Un jumeau numérique du David de Michel-Ange star du pavillon Italien de l’Expo Dubai 2021

Un groupe d’architectes et d’ingénieurs italiens va créer un jumeau numérique de la statue géante de Michel-Ange, David, destinée au pavillon italien de l’Expo 2021 de Dubaï. Ce projet, soutenu par la Galleria dell’Accademia, vise à mettre en valeur les avantages de l’utilisation de l’impression 3D dans l’art. La statue sera la première réplique autorisée par le musée après que Cecile Hollberg, directrice de l’Accademia, ait remporté une bataille pour le droit d’auteur en 2017. 

Situé dans la Galleria dell’Accademia de Florence, le David de Michel-Ange a été créé entre 1501 et 1504,la sculpture en marbre mesure 5.2 m de hauteur et 2 m de large et pèse 5 660 kg.

L’équipe du pavillon Italien à l’Expo 2021 de Dubaï combinera photogrammétrie et scan laser pour créer une réplique grandeur nature de la statue. La statue sera la pièce maîtresse du pavillon, « installée comme si elle reliait la terre et le ciel »

Un an avant l’ouverture de la foire, initialement prévue en octobre 2020 mais reportée à octobre 2021 en raison de la pandémie de coronavirus, l’équipe a annoncé le projet, lors d’une conférence de presse à Florence, le 3 octobre 2020.

« La Renaissance, les excellences technologiques, le patrimoine culturel et le patrimoine numérique: le musée d’art Galleria dell’Accademia de Florence, sous l’égide du ministère italien du Patrimoine culturel et du tourisme et du Commissariat à la participation de l’Italie à l’Expo 2020 Dubaï, guidera le projet de reproduction high-tech le plus innovant du chef-d’œuvre de Michel-Ange dans une opération mêlant mémoire historique et présent axé sur l’innovation » annonce le pavillon Italien sur son site web.

« Le sens de cette opération est de faire découvrir aux visiteurs d’Expo Dubaï les compétences pluridisciplinaires liées à la culture numérique, liées à la digitalisation et à l’intelligence collective rendue possible grâce à la réutilisation des informations. Un effort conjoint multidisciplinaire et inclusif. Le projet vise à exposer la fusion entre l’industrie 4.0 et la beauté de l’art historique » a déclaré Paolo Glisenti, commissaire général de la section Italie pour l’Expo Dubai 2020.

« Nous, en tant que musée d’art Galleria dell’Accademia à Florence, sommes heureux de participer, sous l’égide du Commissariat italien à l’Expo 2020 Dubaï, à un projet aussi innovant, le premier à reproduire le David de Michel-Ange avec une technologie extrêmement avancée. Icône de beauté et de perfection, la figure du David incarnera non seulement l’art italien, mais portera également un important message positif de renaissance, d’espoir et de courage » explique la directrice de l’Accademia, Cecilie Hollberg.

Logo "La beauté connecte les gens" pour le pavillon de l'Italie pour l'Expo 2021 de Dubaï. Image via la caméra Alessandro.
Bannière «La beauté connecte les gens» pour le pavillon de l’Italie de l’Expo Dubaï 2021. Image: italyexpo2020.it
« Le pavillon italien se veut un «théâtre de la mémoire» » a déclaré Davide Rampello, commissaire de l’exposition. « Avoir un jumeau numérique d’une statue historique qui représente l’apogée de la beauté et de l’héritage de l’art, permet de prolonger ces valeurs dans le temps. Comme la réplique sera la seule copie autorisée du David en circulation, si quelque chose devait arriver à l’original, cette réplique serait un remplacement valide. De plus, avoir une machine reproduisant le David par opposition à un sculpteur signifie que la copie sera toujours fidèle aux compétences de Michel-Ange car elles sont capturées avec précision par le scan numérique, plutôt que imitées manuellement ».

  • Associer technologie numérique et artisanat 

L’initiative implique l’expertise d’architectes et d’ingénieurs de l’Université de Florence et est supervisée par le bureau du commissaire italien pour l’Expo 2020 Dubaï. La réplique sera créée en scannant la statue originale et en utilisant ces données pour reproduire une copie imprimée en 3D.

La reproduction du David est divisée en trois phases qui fusionnent des compétences technologiques et artisanales. Un grand trépied sera utilisé pour effectuer les scan 3D et la photogrammétrie et ainsi créer une copie numérique complète du David. L’équipe devra ensuite reconstruire physiquement la statue.

« Nous utiliserons une imprimante, sans doute la plus grande du monde, qui nous permettra de fragmenter le moins possible, afin d’éviter les problèmes liés au collage des pièces, qui entraîneraient une réplique déformée », a expliqué Grazia Tucci de l’Université de Florence lors de la conférence de presse. Les matériaux, plastique durable ou résines, n’ont pas encore été choisis.

Afin de mettre en valeur et de préserver l’esthétique de la statue, des artisans et des ingénieurs finaliseront manuellement la réplique.

L’ensemble du «making-of» de la statue sera capté en vidéo et présenté aux visiteurs de l’expo de Dubaï. La réplique sera placée au centre du pavillon et traversera plusieurs niveaux afin que les visiteurs puissent la voir de différents angles et à différentes hauteurs.

  • Seule copie autorisée

Le David imprimé en 3-D pour l’Expo sera le seul exemplaire que le musée a autorisé depuis que Cecilie Hollberg a remporté une bataille pour le droit d’auteur sur la statue en 2014 puis en 2017.

En 2014, la directrice de l’Accademia avait obtenu d’un fabricant d’arme américain et d’un producteur de pates italien le retrait de leur publicité illustré par le David, en arguant d’un « droit moral » sur l’œuvre. En 2017, un tribunal civil Italien a ordonné à une agence de voyage de retirer de ses campagnes marketing les images de la statue utilisées pour vendre des billets d’entrée au musée au tarif « VIP » de 45 euros contre 9 euros au guichet du musée. Les juges ont demandé à Visit Today de supprimer les images en raison d’une violation du droit d’auteur, et a affirmé que « c’était le droit de l’institution qui détient l’œuvre d’autoriser la reproduction d’images uniquement sur demande et moyennant le paiement d’une redevance convenue ». En revanche, le jugement ne précisait pas savoir si la décision pouvait s’appliquer à tous les objets et souvenirs représentant David et vendus dans la ville.

D’ailleurs, cette décision n’a pas empêché la prolifération des statues en plastique, magnets pour réfrigérateur, tabliers de cuisine et T-shirts colorés dans les boutiques de souvenirs florentines.

  • 32 statues de David dans le monde

En complément des 2 répliques du David, à Florence, devant le Palazzo della Signoria et sur la Piazzale Michelangelo, il existe environ 32 statues de David dans différentes villes du monde, comme par exemple celle du V&A Museum de Londres, depuis 1857 ou de l’avenue du Prado à Marseille. La statue et ses répliques disposent d’ailleurs d’une page dédiée sur Wikipédia qui localise ces copies dans des endroits improbables, comme l’entrée principale de l’hôtel de ville de Montevideo, en Uruguay, un parc communautaire du Queensland, en Australie, et le centre – ville de Sioux Falls, Dakota du Sud.

Réplique du David au V&A Museum (c) V&A Museum

En outre, depuis la naissance du numérique, de nombreuses autres versions sont apparues.

Numérisation de la statue de David par l’équipe de l’Université de Stanford. Photo: Université de Stanford.

En 1997, dans le but de faire progresser la technologie de la numérisation 3D, l’Université de Stanford et l’Université de Washington ont produit une réplique numérisée de l’ensemble de David.

En 2017, Ridley Scott a également répliqué le David, pour son film « Alien: Covenant ». C’est la copie du V&A qui a été scannée.

La base des données numériques de la statue sera remise à l’Accademia, et pourrait s’avérer très utile si quelque chose survenait à l’original.

La reproduction devrait revenir en Italie une fois l’exposition terminée, mais sa destination, n’a pas encore été révélée.

SOURCES: Galleria dell’Accademia, accademia.org, italyexpo2020.it, NY Times, Wikipedia

PHOTOS: Galleria dell’Accademia, accademia.org, wikimedia commons

Date de première publication: 21/10/2020

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

1 700 modèles 3D d’objets du patrimoine culturel et scientifique désormais disponibles en Open Access sur la plateforme Sketchfab

Neues Museum de Berlin: les scans 3D du buste de Nefertiti sont maintenant disponibles en ligne, après 3 années de bataille juridique

Le musée municipal de Lierre (Belgique) présente une copie grandeur réelle d’un squelette de Mammouth imprimé en 3D

La Tate souhaite numériser, reproduire en 3D et commercialiser certains chefs d’oeuvres de sa collection de peintures

La galerie des Offices et l’Université d’Indiana dévoilent la première série d’oeuvres numérisées en 3D sur un site web dédié

S Toussaint (Musée Arles Antique) : « Les captations 3D ont été rapidement envisagées pour des raisons scientifiques et de diffusion »

Laisser un commentaire