Jean-Yves Greuet, Directeur adjoint du projet de la Cité de l’économie et de la monnaie, répond aux questions du CLIC et nous présente en exclusivité cette future institution culturelle.

Quel est le concept de la Cité de l’économie et de la monnaie ? Est ce un musée ?  

L’appellation choisie de « Cité de l’économie et de la monnaie » pointe le fait qu’il ne s’agit pas d’un musée patrimonial, mais d’une présentation pédagogique et ludique sur l’économie, la monnaie, et leurs liens avec la finance. Le terme de « Cité » renvoie à un projet citoyen : il est essentiel d’améliorer les connaissances économiques des jeunes et du grand public.
La présentation des concepts économiques se fera par la mise en place de jeux de rôles et de situations immersives dans lesquelles le visiteur pourra se mettre à la place des différents acteurs de l’économie, prendre des décisions et en analyser les conséquences.

L’organisation de conférences-débats, d’ateliers pédagogiques, la mise en place d’une bibliothèque (spécialisée dans la pédagogie de l’économie) renvoient aussi à l’idée d’un espace citoyen.

Existe t il un équivalent dans le Monde ?

Il existe des équivalents de musées économiques et monétaires dans plusieurs musées de banques centrales européennes. Outre-Atlantique, Le Muséo Interactivo de Economia (MIDE) de la banque centrale du Mexique a ouvert en 2007 et présente les concepts économiques de manière similaire. 

La Cité aura-t-elle une collection ? Sera-t-elle un lieu d’exposition temporaire ?

Seuls 20% des éléments d’exposition seront purement numismatiques, les 80% restants proposant une explication des concepts et notions économiques clés par des dispositifs multimédias. Les collections numismatiques exposées seront celles de la Banque de France et celles prêtées par nos partenaires tels que la Bibliothèque nationale de France. La Cité de l’économie et de la monnaie comportera également un lieu destiné aux expositions temporaires, où les thèmes traités seront multiples.

Quand est née cette idée ?

L’idée du projet est née en 2008, afin de répondre à un besoin maintes fois exprimé par nos concitoyens souhaitant approfondir leurs connaissances économiques, d’autant plus dans le contexte de la crise économique. Le projet a muri et une conférence de presse s’est tenue en mai 2011 à l’Hôtel Gaillard à Paris, lieu qui accueillera la future Cité de l’économie et de la monnaie. Le projet y a été présenté officiellement par Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France.

Quand ouvrira la Cité ? Par quelle exposition ?

L’ouverture de la Cité de l’économie et de la monnaie n’est pas prévue avant fin 2014. Les visiteurs pourront alors profiter de l’exposition permanente pour approfondir leurs connaissances des concepts économiques. Plusieurs pistes sont encore en cours d’étude pour l’exposition temporaire qui suivra l’inauguration.

Vous vous installez dans un lieu lié à l’histoire bancaire française. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’Hôtel Gaillard ?

L’Hôtel Gaillard est un bâtiment néo-Renaissance qui se situe sur la Plaine Monceau (Paris, 17e arrondissement), construit à la demande d’Émile Gaillard, à la fin du 19e siècle. Banquier grenoblois, il était également un collectionneur d’art passionné par la période du Moyen Age et de la Renaissance. Il demanda à l’architecte Jules-Victor Février de lui construire un hôtel particulier, pastiche des Châteaux de la Loire, pour abriter sa collection d’art. L’Hôtel Gaillard est ainsi inspiré des châteaux de Gien et de Blois.

Après la mort d’Emile Gaillard, le bâtiment à été racheté par la Banque de France en 1919, qui en fit l’une de ses succursales. Des travaux de réaménagement ont alors été entrepris par l’architecte Alphonse Defrasse, notamment la construction d’un hall destiné à l’accueil du public, surplombé d’une charpente métallique, ainsi qu’une salle des coffres entourée de douves, accessible par un pont-mobile. Classé monument historique en 1999, la succursale a ensuite été fermée en 2006, suite au plan de fermeture de la moitié des succursales de la Banque de France.

Quelles sont les principales innovations du projet architectural retenu ?

Le projet architectural et muséographique retenu a été choisi car il respecte l’histoire du bâtiment, tout en insérant une nouvelle dimension contemporaine. L’équipe lauréate – Ateliers Lion pour l’architecture, F. Confino pour la muséographie, E. Pallot comme architecte en chef des monuments historiques –  va insuffler la « troisième vie » de l ’Hôtel Gaillard (après la période Février, et la période Defrasse), sans nuire à l’architecture du bâtiment, classé monument historique. Il s’agira de marier une architecture ancienne revisitée et une muséographie très moderne. Il s’agit pour l’essentiel de mettre en évidence et de sublimer, à l’intérieur du bâtiment, la césure entre l’Hôtel Gaillard du 19e siècle et la construction Banque de France du 20e siècle.

Sur quelle surface sera implantée la Cité ?

La Cité de l’économie et de la monnaie sera implantée sur une superficie d’environ 4000 m², dont 2400 m² seront dédiés à l’exposition permanente et 440 m² aux expositions temporaires.

Comment la Banque de France peut-elle devenir gestionnaire de musée. Ne sont-ils pas deux métiers très différents ?

Les deux métiers ne sont pas incompatibles. De nombreuses banques centrales en Europe et dans le monde ont développé leurs propres musées ; parmi nos voisins nous pouvons citer par exemple le Musée de la Banque Nationale de Belgique ou le Musée de la Banque centrale d’Allemagne.

L’équipe qui gèrera la Cité comprendra (comme d’ailleurs l’équipe projet actuelle) des experts et des professionnels du secteur muséal.

Vous avez déjà lancé un site web de préfiguration teasing. On y trouve déjà des contenus enrichis (visites virtuelles, vidéos et animations interactives) et pédagogiques. Ce sera l’esprit de cette Cité ?

En effet, le site web de la Cité se veut à l’image du projet. Lancé en mai 2011, il propose, à côté d’informations sur le projet architectural et le suivi du chantier à destination des professionnels et des riverains, des ressources pédagogiques variées (vidéos, jeux, frise chronologique, bibliographies, etc.), à destination des professeurs, des élèves, et du grand public. Il insiste sur la pédagogie de l’économie, tout comme la Cité de l’économie et de la monnaie, qui, une fois ouverte aura pour mission de faciliter le décryptage des principaux concepts et notions économiques.

Comment ce site web se développera t il d’ici l’ouverture de la Cité ?

Il s’agit d’un site web projet. Il est donc amené à évoluer d’ici l’ouverture de la Cité de l’économie et de la monnaie. Il est régulièrement mis à jour avec la publication de contenus en lien avec l’activité de la Cité (conférences, événements), la mise en ligne de ressources pédagogiques variées (par exemple, la mise en ligne d’une frise chronologique multimédias, réalisée par l’équipe projet de la Cité, présentant 10000 ans d’histoire économique et monétaire).

Le site évoluera jusqu’au lancement d’un site internet dédié à la Cité elle-même, qui sera le miroir du musée physique et aura vocation, comme tout site de musée,  à proposer aux visiteurs et aux professeurs de préparer ou d’approfondir leur visite.

Quel sera la place / le rôle du numérique dans la médiation et l’accueil du public au sein de la cité ?

Le rôle du numérique dans la médiation et l’accueil du public sera primordial. Plusieurs dispositifs multimédias sont actuellement étudiés, afin de choisir ceux permettant une meilleure implication du public dans la visite. Pour expliquer des concepts difficiles, des outils numériques permettront aux visiteurs de pouvoir s’approprier le contenu et de prendre part activement à la visite.

Travaillez-vous déjà sur des dispositifs numériques in-situ (bornes, tables multitouch …) ?

Effectivement, nous étudions actuellement toutes ces options. Il y aura de grands dispositifs dans certains grands espaces, ainsi que des dispositifs plus réduits en périphérie. Certains s’adresseront à un seul visiteur, d’autres à des groupes.

Comment envisagez-vous les outils de médiation mobile ? proposerez-vous des audioguides mis à disposition ou miserez vous surtout sur des contenus et applications téléchargeables sur les outils des visiteurs ?

Nous sommes conscients de la place accrue que prennent les outils de médiation mobiles dans la visite. Nous sommes actuellement en train de penser des moyens de médiation innovants et complémentaires, pouvant être utilisés par tous types de publics.

Quel est l’objet de l’accord conclu récemment avec la BNF et précédemment avec UniverScience ?

La Banque de France a signé un accord avec Universcience en juillet 2010, qui porte sur la muséographie de la future Cité de l’économie et de la monnaie. Début janvier 2012, la Banque de France et la Bibliothèque nationale de France ont également signé un accord de coopération, relatif notamment aux collections numismatiques exposées dans la future Cité.

Vous n’êtes pas encore sur les réseaux sociaux. Quand allez-vous commencer à créer une communauté ?  

Plusieurs projets sont en cours pour préparer notre arrivée sur les réseaux sociaux. En attendant, quelques tweets sont émis depuis le Twitter de la Banque de France lorsque des événements de la Cité le justifient : conférence de presse, publication de notre frise chronologique sur les grands événements de l’économie et de la monnaie depuis 10 000 ans.

Comment est organisé le numérique au sein du projet de la Cité ? quelle équipe ? quelle organisation ? Quels prestataires ou partenaires ?

La dimension numérique est portée par, d’une part, les muséographes et les prestataires multimédias (Studio K) de l’équipe Lion/Confino et, d’autre part, notre webmaster et le prestataire web (Mosquito).

Interview finalisée le 12 février 2012.

Retrouvez le site internet de la cité de l’économie et de la monnaie

Une visite en avant première des locaux de la future Cité de l’économie et de la monnaie est organisée par le CLIC France le jeudi 8 mars. Visite réservée aux membres du CLIC France. Inscription obligatoire: