demain en coconstruisant avec des étudiants en design, des start-up et notre public.

Ce pilote a été monté en une quinzaine de jours avec la participation active de toute la Direction des publics, le soutien de la Direction Générale et des autres Directions mais aussi le concours indispensable de médiateurs volontaires et motivés, que je remercie tous pour leur implication.

  • Quelles sont les spécificités principales de ce projet ? 

Il s’agit d’un projet collectif que nous avons eu plaisir à mener pour donner de la visibilité à une belle exposition qui n’était plus accessible physiquement.

Nous avons déjà plusieurs modules 360 au sein de notre application de visite mais c’est effectivement la première fois que nous combinons cette technologie avec du live. La force de ce projet réside dans l’interaction humaine en temps réel, dans l’échange LIVE. C’est cela qui inscrit ces visites dans le temps présent et donne l’impression d’y être.

LA COMMERCIALISATION

  • La visite est vendue 4 euros par personne. Cette monétisation vous permet-elle d’amortir vos couts ou l’objectif de la commercialisation était autre ?

La micro-visite LIVE était vendue 4 Euros en tarif plein et 2 Euros en tarif réduit.

Nous avons souhaité intégrer un prix de vente pour valoriser la chaine de valeurs culturelles mais aussi pour promouvoir l’engagement des participants. Il s’agissait de visites LIVE pour un nombre restreint de participants : une dizaine de connexions par session. L’expérience de groupe était donc importante pour l’interaction et nous voulions éviter des défections et la présence de personnes peu impliquées ou concentrées de bout en bout de l’expérience.

Nous avons toutefois tenu à ce que le tarif soit accessible dans un souci de démocratisation culturelle.

Cette décision repose donc principalement sur un objectif d’engagement.

Le tarif retenu est sensiblement inférieur à celui d’une visite réelle sur site : il reste clair pour nous que la Micro-Visite LIVE 360°, aussi réussie soit-elle, ne saurait se substituer à une visite sur site et à la rencontre réelle avec les œuvres.

LA FREQUENTATION ET L’APPRECIATION

  • Depuis le 2 décembre 2020, combien de personnes ont participé à l’expérience ? En combien de sessions ?

Entre le lancement de l’expérimentation (début décembre 2020) et la fin de l’expérimentation (fin janvier 2021) nous avons eu 805 billets vendus sur plus de 100 sessions au total.

Cette expérience a donc touché plus de 1000 personnes au final car derrière une connexion il peut y avoir plusieurs individus (comme c’est souvent le cas pour les familles notamment).

Toutefois notre objectif avec ce pilote n’était pas quantitatif mais qualitatif.

  • Quelle a été l’appréciation moyenne des participants ?

Les participants sont invités à noter la visite et à laisser des commentaires afin que nous puissions nous améliorer. Plus de la moitié le font. La note moyenne donnée par les participants est de 4,7 / 5 avec 75% des participants qui donnent la note maximale.

Je vous partage quelques exemples de verbatim :

  • D’où venaient les participants ? Etaient ils déjà des visiteurs de la fondation ?

Le dispositif est anonyme et nous ne savons donc pas précisément d’où viennent les visiteurs. Les médiatrices les sondaient cependant à ce sujet en début de visite, pour briser la glace.

La plupart des personnes qui répondaient oralement ou via le chat étaient déjà venues au moins une fois.

Les visiteurs qui indiquaient quant à eux ne jamais être venus auparavant nous confiaient souvent que la visite virtuelle leur avait donné envie de venir ou qu’ils aimeraient que le système se prolonge après la pandémie pour pouvoir profiter des expositions même hors de Paris ou à l’étranger.

Les commentaires laissés par les visiteurs semblent confirmer que nous avions à la fois des visiteurs de la Fondation et des visiteurs plus éloignés de Paris.

  • Parmi les 3 visites proposées, quelles sont celles visites qui ont eu le plus d’inscrits ? 

Nous avons souhaité tester 3 visites :

. Une visite générale de l’exposition Cindy Sherman

. Une visite thématique combinant la rétrospective Cindy Sherman et Crossing Views sous l’angle des clichés féminins

. Une visite Famille de l’exposition Cindy Sherman.

Celle qui a le mieux fonctionné est la visite générale de l’exposition Cindy Sherman. Cela fut sans surprise car nous nous en doutions mais c’était important pour nous de pouvoir tester les différents formats. Nous voulions aussi donner de la visibilité à Crossing Views et nous tenions à proposer une offre pour les familles.

LES COMPETENCES IMPLIQUEES DANS LE PROJET

  • Quelle a été l’implication de vos guides médiateurs ? Ont ils participé à la conception du projet ? 

Pour ce pilote nous avions initialement besoin de 6 médiateurs. La sélection des médiateurs s’est faite sur la base du volontariat et nous avons donc monté le projet avec 6 médiatrices motivées et ouvertes à la nouveauté.

Elles ont été impliquées dès la conception des parcours et le choix des œuvres et elles ont dû se former à un nouveau métier.

  • Vos médiatrices ont tourné elles-mêmes les vidéos 360 ?

Equipées d’une perche avec une caméra 360 c’est elles qui ont filmé les visites et insufflé le rythme. C’était important pour nous qu’elles soient au cœur du dispositif, puisque c’est elles qui ensuite posent leur voix sur le film en 360 pour le commenter en LIVE. Nous avons fait plusieurs sessions de formation et des répétitions afin qu’elles soient le plus à l’aise possible dans cette nouvelle aventure. Elles ont été rejointes par la suite par deux autres médiatrices.

Nous avons ainsi constitué une équipe de 8 guides formées et enthousiastes. Elles prennent plaisir à animer ces visites LIVE et les participants le ressentent. Le plaisir est contagieux.

  • Au sein de la fondation, quelles équipes ont été impliquées dans le projet ? 

C’est un projet Collectif et je tiens à préciser que toute la Direction des publics a été partie prenante du projet et a su relever ce nouveau défi en un temps record, que ce soit Joachim Monégier du Sorbier, Directeur des publics, Clélia Dehon, Responsable de la médiation culturelle, Romain Semeteys, Responsable des ventes et de la fidélisation, et Cécilia Mandrin qui me seconde sur les projets numériques de médiation.

De même nous avons été soutenus par notre Direction Générale et épaulés par les autres Directions dont en premier lieu la Direction de la communication, la Direction des Systèmes d’information et la Direction juridique afin de pouvoir proposer cette offre à nos visiteurs.

Nous avons tous pris plaisir à faire naitre et à contribuer au succès de ce projet. Une mobilisation salutaire pour un projet utile dans le contexte de la crise sanitaire.

LES DEVELOPPEMENTS ENVISAGES

  • Pourquoi ne pas avoir proposé une visite en anglais ?

Il s’agissait d’un prototype monté en 15 jours et nous voulions d’abord expérimenter le dispositif en français.

Aujourd’hui, nous pensons qu’une version en anglais serait utile notamment pour le public étranger qui ne pourra peut-être pas revoyager autant qu’avant ou en tout cas pas dans l’immédiat.

  • La durée de visite (30 minutes) n’était elle pas un peu courte et frustrante ?

Au début, lorsque nous espérions rouvrir, cela était moins le cas. Les visiteurs indiquaient que cela leur donnait envie de venir voir l’exposition sur place. Je vous partage un verbatim à titre d’exemple :

En revanche lorsque nous avons su que nous ne pourrions pas rouvrir l’exposition, cela est devenu un peu frustrant et les participants pouvaient avoir envie d’en voir et d’en savoir plus.

Lorsqu’il y a une appétence et des médiateurs enthousiastes qui vous embarquent, une visite à distance peut dépasser 30 minutes sans perdre de sa densité et de son pouvoir de captation, surtout si c’est la seule offre accessible.

  • Comptez vous renouveler l’expérience pour d’autres expositions ? Et notamment votre grande exposition de 2021 (ou pour visiter la fondation elle même) ?

Oui, nous comptons renouveler l’expérience avec a priori deux parcours de visite à distance à venir d’ici cet été.

Ces visites guidées porteraient sur :

. l’architecture du bâtiment incluant aussi les commandes artistiques qui font corps avec ce dernier. Il s’agira ainsi d’une visite à distance pérenne.

. et notre prochaine grande exposition, 2e volet de la manifestation « Icônes de l’Art moderne », après la Collection Chtchoukine en 2016/2017 : La Collection Morozov, Icônes de l’Art moderne.

  • Si oui , allez vous apporter des changements techniques ? ou éditoriaux ? de format ?

Plusieurs développements sont effectivement envisagés :

. Amélioration de la plateforme de diffusion

. Amélioration de la captation et mixité des techniques de captation

. Intégration de photographies HD en plus de la vidéo

. Utilisation de drones pour la visite architecturale

. Augmentation de la durée de visite à 1h

. Meilleure intégration de la plateforme dans le dispositif CRM de la Fondation

. Formation de davantage de médiateurs

. Visite disponible aussi en anglais

. Elargissement de l’offre aux groupes (scolaires, entreprises, champs social…)

La dimension humaine était au cœur du premier dispositif. Nous souhaitons la conserver tout en améliorant la qualité de l’image, en augmentant les types d’interaction et la durée mais aussi en élargissant le format vers d’autres publics dont les groupes préconstitués (scolaires, etc.).

LES AUTRES CHANTIERS A VENIR

  • Le confinement se prolongeant, travaillez vous sur d’autres offres numériques de médiation ?

Nous avions déjà étoffé notre offre numérique de médiation en 2020.

Les autres chantiers en cours pour le moment, en plus des visites live à distance, sont principalement :

la préparation des outils traditionnels pour notre future exposition La Collection Morozov, Icônes de l’Art moderne ;

la conception de 4 prototypes de live game en ligne dans le cadre d’un partenariat avec le Master en design et narration multimédia du DSAA de Boulogne (partenaire du FLV Lab). L’enjeu étant de permettre aux participants/testeurs d’appréhender autrement la Collection Morozov tout en mettant en lien les ponts avec la Collection Chtchoukine présentée précédemment.

Propos recueillis par mail entre le 1 et le 8 mars 2021

SOURCES: Fondation Louis Vuitton

PHOTOS: Fondation Louis Vuitton

PHOTO du carousel: Fondation Louis Vuitton

Date de première publication: /03/2021

La Fondation Louis Vuitton et MyTourLive sont membres du Clic France 

Partager :

Laisser un commentaire