A l’occasion du lancement de la version numérique de ses boîtes/exposition, le 12 avril 2017, le CLIC France revient sur ce projet et notamment sur ses contenus et sur son financement en donnant la parole à Julie Nio, Médiatrice culturelle et Gloria Jensen, Responsable développement et partenariats, au CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. 

Julie NioGloria JensenComment est né ce projet numérique ? Comment prolonge-t-il les boites créées dans les années 80 ? 

Julie Nio: Ce projet numérique, initié par Charlotte Laubard alors directrice du CAPC, est né de l’envie de marquer une nouvelle étape dans l’évolution des Boîtes/exposition, matériel utilisé par le musée depuis les années 1980. Nous faisons face à un vieillissement des supports présents dans les boîtes (cassettes audio, diapositives…) et il devenait nécessaire d’en proposer une version s’adaptant aux nouveaux outils présents dans le quotidien des élèves (tableau numérique interactif et tablettes).

Les Boîtes/exposition sont porteuses de concepts forts que nous tenions à conserver : un prêt gratuit et une utilisation dans les classes, une découverte de l’art contemporain au travers de thématiques transversales et une pluralité des supports de découverte.

Les boîtes CAPC perpétuent donc ces principes qui forgent une initiation à l’art contemporain alliant expérimentation et acquisition de connaissances tout en y intégrant les nouveaux enjeux liés au numérique, avec notamment une version dématérialisée de l’outil.

capc bordeaux

Les boites CAPC seront disponibles à quelle date ?

JN: Les boîtes CAPC seront disponibles à l’emprunt à partir du 12 avril et pour la version dématérialisée, les applications sont téléchargeables à partir de mai 2017.

. Pouvez-vous nous décrire plus précisément le contenu des tablettes numériques ? 

tabletteJN: Les tablettes numériques contiennent une application regroupant vingt-sept activités pédagogiques permettant une approche de la couleur au travers des œuvres de la collection du CAPC.

Chaque activité est associée à un objectif pédagogique lié à l’apprentissage de la couleur (nuances, tonalités, expressions etc.) L’ensemble des contenus pédagogiques a été élaboré par l’enseignante mise à disposition au musée par l’Éducation nationale et une Conseillère pédagogique en arts visuels.

Elles ont été pensées de manière ergonomique et interactive afin de constituer pour chacune une expérience sensible en lien avec l’œuvre qu’elles évoquent. Il est également important pour nous d’insister sur  la pertinence des réalisations sur tablette due aux multiples possibilités qu’offre ce support. Toutefois l’outil technologique n’est pas exclusif ! Certains des principes fondamentaux que nous souhaitions transmettre ne trouvaient pas – ou difficilement – leur place sur un support technologique, c’est pourquoi nous l’avons complété par des propositions d’ateliers plastiques.

Les boîtes CAPC, outil numérique éducatif sur l’art contemporain pour tous les élèves de France. from CAPC musée d’art contemporain on Vimeo.

. Qu’elles sont les prochaines étapes de ce projet numérique? 

JN: La prochaine étape est bien sûr la mise en circulation de cette première édition de l’outil, nous avons déjà réalisé un ensemble de tests avec des classes mais nous souhaitons pouvoir faire face à plusieurs cas de figure afin de penser au mieux la vie future des boîtes CAPC. L’objectif étant, à moyen terme, de pouvoir créer une collection explorant d’autres thématiques.

Vous avez parlé de dématérialisation totale, en quoi cela consiste t il exactement ?

JN: La dématérialisation totale de l’outil est une priorité pour nous dans la mesure où son emprunt au musée limite sa diffusion géographique. La version dématérialisée permettra son utilisation par un nombre beaucoup plus large d’enseignants et d’élèves.

Deux scénarios sont possibles concernant la version dématérialisée :

schema-classe

- l’enseignant est équipé de tablettes dans sa classe, il télécharge donc les applications et imprime la version dématérialisée de la marelle pour effectuer les activités pédagogiques et accéder aux contenus d’archives via la plateforme TNI hébergée sur internet.

dispositif_06- l’enseignant n’est pas équipé de tablettes, il peut tout de même avoir accès aux contenus d’archives, aux ressources et aux activités grâce à l’application TNI qui ne nécessite qu’une interface web.

. Avez-vous l’intention de développer votre projet à l’international, notamment grâce à cette dématérialisation ? 

JN: En effet, nous souhaitons que ce projet puisse voyager au delà de nos frontières. La structure administrative ainsi que la traduction des différents supports seront à mettre en place, mais il est déjà possible pour une école française à l’étranger de l’utiliser !

. Pouvez-vous adapter ce dispositif à un public plus âgé, aux classes supérieures (collèges, lycées)? 

JN: Les contenus scientifiques ainsi que les ressources d’archives peuvent déjà être exploités pour des élèves plus âgés, néanmoins si les élèves du second degré deviennent le public cible, les contenus pourront être repensés pour s’adapter aux objectifs pédagogiques de ces niveaux.

. Ce dispositif pourrait-il à terme être disponible à tout le monde et plus seulement aux enseignants ? Aux parents, au sein des familles par exemple ? 

JN: Pour l’instant nousBoites clic2 conservons le principe d’une utilisation dans le cadre scolaire car les activités sont pensées en lien avec les programmes scolaires. L’ouverture du dispositif au grand public nécessitera de repenser l’usage imaginé aujourd’hui dans le cadre d’une classe.

 . Quel est le budget des boites numériques ?

 Gloria Jensen: Le budget dédié à ce projet est de 270 000 euros. Ce budget a permis de développer une première édition de l’outil qui comprend : un parc de 13 tablettes, une application dédiée aux élèves, une application dédiée à l’enseignant, une application pour le tableau numérique interactif et un site internet. Budget qui inclut également les frais liés à la production des contenus et à la communication.

. Comment avez-vous financé ce projet ?

GJ: La boîte CAPC dédiée à la couleur a été soutenue par quatre partenaires, une fondation et trois entités publiques. Sans ces soutiens privés et publics, nous n’aurions pu développer un dispositif aussi complet et ambitieux.

La conception et la réalisation de ce premier outil numérique édité par le CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux auront pris 4 ans. La Fondation Daniel et Nina Carasso accompagne le développement du projet depuis son démarrage,  par la suite le Ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche  s’est engagé dans le projet dans le cadre de sa commission multimédia. La Drac Nouvelle-Aquitaine et enfin la Région Nouvelle-Aquitaine ont également apporté leur soutien dans le cadre du programme Aquitaine Cultures Connectées.

. Quel a été l’apport du ou des mécènes ?

capc 2GJ: La Fondation Daniel et Nina Carasso a été le premier et le principal soutien du projet des boîtes CAPC. Elle a permis d’initier le projet et de le financer à plus de 50 %.

En dehors du soutien financier, la Fondation Daniel et Nina Carasso  a permis de créer des liens entre les différents projets éducatifs numériques qu’elle soutient, notamment  ceux portés par le BAL et les Talents lyriques. Confrontés à des problématiques de développement similaires, liant innovation numérique et culture, les échanges entre les différentes structures ont été très utiles.

En outre, la Fondation Daniel et Nina Carasso a également sensibilisé le musée à la mesure d’impact. Elle nous a accompagnés dans la mise en place d’une mission avec HEC, questionnant l’usage des Boîtes/exposition et le futur usage des boîtes CAPC, notamment sur la question du numérique.

Enfin, l’engagement de la Fondation et la confiance accordée à ce projet, ont permis de convaincre d’autres partenaires de s’investir par la suite.

. Ces entreprises étaient-elles déjà des mécènes du CAPC ?

GJ: Les boîtes CAPC marquent la première collaboration entre le musée et la Fondation Daniel et Carasso. La Fondation s’est engagée dans le cadre d’un de ses axes d’intervention intitulé « Art citoyen », l’art pour comprendre, rapprocher et transmettre. Le CAPC a ainsi répondu à l’appel à projet « Favoriser l’accès à l’art pour tous ».

Historiquement, les boîtes CAPC CAPC 3découlent du projet originel des Boîtes/expositions. Réels outils d’éducation artistique qui connaissent un vif succès depuis leur création dans les années 1980. Leur pertinence éducative alliée aux nouvelles technologies du numérique ont convaincu les partenaires du projet.

Enfin, il n’y avait aucun outil numérique éducatif alliant des aspects pédagogiques et ludiques. Les applications existantes faisaient soit l’un, soit l’autre, mais ne parvenaient pas à lier les deux,  de surcroît dans le champ de l’art contemporain.

. Est-ce difficile de convaincre des mécènes sur des projets associant numérique et éducation ?

GJ: Les projets impliquant du mécénat croisé, c’est-à-dire touchant à plusieurs champs d’action (comme la culture, l’éducation et le numérique), ont davantage de chance d’être soutenus. Ils facilitent la rencontre et l’échange avec les mécènes.

Pour nous, le musée se définit comme une plateforme pour la connaissance. L’éducation et le numérique sont deux thématiques majeures d’où peuvent émerger de nombreux projets innovants. Pour l’ensemble des partenaires du projet au CAPC, ces deux thématiques relèvent d’un engagement capital : celui de donner accès à la connaissance et aux savoirs pour tous. De nombreuses structures, privées comme publiques, sont attachées à ces notions de transmission et d’éducation, facilitées par le biais du numérique.

Les mécènes sont attentifs à ces projets, associant numérique et éducation, d’autant plus s’ils sont pertinents et innovants. La co-construction avec des partenaires est alors tout à fait possible ! Les boîtes CAPC sont le fruit de ces échanges.

. Avez-vous déjà le projet de décliner le concept sur d’autres thèmes déjà traités par les boîtes ? si oui à quelle échéance ?

JN: Nous aimerions en effet réaliser une collection de boîtes CAPC autour de plusieurs thématiques inhérentes aux pratiques artistiques. Pour exemple, les Boîtes/exposition se déclinent en titres allant des gestes de peintres à la couleur violette ou à des monographies (Keith Haring, Richard Long etc.).

Notre ambition est de travailler au rythme d’une boîte réalisée tous les trois ans.

. Devrez vous chercher d’autres mécènes ou les mécènes existants sont prêts à poursuivre leur accompagnement ?

GJ: Les deux cas de figure sont envisagés. Suivant la thématique de la boîte, le nouveau projet imaginé, une recherche complémentaire de mécènes et de partenaires sera engagée.

Présentation du projet des boites sur le site web du CAPC. Un site dédié à ce projet à également été lancé.

Propos recueillis par mail le 31/03/2017 et le 06/04/2017

Photos: CAPC musée d’art Contemporain de Bordeaux

a-lire-sur-le-site-du-clic

Avec ses boîtes/exposition devenues numériques, le CAPC souhaite faire entrer l’art dans les classes

Jusqu’en septembre 2016, le public peut participer à la troisième opération « Ticket Mécène » du CAPC de Bordeaux

Volkswagen et le MoMA renforcent leur partenariat en matière d’éducation et de numérique

Muriel Rausch, Jeu de Paume : « nous souhaitons développer un projet numérique destiné au jeune public»

Cécile Oudeyer (Opéra National de Bordeaux): « Pour toucher les jeunes publics, c’est sur le mobile qu’il faut aller! »

Le public jeunesse au coeur des projets numériques de Paris Musées

45 participants à l’atelier 17 consacré aux « services et outils numériques pour le jeune public » (mardi 16 octobre 2012)