Dominique Tourte (Editions Invenit): « Avec le livre augmenté, nous cherchons à explorer de nouvelles modalités d’interactions texte/image »

Pari réussi pour les éditions Invenit: grâce à la générosité des internautes, le livre augmenté Dans l’atelier de Werther sera imprimé et diffusé dans les librairies. L’objectif de 8 000€ a même été dépassé, les dons dépassant les 12 000€, ce qui va permettre d’organiser une meilleure communication autour de la sortie du livre.

Dans l’atelier de Werther est avant tout un album papier de 63 pages, pour enfants de 10-12 ans, richement illustré de 29 reproductions couleur d’incunables et qui sera vendu au prix de 23€. Mais le livre est complété par une application iPad téléchargeable gratuitement. L’enfant lit l’album et, à la fin de chaque chapitre, prend sa tablette pour interagir avec le livre. Il va ainsi entrer dans l’atelier d’un imprimeur du XVe siècle, pour l’aider à fabriquer son premier livre…

0616a12c802ed838e07b1475f0efc9124473e6b0a40d591a18b962dbd577

L’application iPad comprend 6 jeux en complément de lecture et 12 interactions pédagogiques avec des reproductions d’incunables. Elle fait largement appel à la réalité augmentée pour reconstituer l’atelier de l’imprimeur. Elle sera disponible au téléchargement à partir du 2 novembre 2015.

5e7b2780aaea0be355b45fbfe70fe0

Vers 1460, la technique de l’imprimerie inventée par Gutenberg se développe en Europe. Les  incunables sont les premiers livres imprimés au XVe siècle. Richement ornés, ils sont des joyaux des collections des bibliothèques du Nord-Pas-de-Calais.

 Une initiative associant des partenaires de la région du Nord

C’est pour les mettre en valeur et pour les faire découvrir au jeune public que les éditions invenit ont décidé de créer Dans l’atelier de Werther à la demande du Centre Régional des Lettres et du Livre Nord-Pas de Calais et grâce au soutien du ministère de la Culture et de la Communication, de Pictanovo au travers du Fonds « Expériences interactives 2013 » et du laboratoire Gériico pour les tests en milieu scolaire.

ce6da7f7d5ac716792cc09774ac6fe

Après deux années de recherche, création et développement, Dans l’atelier de Werther est aujourd’hui un prototype qui a pu être testé auprès de nombreux collégiens et présenté dans plusieurs événements sur l’innovation numérique.

12 000 euros collectés sur Ulule

Les éditions Invenit ont décidé de l’apporter au grand public par le biais d’une campagne de financement participatif pour soutenir sa diffusion.

Vidéo d’appel aux dons Dans l’atelier de Werther

Lancée sur Ulule le 14 septembre 2015, la campagne de financement participatif Dans l’atelier de Werther a attiré en 42 jours 12 060€ de dons de la part de 143 contributeurs soit un don moyen de 84.3€ par personne. Les contreparties étaient principalement basées sur l’univers de l’imprimerie (carte postale, lettrine, affiche…) et à partir de 20€ le don se transformait en pré-achat du livre. Les donateurs ayant donné plus de 100€, au nombre de 29, seront invités à un événement spécial à la bibliothèque patrimoniale de Saint- Omer qui détient un des 49 exemplaires de la Bible de Gutenberg.

L’imprimeur Werther a bénéficié d’une page facebook pour mettre en avant son appel aux dons. Il postait régulièrement des informations sur le métier d’imprimeur au XVème siècle et sur les techniques utilisées, jusqu’à la fin de la campagne de financement le 25 octobre 2015.

QUESTIONS A….Dominique Tourte, fondateur et directeur des éditions invenit

. Pouvez-vous vous décrire en quelques lignes ? 

Dominique TourteVDN (1)J’ai une double licence Arts Plastiques et Histoire de l’art et je suis graphiste depuis 1991. Éditeur depuis 2008 sur une ligne éditoriale Art/Littérature/Patrimoine, je suis le fondateur/directeur de la société Invenit, spécialisée dans le domaine de la communication culturelle. Les éditions Invenit placent au cœur de leur travail le renouvellement de la relation texte/image. Depuis quelques temps, elles misent beaucoup sur les développements de la technologie du papier connecté et la démocratisation de son usage, que celle-ci soit considérée comme la possibilité d’apporter au lecteur traditionnel un complément de lecture sous forme « bonus » ou qu’elle donne lieu à des réalisations plus ambitieuses (type Werther) dans lesquelles l’interaction des deux média est plus forte.

En ce qui concerne mon propre rapport au numérique, et comme le dit l’expression populaire, « je ne suis pas tombé dedans quand j’étais petit » ! Simplement, amoureux du livre papier, de son histoire et de sa merveilleuse efficacité indépassable, je suis sensible à ce que son ouverture vers le numérique dans le cadre de ce que nous développons peut lui apporter.

INVENIT est entreprise lauréate de Louvre-Lens Vallée, pôle numérique culturel et une entreprise de La Plaine Image, Pôle d’excellence en créativité numérique & innovation.

. Comment est née cette idée d’album interactif ?

« Dans l’atelier de Werther » procède d’une sollicitation du Centre Régional des Lettres et du Livre Nord Pas de Calais (CRLL) qui, il y a bientôt 3 ans, se rapproche des éditions Invenit avec une demande assez particulière : inventer et créer un objet à destination des enfants qui servirait à la valorisation des formidables collections d’incunables conservées dans les bibliothèques publiques de la région.

Les éditions invenit, installées nouvellement sur le site de La Plaine Images à Tourcoing, entreprenaient alors leur transition numérique. Formidable opportunité de mettre en chantier une réalisation concrète. La candidature puis l’obtention de fonds complémentaires par le dispositif « Expériences interactives » de Pictanovo allaient donner une ambition au projet qui n’était pas prévue. C’est ainsi que ce projet fut développé et aboutit à ce livre augmenté, d’un genre complètement nouveau.

97a34e901eb03f3d73d287d3e476aa (1)

. Pourquoi une telle initiative ?

Invenit, par sa vocation à inventer, cherche depuis toujours à explorer de nouvelles modalités d’interactions texte/image. La collection ekphrasis, malgré une forme papier traditionnelle, témoigne déjà de cela. Notre attachement au livre dans sa forme historique n’exclue pas un profond intérêt pour les nouveaux médias ; une rencontre d’il y a deux ans avec Jean-Michel Flamant, de la société Idées-3com, spécialisée dans la réalité augmentée, m’a ouvert les yeux et élargit l’esprit sur les potentialités de la technologie papier connecté. Au stade où nous en sommes sur le projet Werther, celui d’un prototype quasi achevé et financé, il m’a semblé opportun de donner une chance commerciale à ce livre innovant.

Les livres augmentés déjà édités par les éditions Invenit s’inscrivent dans une logique de bonus numérique dont nous essayons de maîtriser le financement. Néanmoins, il est vrai que je me compare souvent à un « évangélisateur » qui prêcherait une parole d’innovation dans ce qui est encore aujourd’hui un désert. Ce désert il appartient beaucoup aux libraires qu’il le rende fertile en relayant la pertinence de nos dispositifs qui sont non contraignants. Je compte pour cela sur l’évolution des pratiques du public qui finira, je crois, par rendre évident l’interconnexion papier/digital. Le livre comme un objet connecté, au même titre que la montre ?

 . Quel est le principe de l’ealbum ? 

« Dans l’atelier de Werther » est une réalisation des éditions Invenit adressée aux enfants de 10/12 ans. Il s’agit d‘un dispositif hybride constitué d‘un album jeunesse papier accompagné d’une application IOS dédiée, téléchargeable gratuitement en complément du livre. L’application a été développée sous Unity et s’appuie sur la technologie de la reconnaissance d’image. La dimension ludo-pédagogique du projet lui confère une exploitation possible aussi bien à la maison qu’en classe.
 
. Pourquoi avoir choisi de recourir au crowdfunding ? 

Le développement de « Dans l’atelier de Werther » a été rendu possible grâce à un soutien de 30 000 euros par le Fonds Expériences Interactives de Pictanovo et  5 000 euros par le Centre Régional des Lettres et du Livre Nord Pas de Calais (CRLL).

Le budget global du projet a été estimé à 95 000 euros, la différence ayant été apportée en auto-investissement par Invenit (1/3) et Idées-3com (2/3), la société partenaire technique développement. Il n’était question à l’origine que de créer un prototype qui répondrait aux besoins du CRLL et des ses partenaires bibliothèques. La nécessité du crowdfunding s’est imposée lorsque le financement complémentaire pour passer à la phase finalisation et commercialisation en librairie du produit s’est avérée ne pouvoir s’inscrire dans aucun dispositif public de financement.

 36eb380fbc522bdc52fa9c3c660219

. Avez-vous été surpris par le succès ?

Oui, évidemment même si cette expérience a clairement fait apparaître la prédominance des contributions du 1er cercle (amis et partenaires). C’est bien sûr un succès mais qui repose sur un travail important de communication et l’engagement de quelques vrais mécènes. Nous avons obtenu une contribution moyenne de 85 euros, soit 45 euros de plus que la contribution moyenne Ulule.

. Comment avez-vous médiatiser cette collecte ? Comment Ulule vous a-t-elle aidé ?

Nous avons, mon équipe et moi, mobilisé plusieurs moyens de communication (Facebook, Twitter, Mail, support Ulule, Presse écrite et Web, Flyers).

Sur Facebook, par exemple, 4 pages ont servi de support d’information :

  • Dominique Tourte pour l’information plus personnelle au jour le jour
  • Editions invenit pour la vie du projet dans la maison d’édition
  • Evénement pour mobiliser et informer les participants
  • Werther, une page sur laquelle nous avons fait parler le maitre imprimeur du XVe siècle et avons apporté un contenu pédagogique et historique complémentaire

Le dashboard d’Ulule a fait apparaître une répartition des visites sur la page projet se découpant comme suit : 14 % Twitter, 38 % Facebook, 48 % autres

Ulule nous a régulièrement conseillé sur la stratégie a développer au fil de la campagne et l’adaptation nécessaire des messages en fonction des circonstances.

13d2e5f7e9d16321ffc5aae0608c7d

. Le premier objectif était de 8 000 euros. Que finançait ce premier niveau de collecte ?  

Les 8 000 euros recherchés correspondaient aux derniers réglages de l’application résultant des tests en milieu scolaire menés par le laboratoire Gériico de l’Université de Lille 3, à sa publication sur le store et au lancement de la fabrication du livre papier.

. Vous avez finalement récolté 12 060€. Qu’allez-vous faire de ce « supplément » de collecte ?

Avec ces 4 000 euros supplémentaires, nous commencerons à déployer un véritable plan marketing et communication pour diffuser le livre : achat d’annonces presses au sein de journaux spécialisés dans l’éducation, sensibilisation auprès des collégiens de la région, présentation dans des salons…

. Quelles sont les prochaines étapes du projet ? 

Pour l’album papier :

En novembre, nous réaliserons les dernières corrections et lancerons la fabrication du livre. A la mi décembre le livre devrait se trouver en librairie.

Pour l’application :

En novembre nous publierons l’application et répondrons aux exigences d’Apple qui ne manqueront pas de nous être signifiées. L’objectif étant que présence du livre en librairie et présence de l’appli sur le store soient concomitantes

 7afc8b8b532027e843ff8ed75c09c6

. Comment sera diffusé l’album, et à quel prix ?

L’album sera présent en librairie sur le territoire national grâce à une diffusion assurée par Les Belles Lettres. Son prix sera de 23 euros.

Cette édition existante, nous chercherons à sensibiliser l’Éducation Nationale pour une diffusion en milieu scolaire et également à sensibiliser des collectivités publiques pour une transposition du projet sur d’autres collections régionales d’incunables.

 . Pourquoi avoir décidé de commercialiser ce projet ?

Le désir de faire profiter à un large public une expérience éditoriale qui était quasiment financée ; pour affirmer un peu plus l’image des éditions Invenit comme productrices de livres augmentés. Et puis enfin, pour tester en situation concrète la réception de ce type de proposition.

. Vous avez lancé la collection « Récits d’objets » avec le musée des Confluences de Lyon. Quel bilan en tirez-vous ?

En novembre 2014, nous avons édité 4 titres sur 4 objets des collections (voir détail sur notre site internet : www.invenit-editions.fr). Le bilan commercial est assez mitigé. Les raisons en sont multiples, mais relèvent principalement du caractère transversal des livres : littérature/musée. Les libraires ne sachant pas toujours où placer les livres.
Quant au bonus numérique, les statistiques de téléchargement ont fait apparaître que 1/5e des lecteurs environ avaient téléchargé l’application.
Le modèle économique, l’application étant gratuite, repose sur l’économie traditionnelle de la vente des livres. Le musée des Confluences, de par son inscription très contemporaine dans le monde des musées cherche avec cette collection à la fois à construire un propos original sur les pièces de ses collections et se à donner une image innovante. Le musée est très attaché à cette collection “Récits d’objets” et souhaite en faire une collection pérenne.

. Le livre augmenté, solution à la crise économique du marché du livre ?

Alors ça, rien n’est moins sûr ! Le livre sous sa forme traditionnelle, nous le savons, revêt un caractère indépassable. C’est un objet parfait, mais aussi fermé. Nos propositions visent à « ouvrir » le livre. En tant qu’éditeur d’art, j’ai toujours rêvé, par exemple, pouvoir reproduire une sculpture en 3 dimensions, pouvoir offrir au lecteur autre chose que des photogrammes dans un livre consacré à la vidéo… nos propositions permettent cela.

 . Invenit a-t-il trouvé son modèle économique ? Le livre augmenté en fera-t-il partie ?

Invenit a un modèle économique qui repose sur l’articulation commandes publiques / productions maisons. Pour l’instant il est trop tôt pour savoir si le livre augmenté pourrait conforter cette économie. A ce stade du travail, il s’agit encore d’inventer, rechercher, tester des objets pour accompagner un mouvement de société.

 . Quels sont vos autres projets numériques en cours ?

Nous travaillons sur deux nouveaux titres augmentés à paraître en mars 2016 dans la collection « Récits d’objets » pour le musée des Confluences de Lyon. Nous allons également produire trois titres augmentés dans ma collection Ekphrasis autour de la rétrospective Modigliani du LaM à Villeneuve d’Ascq, a paraître en mars 2016

Propos recueillis par mail le 27/10/2015

SOURCES : Ulule, Editions Invenit

Date de première publication: 28/10/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le musée Guimet veut acquérir une armure de samouraï grâce aux internautes

Le Muséum de Toulouse lance sa campagne de crowdfunding « Tous pour Twiga » avec Culture Time

Campagnes de crowdfunding en 2015 dans les lieux de patrimoine historique, artistique et scientifique français : près de 300 000 euros collectés au 07/09/2015

Campagnes de crowdfunding en cours dans les lieux français de patrimoine historique, artistique et scientifique (au 07/09/2015)

Patrum, l’application de mécénat populaire des musées du Vatican suscite la polémique

Un petit don pour chacun, mais une collecte record pour la campagne de crowdfunding de la Smithsonian Institution

La Smithsonian Institution souhaite collecter 500 000 $ sur Kickstarter pour restaurer la combinaison de l’astronaute Neil Amstrong

La Royal Academy of Arts de Londres et Kickstarter espèrent collecter 100 000 £ pour financer une installation d’Ai Weiwei

111 111 dollars collectés sur Kickstarter pour financer la création du Musée d’Art Numérique de Zurich

Laisser un commentaire