A la fin de l’année 2016, la Région Occitanie a lancé un projet de visite en réalité virtuelle dédiée au site archéologique de Javols / Anderitum. Développé en collaboration avec l’entreprise Art Graphique & Patrimoine, et testé durant les JEP de septembre 2017, ce dispositif offrira une expérience inédite de voyage dans le passé afin de (re)découvrir ce lieu historique.

En attendant son lancement au printemps 2018, Nathalie Lalande et Hugo le Charpentier, respectivement Chargée de mission archéologie, Direction de la Culture et du Patrimoine et  Chef de projet SIG, Direction des Systèmes d’Information à la Région Occitanie nous présentent ce dispositif, ses objectifs et sa démarche participative de développement.

Clic-separateur-EVENEMENT-CLIC-575x261

Le dispositif de visite de Javols a été présenté en avant-première lors de la conférence sur le thème «Médiation numérique du patrimoine en 2018» organisée par le CLIC France et Art Graphique & Patrimoine dans le cadre du Salon International du Patrimoine Culturel

©AGP

©AGP

20171110_113410. Comment décrire le site de Javols ?

Situé en Lozère, le site archéologique de Javols/Anderitum, capitale antique du Gévaudan, était une étape de la voie qui reliait Lugdunum (Lyon) à Burdigala (Bordeaux) et a joué aux Ier et IIe siècles de notre ère un rôle politique, administratif, économique, judiciaire, religieux et culturel.

Le site qui occupe une surface de près de 40 hectares est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 25 Juillet 1991. La Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée est propriétaire d’une des principales parcelles du site.

. Quel est la genèse de ce dispositif de médiation ?

Depuis 2014, la collectivité régionale coordonne un projet partenarial de mise en valeur sur le site archéologique par le biais d’aménagements paysagers et d’un parcours permanent agrémenté de supports didactiques. Souhaitant étoffer et redynamiser ce programme de valorisation tout en favorisant l’attractivité du site antique, la Région Occitanie a  souhaité en 2016  conduire un projet d’applications 3D.

© Région Occitanie

© DR

. Comment et pourquoi avez-vous choisi votre partenaire ?

En fin d’année 2016, une consultation a donc été lancée pour développer une scénarisation du parcours permanent par le biais de dispositifs 3D expérientiels et interactifs en s’appuyant sur les données archéologiques disponibles et les supports 3D précédemment réalisés (maquettes et film).

Au printemps 2017, la société Art Graphique & Patrimoine a été retenue sur Marché Public. 

Leur proposition faisait apparaître une grande capacité de conseil et d’expertise  au travers notamment une démarche et une méthodologie  très détaillées prenant en compte la spécificité du site et les attentes du commanditaire.

L’équipe et les moyens techniques étaient très satisfaisants. Leurs expériences et les projets développés en RA et RVI ont retenu l’attention.

Au final, l’offre a été jugée la plus pertinente car  elle prenait en compte  les enjeux de valorisation du patrimoine historique en y  intégrant  les différents publics cibles.

. Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le dispositif ?

L’application 3D du site archéologique de Javols c’est :

. Un projet de valorisation à haute qualité scientifique ;
. Un dispositif intuitif
et une mise en scène adaptés de réalité augmentée pour accompagner le visiteur dans le parcours de visite existant ;
. A partir de cinq points de vue du site, permettre une immersion dans le temps et l’espace, au cœur de la ville du IIème siècle ap. J-C, en faisant surgir le paysage urbain antique ;
. Un outil conçu pour être évolutif, amélioré et enrichi au fil des innovations possibles.

. Quels sont les objectifs du dispositif ?

Porté par la Direction de la Culture et du Patrimoine et mené en co-pilotage avec la Direction des Systèmes d’information, le projet régional d’applications 3D dédié au site archéologique de Javols a pour finalités de :

. proposer une offre nouvelle de découverte à partir de supports d’aide à la visite immersifs
. concevoir un dispositif tenant des attentes et retours utilisateurs
en s’appuyant sur la méthode design d’expérience
. rendre accessible (transmettre) au grand public les dimensions historiques et patrimoniales de la cité antique
. développer un outil optimisé et calibré qui apporte une véritable valeur ajoutée au site archéologique
en proposant une technologie innovante au service du parcours pédestre en cours de redéploiement sur site de plein air.

. Quelles sont les problématiques du site et comment l’application y répond ?

Donner corps à la ville antique : le site archéologique est en effet peu lisible la plupart des vestiges ayant disparu et ont été enfoui après les fouilles pour les préserver des intempéries et des grands écarts climatiques.

Le discours de médiation et les supports didactiques sont primordiaux à la découverte du site et en sa bonne compréhension. Le musée étant fermé six mois de l’année les dispositifs numériques développés vont permettre aux visiteurs, aux touristes de découvrir le site tout au long de l’année.

© AGP

© AGP

. Pourquoi et comment avez-vous choisi la technologie immersive de réalité virtuelle ?

Cette application devait être conçue comme un outil animé complémentaire à la visite pédestre du site (parcours de randonnée archéologique) afin d’être mis à disposition du public en complément d’autres outils existants : collections archéologiques issues de la fouille et présentées au musée de Javols, maquettes et  film 3D.

Les solutions envisagées au départ s’orientaient vers un développement « en réalité augmentée ». C’est la méthode « design experience » avec  la prises en compte des attentes utilisateurs  qui a conduit  à faire évoluer le projet et donc les objectifs  initiaux  vers un dispositif de réalité virtuelle.

. Quel a été le budget du projet ?

Environ 85 000 euros TTC.

. Combien de temps a duré le développement ?

Démarré en avril 2017, les solutions numériques ont été proposées en septembre 2017 : le développement s’est donc déroulé sur 6 mois ! le projet a connu 4 étapes principales :

. La phase 1 (juin) : réalisation d’une étude de faisabilité technique, scientifique et touristique et  définition d’  un prototype adapté aux contraintes et répondant à la demande initiale ;
. La phase 2 (juillet) : validation du prototype et tests utilisateur à partir de la méthode design d’expérience définie ;
. La phase 3 (août) : développement des différents dispositifs de réalité augmentée  tenant compte de l’ensemble des spécificités déterminées par les phases de conception, de validation et de test ;
. La phase 4 (septembre) : livraison finale / Découverte des dispositifs de réalité virtuelle par le grand public lors des journées européennes du patrimoine.

. Le dispositif a été testé sur place lors des journées européennes du patrimoine de septembre 2017. Quels sont les premiers retours sur le dispositif ?

Avant ce week-end, la méthode « Design d’expérience » menée auprès d’un échantillon d’utilisateurs et de partenaires, avait déjà révélé que la solution la plus adaptée et la plus plébiscitée était celle proposée par le casque « Samsung Smart Gear ».

© DR

© DR

Un lancement en avant–première, auprès du grand public, a été réalisé le 16 et 17 septembre 2017 lors des JEP (Journées Européennes du patrimoine). C’est ainsi plus de 250 visiteur sont pu vivre une expérience inédite de visite « augmentée » du site archéologique :

L’expérience avec casque Samsung Gear VR surpasse les autres modes envisagés.  Elle a été plébiscitée par le grand public en raison de l’effet immersif, à la fois spectaculaire et intéressant ; qualifiée même de « surprenante », « géniale », « bluffante »….

Le projet développé est déjà un succès tant dans sa méthodologie collaborative et participative que dans les productions !

. Quels sont les atouts du dispositif ?

Les points forts de ce projet sont :

. La qualité des reconstitutions virtuelles ;
. la simplicité de l’interface
notamment au niveau de l’utilisation ;
. Un public, tout âge confondu, conquis par le dispositif et le recommande ;
. Le matériel n’est presque pas ressenti (voire quasi oublié) dès le début de l’expérience.

© AGP

© AGP

. Envisagez-vous déjà de nouvelles fonctionnalités du dispositif entre sa présentation en septembre 2017 et son lancement en mars 2018 ?

La phase de maintenance qui va débuter va permettre d’apporter quelques améliorations d’usages. Enfin, les phases de développement et surtout de tests ont permis d’entrevoir de nouvelles fonctionnalités  et de  perfectionnement  des contenus

. Quand et comment sera déployé le dispositif ?

Le déploiement est souhaité pour le printemps 2018.

. Combien de casques seront mis à disposition ? 

Dix machines/terminaux (casque samsunge gear /S7) seraient à prévoir en fonction de la fréquentation actuelle.

. Quel type de médiation humaine sera proposé ?

Les mois qui viennent vont permettre de définir avec les partenaires du projet de mise en valeur du site archéologique (Etat, Département de la Lozère et commune nouvelle de Peyre en Aubrac) l’organisation des ressources sur place (musée et site archéologique) et également d’établir les scénarios d’usage (protocole d’accueil des publics et  délivrance du matériel). Les JEP ont toutefois permis de déterminer que la médiation hybride était outre le fait d’être appréciée par les visiteurs, une solution.

. La visite en réalité virtuelle sera-t-elle également disponible sur les stores ?

Dans une démarche d’accessibilité optimisée et de gratuité du dispositif de découverte, l’application 3D sera disponible très prochainement sur smartphone et tablettes via des plateformes de téléchargement (Google Play et AppStore).

. Envisagez-vous déjà des déclinaisons du dispositif dans d’autres lieux gérés de la région Occitanie ? des coopérations avec d’autres collectivités de la région ?

 Plusieurs perspectives sont à l’étude. 

Propos recueillis par mail le 02/11/2017

Date de première publication: 09/11/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Art Graphique & Patrimoine expose une sélection d’œuvres numérisées dans son prototype de Musée Virtuel

Les ponts du Gard et d’Asfeld dévoilent leur histoire grâce à la modélisation 3D

Pour son exposition « Histoire d’ateliers », le Musée Courbet offre une expérience en réalité virtuelle et en réalité augmentée

Au Musée Canadien de la mer des Îles de la Madeleine, un cachalot géant renaît grâce à la technologie Tango de réalité augmentée

La ville d’Avignon, Avignon Tourisme et Histovery mettent à disposition 1 200 HistoPad au Palais des Papes