Du 12 octobre au 7 décembre 2016, le Musée d’Aquitaine lance « Cultivons l’humanisme », une opération de financement participatif sur Culture Time afin de collecter des fonds qui serviront à la restauration du cénotaphe de Michel Eyquem de Montaigne, l’une des principales œuvres de ses collections. Sophie Fontan, chef de projet numérique et événementiel au Musée d’Aquitaine raconte la genèse et le montage de ce projet.

clic

Sculpté à la fin du XVIème siècle et classé au titre des monuments historiques depuis 1862, le cénotaphe de Montaigne a connu de nombreux déplacements et restaurations. Il présente aujourd’hui d’importantes altérations structurelles et une teinte jaunie sur sa surface de pierre. À l’occasion des trente ans du Musée d’Aquitaine, le cénotaphe va bénéficier d’une restauration complète.

En avril 2016, le restaurateur Jean Délivré a effectué un diagnostic de l’œuvre qui a permis d’évaluer le temps nécessaire pour les travaux de restauration à 40 jours.

clic

Selon ce diagnostic, les principales altérations affectant le monument sont antérieures à sa mise en place dans le musée (« mutilation » des doigts du gisant en 1803, incendie de la Chapelle des Feuillants en 1871, vol du lion dans les années 1980). Enfin, les restaurations pratiquées depuis le XIXème siècle sont également insatisfaisantes (raccords ou bouchages au plâtre blanc, traces de piquetage sur le heaume).

L’intervention sera accompagnée d’aménagements autour du cénotaphe (soclage, scénographie, mise en lumière), de publications et d’un dispositif multimédia.

Le coût total s’élèvera à 66 000€, financés en grande partie par la Ville de Bordeaux et par l’État, ainsi que par le mécénat de la Fondation BNP Paribas. Cependant, 18 000€ (soit 25% de ce coût total) sont encore à rassembler auprès du public. Le 12 octobre 2016, le Musée d’Aquitaine a lancé un appel au don sur la plateforme Culture Time avec le soutien de l’association des Amis du musée d’Aquitaine.

clic

Enfin, l’opération bénéficie également du soutien de la Team Montaigne, composée de cinq étudiants (Omar Mhamdi, Axel Gay, Gurval Merpault, Robin Cabanel et Agathe Boismorand). Pendant l’été 2016, ces jeunes se sont improvisés journalistes pour les interviews de spécialistes et sont partis à la recherche d’anecdotes pour retracer l’histoire du cénotaphe.

Avec l’aide du Musée d’Aquitaine, ils alimentent également le blog pourmontaigne.fr jusqu’à la fin de la campagne de crowdfunding, une tâche qui reviendra ensuite au musée en 2017.

Le CLIC France a posé 7 questions à Sophie Fontan, chef de projet numérique et évènementiel au Musée d’Aquitaine

clic. Est-ce la première fois que vous lancez une campagne de crowdfunding au Musée d’Aquitaine ou dans un autre musée de la Ville de Bordeaux ?

Cette campagne de crowdfunding est une première au Musée d’Aquitaine et pour un musée de la Ville de Bordeaux. Elle a pour objet la restauration du cénotaphe de Michel de Montaigne, monument emblématique de l’histoire et des collections de la ville.

Des souscriptions ont par ailleurs été menées à Bordeaux, à plus ou moins grande échelle. Au Musée d’Aquitaine, une souscription a par exemple été lancée en 2013, sous l’égide de l’Association des Amis du musée pour l’acquisition d’un portrait de Victor Louis, désormais exposé dans les salles du XVIIIème siècle.

Avec la campagne pour Montaigne, le musée s’inscrit dans cette tendance à l’économie collaborative et vise à la fois à sensibiliser et à mobiliser largement le public autour d’un projet de restauration. L’association des Amis du musée n’en reste pas moins un soutien fidèle, premier « cercle » d’amis concernés par cette opération, et surtout premier a en assurer la promotion.

. Pourquoi avez-vous choisi Culture Time comme plateforme de crowdfunding ?

Nous avons longuement étudié la question du choix de la plateforme. Toutes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Ce qui a fait la différence, et qui nous a séduit chez Culture Time, c’est sa vocation particulière à porter des projets culturels et d’intérêt général. Nous connaissons également Ulule qui jouit d’une belle notoriété, mais porteuse des projets les plus divers.

Le choix de Culture Time fut aussi le fruit d’une rencontre. Jérémy Fretin, responsable développement chez Culture Time, est venu nous rencontrer une première fois à Bordeaux à l’automne 2015. Nos chemins se sont à nouveau croisés en janvier 2016 à Paris. Culture Time a su nous convaincre de la pertinence du choix de leur plateforme, jeune et dynamique, tout en nous conseillant et nous accompagnant dans la phase de définition du projet, avant même que notre choix ne fût arrêté.

. Pourquoi avez-vous axé votre campagne de crowdfunding sur Montaigne ?

Nous n’avons pas axé notre campagne sur Montaigne : c’est le projet de restauration du monument de Montaigne qui nous a conduit à organiser une telle opération… et les hasards du calendrier !

Le projet de restauration naît en 2015. Au même moment, nous rencontrions Culture Time. Le musée faisant face à des budgets de plus en plus contraints, l’idée d’organiser une campagne de financement participatif pour restaurer le cénotaphe de Montaigne s’est imposée progressivement. En apprenant que la bibliothèque municipale de Bordeaux mettait à l’honneur Montaigne cet automne, il n’en fallut pas davantage pour se décider à lancer l’opération de crowdfunding !

Pour évaluer l’état de l’œuvre et le coût de la restauration, le musée a fait appel en avril dernier à l’expertise d’un restaurateur agréé, Jean Délivré. Les conclusions de son rapport estiment à 40 le nombre de jours de restauration, auxquels s’ajouteront les nécessaires travaux de mise en valeur du cénotaphe dans le musée, soit une opération s’élevant à 66 000€. Un budget loin d’être négligeable pour un musée de notre échelle.

Ainsi, pour le Musée d’Aquitaine, il ne s’agissait pas d’expérimenter un projet de financement participatif, mais bel et bien de trouver comment financer la restauration et la mise en valeur de ce monument.

. Pourquoi avez-vous choisi le cénotaphe de Montaigne comme objet de la restauration ?

Cela fait plusieurs années que l’équipe de conservation envisage la restauration du monument de Montaigne sans pouvoir la mettre en œuvre. Avec la possibilité offerte par le crowdfunding, le musée va peut-être enfin restaurer ce monument. Cette restauration n’a pas de caractère d’urgence, mais s’avère nécessaire.

Le cénotaphe ne présente pas de fragilité structurelle qui pourrait le mettre en péril. Néanmoins, à y regarder de plus près, il est très empoussiéré et encrassé. La pierre est jaunie et noircie à plusieurs endroits. De multiples interventions pour combler des lacunes ou refaire les joints ont été réalisées avec des mastics, du plâtre ou du mortier de couleurs différentes qui nuisent aujourd’hui à la lisibilité du monument.

Une fois restauré et débarrassé de ces éléments « parasites »,  la nécessité de cette intervention apparaîtra certainement d’autant plus évidente aux yeux du public. Enfin, le cénotaphe, par la représentation même de l’homme de lettres et de l’humaniste qu’était Montaigne, se prête peut-être plus qu’une autre œuvre à une opération faisant appel à la générosité du public : il ne s’agit pas que de l’objet, il s’agit aussi de la pensée de Montaigne.

. Votre objectif est de collecter 18 000 €, soit 25% du coût de l’opération. Comment sera financé le reste ?

Sur les 66 000€ de budget prévu, notre objectif de collecte ne s’élève qu’à 18 000€ car la majeure partie du projet de restauration et de mise en valeur sera financé par la Ville de Bordeaux, l’État et un important mécénat de la Fondation BNP Paribas. C’est une collecte qui nous souhaitions « raisonnable », mais pour une opération qui nous tient très à cœur.

Si par chance nous dépassions cet objectif, nous pourrions espérer refaire tout ou partie de la salle dédiée à Montaigne et à la Renaissance !

. Comment est née l’association avec les cinq étudiants de la Team Montaigne ?

La Team Montaigne est le fruit d’un partenariat de longue date avec le Lycée Montaigne de Bordeaux et d’échanges réguliers avec le proviseur et certains professeurs des classes préparatoires de ce lycée. Notre projet a été présenté aux étudiants et anciens élèves de ces classes, et la « Team Montaigne«  s’est ainsi constituée sur la base du volontariat.

Ces cinq étudiants qui nous accompagnent dans cette aventure sont particulièrement impliqués : ils animent le blog pourmontaigne.fr et sont de vrais ambassadeurs du projet auprès de la jeunesse.

. Est-ce sous leur influence que vous avez adopté un ton décalé dans l’écriture du site internet et les visuels de promotion ?

La Team apporte bien sûr une note de fraîcheur à cette campagne, mais le ton décalé et le parti pris visuel ont été proposés par Médiacrossing, une agence de communication digitale de la métropole bordelaise. Talentueuse et également très impliquée, l’équipe de Médiacrossing nous a apporté, sous la forme de mécénat de compétences, toute son expertise en matière de communication numérique, en tenant bien compte des conseils prodigués par Culture Time tout au long du montage de projet.

Le résultat se veut moderne et efficace. Il ne s’agit pas de désacraliser Montaigne, mais plutôt de s’adresser à un large public, parfois non initié, pour qui Montaigne et l’histoire de son monument vont être une découverte ou une redécouverte. Ce projet de restauration devient alors le prétexte à porter les valeurs d’humanisme transmis par Montaigne, donc ensemble, « cultivons l’humanisme » !

Source : Musée d’Aquitaine, www.pourmontaigne.fr

Photos : www.pourmontaigne.fr

Date de première publication : 12/10/2016

Propos recueillis par mail le 12/10/2016

Les musées de la ville de Bordeaux sont membres du CLIC France et Culture Time en est membre associé.

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Avec l’application Quantum Arcana, le musée d’Aquitaine veut continuer de « s’adapter à l’ère numérique et aux jeunes générations »

Le Musée d’Aquitaine de Bordeaux met le cap sur le numérique !