L’ancien entrepôt de Pantin « cathédrale du graff » survit grâce à une visite virtuelle sur internet

L’agence de publicité BETC, qui va s’installer à Pantin dans un bâtiment longtemps désaffecté et devenu un haut lieu du graff en région parisienne, a décidé de conserver ce patrimoine et de le rendre accessible en ligne, via une visite virtuelle.

graffiti general

Depuis 2004, l’édifice emblématique du Paris industriel, immense bâtiment des Magasins Généraux de Pantin au bord du canal de l’Ourcq, à Pantin était devenu le point de ralliement des artistes de rue. Une véritable cathédrale du graff et des graffeurs constituée de 20.000 mètres carrés d’entrepôts désaffectés aux murs recouverts de tags.

En mettant la main sur les lieux et en décidant d’y installer ses nouveaux locaux, l’agence de publicité BETC, une filiale d’Havas, a décidé de conserver ce patrimoine artistique. BETC avait le choix entre conserver sur place les œuvres en les utilisant comme décor de ses futurs bureaux, ou leur trouver un autre lieu d’exposition physique mais c’est en fait la solution virtuelle qui a été retenue.

L’agence a choisi de créer un site internet, qui est accessible à tous depuis le mardi 17 décembre 2013. Un choix qui permet de protéger la quasi totalité du fond, et de lui donner une diffusion mondiale.

«A cause de l’histoire et l’architecture de ce bâtiment, de sa seconde peau faite de graffiti, il aurait été impensable de commencer la rénovation du site sans avoir pris soin de préserver cet héritage et de le partager avec le public», précise l’agence sur son site.

Après la Tour 13, le musée virtuel en 3D « Graffiti Général » devient ainsi la dernière innovation majeure en matière d’art urbain numérisé.

graffiti general site web graffiti general_toy-e1387279663853

L’outil 3D de Google

Pour cette visite virtuelle, 5.200 photos des lieux ont été prises, puis intégrées dans un modèle 3D développé par Google, qui propose déjà de créer ce type de visite dans des musées et des monuments. Le site web a été conçu par BETC Digital.

graffiti general-pantin-betc-10 oeuvreL’ancien site industriel est le plus grand bâtiment jamais modélisé en WebGL, une technologie de pointe pour la 3D dynamique. Cette expérience est accessible via le navigateur Chrome. Résultat:  une grande fluidité de navigation, une restitution exceptionnelle des formes et des couleurs, une reconstitution efficace de l’ambiance sonore et de l’atmosphère particulière de ce lieu unique, une véritable expérience sensorielle 3D.

Le site www.graffitigeneral.com permet aujourd’hui de se déplacer comme dans un jeu vidéo dans les étages de cet entrepôt construit en 1929 au bord du canal de l’Ourcq. Avec création d’une ambiance sonore. Le plan permet de déambuler dans les étages, cinq au total, sans se perdre. Le visiteur peut contempler une quarantaine de graffs. Des zooms sont possibles sur certaines oeuvres, dont les auteurs ont été retrouvés et les travaux documentés. Parmi les œuvres distinguées, des insectes à la bombe noire d’Itvan Kebadian ou encore la tête de M. Chat, de Thomas Vuille. Comble de l’interactivité : un bâtiment peut être graffé par les internautes.

En plus du site internet, l’agence compte également sauver de la destruction quelques portes, fenêtre et pans de murs tagués, qui pourraient être exposés, d’ici deux à trois ans, lorsque les salariés de la première agence de publicité française se seront installés à Pantin.

Street art et numérique

Même si la démarche de BETC est une bonne opération d’image et de communication, elle reste louable car l’agence aurait pu faire table rase de cette création  collective, à l’image du mythique 5 Pointz du Queens de New-York qui a été récemment repeint en blanc par son propriétaire.

A l’image de l’initiative Tour 13, que l’on a pu visiter en réel et en ligne,« Graffiti Général » montre l’intérêt et le potentiel de la conservation de l’art (de rue) sur internet.

Making off vidéo du site internet Graffiti General

SOURCES: france3.fr, Ufunk.net, fluctuat.premiere.fr, citazine.fr, konbini.com, golem13.fr, bfmtv.com

Date de première publication: 20/12/2013

A LIRE SUR LE SITE DU CLIC:

.Le street art parisien sous toutes ses coutures numériques !

Laisser un commentaire