Rine Rodin (SMK) : « nous avons renoncé à nos droits d’auteur sur plus de 25 000 œuvres 2D et nous passons maintenant aux sculptures 3D »

De 2016 à 2020, le National Gallery of Denmark SMK va consacrer beaucoup d’énergie à son projet SMK Open. Objectif: mettre sa collection, qui appartient à tout le monde, à la disposition de tous. Avec SMK Open, chacun aura la possibilité de se frayer un chemin dans le domaine de l’art en s’appuyant sur les vastes réserves d’objets et de connaissances de SMK. A l’occasion de la conférence Communicating the Museum, au Québec, en novembre 2016, le CLIC France s’est entretenu avec Rine Rodin, productrice numérique pour le musée.

13082543_10156807162130720_7779614830463755033_n

Quel est l’objectif du projet SMK Open ?

Dans des pays comme les Pays-Bas, les États-Unis et le Royaume-Uni, les grands musées ont depuis longtemps numérisé et partagé leurs collections librement avec tout le monde. Ils l’ont fait poRineRodin_picture-copyur accueillir les utilisateurs de la culture d’aujourd’hui et de demain ; utilisateurs qui ne se contentent plus d’être des spectateurs de la culture. Ils veulent s’impliquer activement et ils veulent utiliser la culture dans leur propre vie. Les leçons tirées des activités de ces musées sont claires : beaucoup plus de personnes visitent les collections lorsqu’elles peuvent activement sélectionner, réutiliser, remixer et partager les œuvres – y compris les personnes qui ne visiteraient pas autrement les musées.

En quoi consiste le projet ?

Le projet SMK Open est basé sur une vision qui consiste à rendre l’art accessible et pertinent pour beaucoup plus de gens. Ceci est fait en rendant les collections SMK disponibles comme une ressource en ligne et un outil que les gens peuvent apporter dans leur propre vie et utiliser sous leurs conditions.

La collection SMK comprend plus de 250 000 œuvres d’art, mais seulement 0,6% d’entre elles sont exposées dans les salles d’exposition du musée. Avec SMK Open les collections sont réalisées librement et instantanément sous forme numérique, comme une énorme boîte pleine de blocs de construction à utiliser exactement comme vous le souhaitez.

Combien d’oeuvres sont mises à disposition ? 

Au cours de la première phase du projet, quelque 40 000 œuvres seront rendues accessibles. Environ 21 000 d’entre elles seront disponibles sous forme de fichiers à haute résolution que n’importe qui peut utiliser pour n’importe quel usage – que ce soit par exemple pour les livres, le matériel pédagogique, les blogs en ligne, les articles Wikipedia, les productions cinématographiques et télévisuelles, pour décorer leurs salons, leur espace personnel etc. Tout est possible.

Dans le projet SMK Open, chaque œuvre numérisée recevra sa propre page numérique qui inclut non seulement son image, mais aussi des documents supplémentaires tels que des extraits de films, des articles, des pistes audio, des photographies radiographiques de l’œuvre et des informations sur les événements à venir ou expositions qui impliquent l’œuvre.

Quel usage le public peut il faire de ces images mises à sa disposition ? 

Toutes les œuvres sans droit d’auteur peuvent être utilisées par quiconque pour quelque raison que ce soit. Cela signifie que tous les Danois – en fait tout le monde sur la planète – sont libres d’accéder, de télécharger et d’utiliser ce trésor numérique de l’art. Les utilisateurs peuvent également ajouter leurs propres commentaires sur les œuvres, contribuer à l’information ou engager le personnel du musée dans des conversations sur l’art.

Nous encourageons également la réinterprétation de nops oeuvres par des artistes émergents ou confirmés. Vous pouvez découvrir de nombreux remix de nos chefs d’oeuvres sur notre blog.

(c) Bjarne Witthoff’s Google+ Account
(c) Bjarne Witthoff’s Google+ Account

Le 11 novembre 2016, vous avez lancé une nouvelle initiative ouverte, le SMK Digital Casts. Quel est le concept et les objectifs de ce projet ?

Dans le cadre d’un processus de numérisation complet, nous avons renoncé à nos droits d’auteur sur plus de 25 000 œuvres et nous passons maintenant à l’étape suivante en passant des photos 2D aux sculptures 3D.

Nous avons ainsi réalisé des scans 3D de sept sculptures de The Royal Cast Collection. Le projet a été présenté en réalité augmentée comme des fantômes numériques hantant le stade SMK, ce qui faisait partie du thème des événements SMK FRIDAYS « DEAD or ALIVE » (mort ou vivant). Nous voulions mettre à disposition les sculptures gratuitement et montrer comment nos utilisateurs peuvent interagir avec le contenu 3D.

En outre, nous avons également publié une image 3D d’un 7e plâtre: « Le buste Memnon d’Ethiopie ». Ce buste a été sélectionné, numérisé en 3D et publié en collaboration avec le Living Archives Research Project de l’Institutionen för Konst, Kultur och Kommunikation, Université de Malmö.

En ajoutant ce moulage, Living Archives attire l’attention sur le canon artistique eurocentrique qui a également façonné la Royal Cast Collection. Le buste blanc représentant un homme d’ascendance africaine met en évidence comment les moulages de plâtre reflètent une vision occidentale du monde.

smk memnon 3D

Désormais, tous ceux qui sont intéressés – tels que les écoles, les étudiants, les artistes et les designers – peuvent télécharger les héros, les déesses, les guerriers et les athlètes qui sont considérés comme des faits marquants de l’histoire de l’art occidental.

Les images 3D peuvent être utilisées pour tout, depuis le partage, le remix et la réutilisation créative jusqu’à l’animation et l’impression 3D. La 3D peut être utilisée dans le processus de conservation, dans l’éducation, la planification d’exposition et enfin et surtout les technologies 3D ont une capacité d’impliquer les visiteurs des musées de nouvelles façons où les sculptures deviennent tangibles.

JHS__2_of_2__DSC_9719 copie
(c) Jonas Heide Smith / SMK Photo

Vous avez lancé SMK Digital Cast avec 7 objets 3D, comment avez-vous choisi les œuvres d’art ?

Le conservateur Herik Holm, qui est responsable de The Royal Cast Collection, a choisi 6 des moulages basés sur le canon de l’art occidental. Le 7e moulage a été choisi par le projet de recherche Living Archive.

Vous encouragez la créativité autour de ces modèles 3D. Comment en faites-vous la promotion ? 

Les moulages numériques SMK sont partagés sur des sites web open source de 3D en téléchargement comme Sketchfab et TurboSquid et, bien entendu, vous pouvez télécharger les fichiers 3D sur notre site web.

Nous avons fait deux ateliers autour des 7 moulages à la Royal Cast Collection le 1er et le 2 décembre 2016, où nous avons invité les utilisateurs à travailler avec les moulages et à parler de leurs origines, de leur sens et de leur histoire. 

Avez-vous déjà reçu une belle réinterprétation créative?

Venus de MiloOui. Nous avons par exemple reçu une image sur twitter où un utilisateur a posté une Vénus de Milo imprimée en 3D en plastique vert. Nous attendons donc plus d’interprétations et encourageons nos utilisateurs à partager leurs œuvres.

Les images 3D ont été diffusées en lien avec SMK Fridays: Dead or Alive le 11 novembre avec, par exemple, un QR code qui permet de voir une animation de modèle de réalité augmentée.

Ce n’était pas un QR code, mais un marqueur. Il aurait pu être un objet mais nous voulions qu’il soit plat, afin que nos utilisateurs aient vraiment la sensation de quelque chose émergeant devant eux « comme des fantômes numériques ».

Vidéo: réinterprétation numérique de deux oeuvres de la collection SMK pour la soirée « Dead or Alive »

Avez-vous un mécène pour SMK Digital Cast ?

Oui, le projet est sponsorisé par Bikubenfonden et fait partie de SMK².

En quoi consiste SMK² ? 

SMK² propose une série d’expériences où la SMK collabore avec des artistes, des écrivains et d’autres professions.

Ensemble, nous imaginons des manières de collaborer avec la collection du Musée, nouvelles et originales, afin d’apporter aux visiteurs des expériences d’art surprenantes et alternatives.

Les précédentes activités SMK² incluaient des audioguides, des visites guidées performantes, des expositions spéciales et des guides avec des textes personnels pour accompagner diverses œuvres.

smk ombres 0e76586123

Depuis 2013, votre musée organise également des vendredis gratuits. Qu’offrez-vous pendant ces journées ?

SMK FRIDAYS a lieu le premier vendredi de chaque mois, de février à novembre. Le musée est animé d’une nouvelle façon et devient un événement social avec des spectacles, visites guidées d’art, conférences, vidéos, musique, nourriture de rue, etc. Les médias numériques sont impliqués dans différentes initiatives comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Cette initiative est-elle, elle aussi, financée par une fondation ?

Oui, SMK FRIDAYS est financée par Bikubenfonden.

20160826-dsc_7023_28651471964_o
(c) Jonas Heide Smith / SMK Foto

Sur votre site, vous montrez les coulisses du musée à travers des blogs et l’idée du « Visitez le conservateur ». Comment arrivez-vous à impliquer le personnel du musée dans ce travail de transparence ?

Tout le personnel du musée est impliqué dans ce travail de transparence grâce à un dialogue constant entre les départements.

ULK Art Labs est un  autre programme du musée. Pouvez-vous le décrire ?

ULK Art Labs constitue la communauté sociale et créative de SMK pour les jeunes âgés de 15 à 25 ans. Les « pilotes d’art » sont des bénévoles qui travaillent sur des projets en étroite collaboration avec le personnel du musée – avec une vision commune : l’art doit avoir un rapport avec les jeunes, et la créativité doit faire partie de leur vie quotidienne.

(c) Jamie Seaboch / EyeQ Innovations, Digital collage
(c) Jamie Seaboch / EyeQ Innovations, Digital collage

En formant une communauté, les ULK Art Labs forgent des relations inestimables à long terme entre le musée et les jeunes. Cela se fait par le biais de projets audacieux et expérimentaux réalisés au sein même du musée, en collaboration avec des éducateurs et interprètes d’art, des artistes, des conservateurs et des designers d’interaction – ainsi que par la collaboration avec des partenaires extérieurs au musée.

smk ULKBANNER

Les pilotes d’art s’efforcent de partager leur enthousiasme pour l’art et, en tant que bénévoles, ils s’intéressent à la façon dont le SMK et l’art peuvent jouer un rôle dans leur propre vie et dans celle d’autres jeunes. Nous partageons leur intérêt et leur curiosité. En retour, nous visons à donner quelque chose aux pilotes d’art sous la forme d’outils pour la gestion de projet, les activités d’apprentissage et d’interprétation et la communication.

La participation des usagers est un processus dynamique et démocratique où l’apprentissage se fait par le biais de négociations axées sur les processus, et parfois difficiles. Les processus collaboratifs et les connaissances qu’ils dévoilent nous montrent pourquoi les pilotes d’art et les jeunes utilisateurs peuvent aider à façonner le SMK en tant qu’espace multi-voix.

Vidéo de présentation du ULK Art Lab au SMK :

Quels sont les autres projets numériques de SMK ?

Wiki labs

Wiki labs est un atelier SMK où les historiens de l’art, les wikipédiens et les bénévoles rédigent et soumettent des articles sur des artistes, des œuvres d’art et des styles qui ne sont pas encore correctement décrits en ligne.

Europeana280

SMK a rejoint des institutions culturelles de 28 pays européens pour créer une collection d’art numérique unique, Europeana280, sur la plateforme culturelle numérique Europeana.

GIFT

GIFT est un nouveau projet de recherche financé par l’Union Européenne à l’Université IT de Copenhague (UIT). Son objectif est d’aider les musées à travers l’Europe à utiliser le potentiel de la technologie pour créer des expériences artistiques engageantes.

Comment partagez-vous vos initiatives numériques avec l’extérieur ?

SMK Open est un projet ouvert et accueillant dans tous les sens du terme, et nous souhaitons encourager les conversations et l’implication avec tous les nombreux utilisateurs et visiteurs du musée. 

Nous voulons que ce processus soit aussi transparent que possible, et c’est pourquoi nous vous offrons la possibilité de suivre notre évolution via un blog en anglais.

Nous avons également ouvert un groupe spécifique sur facebook SMK Open qui permet de suivre l’avancement du projet.

14502849_10153756929676640_1019583030992328727_n

L’histoire du numérique au SMK

Février 2001 : Le premier site SMK est lancé.

2008 : SMK reçoit une généreuse donation de la fondation Nordea, soutenant le projet de quatre ans SMK Digital .

2009 : SMK fait ses premiers pas vers le travail avec les collections ouvertes avec son projet « Fri Billeddeling » (Partage gratuit d’images), réalisé en coopération avec quatre autres musées d’art danois.

2012 : SMK publie 160 images numériques haute résolution des meilleurs éléments de ses collections et réalise une série de projets pilotes axés sur l’utilisation créative des œuvres.

2014 : SMK introduit une nouvelle politique de Domaine Public dans laquelle le musée renonce à tout droit pour la reproduction de ses œuvres sans droit d’auteur.

2015 : SMK lance collection.smk.dk, rendant ainsi 25 000 photos d’œuvres disponibles gratuitement en téléchargement.

2016 : Lancement de SMK Open.

Merci à l’agence Agenda pour la mise en relation avec Rine Rodin lors de conférence Communicating the Museum, au Québec, en novembre 2016. La 18ème édition de CTM se déroulera à Paris en juin 2017.

Photos : (c) National Gallery of Denmark SMK

Propos recueillis le 17 novembre 2016 et complété par mail le 02/01/2017

Date de première publication: 19/01/2017

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

 . La National Gallery of Denmark SMK reçoit un don de 1.6 millions d’euros pour lancer un vaste programme de diffusion libre de sa collection

Le Nationalmuseum de Suède « libère » 3 000 reproductions haute résolution de ses chefs d’oeuvres sur Wikimedia Commons

Plus de 164 000 images des oeuvres de la collection Rijksmuseum maintenant disponibles sur Google Arts

Le musée Albert Kahn offre ses « archives de la Planète » en open content sur la toile

42 000 oeuvres des musées d’angers désormais consultables sur le portail internet musees.angers.fr

Sur une nouvelle plateforme web, le musée Nicéphore Niépce met en ligne 20 000 photographies libres de droit

Ph.Rivière (Paris Musées): « Nous allons développer la personnalisation, la réalité virtuelle, l’open content, les visites scénarisées et le participatif »

Emmanuelle Delmas-Glass (Yale Center for British Art) « Si les musées ne choisissent pas l’Open Content, ils deviendront invisibles et inutiles »

Laisser un commentaire