Le Kunsthaus Zürich numérise sa riche collection Dada afin de la mettre en ligne dès 2016

Le Kunsthaus Zürich possède environ 700 documents historiques et œuvres d’art Dada: peintures, sculptures, photographies, travaux sur papier, lettres, notes, livres, revues, annonces, affiches et manuscrits. À l’occasion du centenaire de Dada en 2016, tous les documents et travaux sur papier vont être numérisés et en partie restaurés, puis rendus accessibles au public du monde entier. L’annonce en a été faite par le musée le 27 novembre 2015.

Numérisation d’un collage (1919) de Hans Arp Photo: Kunsthaus Zürich Œuvre © 2015 ProLitteris, Zurich
Numérisation d’un collage (1919) de Hans Arp Photo: Kunsthaus Zürich Œuvre © 2015 ProLitteris, Zurich

La plus grande collection Dada à côté de New York, Paris et Berlin

Le Kunsthaus Zürich possède l’une des plus riches collections Dada au monde. Après les expositions Dada de 1966 et 1980, le travail de recherche et de collecte mené assidûment au Kunsthaus Zürich a atteint un sommet en 1994 avec l’exposition «Dada global». Le riche catalogue d’exposition et de la collection publié à cette occasion par Raimund Meyer rend compte de manière exhaustive des fonds qui existaient alors. Depuis, la «Collection dadaïsme» du Kunsthaus a continué de s’agrandir.

Les dessins et les gravures de la collection graphique (quelque 180 œuvres), les publications et les documents dadaïstes de la bibliothèque (540 titres) représentent les deux domaines les plus vastes.

«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
Hans Arp, Max Ernst et Tristan Tzara Carte postale adressée à Paul Eluard, 1921 Kunsthaus Zürich, © 2015 ProLitteris, Zurich / succession Tristan Tzara
Hans Arp, Max Ernst et Tristan Tzara Carte postale adressée à Paul Eluard, 1921 Kunsthaus Zürich, © 2015 ProLitteris, Zurich / succession Tristan Tzara

En outre, la bibliothèque acquiert systématiquement la littérature scientifique sur le dadaïsme. Les publications originales et les documents du mouvement historique Dada mais aussi les travaux de recherche sur le dadaïsme sont tous répertoriés dans le catalogue en ligne de la bibliothèque (opac.kunsthaus.ch). À l’avenir, les travaux sur papier de la collection graphique seront eux aussi publiés en ligne.

Plus de 50 artistes

Au total, le Kunsthaus conserve des œuvres et des témoignages de plus de 50 artistes, qui forment le noyau dur du mouvement Dada: Hans (Jean) Arp, Johannes Baader, Johannes Baargeld, Erwin Blumenfeld, I.K. Bonset (Theo Van Doesburg), André Breton, Serge Charchoune, Paul Citroen, Jean Crotti, Marcel Duchamp, Paul Eluard, Max Ernst, Julius Evola, George Grosz, Raoul Hausmann, John Heartfield, Hannah Höch, Richard Huelsenbeck, Marcel Janco, Francis Picabia, Man Ray, Georges Ribemont-Dessaignes, Hans Richter, Christian Schad, Kurt Schwitters, Walter Serner, Marcel Słodki, Philippe Soupault, Sophie Taeuber, Tristan Tzara, et bien d’autres encore.

Faire connaître, promouvoir la recherche, conserver

Ce projet de numérisation, dans lequel le département de restauration et la bibliothèque se sont fortement impliqués, est dirigé par la curatrice Cathérine Hug avec l’aide de Raimund Meyer, spécialiste de Dada.

Plusieurs raisons motivent cette numérisation.

Le dadaïsme suscitant un grand intérêt dans le monde entier, œuvres et documents sont souvent prêtés à des musées suisses et étrangers pour y être exposés. Mais comme le papier était souvent de très mauvaise qualité au début du 20ème siècle et surtout pendant la Première Guerre mondiale, beaucoup d’originaux sont fragiles et se sont détériorés. Leur manipulation doit par conséquent être limitée. Dans certains cas critiques, ces originaux irremplaçables ne peuvent supporter aucune manipulation supplémentaire.

Pour promouvoir la recherche au niveau international, sans avoir à les déplacer ni à les exposer à la lumière qui pourrait les endommager, ces originaux vulnérables de plusieurs pages ne vont pas seulement être numérisés par leur couverture comme il est généralement d’usage, mais reproduits in extenso.

Ce projet de numérisation va d’autre part permettre à l’équipe du musée d’actualiser les constats d’état, d’en tirer de nouveaux enseignements et de lancer les interventions conservatoires nécessaires.

Se concentrer sur l’essentiel

Le dadaïsme historique a à peine duré une décennie. Mais les artistes dits «dadaïstes» ont produit bien au-delà de la période 1916-1925 – le plus souvent sous d’autres étiquettes – et ils ont vécu jusque dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Toutefois, pour ne pas perdre de vue le cœur du dadaïsme, l’équipe du Kunsthaus qui entoure Cathérine Hug et Raimund Meyer, l’expert référent pour ce projet, a fixé des limites temporelles.

Le projet de numérisation concerne donc l’ensemble des documents originaux – travaux sur papier, manuscrits, photographies vintage, autographes et tapuscrits – ayant vu le jour entre 1916 et 1950 ainsi que les livres et les catalogues d’expositions publiés depuis la naissance du mouvement jusqu’à 1950 environ. Pour ce qui est des revues, la période couverte s’étend aussi jusqu’à environ 1950. Les réimpressions et la littérature critique n’entrent pas dans le projet de numérisation et de restauration. Il est également planifié d’entièrement numériser les fonds de dessins et de gravures du musée, des précurseurs du dadaïsme des années 1910 jusqu’à ses ramifications dans les années 1950.

La restauratrice Jean Rosston en train d’enlever le cadre d’une œuvre Photo: Kunsthaus Zürich
La restauratrice Jean Rosston en train d’enlever le cadre d’une œuvre Photo: Kunsthaus Zürich

Ampleur de la numérisation et forme de la présentation

Tous les écrits sont entièrement scannés, jaquette, dos et verso des livres compris. Un seul document contient parfois plusieurs dizaines voire plusieurs centaines de pages. Pour éviter d’avoir à procéder à une nouvelle numérisation des originaux dans un proche avenir, les originaux sont sauvegardés en format TIFF avec une haute résolution (400 dpi), après toutes les corrections de couleurs et de luminosité nécessaires pour garantir une fidélité maximale à l’original.

De nombreux textes permettent, via l’OCR (optical character recognition), d’effectuer facilement des recherches de texte et d’ajouter des commentaires manuellement.

La mise en œuvre de la numérisation a été faite par la Bibliothèque Centrale (Zentralbibliothek) de Zurich.

Présentation sur internet et dans des expositions

À partir du 5 février 2016, les premiers résultats du projet seront présentés sur un microsite du Kunsthaus. Une deuxième volée suivra le 3 juin.

Chaque illustration est assortie d’un texte d’accompagnement. De nombreux renvois permettent de saisir les rapports entre les artistes, leurs œuvres et les lieux où le dadaïsme a trouvé une audience. On peut d’ores et déjà consulter à l’adresse www.kunsthaus.ch la documentation relative à la restauration, où Jean Rosston décrit les défis auxquels sont confrontés les restaurateurs.

Une partie des originaux restaurés seront présentés dans le cadre de deux expositions conçues par la curatrice Cathérine Hug et qui se tiendront pendant l’année du centenaire: «Dadaglobe Reconstructed» (du 5 février au 1er mai 2016) et «Francis Picabia – Une rétrospective» (3 juin – 25 septembre 2016). Après leur première à Zurich, ces deux expositions seront présentées au Museum of Modern Art de New York.

Ce projet a pu être réalisé grâce au soutien de la Fondation Ernst Göhner, d’Helvetia Assurances et de l’Office fédéral de la culture OFC.

Cette initiative Suisse a établi des liens avec d’autres projets similaires dans le Monde, et notamment ceux de la bibliothèque de l’Université de l’Iowa et de Princeton.

Archives Internationales Dada de la bibliothèque de l’Université de l’Iowa 

Fondée en 1979 dans le cadre du Centre de recherche et d’Archives Dada, les Archives internationales Dada est une plateforme de ressources scientifiques pour l’étude du mouvement Dada. La plateforme a rassemblé une collection complète de documents et archives relatifs au mouvement Dada. La collection des Archives international Dada est composé d’œuvres de et sur ​​les dadaïstes, incluant des livres, des articles, des collections de manuscrits microfilmés, des enregistrements vidéo, des enregistrements sonores, et des ressources en ligne. L’accès principal à l’ensemble de la collection se fait à travers d’une bibliographie internationale en ligne, un catalogue recensant environ 60.000 documents. Cette collection est conservée dans divers départements de l’Université de l’Iowa, sa Bibliothèque et son centre d’art. La plateforme Dada Bibliothèque numérique fournit des liens vers des images numérisées de publications Dada de l’époque du mouvement, et notamment un grand nombre des principaux périodiques du mouvement Dada à Zurich, Berlin, Paris, et ailleurs, ainsi que des livres, des catalogues d’exposition, et des fiches sur les participants du mouvement Dada.

SOURCE: Kunsthaus Zürich, lib.uiowa.edu

Date de première publication: 30/11/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Musée Abraham Lincoln met en ligne la collection numérisée d’un journal de campagne édité par le 16ème Président Américain

La Schirn Kunsthalle de Francfort lance un nouveau site web particulièrement innovant

Deux mécènes apportent 3.4 M de $ à la Bibliothèque numérique publique d’Amérique pour connecter les collections des 50 états américains

Les musées du York mettent en libre accès plus de 160 000 oeuvres de leurs collections

Laisser un commentaire