En mars 2014, le Musée Jacquemart-André a déployé la technologie de géolocalisation iBeacon dans 6 de ses salles. Objectif : tester cette nouvelle technologie, en évaluer l’impact sur l’expérience de visites avant d’en étendre l’utilisation dans d’autres salles ou dans d’autres lieux gérés par Culturespaces. Julia Da Costa, Chargée des projets web et nouveaux médias explique le pourquoi de cette expérimentation, ses premiers résultats et ses extensions possibles.

(c) Culturespaces C. Recoura

(c) Culturespaces C. Recoura

Pourquoi avez-vous choisi de tester la technologie iBeacon ?

Culturespaces travaille avec la société smArtapps depuis de nombreuses années maintenant. Lorsque Frédéric Durand est venu me voir avec ce projet de géolocalisation indoor et m’a proposé un test in-situ au sein du Musée Jacquemart-André, nous avons tout de suite accepté car il est clair que cette technologie répond à une problématique réelle, à savoir une meilleure accessibilité à l’information pour le visiteur dans un espace muséal lorsque la géolocalisation classique (par GPS) est impossible.

Nous étions également ravis d’être le premier musée français à tester une technologie encore jamais utilisée en France.

Combien de bornes ont été installées pour couvrir combien de salles ?

Nous avons débuté l’expérimentation il y a 2 mois environ. Nous avons installé 8 bornes dans 6 salles du musée : une dans les salles les plus petites (salon des tapisseries, cabinet de travail, fumoir et bibliothèque) et deux pour couvrir les salles les plus grandes (grand salon, salon de musique). Elles ont ensuite été paramétrées pour détecter le plus finement possible les utilisateurs.

rsz_p1160523 (2)rsz_p1160517 (2)

Est-ce une technologie complexe à déployer pour l’institution ? 

Cette technologie est très simple à intégrer dans un espace muséal. Les bornes ne font pas plus de 5 centimètres et peuvent être dissimulées derrière un rideau, un panneau, une porte… Pas besoin d’une installation lourde, elles sont collées très facilement une fois l’endroit le plus approprié trouvé.

rsz_p1160510 (2)Quels usages/services peuvent être apportés par cette technologie (pour le visiteur) ?

Cette technologie apportera aux visiteurs un confort de visite non négligeable. Il deviendra beaucoup plus facile de se repérer en temps réel dans l’espace muséal, et par exemple, de visualiser les pièces déjà visitées et celles restant à voir. Pas besoin de rechercher les points d’intérêt, ils se présentent à vous lorsque vous passez devant.

Cette technologie peut-elle également faciliter le travail de gestion de l’institution ? 

Oui, pour l’institution muséale, il sera également  intéressant, grâce aux « statistiques » de chacune des bornes, de voir dans quelles pièces les utilisateurs restent le plus longtemps, devant quelles œuvres ils s’attardent, les salles qu’ils ne visitent pas, s’il empruntent un chemin de visite différent et ainsi retravailler, si besoin est, notre parcours muséographique.

Quels sont vos premiers retours ?

Très positifs pour moment, le système fonctionne bien. Le test est concluant.    

Envisagez-vous de déployer le service sur l’ensemble du musée ? D’intégrer la fonction géolocalisation dans l’application téléchargeable par le public ?

Pour le moment il s’agit d’un test. Nous ne nous sommes pas encore décidés sur la possibilité de proposer cette nouvelle fonctionnalité à nos visiteurs, essentiellement pour une question de budget mais également à cause de la clarté des espaces. En effet, le Musée Jacquemart-André n’est pas démesuré et nous nous posons encore la question de la nécessité de la géolocalisation indoor dans un lieu où les différents POI sont clairement identifiables. Cependant nous sommes en discussion avec smArtapps pour intégrer la fonction dans l’application téléchargeable pour mener jusqu’au bout cette phase de test.

rsz_p1160532 (2)

Pourriez-vous déployer les bornes iBeacon dans d’autres lieux gérés par Culturespaces ?

Oui, d’autres sites que nous avons en gestion mériteraient un déploiement de ce système : la Cité de l’Automobile de Mulhouse par exemple. Les espaces sont assez simples mais il est finalement compliqué de retrouver les points d’intérêt proposés dans l’application. Dans un lieu comme celui-ci, la géolocalisation indoor prend tout son sens. Nous y réfléchissons pour l’année 2015.    

Interview réalisée par mail le 5 et 6 mai 2014.

Date de première publication: 9/05/2014

A LIRE SUR LE SITE DU CLIC:

Localisation in-door: la technologie iBeacon déploie ses ailes dans le monde de la culture

Avec les technologies NFC et iBeacon, le Groninger Museum veut rendre unique l’expérience du visiteur

Les visiteurs de la Maison de Rubens à Anvers guidés par la technologie iBeacon

L’application mobile de l’exposition Paris 1900 inclut la technologie coréenne de localisation TAPIR